Un salon de l'immobilier sous haute tension

 |   |  474  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le Salon national de l'immobilier s'ouvre ce jeudi, dans un contexte d'incertitude pour nombre de Français. Entre prix élevés et hausse des taux, ils s'inquiètent vis-à-vis de cette valeur refuge.

Cette année, le salon de l'immobilier est placé sous le signe de l'inquiétude. En effet, le rassemblement ouvert au grand public, qui débute ce jeudi, est marqué par des statistiques immobilières alarmantes : « progression des prix de l'immobilier », « possible hausse des taux », « manque de 1 million de logements en France » ... De quoi faire fuir !

Il faut dire que 2010 s'est terminé sur les chapeaux de roues. Les prix des logements anciens à Paris ont bondi de 17,5% sur l'année, établissant un record historique de 7.330 euros par mètre carré en moyenne, selon les notaires d'Ile-de-France. Et, bien que 2011 commence par un recul des prix dans certaines zones (-2,6% en janvier dans le 93 et -0,4% dans le 94), le site Internet Entreparticuliers.com remarque tout de même que, en février, les prix ont gagné 0,6% en l'espace de trois mois sur l'ensemble du territoire. La chambre Fnaim Paris Ile-de-France note une baisse sensible des mandats. « Historiquement, nous n'avons jamais atteint un niveau aussi bas. Ce qui prouve bien que nous sommes dans une situation de pénurie de biens, et cela entraîne une véritable tension sur les prix », s'inquiète Gilles Ricour de Bourgies, président de la Chambre.

Petite respiration

En revanche, le neuf, lui, a pu profiter d'une petite respiration en 2010. Selon la Fédération des promoteurs immobiliers, le prix des immeubles a progressé de 3,9% en province, à 3.460 euros le mètre carré, et de 9,8% en Ile-de-France à 4.500 euros. Pourtant, en rapportant le prix de vente moyen aux surfaces moyennes par type de logement, les résultats sont bien différents : entre - 4% et + 2% selon les surfaces. En province, les deux-pièces ont même reculé de 6%. En Ile-de-France, sur les cinq-pièces, en valeur absolue, le prix moyen est passé de 483.238 euros à 554.093 euros (soit 14,6% de hausse). Mais comme la surface moyenne, dans le même temps, s'est agrandie de 22 mètres carrés, le prix au mètre carré a finalement chuté de 10%.

De leur côté, les taux, qui étaient à leur plus bas niveau depuis 1945 en décembre, ont entrepris une lente remontée. Progression qui pourrait bientôt s'accélérer. En effet, Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, a annoncé une possible hausse de son principal taux directeur dès avril. En mars, « sur 25 ans, il est désormais quasiment impossible, même pour un excellent dossier, d'emprunter à un taux d'intérêt inférieur à 4% », souligne le courtier Emprunt Direct.

Malgré tout, Pacifique Robineau, organisateur du salon de l'immobilier est confiant : « La demande est toujours là, même s'il y a des incertitudes. Les gens n'ont aucun doute sur le fait qu'investir dans la pierre est la meilleure des choses et à moindre risque. Ce genre de salon les aide justement à comprendre la multitude de chiffres publiés (prix, taux, avantages fiscaux...) et à faire leurs choix ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :