L'austérité est morte, vive l'austérité !

Bruxelles concède que la stratégie menée depuis 2010 « atteint ses limites. » Mais il ne faut certainement pas s'attendre à voir émerger une nouvelle politique dans les mois qui viennent.
Manifestation contre l'austérité en Grèce / Reuters
Manifestation contre l'austérité en Grèce / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Cette fois, c'est donc officiel. La politique dite d'austérité, celle qui consiste à faire de la consolidation budgétaire la priorité absolue afin de rétablir « les fondements d'une croissance future saine », celle qui a établi le dogme de la dévaluation compétitive pour les pays périphérique, « a atteint ses limites ». C'est José Manuel Barroso qui le dit. Le président de la Commission européenne, un des piliers de la « troïka » et un des principaux porteurs d'eau de cette politique depuis 2010. Ceci ressemble bel et bien à un aveu d'échec.

Une profonde remise en cause des institutions démocratiques

Il est vrai qu'il ne restait guère de choix au président de la Commission. Après trois ans de politique de ce type, l'économie européenne a des allures de champs de ruine et que les éléments de renforcement de la croissance potentiels se font attendre. Les derniers chiffres de l'indice PMI des directeurs d'achats a encore prouvé cette mauvaise santé en baissant pour le 21e mois de suite.

Sur le plan politique, l'austérité a conduit à une profonde remise en cause des institutions démocratiques au sein de l'Europe et à un discrédit des partis « de gouvernement » dans de nombreux pays. Même les fondements théoriques de cette pensée de l'austérité semblent désormais sapés après le coup reçu reçu la semaine passée - qui a viré au scandale - lorsque l'on a appris que la fameuse théorie de Kenneth Rogoff et Carmen Reinhardt - qui affirme qu'au-delà de 90 % du PIB, la dette publique nuit à la croissance - était entachée d'erreurs.

Comment faire revenir la confiance

Désormais, la véritable question est de savoir comment sortir de ce tunnel. Il ne suffit pas de proclamer que l'austérité a échoué ou que l'on doit faire du chômage une priorité pour que disparaissent les effets pervers de la dévaluation interne. On nous l'a assez répété : cette politique est une politique de moyen terme.

Si l'on décidait brusquement de faire demi-tour, en se lançant, par exemple, dans une politique de relance keynésienne par la dépense publique dans les pays périphériques, on perdrait immédiatement les quelques profits glanés lors des dernières années, sans pour autant obtenir le retour de la croissance. Car ce qu'a principalement détruit l'austérité, c'est la confiance. La reconstruire sera difficile. Dans les pays périphériques, mais aussi en France, après des mois de discours affirmant que la dévaluation interne est la seule voie, les agents économiques vont s'attendre à ce que le chômage, la baisse des salaires, la réduction des aides sociales reviennent dans les années à venir.

Et plus les Etats dépenseront, plus cette anticipation sera réalisée. Echaudés par l'expérience de la rigueur, ils y regarderont donc à deux fois avant d'investir ou de consommer. La reprise de la demande risque donc de se faire attendre. Or, sans cette reprise de la demande, c'est bien la récession déflationniste qui menace la zone euro. Faciliter l'accès des PME au crédit comme pourrait le faire la BCE est une bonne idée, mais là encore, il faudrait que ces mêmes PME aient des raisons de demander des crédits, autrement dit des débouchés.

L'offre en panne

Pour autant, s'il n'y a pas de demande, il ne faut pas non plus négliger les effets négatifs de l'austérité sur l'offre. Si la compétitivité a pu s'améliorer dans certains pays et dans certains secteurs, les politiques d'austérité, en provoquant l'effondrement de la demande intérieure et en exacerbant la pression fiscale ont accéléré la désindustrialisation de plusieurs pays européens. L'Italie est particulièrement touchée par ce phénomène. En deux ans, la production industrielle du pays a reculé de 12 %. Mais les capacités ont baissé partout dans les pays périphériques et en France. Une politique de relance classique ne règlerait guère ce problème, elle alimenterait les importations et les déficits commerciaux des pays du sud. Elles les videraient encore de l'argent si nécessaire aux investissements et à la demande intérieure.

Une stratégie de communication

Bref, l'austérité est une impasse où il est bien difficile de faire demi-tour. D'autant qu'il n'est pas certain que l'on soit réellement prêt à changer réellement de stratégie. L'aveu de José Manuel Barroso est caractéristique : il n'a pas remis en cause le caractère « juste » de l'austérité, mais ses conséquences politiques et sociales. Autrement dit, le fait qu'elle était devenue insupportable.

Pour autant, le président de la Commission n'entend pas renoncer à la stratégie européenne : il n'évoque qu'un « réglage plus fin du rythme » de ces politiques. On va donc lever le pied sur les exigences de réduction de déficit. Mais, comme on l'a vu, la situation est si préoccupante que desserrer légèrement le carcan ne sera guère utile. Ce ne sera que la poursuite de la dévaluation interne par d'autres moyens. On demandera de moins réduire les déficits, mais l'on insistera, en retour, sur les « réformes structurelles » qui vont encore peser sur la demande intérieure et maintiendra les pressions déflationnistes.

Surtout, les agents économiques ne ressentiront guère ce « tournant » qui ressemble beaucoup à de la communication. Mais le fil est usé. Comment penser aujourd'hui que cette communication sera efficiente alors qu'elle a échoué lorsque, à l'automne 2012, en dépit des réalités, les dirigeants européens proclamaient à qui voulait les entendre que « le pire est derrière nous. » Comme alors, les discours de Bruxelles risquent de ne guère avoir d'impact sur le terrain économique.

L'enjeu allemand


En réalité, l'Europe n'a pas de stratégie de rechange. Elle pourrait en avoir une : celle de réaliser une relance là où cela est possible, autrement dit en Allemagne, en favorisant la « transmission » de cette relance aux pays périphériques. Mais le gouvernement d'Angela Merkel ne veut pas en entendre parler. En pleine campagne électorale, confronté à la surenchère du parti anti-euro Alternative für Deustchland (AfD) et décidée à se démarquer du discours très fédéraliste du SPD, la chancelière ne doit pas apparaître comme celle qui cède sur l'austérité, une politique jugée juste par la majorité des Allemands, parce qu'ils ont le sentiment de l'avoir eux-mêmes réalisée avec succès dans les années 2000.

Certes, la Bundesbank a lâché du lest sur la baisse des taux de la BCE, dont chacun sait qu'elle n'est pas une solution, mais elle est toujours réticente à des mesures plus ciblées sur les PME des pays périphériques qui engageraient la zone euro dans une « union des transferts. » Là encore, ce serait donner des arguments à AfD. L'Allemagne reste donc de marbre.

L'ennui, c'est que le temps presse

Jens Weidmann, le président de la Buba, a affirmé que les erreurs de Rogoff et Reinhardt ne remettaient pas en cause la justesse de leur théorie. Wolfgang Schäuble n'a pas cessé de vouloir faire cesser la « sottise » du débat entre austérité et croissance. Sans l'Allemagne, l'Europe ne peut rien. Il y a donc fort à parier qu'elle ne pourra rien jusqu'au 22 septembre, date des élections allemandes et qu'on en sera réduit, d'ici là, à des expédients.

L'ennui, c'est que le temps presse. L'état de l'économie européenne exigerait que l'on définisse dès aujourd'hui une stratégie pour sortir du cercle récessif où elle s'engage. Si l'on ne fait rien, la zone euro risque de s'y enfoncer, malgré les belles paroles de José Manuel Barroso.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 47
à écrit le 25/04/2013 à 6:30
Signaler
L'horreur économique.

à écrit le 25/04/2013 à 6:06
Signaler
L'echec de l'austerite n'a absolument rien a voir avec la confiance. Lire des absurdites pareilles est revoltant... Ca fait des annees que des macro economistes de renom nous previennent de l'absurdite de l'austerite (et de cette soit disant "confian...

le 25/04/2013 à 6:31
Signaler
+1000

le 25/04/2013 à 8:39
Signaler
@leshann En fait, vous proposez une politique de l'offre financée par la puissance publique. Comment financez-vous votre relance ? Par la dette ? Par la création monétaire ? Par l'impôt ? Par la réduction d'autres dépenses publiques ? ... P.S. En bon...

à écrit le 25/04/2013 à 0:54
Signaler
L' Allemagne n'a qu'à sortir de la zone euro, comme ça on aura pas à attendre le 22 septembre.

le 25/04/2013 à 6:33
Signaler
Oui, c'est une très bonne idée.

le 25/04/2013 à 8:15
Signaler
@johnmckagan La plupart des pays de la zone euro pourront s'accommoder ou tirer parti d'une scission de la monnaie entre un euro fort du nord et un euro faible du sud. Par contre la France risque de se trouver face à un dilemme. En choisissant l'euro...

à écrit le 24/04/2013 à 22:48
Signaler
ça va très mal finir! mais il va falloir en passer par là.., c'est obligé !

le 25/04/2013 à 15:51
Signaler
Hé hé, de toute façon tout le monde le sait très bien

à écrit le 24/04/2013 à 20:07
Signaler
Chez nous point d'austérité budgétaire, mais une austérité fiscale. Faut pas tout mélanger. Car à la fin c'est toujours le même qui paye, le contribuable.

à écrit le 24/04/2013 à 18:00
Signaler
la théorie de Kenneth Rogoff et Carmen Reinhardt entachée d'erreurs? A cause d'un tableur paraît-il! Ils nous prennent pour des idiots.

le 24/04/2013 à 18:57
Signaler
Le livre de Kenneth Rogoff et Carmen Reinhardt, la bible du FMI et de la commission européenne,

le 24/04/2013 à 19:04
Signaler
"Ils nous prennent pour des idiots" Oui,il suffit de voir comment leurs calculs, très sélectifs, ont été réalisés.

à écrit le 24/04/2013 à 17:50
Signaler
C'est trop tard, le mal est fait. En France on est pas les plus à plaindre et pourtant on aurait beaucoup de raisons de le faire. Regardez l'état de la Grèce, de l'Espagne, du Portugal, de l'Italie, de l'Irlande en matière de chômage, et notamment ce...

le 24/04/2013 à 18:38
Signaler
@Habemus Austeritate +1 Les risques d'explosion sociale augmentent de jour en jour et la plupart de nos politiciens se contentent de souffler sur les braises pour orienter les flammes vers l'adversaire politique.

le 24/04/2013 à 18:50
Signaler
Tout cela finira mal. C'est la Rue qui va jouer les arbitres. "Quand des millions de gens se rendront compte que l'on ne peut plus vivre comme par le passé, la Révolution sera logique et inévitable" suivant le désarroi d'une jeunesse laissée pour co...

le 24/04/2013 à 22:29
Signaler
@ habemus Austeritate , Marcello, Odette + 100000000 !!!

le 25/04/2013 à 8:56
Signaler
peut etre est il temps de veiller à ce que nos decideurs,politiques et economiques ,ne s'eloignent pas trop

à écrit le 24/04/2013 à 17:46
Signaler
A quand une nouvelle révolution des ?illets au Portugal?

le 24/04/2013 à 18:58
Signaler
La révolution des oeillets, oui, on en parle au Portugal

à écrit le 24/04/2013 à 17:30
Signaler
Le point de non-retour serait-il atteint?

à écrit le 24/04/2013 à 17:01
Signaler
l'austérté est une chose mais c'est le gaspillage quil a provoque .un beau reportage allemand filme les députés de bruxelles a 7 h du matin venant pointer pour toucher leurs 283 euros puis partir aprés. le service d'ordre est meme intervenu pour em...

à écrit le 24/04/2013 à 16:54
Signaler
votre reportage est édifiant et drôle , drôle car il revele que nos élites européennes ne savent pas ce qu'est une boussole , pire quand celle ci indique une direction ils font le contraire , ensuite ils nous demandent de leur faire confiance ? , non...

le 24/04/2013 à 18:11
Signaler
cela reflete bien que les dirigeants sont des nuls qui passent gracieusement a la caisse pour un resultat double 0 ,meme Mme soleil Lagarde directrice du FMI et DSK ne valent pas un clou ,le peuple va se revolter ,mais personne ne sera responsable au...

à écrit le 24/04/2013 à 16:49
Signaler
Et bien n'importe quel patron d'entreprise pourra vous dire que l'autofinancement coute moins que d'empreinter. Je pense juste que c'est la facilité pour nos dirigeants et économistes de croire qu'un endettement à 90% permet une croissance stable. Me...

à écrit le 24/04/2013 à 16:44
Signaler
Sortir de cette dictature européenne (et de l'euro qui va avec) est la seule solution pour sortir les pays européens de ce marasme. Tout le reste n'est que gesticulation.

le 24/04/2013 à 17:32
Signaler
"SORTIR DE l'UE" ça prend forme

le 24/04/2013 à 17:55
Signaler
Sortir de France et sortir du système mondial aussi, sinon la gesticulation actuelle se transformera en agonie.

le 24/04/2013 à 19:21
Signaler
@Thargor : Eclairez-moi, c'est quoi le système mondial ? Parce que hors UE point de salut ? Vous n'allez pas nous ressortir l'affirmation sur la France isolée, blablabla...que tous les européistes, sans arguments et qui nous promis monts et merveille...

à écrit le 24/04/2013 à 16:34
Signaler
reveillez vous travailleurs,jeunes,faites leurs un super feux d'artifice a cette bande de capitaliste europeen,un joli moi de mai,avant que l'allemagne vienne nous ecraser

à écrit le 24/04/2013 à 16:20
Signaler
Le tout est de savoir pendant combien de temps l'Allemagne va pouvoir continuer à dire "nein" a toute solution autre que la poursuite de cette politique destructrice pour les peuples d''Europe. Et surtout combien de temps vont résister les peuples de...

le 24/04/2013 à 16:45
Signaler
Les esclavagistes monétaires, un courant de pensée liberticide à éradiquer au plus vite. Les dévaluations, c'est un peu comme les armes nucléaires pendant la guerre froide. Tant qu'on ne s'en sert pas, ça va.

à écrit le 24/04/2013 à 16:10
Signaler
La confiance (l'aveuglement) a conduit à des écarts de compétitivité qui sont une des causes principales de cette crise européenne. A la manière des bulles spéculatives, c'était une bulle de confiance qui ne pouvait qu'éclater un jour ou l'autre. Sau...

le 24/04/2013 à 16:32
Signaler
Il n'y a qu'une manière de faire le boulot pour retrouver du dynamisme économique: Baisse des salaires, des retraites, des allocations chômages etc Et tout cela certainement pour rien puisque les autres pays européens mènent déjà cette politique. A...

le 24/04/2013 à 17:03
Signaler
beaucoups critiquent l'Allemagne, mais c'est pas eux qui ont dépenser l'argent en Grèce, ni en Espagne, ni en Italie, ni à Chypres, ni en France, c'est pas eux qui font qu'on a une dette de plus de 1400 milliards d'?. Que chaque pays se regardent da...

le 24/04/2013 à 17:36
Signaler
"la cigale et la fourmi", ça commence à sentir la naphtaline.

le 24/04/2013 à 18:59
Signaler
Les cigales sont parties dans des pays "paradisiaques"

à écrit le 24/04/2013 à 16:07
Signaler
Décidément ce sont les mêmes économistes qui il y a 2 ans dénonçaient l'excès d'endettement qui maintenant tentent de faire croire que l'endettement n'est pas un problème. Il est vrai qu'entre temps les américains et les japonais se sont furieusement...

le 24/04/2013 à 16:20
Signaler
l'europe peut tout a fait lancer sa planche a billets ..... il n'y a pas eu d'explosion au R.U lorsqu'ils l'ont fait l'annee derniere, pas lplus quele japon ou les us

le 24/04/2013 à 16:39
Signaler
Vous avez une fuite d'ans votre baignoire chez vous, réponse du plombier : augmentez le débit du robinet. Cela vous convient il comme solution? Pourtant ça n'a pas l'air de vous choquer de nous le proposer.

le 24/04/2013 à 17:08
Signaler
c'est une facon de voir... les faits sont pourtant la...;pas d'implosion de l'etat, les marchés n'ont meme pas bronché...ce n'est qu'un levier...seul cela ne sert a rien bien entendu ... je vous rejoins .... mais faut placer egalement d'autres levier...

le 24/04/2013 à 17:27
Signaler
@ montreal: Ce n'est pas que la création monétaire outre-atlantique le QE (quantitave easing) qui est fondamentalement inquiétante, c'est la dette exorbitante de l'économie privé et des ménages en 1er lieu et de l'état qu'au 2eme rang qui mériterait ...

le 24/04/2013 à 17:43
Signaler
Et que dire de la dette privée de la GB.Une bombe à retardement..

à écrit le 24/04/2013 à 16:03
Signaler
J'ai l'impression que certains commencent à avoir la trouille. La colère gronde et bientôt si tous les peuples s'y mettent ils savent qu'ils n'arriveront pas à la canaliser. Peut-être iront -ils se réfugier en Argentine comme les collabos. et les naz...

le 24/04/2013 à 16:24
Signaler
normal qu'ils ont la trouille...rien que pour leur place ....si le peuple se rend compte (et les chiffres) qu'ils ont fait l'inverse de ce qu'il fallait faire....

le 24/04/2013 à 17:38
Signaler
Bien sûr qu'ils ont la trouille mais c'est loin d'être fini pour ces gens là.

le 24/04/2013 à 22:43
Signaler
ils ont la trouille...? ce n'est pas si significatif que cela ! ils continuent sur leurs lancées...où remarquer quelque chose de sensé? de réfléchi, de juste?....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.