Alstom serait la cible d'une OPA de General Electric

 |   |  545  mots
(Crédits : reuters.com)
Le géant américain serait en discussions pour faire main basse sur le groupe français. Il serait prêt à mettre sur la table plus de 13 milliards de dollars (9,4 milliards d'euros), soit l'équivalent d'un peu plus de 30 euros par action... Celle ci s'envole.

MonFinancier

 

La rumeur court sur Alstom. Et surtout, elle prend le marché de court ! Le groupe industriel serait la cible d'une OPA lancée par General Electric. Le géant américain serait en discussions pour faire main basse sur le groupe français. Et pour s'offrir ce fleuron de l'industrie hexagonale, l'américain serait prêt à mettre sur la table plus de 13 milliards de dollars (9,4 milliards d'euros), soit l'équivalent d'un peu plus de 30 euros par action, selon des bruits de couloirs relayés par Bloomberg.

L'agence de presse américaine signale également que le rachat d'Alstom serait la plus grande acquisition jamais réalisée par le groupe américain. Toujours selon ces mêmes sources, Bouygues, l'actionnaire principal de la société présidée par Patrick Kron, aurait donné sa bénédiction.

Démenti 

Mais les deux groupes français n'ont pas tardé à rebondir sur la rumeur. Alstom a formellement démenti ces bruits de couloir : «?En réponse à certaines spéculations récemment relayées dans la presse économique, Alstom fait savoir qu'il n'est informé d'aucun projet d'offre publique visant son capital?(...)?Le groupe revoit en permanence ses options stratégiques sur ses différents métiers. Alstom a prévu de communiquer le 7 mai ses résultats annuels et de faire, à cette occasion, un point sur les perspectives de ses différentes activités» De son côté, Bouygues, par le biais d'un communiqué laconique, s'est juste contenté de préciser qu'il ne contrôlait pas l'entreprise même s'il en est un « actionnaire significatif ».

Malgré le démenti de la prétendue cible, le titre reste encore en forte hausse de 13% après s'être envolé de 16% à l'ouverture. Dans son sillage, Bouygues gagne plus de 4%, les investisseurs pariant sur une éventuelle cession de la participation du conglomérat dans Alstom.

 

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

L'agence de presse américaine signale également que le rachat d'Alstom serait la plus grande acquisition jamais réalisée par le groupe américain. Toujours selon ces mêmes sources, Bouygues, l'actionnaire principal de la société présidée par Patrick Kron, aurait donné sa bénédiction.

Mais les deux groupes français n'ont pas tardé à rebondir sur la rumeur. Alstom a formellement démenti ces bruits de couloir : «?En réponse à certaines spéculations récemment relayées dans la presse économique, Alstom fait savoir qu'il n'est informé d'aucun projet d'offre publique visant son capital?(...)?Le groupe revoit en permanence ses options stratégiques sur ses différents métiers. Alstom a prévu de communiquer le 7 mai ses résultats annuels et de faire, à cette occasion, un point sur les perspectives de ses différentes activités» De son côté, Bouygues, par le biais d'un communiqué laconique, s'est juste contenté de préciser qu'il ne contrôlait pas l'entreprise même s'il en est un « actionnaire significatif ».

Malgré le démenti de la prétendue cible, le titre reste encore en forte hausse de 13% après s'être envolé de 16% à l'ouverture. Dans son sillage, Bouygues gagne plus de 4%, les investisseurs pariant sur une éventuelle cession de la participation du conglomérat dans Alstom.

]]>

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :