AuRA, Bourgogne-Franche-Comté, PACA : les régions où les décès ont le plus augmenté

 |  | 440 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : LT)
FOCUS DATA. Avec 90% de décès en plus, entre début mars et fin avril 2020 par rapport à la même période en 2019, l'Ile-de-France a été la plus frappée par la première vague de l'épidémie de Covid-19. Avec la deuxième vague, marquée aussi par les vacances et les déplacements des Français, ce sont d'autres régions qui ont connu une accélération des décès. Sur l'ensemble du territoire, l’épidémie a engendré 53.900 morts de plus en 2020 qu’en 2019.

Le Covid-19 a fait exploser les chiffres de mortalité sur le territoire français en 2020. La France a en effet recensé 667.400 décès toutes causes confondues, soit 9% de plus qu'en 2018 ou 2019. Le nombre de morts supplémentaires par rapport à 2019 s'établit ainsi à 53.900, marqué par la virulence du virus du Covid-19. Seule accalmie dans le bilan sanitaire, la grippe saisonnière a été beaucoup moins grave que les années passées : 7.500 décès en moins ont eu lieu en janvier et février 2020 par...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2021 à 10:35 :
Plus cela dure et plus tout cela commence a être "un cirque" où l'on jongle avec les chiffres et le temps pour obtenir la situation que l'on désire! On nous mélange les causes et les effets pour obtenir un résultat politique!
a écrit le 16/01/2021 à 12:51 :
Bon, les statistiques commencent enfin à sortir. Celles de l'INSEE, qui sont consultables sur leur site et qui comparent les taux de mortalité tout au long de l'année 2020 et les compare avec ceux des années 2029 et 2018, sont on ne peut plus claires: globalement, en 2020 le taux de mortalité à augmenté de 9% en moyenne annuelle (ce qui , d'une annee sur l'autre, est énorme et sans équivalent depuis les années 1940), et les courbes mensuelles montrent très clairement des pics énormes et hors statistiques en mars et octobre - novembre 2020. L'impact du covid est donc irréfutable. Mais bon, nos complotistes - antivax vont encore réfuter l'évidence, claironner que ces statistiques sont l'oeuvre "du grand capital mondialisé, des macronistes, du lobby bancaire, des Européistes et des labos de la big pharma" (autant taper large, ça ne mange pas de pain, et puis plus c'est gros et plus ça marche). On va encore nous ressortir que le covid est juste une "gripette", alors qu'avec 60 000 morts directs au jour d'aujourd'hui, on en est déjà entre 5 et 10 fois plus que la grippe saisonnière (6000 morts "seulement" les "bonnes" années, 12 000 les années exceptionnellement meurtrières). Mais bon pour nos négationistes, un rapport de 1 à 5 ou de 1 à 10, c'est la même chose... on n'en est pas à jnf énormité près.
Réponse de le 17/01/2021 à 9:04 :
2015 :L'épidémie de grippe de «forte ampleur», qui a durement frappé les personnes âgées, a contribué à une surmortalité hivernale record de 18 300 décès en France, selon le bilan définitif de l'Institut de veille sanitaire .
2017 ,
Les chiffres publiés mercredi par l'agence Santé publique France le prouvent. L'épidémie de grippe a ainsi contribué à une surmortalité de 21 000 décès cet hiver, essentiellement chez les personnes âgées, un bilan bien plus lourd que lors de la dernière grande épidémie saisonnière, il y a deux ans.
a écrit le 16/01/2021 à 10:00 :
Mouais on est dans les chiffres des grosses grippes saisonnières en sommes.

Tout ça pour ça.

"Monsieur ya un incendie en salle des machines !"

"Ok faites sauter le bateau pour pas qu'il coule !"

Au secours.
a écrit le 16/01/2021 à 9:04 :
Ce que l'article oubli de mentionner, c'est qu'il y a en France environ 600 000 morts par an. 50 000 / 600 000 = 8 %. Compte tenu du fait que de nombreux malades ne sont pas allés voir le médecin ou n'ont pu se faire opérer à temps pendant cette période, une augmentation de la mortalité était inévitable.
Réponse de le 16/01/2021 à 21:27 :
en octobre j'ai utilise un modele econometrique simple pour montrer a ma femme
a l'epoque la surmortalite c'etait 2-3% ( ok ca a un peu bouge depuis)
j'ai utilise un modele simple ( ok, enseigne a bac+5++, mais sans amelioration base sur box jenkins))
a la louche je dirais qu'on est a 5-6% de surmortalite
quand on aura les chiffres officiels sous deux ans, on verra si apres le pic y a un trou ce qui veut dire que les morts auront juste eu qques mois de moins ( et en ephad, c'est plutot bon signe de mourir le plus tot possible, c'est un avis personnel)
a écrit le 16/01/2021 à 8:12 :
Absurde d'attribuer cela qu'au covid puisque ,l’OMS a fortement déconseillé aux médecins de pratiquer une autopsie en cas de ...covid ! ,donc personne ne peut dire exactement de quoi sont morte ces personnes en particulier en Ehpad ou l'on enferme aussitôt les corps dans des housses sans que des proches puissent au moins les voir.Grippe saisonnières ,malnutrition, ou tout simplement la fin de vie comme les 120000 personnes en Ehpad chaque année hors Covid.Il a bon dos ce virus.Mais, bon, c'est déjà bien de rappeler qu'il y a en France 620;000 morts chaque année apparemment certain en doutait ,c'est sur qu'il n'y a pas de bandeau ou un salomon tout les soirs à la TV pour ceux la.
a écrit le 15/01/2021 à 19:37 :
Un mort est un mort, c'est regrettable, mais c'est le jeu de vie.
Sur une centaine de départements, Français, ça fait environ...3 décès par jour par département. C'est un génocide ! Il faudrait raison garder.
Il y a 600 000 décès chaque année en France, soit 1 600 par jour. Il n'est pas illogique de penser qu'une grande partie des décès seraient arrivés avec ou sans le Covid. Admettons... la moitié, on tombe à 1,5 décès Covid Jour/Département. Certes, c'est 1,5 de trop, mais ne sommes nous pas "en guerre"? Un peu loin vers la boucherie de 14/18...Non?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :