Consommation : un Noël (un peu) plus écoresponsable

Huit Français sur dix adopteront un comportement plus raisonné pendant les fêtes, au bénéfice de l’environnement.
paquet cadeau
paquet cadeau (Crédits : © Adheamir/shutterstock)

Des efforts, mais peut mieux faire : voilà le verdict sur les intentions environnementales des Français pour leurs achats de Noël. D'après une enquête effectuée par OpinionWay les 11 et 12 octobre (sur un échantillon représentatif de 1 007 personnes selon la méthode des quotas) pour Greenweez, le numéro un français de la vente en ligne de produits bio et durables, les comportements évoluent. Mais lentement. En effet, 38 % des sondés déclarent maintenir leurs bonnes résolutions écoresponsables pendant les fêtes de fin d'année. Soit une augmentation de 9 points en deux ans, un sondage identique ayant été effectué en 2021. « C'est à la fois un peu décevant et porteur d'espoir, car la prise de conscience écologique enregistre une hausse de 10 points malgré le contexte inflationniste », détaille Romain Roy, cofondateur et PDG de Greenweez, créé en 2008.

Lire aussiQuelle place pour l'écologie populaire dans la planification écologique ?

De son propre aveu « très engagé » y compris à titre personnel sur ces sujets, cet ingénieur diplômé de CentraleSupelec s'en tient à ses principes en fin d'année. Père de quatre enfants, il dit faire « le maximum », à commencer par s'opposer aux emballages au pied du sapin. Mais il regrette que ces thèmes ne soient pas davantage partagés par l'ensemble de la population. « Cette enquête met néanmoins en lumière de réelles progressions, nuance-t-il. Car 79 % des répondants ont affirmé qu'ils prévoyaient d'adopter au moins une action écoresponsable pendant la période des fêtes. Huit Français sur dix, c'est beaucoup plus qu'il y a deux ans. »

Parmi ces gestes pour l'environnement, trois dominent. Concernant les décorations de Noël, 42 % des participants ont exprimé leur intention d'opter pour celles réutilisables. Du côté des emballages, 34 % ont manifesté leur désir de réduire leur quantité, une décision importante puisque la production de déchets augmente d'environ 20 % à cette époque de l'année. Et 36 % des répondants se sont engagés à réduire leur consommation d'énergie et leur utilisation d'appareils inutiles. Un triptyque qui « va dans le bon sens » pour le dirigeant de Greenweez, une ex-start-up rachetée par Carrefour en 2016, devenue société à mission en 2021 et qui emploie désormais près de 300 salariés, pour un chiffre d'affaires qui a dépassé le seuil des 100 millions d'euros en 2021.

Des préjugés tenaces

L'entreprise, installée près d'Annecy, vend uniquement en ligne plus de 150 000 produits, dans l'alimentaire mais aussi dans la mode, l'ameublement ou la décoration. « Nous souhaitions à l'origine démocratiser l'accès au bio, puis nous avons élargi notre offre grâce à une place de marché ouverte pendant la pandémie, en 2020 », raconte Romain Roy. Le rachat par le géant de la grande distribution a permis le développement à l'international, avec des implantations en Espagne et en Italie.

Si le site de Greenweez propose une quantité de produits écoresponsables, dont des calendriers de l'Avent réutilisables à monter soi-même, des emballages en tissu ou des sapins en bois et en carton, les cadeaux respectueux des impératifs écologiques restent nettement moins plébiscités que leurs équivalents plus nuisibles pour la planète, notamment à cause du plastique omniprésent. « C'est pourtant l'un des gros enjeux de Noël, souligne le patron de Greenweez. Les jouets écoresponsables ont toujours mauvaise presse : 51 % des Français les jugent "moins attrayants", alors que c'est un préjugé sans fondement. » Une opinion de surcroît partagée par différentes générations, dont 61 % des jeunes âgés de 25 à 34 ans. Le site lutte à sa façon contre cet a priori persistant, en proposant 4 000 jouets fabriqués en France, à tous les prix, avec un moteur de recherche spécifique. « Cela ne suffit pas, reconnaît Romain Roy. Il faut faire plus pour convaincre qu'ils sont sympas et ne coûtent pas plus cher. »

En revanche, le tabou des achats de seconde main semble moins ancré dans l'opinion. Si 52 % des répondants ne sont pas prêts à acheter ce type de cadeaux, cette réticence varie considérablement selon l'âge : 61 % des individus âgés de 65 ans et plus se montrent réservés, tandis que seulement 40 % des 25-34 ans partagent cette réserve.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 12/11/2023 à 15:45
Signaler
Même si nos enfants son grands, cela fait quelques années que nous avons banni les emballages inutiles mais également choisi une forme de dématérialisation des cadeaux avec des spectacles (théâtre par exemple) mais également des destinations (pour le...

le 13/11/2023 à 0:10
Signaler
Je partage votre point de vue : aujourd’hui le vote du porte monnaie s’avère plus efficace et cohérent que celui des urnes … sans tout restreindre nous aussi on fait des arbitrages et de sélectionnons les articles sans éthique: venant de loin, de pa...

le 13/11/2023 à 0:10
Signaler
Je partage votre point de vue : aujourd’hui le vote du porte monnaie s’avère plus efficace et cohérent que celui des urnes … sans tout restreindre nous aussi on fait des arbitrages et de sélectionnons les articles sans éthique: venant de loin, de pa...

à écrit le 12/11/2023 à 9:20
Signaler
Une consommation qui chute entraine inévitablement une baisse de la pollution, le deux étant la même.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.