La gauche du Parti socialiste propose son projet économique anti-austérité

L'aile gauche du Parti au pouvoir présenter ce lundi 22 avril au Sénat son « programme de relance écologique et sociale », qui s'oppose au projet économique du gouvernement.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Le projet, d'une trentaine de pages, a pour objectif de «sortir l'économie d'une spirale récessive » et de "s'affranchir d'une certaine orthodoxie libérale et budgétariste". Le plan prévoit de rassembler 43 milliards d'euros sur deux ans afin de créer ou préserver 500.000 emplois, et d'augmenter le PIB de 3,3 points. Il se base sur trois axes primordiaux, à savoir :

  • la relance de la consommation, qui passerait notamment par une amélioration ?temporaire de l?indemnisation du chômage et du chômage partiel dans les entreprises? et une revalorisation des aides sous condition de ressources? pour les jeunes.
  • la ?réindustrialisation du pays?, qui serait fondée sur ?l?innovation et la qualité?, avec ?la construction d?infrastructures de transport (lignes à grande vitesse, canaux, fret ferroviaire, tramways), ?la montée en puissance des filières industrielles nécessaires à la transition énergétique, ou encore de la voiture électrique? et le soutien du secteur BTP via ?une prime à l?achat de logements neufs? pour les plus modestes.
  • une réforme fiscale fondatrice "garante d?une croissance à long terme?.

Le document est signé par la sénatrice Marie-Noël Lienemann, premier signataire de la motion de l'aile gauche au congrès de Toulouse ; le vice-président du conseil régional d'Ile-de-France Emmanuel Maurel, le député Jérôme Guedj, ainsi que les économistes David Cayla et David Vasseur, ancien conseiller d'Arnaud Montebourg.. Tous sont membres du courant « Maintenant la gauche », et appellent à un "nouveau pacte majoritaire rouge-rose-vert ».
 

« La France est allée trop loin dans l'austérité »
Ils ne sont pas les premiers à demander un changement de cap de la part du gouvernement. Mardi 9 avril, Arnaud Montebourg appelait à revoir la politique de rigueur en Europe. Le lendemain, Benoit Hamon, dans une interview au Parisien, estimait que « la France était allée trop loin dans l'austérité », et réclamait une politique avec moins de rigueur. Ces critiques leur avaient valu d'être recadrés par François Hollande, qui estime « qu'aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite, qui n'est pas l'austérité. »

 

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 24/04/2013 à 8:31
Signaler
on peut arreter l'austérité en supprimant les gaspillages trop d'élus trop de fonctionnaires mais l'aile gauche ne le propose pas il S'agit de ses clients /::::

à écrit le 24/04/2013 à 0:50
Signaler
pour PIERRE ________JOSPIN fut un des meilleur dirigeant de la France années2000 a 2002 1,5 % de déficits budgétaires sa fait rêver et pourtant en y a eu une cagnotte,et que 56% de dette + la SECU bénéficiaire + de l'argent qu'il placée pour les...

le 24/04/2013 à 9:46
Signaler
tout a fait.... chirac a ete reelu alors que jospin avait fait son bon bilan ....

à écrit le 22/04/2013 à 20:41
Signaler
LES SOCIALISTES NE F.ONT PAS L A P0LTIQUE DE GAUCHE ..

le 29/04/2013 à 9:41
Signaler
Heureusement.... Mais de toute façon, ils ne font rien et se contentent de se dorer la pilule aux frais de la princesse...

à écrit le 22/04/2013 à 18:12
Signaler
C'est un phénomène psychologiquetrès connu et banal,si on place quelqu'un tout au bord d'un précipice, la peur extrême inverse le comportement logique et l'individu se jette dans le précipice, ce phénomène touche jusqu'à 20% des gens. En politique , ...

le 23/04/2013 à 13:49
Signaler
Au bord du gouffre, les dirigeants ne se jettent pas dans le précipice. Il y a 1000 ans, lors d'un rite sacrificiel islandais, ils jetaient des renégats du haut d'une falaise. Aujourd'hui les nouveaux renégats sont désignés: les capitaines d'industri...

à écrit le 22/04/2013 à 16:28
Signaler
endetter encore plus les jeunes et les générations suivantes , non merci...on croule déjà sous les dettes des boomers et des 68ards, on veut pas de vos cadeaux financés à coup de dette publique dont les recettes viennent d'une très naive estimation d...

à écrit le 22/04/2013 à 15:40
Signaler
je vient de trouver sur le net source INSEE 2000 sous JOPIN 1,5 %de déficits budgétaire - 29 milliards de trou par an. 2010 sous SARKOZY 7,5 de déficits budgétaire - 150 milliards de trou par an. Ne chercher pas pourquoi en 12 ans la dette et passe...

le 22/04/2013 à 16:24
Signaler
Les chiffres de l'INSEE sont magiques car ils ont même prétendu que l'introduction de l'Euro n'a pas touché au pouvoir d'achat de la ménagère tandis qu'elle observait une conversion des prix du Franc à l'Euro à l'arrondi supérieur et plus encore. Et ...

le 22/04/2013 à 18:41
Signaler
Arrêtez de toujours critiquer Mr Sarkozy, je dis MONSIEUR parce que moi je suis polie, pas comme vous , que ce soit de gauche ou de droite, la moindre des choses est de dire MR !!! Maintenant je vois que vous avez la mémoire courte, Mr mittérand nous...

le 22/04/2013 à 19:23
Signaler
Les chiffres de " le reflet" sont pourtant exacts. N Sarkozy c'est fait élire sur la baisse de impôts, qu'il a faite, mais sans baisser les dépenses, d'où l'accroissement important de la dette. Ce faisant, J Chirac avait fait a eu près pareil. Je tro...

le 22/04/2013 à 19:38
Signaler
http://portofino.over-blog.com/10-categorie-10502462.html

le 22/04/2013 à 23:31
Signaler
Un truc qui ne peut plus être fait depuis l'arrivée de l'euro: faire fonctionner la planche à billets pour rembourser les dettes... en faisant par là même exploser l'inflation. C'est bizarre, c'est exactement ce que faisait Miterrand durant les année...

à écrit le 22/04/2013 à 15:32
Signaler
Allons-y et vite pour que tous comprennent les conséquences désastreuses de ce type de politique. Après tout ce sont les prochaines générations qui payeront l'ardoise. Oui oui, Président de la République, leur expliquera ...

à écrit le 22/04/2013 à 14:52
Signaler
Encore de la démagogie socialisante... ils ont pas fini de nous prendre pour des buses?

le 29/04/2013 à 9:45
Signaler
Pourquoi diable, arrêteraient-ils ? ça marche bien pour eux de nous prendre pour des buses : ils sont au pouvoir, non !

à écrit le 22/04/2013 à 14:52
Signaler
Parler d'austérité lorsque l'on dépense tous les ans 80 milliards de plus que ce que l'on gagne, c'est vraiment prendre les gens pour des débiles mentaux! La solution des dingues de l?extrême gauche, on la connait, elle a été appliquée avec le succès...

le 29/04/2013 à 9:46
Signaler
Des économies sur le FONCTIONNEMENT de l'Etat (pas sur les missions de l'Etat) et la rationalisation des collectivités locales.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.