Pacte pour l'égalité

 |   |  748  mots
Mis en place en 2010, le Laboratoire de l'égalité, placé sous la houlette d'Olga Trostiansky, adjointe (PS) au maire de Paris, présidente de la Coordination française pour le lobbying européen des femmes (Clef), veut interpeller les candidats à la présidentielle 2012. Voici son programme « 20 propositions pour faire avancer l'égalité ».

 

1?/?Renforcer la parité en politique. En réservant le financement public aux partis politiques qui présentent 50?% de candidates aux élections (à des places éligibles), avec une répartition équitable, l'adoption du système proportionnel de liste pour atteindre 50?% de femmes élues.
2?/?Faire « exploser le plafond de verre » dans les entreprises et les services publics avec l'évaluation de l'application de la loi Zimmermann-Copé, mise en place obligatoire d'un plan de progression de la mixité. Atteindre la proportion de 50?% de féminisation dans les instances de direction des trois fonctions publiques (d'État, territoriale et hospitalière), la parité des modes de recrutement des hauts fonctionnaires.
3?/?Dans les organisations syndicales et les associations, faciliter l'accès des femmes.
4?/?Dans tous les domaines, accompagner les femmes candidates à l'accès des fonctions électives et de responsabilité (mentoring, réseaux...).
5?/?Mettre fin au temps partiel subi, interdire les petits emplois à temps partiel de moins de 16 heures par semaine. Majorer de 25?% les heures faites en dépassement de la durée prévue au contrat de travail (heures complémentaires), obliger les entreprises à proposer un emploi à temps complet aux personnes engagées en temps partiel après six mois de travail (sauf cas particulier).
6?/?Appliquer le principe « À travail de valeur égale, salaire égal et carrière égale », avec l'instauration d'un plan de rattrapage des salaires féminins en cinq ans, la suppression de l'impact négatif des congés de toutes sortes liées aux raisons familiales.
7?/?Réformer l'impôt sur le revenu afin de mettre un terme à l'imposition globale des couples et individualiser l'impôt sur le revenu.
8?/?Améliorer la retraite des femmes, très souvent inférieure à celle des hommes.
9?/?Donner les moyens à toutes les femmes de travailler après la naissance d'un enfant avec la création de 500?000 places d'accueil des jeunes enfants.
10?/?Aider les pères à s'impliquer dans la vie familiale, avec un allongement du congé de paternité de deux semaines pour le porter à quatre semaines, financé à 100?%, un congé parental raccourci à un an, partagé entre les deux parents rémunérés à hauteur de 80?% du salaire, jusqu'à 1?800 euros par mois.
11?/?Faciliter la conciliation pour le soutien aux parents dépendants.
12?/?Établir un « contrat pour l'égalité » dans l'éducation.
13?/?Faire évoluer les images sexuées des métiers et des rôles familiaux des femmes et des hommes.
14?/?Sensibiliser l'opinion et dénoncer le recours aux stéréotypes sexistes par une campagne d'intérêt général.
15?/?Création d'un ministère de l'Égalité avec la mise en ?uvre d'un plan global interministériel pour l'égalité.
16?/?Promouvoir un label Égalité auprès des entreprises, administrations et collectivités.
17?/?Faire de l'égalité une priorité en matière de politique étrangère.
18?/?Développer des échanges de pratiques et mise en réseau à l'échelle internationale et européenne.
19?/?Veiller à la mobilisation des financements européens (FSE).
20?/?Promouvoir la charte de l'égalité dans la vie locale.

_______

La parentalité au c?ur des débats

Selon l'enquête LH2/Équilibres réalisée auprès de 12?000 salariés dans neuf entreprises françaises, 77?% des hommes et 83?% des femmes sont favorables au renforcement du congé de paternité*. Ce qui entrave majoritairement l'avancée de carrière des femmes, c'est la maternité, la majorité des entreprises n'envisageant les plans de carrière que de manière linéaire. C'est pourquoi, en juin dernier, Brigitte Grésy, inspectrice générale des affaires sociales, a remis un rapport sur la parentalité qui vise à favoriser l'implication des hommes dans les affaires familiales. Rappelons-le, aujour-d'hui, en France, si 80?% des pères participent à l'accouchement, le partage du temps parental reste encore réparti de façon très inégalitaire, soit 3 heures par jour pour les femmes contre 1?h?20 pour les hommes. Quand un enfant naît, seuls 6?% des hommes effectuent un changement dans leur vie professionnelle contre 40?% des femmes. Parmi ses propositions, Brigitte Grésy prône- un congé maternité de 12 semaines lié à la santé de la mère, après l'accouchement, complété dans la foulée d'un congé d'accueil de huit semaines à partager de façon égale entre les parents. Ce qui créerait de fait un congé de paternité d'un mois. Par ailleurs, elle milite en faveur de la création d'un droit individuel à la parentalité, sous la forme d'un congé d'une durée de trois mois, à prendre à tout moment, y compris pendant l'adolescence d'un enfant, rémunéré en fonction du salaire.
* Le Figaro, 7 juin 2011

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :