"Royal baby girl" : une naissance lucrative pour l'économie britannique

 |   |  611  mots
La duchesse de Cambridge a été admise à 06H00 (05H00 GMT) à l'hôpital Saint Mary de Londres.
La duchesse de Cambridge a été admise à 06H00 (05H00 GMT) à l'hôpital Saint Mary de Londres. (Crédits : reuters.com)
Kate, l'épouse du prince William, a donné naissance samedi à une fille a annoncé le palais de Kensington. La naissance de ce nouveau membre de la famille royale pourrait se révéler particulièrement lucrative pour l'économie britannique, rapportant jusqu'à 300 millions de livres (419 millions d'euros) selon une étude de la London School of Marketing.

L'épouse du prince William, Kate, a  a donné naissance samedi à une fille a annoncé le palais de Kensington, la résidence officielle du couple princier britannique. La duchesse de Cambridge avait été admise samedi au petit matin à la maternité de l'hôpital Saint Mary à Londres pour donner naissance à son deuxième enfant, un événement attendu avec impatience par les Britanniques et les médias du monde entier. Le bébé pèse 3,7 kg et la mère et l'enfant se portent bien, ont précisé les services du palais sur Twitter.

A l'inverse d'il y a deux ans, les journalistes n'ont pas été autorisés à camper devant la maternité avant que Kate n'y entre. Depuis l'annonce officielle, la presse du monde entier convergeait devant l'hôpital.

Ces derniers jours, pour tromper l'attente, deux énormes ours en peluche avaient été livrés devant l'hôpital par un bookmaker heureux de profiter de la présence médiatique tandis que William et Kate avaient fait porter des viennoiseries aux quelques irréductibles admirateurs de la monarchie britannique qui attendaient fébrilement l'heureux événement depuis une semaine déjà.

Pour la naissance de George, le siège médiatique avait commencé dès le 1er juillet, alors que le terme de la grossesse était prévu pour mi-juillet, et a duré trois semaines.

Dorénavant, le palais ne devrait communiquer qu'une fois l'enfant né. Son arrière-grand-mère, la reine Elizabeth II, et les deux familles respectives seront les premières informées de l'heureux évènement.

Puis, la nouvelle sera diffusée à la fois via les canaux de communication modernes, par communiqué et sur le réseau social Twitter, et pour la tradition, par un bulletin royal affiché dans la cour du palais de Buckingham.

 - Naissance lucrative -

Une centaine de coups de canons - 62 depuis la Tour de Londres et 41 depuis Green Park - seront tirés pour célébrer la naissance de ce deuxième bébé royal, qui viendra prendre la quatrième position dans l'ordre de succession au trône britannique derrière son grand-père le prince Charles, son père William et son grand frère George.

Le nom du bébé, qui sera une "Altesse Royale" et portera le titre  de princesse de Cambridge, ne sera en principe pas connu dans l'immédiat. Le monde avait dû attendre deux jours pour apprendre le nom de George Alexander Louis, contre une semaine pour William et ... un mois pour Charles.

Chez les parieurs, le prénom de "Alice" était le plus plébiscité, suivi de Elizabeth, Charlotte et Victoria.

La famille tout juste agrandie devrait passer les premiers jours après la naissance au palais de Kensington avant de se retirer dans son imposante maison d'Anmer Hall, située dans la propriété royale de Sandringham (Norfolk, est de l'Angleterre).

William, qui a commencé fin mars à travailler pour un organisme caritatif gérant des hélicoptères-ambulances, a opportunément été mis en congé le 21 avril et ce jusqu'au 1er juillet -officiellement pour avoir terminé plus tôt que prévu sa formation.

Dans les mois suivants sa naissance, le deuxième enfant du duc et de la duchesse de Cambridge sera baptisé au sein de l'Église anglicane, dans une réplique de la robe de dentelle et de satin que portait la fille aînée de la reine Victoria en 1841.

La naissance de ce nouveau membre de la famille royale pourrait se révéler particulièrement lucrative pour l'économie britannique, rapportant jusqu'à 300 millions de livres (419 millions d'euros) selon une étude de la London School of Marketing. (AFP, Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2015 à 22:54 :
J'ai pas fait attention mais quand ça arrive en Suède ou Belgique, dans leurs familles royales, les média en font-ils un développement large ?
Sont fortiches les English niveau publicité, suspens, buzzz !
a écrit le 03/05/2015 à 11:26 :
Accoucher de 419 millions d'euros, c'est pas facile la vie des gens dont on n'en n'a rien à cirer.
Réponse de le 03/05/2015 à 18:13 :
c'est la dote ! ;o)
a écrit le 03/05/2015 à 9:41 :
se faire du fric sur la naissance d'un enfant, ils sont forts les anglais moi je veux un service de table à l'effigie de la gamine et aussi des rouleaux de toilette avec la famille royale c'est un endroit idéal pour la suite du feuilleton qui va durer, après un mois, puis six, son premier anniversaire, sa première paire de chaussure usée et ça va durer, durer et encore durer en attendant le 3 enfant, le 4, des jumeaux et après des triplés, je termine par le mariage, encore une suite par pitié.
a écrit le 02/05/2015 à 18:07 :
Et une bouche de plus à nourrir à vie pour le contribuable britannique. Avec la rente à vie à lui verser, le cérémonial, le personnel affecté....
Réponse de le 02/05/2015 à 21:24 :
@Toine: je pense que Louis de Rouvroy, duc de saint simon, ne changerait pas grand chose à son œuvre s'il avait à décrire la cour de notre soit-disant démocratie :-) et je crois que contrairement à nos élus, la monarchie britannique se doit d'être performante, car il ne s'agit pas de se remplir rapidement les poches, mais de durer dans le temps :-)
Réponse de le 03/05/2015 à 10:56 :
je n'ai rien contre les systèmes monarchiques à partir du moment où le monarque est élu. Il n'y a rien de plus injuste qu'un système qui offre une fonction et une rente par la naissance. La monarchie élective qui existait en Pologne au 16ème siècle est bien plus saine!
a écrit le 02/05/2015 à 17:58 :
... et que dit la grand mère ? ;o))))
a écrit le 02/05/2015 à 15:51 :
On s'en tape mais a un point inimaginable.
Réponse de le 03/05/2015 à 8:56 :
Entièrement d'accord, on à déjà du mal à se coltiner ceux qui nous dirigent....
a écrit le 02/05/2015 à 14:36 :
tiens tiens La Tribune tourne au carnet rose !!! mdr
a écrit le 02/05/2015 à 9:12 :
On s'en fout !
Réponse de le 02/05/2015 à 12:14 :
@coin: tu t'en fous certes, mais pas ceux qui vont encaisser les 400 millions d'euros :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :