Wall Street : le prix des actions inquiète des membres de la Fed

Certains participants au Comité monétaire se sont dits "inquiets" que derrière "le peu de volatilité des marchés" se cache "une accumulation de risques pour la stabilité financière", selon les minutes de la dernière réunion de la Fed.
Cette publication des minutes de la Fed intervient à trois semaines d'une prochaine réunion monétaire de la banque centrale américaine, mais les marchés ne s'attendent à un éventuel prochain relèvement qu'en septembre, voire en décembre.
Cette publication des minutes de la Fed intervient à trois semaines d'une prochaine réunion monétaire de la banque centrale américaine, mais les marchés ne s'attendent à un éventuel prochain relèvement qu'en septembre, voire en décembre. (Crédits : REUTERS/Joshua Roberts)

Le haut niveau du prix des actions sur le marché boursier a commencé à inquiéter certains membres de la Réserve fédérale américaine, selon les minutes de la dernière réunion monétaire où une hausse des taux directeurs avait été décidée malgré des signes d'affaiblissement de l'inflation"Certains participants ont suggéré que la tolérance pour la prise de risque de la part des investisseurs était peut-être en train de contribuer au niveau élevé des prix des actifs", relève le rapport. La politique monétaire ultra-accommodante depuis plusieurs années a favorisé la Bourse. Quelques membres de la Fed se sont mêmes dits "inquiets" que derrière "le peu de volatilité des marchés" se cache "une accumulation de risques pour la stabilité financière".

Alors que l'état d'esprit des milieux économiques avait été dopé par les perspectives pro-entreprises des plans de relance de Donald Trump, notamment concernant des réductions de l'impôt sur les sociétés, cet optimisme semble s'émousser. "L'optimisme s'est un peu dégonflé récemment", les industriels "estimant que la probabilité d'une relance budgétaire significative s'est amenuisée", dit le rapport. Après six mois au pouvoir, l'administration Trump n'a en effet pas pu faire avancer au Congrès ses projets de réforme des impôts et de dépenses d'infrastructures.

| Lire aussi : Wall Street est trop optimiste sur les promesses de Trump, selon des économistes

Une faible inflation vraiment temporaire ?

Sur le front de l'inflation, qui continue à être décevante pour la Fed qui vise une cible de 2%, la majorité du Comité juge que cette mollesse n'est que temporaire, explicable par des baisses de prix ponctuelles d'abonnements téléphoniques ou de médicaments.

Mais "plusieurs se sont dits inquiets (....) que cette récente faiblesse ne persiste". Un membre du Comité, Neel Kashkari, avait voté contre la décision de relever les taux, s'inquiétant notamment de l'affaiblissement de l'inflation. L'indice PCE, baromètre favori de la Fed pour mesure l'évolution des prix, n'a avancé que 1,4% sur un an en mai, un plus bas en six mois.

Le Comité monétaire (FOMC), qui avait par ailleurs annoncé le 15 juin qu'il commencerait cette année à réduire le volume des actifs au bilan de la Fed, n'a pas encore décidé de date. Certains participants sont favorables à commencer le processus "dans quelques mois", dès septembre, d'autres préféreraient attendre "plus tard dans l'année" pour mieux déterminer comment se portent l'activité économique et l'inflation.

Un troisième relèvement des taux prévu avant la fin de l'année

Il s'agit pour la banque centrale de cesser de réinvestir le produit des titres arrivant à maturité (bons du Trésor) et achetés durant la crise pour soutenir la reprise. Cette initiative serait synonyme sur la durée d'un resserrement supplémentaire de la politique monétaire.

Cette publication des minutes de la Fed intervient à trois semaines d'une prochaine réunion monétaire de la banque centrale américaine, mais les marchés ne s'attendent à un éventuel prochain relèvement qu'en septembre, voire en décembre. Après avoir relevé deux fois les taux cette année, la Fed a promis encore un relèvement en 2017 et trois autres en 2018, si les conditions économiques évoluent comme prévu.

Vendredi, le gouvernement américain doit annoncer les chiffres de l'emploi pour juin et la banque centrale publiera un rapport sur la politique monétaire. Cela précède également une intervention attendue de Janet Yellen, la patronne de la Fed, mercredi devant une commission du Congrès.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 06/07/2017 à 9:17
Signaler
L'oligarchie mondiale croit qu'elle peut se passer des 7 milliards de consommateurs, que son système financier qui l'a gavé de centaine de milliards durera éternellement, normal son niveau intellectuel est désastreux.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.