"Trading haute fréquence" : Euronext et Virtu écopent d'une amende de 5 millions d'euros chacun

 |   |  305  mots
La Commission des sanctions de l'AMF a décidé de s'attaquer pour la première fois à la pratique du Trading haute fréquence, pour laquelle Euronext avait lancé un programme pilote avec l'Américain Virtu, entre 2009 et 2010.
La Commission des sanctions de l'AMF a décidé de s'attaquer pour la première fois à la pratique du "Trading haute fréquence", pour laquelle Euronext avait lancé un programme pilote avec l'Américain Virtu, entre 2009 et 2010. (Crédits : reuters.com)
L'Autorité des Marchés Financiers (AMF) a sanctionné, mardi, pour la première fois, un dossier de "trading à haute fréquence" (HTF) et reproche à Euronext d'avoir accordé un avantage commercial à Virtu, accusée d'avoir manipulé les cours avec son système algorithmique de gestion des ordres de marché.

Article mis en ligne le 08/12/2015 à 07h42, mis à jour à 10h07.

La Commission des sanctions du gendarme boursier français, qui s'attaquait pour la première fois au "trading à haute fréquence", a infligé mardi une lourde amende de 5 millions d'euros à la fois à l'américain Virtu et à l'opérateur boursier Euronext, dans une décision publiée sur son site.

Première sanction contre le "Trading à haute fréquence"

La Commission, seule habilitée à prononcer des sanctions, a été plus sévère pour Euronext que les réquisitions du Collège de l'Autorité des marchés financiers (AMF) qui avait demandé une amende de 4 millions d'euros, début novembre. Le "trading à haute fréquence" (HFT) utilise ordinateurs surpuissants et calculs algorithmiques pour passer une multitude d'ordres sur les marchés en un temps record et prendre de vitesse tous les autres acteurs.

Euronext accusée de partialité, va faire appel

L'AMF reproche à Virtu Financial Europe, anciennement dénommée Madison Tyler Europe, d'avoir manipulé les cours de 27 titres de l'indice CAC 40, et à Euronext de n'avoir pas exercé son activité avec neutralité et impartialité, dans le respect de l'intégrité du marché, en accordant un avantage commercial de façon discrétionnaire à l'un de ses membres.

L'opérateur boursier conteste toutefois avoir manqué à ses obligations professionnelles et avoir favorisé un membre de marché au détriment des autres.

"La décision de la Commission des Sanctions de l'AMF est particulièrement contestable, totalement disproportionnée et complètement anachronique. Elle porte sur des initiatives engagées par NYSE Euronext entre 2009 et 2010 au cœur de la crise financière", observe dans un communiqué Stéphane Boujnah, directeur général et président du directoire d'Euronext.

Euronext a décidé de faire appel de la décision de la commission des sanctions de l'AMF.

(Avec AFP, Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2015 à 9:45 :
À côté du coût astronomique pour la communauté de cette pratique, le coût social du chômage ou des migrants font d'ailleurs figure d'argent de poche.
a écrit le 08/12/2015 à 9:41 :
Le THF est une chimère financière qui vampirise l'économie réelle. Il ne tient qu'aux gouvernements, censés être les garants du bien commun, d'interdire cette pratique mafieuse si tant est qu'ils soient autre chose que des figurants. Le courage politique, oxymore?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :