Le comeback de l'euro et de l'Europe

 |   |  338  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

L'euro reste ferme ce matin. Et c'est presque un exploit avec le résultat des élections en Catalogne et l'impact positif sur le dollar de la réforme fiscale aux Etats-Unis. La hausse de l'euro restera un des évènements importants de l'année 2017.

SURPRISE DE L'ANNÉE, ENCORE UNE

Une surprise complète. Peu de prévisionnistes avaient envisagé un euro proche des 1.20 à la fin de l'année. Rappelez vous. En début d'année, l'euro cotait environ 1.05 et il y avait un large consensus qui prévoyait la parité avec le dollar. La parité était une quasi-certitude, la seule incertitude était le timing. Et contrairement aux anticipations, l'euro a affiché une de ses plus belles performances annuelles.

LE COMEBACK DE L'EUROPE

Un retournement lié au changement de sentiment sur l'Europe. La hausse de l'euro illustre parfaitement un autre évènement majeur de l'année. Le retour en force de l'Europe comme thème d'investissement. L'Europe systématiquement ignorée en début d'année, rejetée par les investisseurs, l'Europe zone d'instabilité politique, l'Europe sans vraies perspectives de rebond durable de la croissance économique, et l'Europe qui devait souffrir d'un éventuel effet domino lié au Brexit. Aujourd'hui tout a changé. L'Europe révise régulièrement ses perspectives de croissance à la hausse, affiche des performances qui attirent les investisseurs et l'Europe apparaît comme un îlot de stabilité, avec, dès que la coalition allemande sera en place une probable dynamique positive de la construction Européenne sous l'impulsion Franco allemande.

QUELLES PRÉVISIONS SUR L'EURO EN 2018?

On commence à avoir des prévisions sur l'euro en 2018. Ça commence à arriver. Et sans surprise, les prévisions sont plutôt à la hausse. Mais ça ce n'est pas une surprise. Les prévisionnistes ont l'habitude de prendre la tendance de l'année précédente, en l'occurrence la hausse, et à lui appliquer un coefficient de pondération. Si l'euro a pris 12% en 2017,...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/01/2018 à 14:39 :
Je ne sais pas moi mais j'ai des fois l'impression de vivre dans un autre pays que celui décrit dans les médias acquis à la cause "politiquement correct" de Mr Macron. Est ce parce que, je l'avoue, je fais parti des gens "qui ne sont rien" ? Mais moi , quand je regarde autour de moi, je ne vois que la croissance de l'insécurité, de l'incivisme, de l'immigration irrégulière, du chômage, de la misère. Pourrais je avoir une de vos paire de lunettes qui font voir la vie en rose svp ?
a écrit le 01/01/2018 à 22:11 :
La France a importé entre novembre 2016 et octobre 2017 pour 192 milliards d'euros de biens et services payables en dollars (contre 94 milliards d’exportations). Sur les 98 milliards qu’il aurait fallu payer en théorie, le fait d’avoir un euro 20% plus fort que le dollar permet de ne payer que 80 milliards (oui c’est déjà énorme, mais quand même moins que ce devrait être). Je trouve que cette économie de 18 milliards d’euros est une bonne nouvelle. Au lieu de tout voir en noir, il faudrait peut-être se satisfaire des éléments positifs quand ils arrivent, et sans embrayer sur des sujets non liés à l’euro juste pour le plaisir de râler.

La France n'est pas dans la position de la Chine, son industrie ne justifie pas de chercher à avoir une monnaie faible. C'est certain qu'il y a des inconvénients à un euro fort, et notamment sur le plan de la croissance, mais d’une part un euro faible aurait aussi des inconvénients (en particulier l’inflation), et d’autre part la croissance est là quand même : elle sera a priori de 1.8% en 2017, après des années en dessous d’1%.
a écrit le 30/12/2017 à 21:21 :
Quelle est la monnaie d'échange internationale, l'euro ou le dollar ? Alors un euro à 1.20, ce n'est pas forcément glorieux. Quant à prévoir son évolution, si les "prévisionnistes" se sont trompés en début d'année, pourquoi ne se tromperaient ils pas à nouveau.
J'aimerai bien lire un résumé de toutes ces belles prévisions de ces "spécialistes" depuis 10 ou 15 ans et les comparer à l'actualité, juste pou rire.
a écrit le 25/12/2017 à 13:53 :
L' Union va mieux que bien, j' ai vu en effet détruire toutes les usines de ma région expatriées en Pologne et Roumanie voire Tchéquie et les investisseurs n' en ont jamais monté une seule dans ma région. Le QE commet ses derniers dégâts, avant l' apothéose finale, en tentant de renflouer les milliards de dettes des banques sans jamais mettre un pouillième d' euro dans l' économie réelle après que les PME vidées de leurs substance par les effets de LBO à l' américaine sont exsangues..

Mais tout va très bien Mme la Marquise, pour l' instant le feu est contenu aux écuries.

Pensez printemps que diable!
a écrit le 22/12/2017 à 10:42 :
"Même si le parti libéral centriste Citudanas"

Ciudadanos il me semble, mais bon concept de parti politique factice créé au dernier moment, que l'on nous a fait croire progressiste alors que de droite comme les autres, afin de contrer Podemos qui grandissait bien trop vite pour l'oligarchie espagnole.

L'euro est élevé, génial nos exportations vont encore stagner, les allemands vont continuer de nous faire le coup du marc heu... de l'euro fort et on va rester enlisés dans les politiques d'austérité pendant que les économies mondiales comme les états unis et le japon qui ont redonné du pouvoir d'achat aux salariés explosent.

L'extrême droite envahie l'UE (Budapest bloquera toute sanction de l'UE contre Varsovie, dit Orban https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1EG0TF/budapest-bloquera-toute-sanction-de-l-ue-contre-varsovie-dit-orban.html), le dumping social imposé par le travail détaché ravage le salaria européen, l'évasion fiscale des multinationales et des européens les plus riches anéantie les caisses publiques mais tout va bien comme vous dites...

Un Euro fort pour une Europe en flammes, ça vaut vachement le coup il n'y a pas à dire hein.

Vite un frexit.
Réponse de le 26/12/2017 à 17:36 :
tout nous va jamais bien mais peut on quand même un peu se réjouir quand les choses vont un peu mieux ou faut il être constamment dans la flagellation. le fait est que les euro sceptiques comme vous nous promettait la fin du monde. Et si l'Europe n'est pas sauvée elle n'est plus au bord du précipice : le portugal avait 18% de chomage il est à 8% ... l'Espagne atteint les 3% de croissance, la croissance italienne dépasse celle du UK. bref cela prouve que quand on veut on peut en Europe. Des aléas il y en aura toujours mais si nos politiques + la banque centrale veulent bien ne pas écouter les gens comme vous, ils arriveront peut être à nous faire vivre un peu mieux
Réponse de le 27/12/2017 à 0:15 :
@hellas Vivez heureux enfermé dans votre euroconformisme, votre frigo est encore plein mais moi résolument anti union, j' envisage le moment où il sera vide et j' ai une certaine avance d' appréciation sur la manière d'envisager la suite quand à la situation pourrave entretenue par le QE ..

Quand la BCE créé 5 et que vous êtes à - 3 ça vous permet d ' annoncer un +2 dans le monde virtuel et ça flingue la valorisation de tous vos biens matériels d' autant, y avez-vous songé un jour, un seul ....?
Réponse de le 27/12/2017 à 10:53 :
"le fait est que les euro sceptiques comme vous nous promettait la fin du monde"

Ah bon et pouvez vous retrouver des propos de prédication venant de ma part je vous prie ?

Ben non aucune chance parce que je ne l'ai jamais écris parce que je faisais comme tous les citoyens j'espérais et je croyais en une europe des peuples, déjà vous partez d'un constat qui est faux, ça part mal...

"le portugal avait 18% de chomage il est à 8% ."

EN allemagne les politiques néolibérales font qu'il y a moins de chômage certes mais que la précarité augmente, du coup à quoi sert une économie si c'est pour paupériser ses citoyens ?

Vous n'avez pas la réponse là non plus je le sais bien hein...

"Des aléas il y en aura toujours mais si nos politiques + la banque centrale veulent bien ne pas écouter les gens comme vous, ils arriveront peut être à nous faire vivre un peu mieux"

Ben pour l'instant ils ne nous écoutent pas du tout et l'extrême droite envahie l'UE, l'UE favorise l'évasion fiscale des fortunes européennes et le dumping social engendré par le travail détaché ravage le salaria de l'europe de l'ouest et du coup sa capacité à consommer.

Bref merci pour la messe néolibérale mon père, mais je suis athée.
Réponse de le 28/12/2017 à 10:19 :
@ citoyenblasé. Athée peut-être, mais pas habité par le doute... Un athée qui "croit" au frexit !

Ce qui est certain, c'est que l'Allemagne a choisi de ne pas laisser détruire son industrie, comme la droite et la gauche françaises ont si bien réussi à le faire ici pendant quarante ans. C'est un choix qui a un prix : davantage de précarité. Quand on modifie les règles, il est rare que tout le monde soit gagnant...
L'Europe serait selon vous responsable de l'évasion fiscale et donc de l'anéantissement de nos recettes fiscales... "Anéantissement", vraiment ? Pourtant elles n'ont apparemment jamais été aussi élevées.
Deux exagérations en si peu de lignes, et je préfère m'arrêter là, vous laisser rêver à votre merveilleux frexit qui va tout arranger.

Tout votre propos est à l'avenant, sans nuance aucune, et relève du café du commerce. Vos affirmations péremptoires ne reposent que sur votre appréciation subjective et naïve de la réalité économique, autant dire sur une simple "conviction", il est vrai assez largement partagée par nos concitoyens. Elles ne sont fondées que sur des "croyances", peut-être en partie justes, ou peut-être tout à fait fausses...

Libre à vous d'être athée, mais un athée, comme vous prétendez l'être, n'est en fait bien souvent qu'un croyant comme un autre. Je préfère quant à moi rester agnostique.
Je n'aime pas entendre des sermons, je ne vais donc jamais à la messe, fût-elle néo ou anti-libérale.
Réponse de le 29/12/2017 à 13:40 :
"Athée peut-être, mais pas habité par le doute... Un athée qui "croit" au frexit ! "

Non je ne crois pas, jamais, contrairement à vous et à votre dogme néolibéral et vous le savez très bien.

"Ce qui est certain, c'est que l'Allemagne a choisi de ne pas laisser détruire son industrie, comme la droite et la gauche françaises ont si bien réussi à le faire ici pendant quarante ans"

L'Allemagne est au sein d'une union européenne il faudrait savoir si on est dans l'intérêt d'une union ou bien d'un seul pays, si on avait dit aux gens que l'europe devait être guidée par l’Allemagne je pense que nombreux auraient reculé.

"C'est un choix qui a un prix : davantage de précarité. Quand on modifie les règles, il est rare que tout le monde soit gagnant... "

Donc pour vous la précarité est une conséquence acceptable de l'économie ? ET ça sert à quoi une économie si ce n'est que pour générer des inégalités ? Enrichir les plus riches ? Oui on le voit bien mais que ce soit dit au moins et que l'on arrête de nous faire croire que l'économie c'est pour le bien de tous.

"L'Europe serait selon vous responsable de l'évasion fiscale et donc de l'anéantissement de nos recettes fiscales... "Anéantissement", vraiment ? Pourtant elles n'ont apparemment jamais été aussi élevées. "

Bien sûr puisque la pression fiscale s'"accentue du coup sur les classes moyennes et que la fraude fiscale des plus riches pèse énormément et que donc les impôts sur les moyens ne peut qu'augmenter pour en compenser les pertes.

"Deux exagérations en si peu de lignes, et je préfère m'arrêter là, vous laisser rêver à votre merveilleux frexit qui va tout arranger."

Ben non du coup, aucune exagération, seulement une déformation de l'information venant de votre part, comme d'habitude en sommes.

"Tout votre propos est à l'avenant, sans nuance aucune, et relève du café du commerce."

Ah on commence à dévier vers l'invective, il vous tardait, vous avez déjà grillé vos sempiternelles mêmes cartouches, je comprends.

"Vos affirmations péremptoires ne reposent que sur votre appréciation subjective et naïve "

Ça continue et toujours aucun argument pour prouver votre diffamation éloquente.

"Elles ne sont fondées que sur des "croyances", peut-être en partie justes, ou peut-être tout à fait fausses... "

Non elles reposent sur des analyses, tandis que votre messe elle ne repose bien que sur le dogme néolibéral, dont acte.

"Libre à vous d'être athée, mais un athée, comme vous prétendez l'être, n'est en fait bien souvent qu'un croyant comme un autre. Je préfère quant à moi rester agnostique. "

Du bla bla, rien que du bla bla et toujours aucun argument, aucune lien, aucune justification de ce que vous dites.

"Je n'aime pas entendre des sermons, je ne vais donc jamais à la messe, fût-elle néo ou anti-libérale. "

Pourtant c'est exactement ce que vous venez de me faire là, un sermon puisque simples affirmations. Mon pauvre ami vous vous croyez certainement malin mais vous ne faites rien de plus que troller là. Aucun intérêt.

Merci donc pour la messe néolibérale mon père mais je suis définitivement athée. Et ce serait bien que des gens qui connaissent l'économie me répondent plutôt, ne me dites pas que vous n'avez personne de cultivé économiquement sous la main chez les néolibéraux quand même ? -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :