Le CAC40 se cherche une tendance

 |   |  623  mots
Copyright Reuters
En baisse dans les premiers échanges, le marché parisien est revenu en territoire positif. Mais Les investisseurs restent tout de même prudents. Les prises de bénéfices qui ont fait fléchir Wall Street hier soir et le manque de mesures concernant la crise de la dette en zone euro tend à calmer les ardeurs. A 13h15, le CAC 40 progresse de 0,35 % % à 3.823,96 points.

Si les prises de bénéfices qui ont fait fléchir Wall Street hier soir en fin de séance ont pesé sur la tendance dans les premiers échanges, le marché s'est vite repris. Malgré tout la tendance reste hésitante. La tension sur les taux longs américains, la menace de Moody's sur le triple A des Etats-Unis et le manque de mesure significative et immédiatement applicable à la crise de la dette souveraine en zone euro font hésiter les investisseurs. A 13h00, le CAC 40 affiche un gain de 0,35 % % à 3.823,96 points, dans un volume de transactions d'un peu plus d'un milliard d'euros.

Les dossiers macro-économiques du moment (dette souveraine en zone euro, politique monétaire chinoise ...) ont vite fait oublier les propos du patron de la Fed sur l'éventuelle extension du "QE2" ainsi que l'accord fiscal trouvé lundi par l'administration Obama et les républicains. A cela s'ajoute la menace par Moody's de retirer le triple "A" des Etats-Unis. Une alerte qui ne va pas sans rendre les investisseurs un peu plus fébriles.

Si la tempête s'apaise depuis quelques jours en Europe, des questions demeurent tout de même.  Aucune mesure significative et immédiate n'a été prise par les ministres des finances de l'Eurogroupe lors de leur réunion de lundi. Pourtant, le Portugal, l'une des cibles identifiées, a demandé expressément de trouver des mécanismes pour résoudre la crise, estimant que la stabilité ne passera que par des décisions communes.

Sur le front macroéconomique, les investisseurs ont pris connaissance du surplus de 14,2 milliards d'euros au mois d'octobre de la balance commerciale allemande. C'est certes moins que les 16,8 milliards de septembre, mais supérieur de 1,7 milliard par rapport à la même période l'an passé. Par ailleurs, le déficit commercial de la France s'est réduit. Pour le mois d'octobre il est en effet de 3,4 milliards d'euros contre 4,4 milliards en septembre. Mais ce chiffre est principalement du fait du recul des importations sous l'effet d'une baisse des importations d'hydrocarbures lors des mouvements sociaux d'octobre.

Valeurs en baisse

Carrefour (-0,69 %) a repris sa tendance baissière.

Valeurs en hausse

EADS (+2,45 %) profite de déclaration de son directeur financier. Selon Hans Peter Ring si l'année 2011 sera aussi difficile que 2010, en revanche 2012 devrait se traduire par une augmentation considérable des bénéfices. Par ailleurs, celui-ci estime que la stabilisation de l'euro autour des 1,30 dollar serait "très positif pour le groupe à long terme". Précisément la valeur profite également ce jour du repli de la monnaie unique face au billert vert.

Sanofi Aventis (0,92 %) pourrait prolonger son OPA sur Genzyme, dont l'offre actuelle (69 euros par action) expire vendredi à minuit. Selon l'agence de presse Reuter's, le français pourrait proposer une opération plus intéressante pour les actionnaires.

Arcelormittal (+0,15 %) ne profite pas de la future introduction en Bourse de sa banche Inox début 2011. Les actionnaires d'ArcelorMittal recevront une action de la branche Inox pour 20 actions Arcelormittal détenues.

Hors CAC

Soitec progresse de 5,19 % après l'annonce du lancement de la production d'un nouveau substrat en silicium sur saphir pour la fabrication de circuits intégrés.

Edenred chute de 1,59 % malgré le relèvement d'objectif de cours de Natixis. La banque vise 24 euros contre 19 précédemment.

Devise et pétrole

L'euro continue son repli face au dollar. Le billet vert profite de la tension des rendements des bons du trésor américain et de l'accord trouvé sur les allègements fiscaux. A 13h15, un euro s'échangeait contre 1,323 dollar.

Le marché du pétrole est en repli. Le baril de Brent de la Mer du nord s'échange contre 90,79 dollars (-0,57 %) tandis que le WTI recule de 0,78 % à 87,96 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :