Avec la cinquième vague et Omicron le moral des patrons dégringole

L'optimisme des chefs d'entreprise a chuté de 16 points passant de 103 à 87 entre novembre et décembre selon le baromètre de la Grande consultation des entrepreneurs réalisé par OpinionWay pour La Tribune, CCI France et LCI. Prenant en compte la confiance à l'égard de l'évolution de l'économie, l'indicateur retrouve un niveau proche du printemps au moment du confinement d'avril. Explications.
Grégoire Normand

4 mn

Pour l’économie française en général, la crainte est très répandue, 81% des chefs d’entreprise estimant que des effets négatifs sont à prévoir, la moitié des dirigeants anticipant des effets négatifs importants (50%).
Pour l’économie française en général, la crainte est très répandue, 81% des chefs d’entreprise estimant que des effets négatifs sont à prévoir, la moitié des dirigeants anticipant des effets négatifs importants (50%). (Crédits : Reuters)

L'horizon s'assombrit à nouveau. Après deux ans de pandémie, la détérioration de la situation sanitaire partout en Europe inquiète les milieux économiques et financiers. D'après la dernière grande consultation des entrepreneurs (CGE) réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI, l'indicateur qui mesure le niveau d'optimisme dans les entreprises a chuté de 16 points entre novembre et décembre pour passer de 103 points à 87 points, soit un niveau bien en deça de sa moyenne de long terme (100). Après avoir atteint un pic le mois dernier à 103 points, l'indicateur qui prend en compte la confiance à l'égard de l'évolution de l'économie a retrouvé un niveau proche du printemps au moment du confinement d'avril.

La baisse de confiance est particulièrement spectaculaire dans les établissements de plus de 10 salariés (-18 points) tandis que la situation dans les plus petites entreprises reste malgré tout tendue (-15 points). Après avoir résisté aux premiers mois de la cinquième vague, l'apparition du variant Omicron en Afrique du Sud à la fin novembre a plongé un grand nombre d'entrepreneurs dans un épais brouillard. En effet, même si la vaccination limite les formes graves du coronavirus, cette nouvelle souche pose une nouvelle fois de nombreuses questions sur sa dangerosité.

Un impact économique pour une grande majorité de patrons

La déferlante qui s'abat actuellement en France pourrait avoir un impact négatif sur l'économie hexagonale pour 80% des entreprises interrogées selon l'institut de sondages. La moitié redoute même des répercussions très négatives sur l'économie française. Ils sont cependant moins pessimistes sur leur secteur d'activité. En effet, 55% des répondants estiment que cette énième vague aura des conséquences néfastes dans leur domaine et 35% indiquent que ces répercussions pourront être importantes.

Les résultats sont relativement similaires lorsque les dirigeants sont interrogés sur l'impact de ce raz de marée de contagions sur leur entreprise. Du côté des économistes, l'Insee n'a pas révisé à la baisse ses prévisions de croissance du PIB pour 2021 (6,7%) lors de la présentation de sa dernière note de conjoncture en début de semaine. L'institut de statistiques s'attend tout de même à un coup de frein de l'activité dans les mois à venir. Outre l'effet passé du rattrapage après le plongeon de 2020, la croissance pourrait pâtir des nouvelles mesures prophylactiques.

Lire aussi 6 mnCovid : l'Insee table sur une baisse du chômage à 7,6% d'ici à juin 2022

Télétravail : les entreprises dans l'attentisme

Au printemps 2020, beaucoup d'entreprises et de salariés avaient basculé dans le travail à distance dans la précipitation. La mise en oeuvre d'un confinement strict avait surpris une grande partie du monde du travail. Un an et demi après, les entreprises semblent être dans une position attentiste alors que le gouvernement veut les inciter à appliquer ce mode d'organisation pour limiter les contaminations. Selon le baromètre, une très grande majorité des dirigeants interrogés (78%) affirment ne pas avoir pris de décision ces dernières semaines sur cette organisation.

Sur ce total, 26% expliquent qu'ils ne veulent pas du tout que leurs collaborateurs télétravaillent et 12% informent qu'ils ne souhaitent pas que leurs salariés travaillent à distance plus de jours. Enfin, 40% répondent qu'ils laissent le choix à leurs salariés de choisir leurs jours de télétravail supplémentaires. A l'opposé, 13% ont pris la décision d'inciter les collaborateurs à prendre un ou des jours de télétravail en plus et seulement 4% imposent ce type d'organisation.

Lire aussi 5 mnRenforcement du télétravail: les entreprises sont-elles prêtes ?

Présidentielle : l'emploi, l'éducation et la formation jugée prioritaires

A quatre mois du premier tour de l'élection présidentielle, la bataille électorale entre dans une période sanitaire très floue. L'accélération du variant Omicron dans les chaînes de contamination commence à faire douter certains candidats sur l'organisation des meetings et rassemblements.

Dans ce contexte sanitaire dégradé, les chefs d'entreprise interrogés sur cette campagne pensent que l'emploi (71%), l'éducation et la formation (68%), l'environnement (65%) devraient être les trois thèmes prioritaires à aborder au cours des débats. A l'opposé, la mondialisation (32%), la construction européenne (37%) et le rôle de la France dans le monde (40%) figurent en bas de tableau. Les questions internationales n'ont visiblement pas la cote auprès entreprises actuellement.

(*) Méthode : étude réalisée auprès d'un échantillon de 604 dirigeants. L'échantillon a été interrogé par téléphone du premier au 13 décembre. La représentativité de l'échantillon a été assurée par un redressement selon le secteur d'activité et la taille, après stratification par région d'implantation.

Grégoire Normand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 17/12/2021 à 17:08
Signaler
mais pas le lobbying des labo qui s intensifie. avec le soutien des états. quoi qu on dise.

à écrit le 17/12/2021 à 13:34
Signaler
Les choses sont à leur place. Depuis 2 ans, rien n'a été fait ( au contraire) pour préparer l'hôpital à recevoir plus de malades Covid, alors qu'on nous rabâche à longueur d'infos en continu que nous serons inévitablement submergés par les variants. ...

à écrit le 17/12/2021 à 9:56
Signaler
Très bien, la photo de l'article : de loin, on dirait Stonehedge

à écrit le 17/12/2021 à 9:52
Signaler
et y nous avaient dit qu'avec le vaccin tout irait bien !! les bandits de la ponction publique nous auraient-ils menti volontairement ???

le 17/12/2021 à 10:56
Signaler
Je n ai pas souvenir de ce que vous dites … de tout façon si ça été dit ils ne pouvaient savoir qu il y aurait des mutations et aussi rapide bref on en a pas fini et la vaccination protège au moins des effets mortels : tous ceux qui meurent n étaien...

à écrit le 17/12/2021 à 9:34
Signaler
Le variant Omicron, le nouveau bouc émissaire des médias. C'est pratique, on peut tout lui mettre sur le dos, même le moral des patrons qui dégringole. Et le fait que la BCE n'ait pas remonté ses taux d'intérêt depuis un an, ça non, c'est pas importa...

à écrit le 17/12/2021 à 8:48
Signaler
S'il n'y avait que les patrons cela ne serait pas un problème, ce totalitarisme sanitaire massacre l'esprit humain déjà bien malmené par la consommation production.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.