Carlos Ghosn : Michel Sapin (PS) fustige le comportement de l'ancien PDG

 |   |  439  mots
(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
L'ancien ministre socialiste des Finances Michel Sapin s'est dit jeudi "choqué" par la volonté de l'ex-PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn de "s'expliquer en échappant à la justice", soulignant que "c'est parce qu'il est extrêmement riche" qu'il a pu fuir.

Les réactions pleuvent au lendemain de la conférence de Carlos Ghosn. Depuis Beyrouth, l'ancien PDG a dénoncé, mercredi 8 janvier, un "coup monté" contre lui, lors de sa première apparition publique depuis sa fuite rocambolesque du Japon, où il est accusé de malversations financières. Pour l'ancien ministre socialiste des Finances Michel Sapin, le comportement de l'ex magnat de l'automobile vis-à-vis de la justice japonaise n'est pas tolérable. Michel Sapin s'est dit, ce jeudi, "choqué" par la volonté de l'ex-PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn de "s'expliquer en échappant à la justice", soulignant que "c'est parce qu'il est extrêmement riche" qu'il a pu fuir.

"Il a le droit de se défendre, (...) de se considérer comme innocent (...), mais ce qui me choque, c'est de vouloir s'expliquer en échappant à la justice, alors que seule la justice, quelle qu'elle soit, dans un pays démocratique - le Japon, malgré tout, est un pays démocratique - est en capacité de dire ce qui est vrai ou pas vrai", a estimé M. Sapin sur France 2.

Tout aussi "choquant" selon l'ancien ministre, le fait que "c'est parce qu'il est extrêmement riche qu'il échappe à la justice" et "qu'il peut laisser des millions au Japon comme caution et payer une évasion".

La montée de l'Etat au capital de Renault en question

M. Sapin, qui était en 2015 ministre des Finances aux côtés du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, a par ailleurs reconnu que la hausse de la participation de l'Etat français dans Renault pour s'assurer l'octroi de droits de vote double, en tant qu'actionnaire de long terme, tout en refusant d'accorder des droits de vote à Nissan, avait "certainement créé un certain nombre d'incompréhensions avec le Japon, qui était représenté très très peu".

Mais c'est "l'arbitrage qui a été fait, c'est celui que j'ai appliqué", a-t-il assumé. La montée de l'Etat français au capital de Renault avait suscité la colère de Nissan qui détient 15% de Renault mais aucun droit de vote. Renault contrôle 43% de Nissan qui possède par ailleurs 34% de son compatriote Mitsubishi, mais l'ensemble a toujours été présenté comme une alliance entre égaux. Selon Carlos Ghosn, "cela a laissé une grande amertume au sein du management de Nissan et du gouvernement japonais (...) C'est là que les problèmes ont commencé".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2020 à 12:51 :
Ah, le bon Sapin...un apparatchik de première grandeur, un fonctionnaire grenouilleur, qui n'a sans doute jamais travaillé dans le privé, et qui sait très bien que c'est à la suite d'un montage calamiteux de l'état que l'affaire ghosn a e éclaté. En définitive, on reproche à ghosn une provision, non encaissée, et approuvée par force conseils et à fortiori par des commissaires aux comptes.
a écrit le 11/01/2020 à 23:50 :
Sapin et sa haine des riches, comme Hollande !

Il échappe depuis tant d'années à l'impot sur la fortune, et maintenant à l'I.F.I
Grace aux forets Exonérées : des millions d'eur placés,
et sa fortune à l'Ile de Ré..... et autres....
a écrit le 10/01/2020 à 21:27 :
Je pense qu'il a eu raison de quitter le Japon oui il a beaucoup d'argent, et alors, c'est pour cela qu'il n'avait pas droit de se défendre et d'avoir un procès équitable. Lui interdire de voir sa femme et le traiter en détention pire qu'un terroriste. Je comprends qu'il se soit fait la belle
a écrit le 10/01/2020 à 15:47 :
Il n est pas le premier à fuir la justice d un.pays jugee trop dure par le justiciable .Carles Puigdemont a fait de même et ca lui a réussi . Tout le monde a fustigé la supposée absence de démocratie en Espagne et il se retrouve aujourd hui depute européen. La référence dans notre monde ce n est pas la morale mais la capacité à se battre .CG est un patron et il nous a montré qu' il savait gerer les situations de crises pour rester maître de son destin . Le propos n est pas de faire l apologie de la fraude , c est juste la realite
a écrit le 09/01/2020 à 17:58 :
C'est sous Sapin que (le Père-Noël)...euh non ! que l'Etat a créé les embrouilles qui ont finalement abouties à un désastre juridique, financier, industriel.
Les "Jap" ont voulu réitèrer Pearl Harbor...bien mal leur en à pris et l'État Français...a tué une poule aux oeufs (bridés) mais en or.
Tout le monde est perdant et Renault à du souci à se faire.
Mais après tout, vu le silence assourdissant Français dans cette affaire et la célérité des Japonais à "serrer" Goshn, ne pourrait il pas y avoir collusion ventre les 2 pays ?
Affaire d'Etat, le doute est permis.
a écrit le 09/01/2020 à 16:07 :
Maintenant qu'on a l'avis de ce brave Sapin, on attend celui de Morano et de Duflot ! La crème de la crème !
a écrit le 09/01/2020 à 15:08 :
la crédibilité de cet ancien ministre socialo- communiste est à la hauteur de son incompétence économique et de sa triste réputation de mauvaise foi politique .
a écrit le 09/01/2020 à 14:57 :
Monsieur Sapin devrait savoir qu'à chaque fois que l'état intervient dans le domaine des entreprises, c'est une catastrophe. Un peu de mémoire , l'acier avec Usinor qui passe sous contrôle d'un indien ou plus près de nous Alstom avec Général Électric , Macron qui souhaite renforcer la participation de la France dans Nissan (déclenchant la fureur des japonais) le même Macron qui empêche Renault de fusionner avec Fiat etc.....
Les meccanos imaginés par les technocrates sont généralement catastrophiques. Monsieur Sapin ancien ministre des finances sait pertinemment pourquoi la France s'est désindustrialisée et connaît la responsabilité des politiques.
Il attaque l'ex PDG de Renault mais combien de responsables politiques seraient capables de créer de la valeur , de gérer intelligemment une entreprise , probablement aucun.
Réponse de le 09/01/2020 à 18:25 :
Pas souvent,parfois l'état quand il intervient,il peut faire de bonne chose... comme des mauvaises,tout dépend des politiciens/gouvernement en place et quand on voit la tête des clowns depuis plusieurs décennies là il y a de quoi avoir peur.
Le cas Renault/Fiat n'est pas de la faute de l'état,l'état souhaiter avoir des garanties et prendre le temps ce qui n'était pas une mauvaise chose lors ce qu'on veut faire une tel fusion,"alliance" d'entreprise,Fiat à agit comme si ils étaient en position de force et se sont enfuit comme des voleurs quand ils ont vus que "Ha non,ça risque de pas passer comme prévu" en mettant tout sur le dos de l'état français qui n'a fait qu'agir normalement car ils savaient que il fallait jouer sur l'émotion,"l'airbus européen" (avec une partie américaine que certains ne mentionne pas et tente de faire oublier) et tout le blabla pour faire passer la pilule.
En même temps,dur de ne pas profiter de la fragilité et de la faiblesse de l'état français dans les temps qui court,c'est sur qu'avec des bonnes têtes comme De Gaulle ça aurait mal finit pour Fiat.
a écrit le 09/01/2020 à 14:33 :
Evidemment, Macron l'arrogant et l'incompétent est à la source d'un nouveau problème. Ce petit personnage exécutant des commissaires de Bruxelles aura été une calamité nationale pire que Hollande.
a écrit le 09/01/2020 à 14:25 :
Mosieur sapin voudrait peut être se blanchir en tirant sur l'ambulance, tant il est sorti entaché de ses exploits es qualité de politicard au pouvoir ;

Ehhh behhh sieur sapin en est capable, tout comme la majorité des politicrads qui ont sacrifié massacré ABÎMÉ l'industrie de la France depuis 20 ans, avec une accélération sous l'ère Hollande/Macron/Sapin/Valls et maintenant sous l'ère Macron/Philippe/Delevoye/Lemaire/Darmanin.

Sieur Sapin et les pré-cités doivent se sentir très concernés par le rapport du groupe d'Etats contre la corruption (Greco) du Conseil de l'Europe appelle la France à plus de transparence face à la corruption

le Greco précise (sic) "En premier lieu, le plan d'action sur la prévention de la corruption qui couvre les personnes exerçant de hautes fonctions de l'exécutif (PHFE) du gouvernement doit être étendu aux membres du cabinet de la Présidence de la République" ...

un Référendum devient URGENT pous savoir si Macron peut encore exercer le pouvoir avec "ses équipiers"
a écrit le 09/01/2020 à 12:48 :
Le dernier liquidateur de la relation entre Renault et Nissan après Spin aura été Macron Attila via son inexpérience, sa désinvolture, voire sa capacité à briser le tissu industriel comme ensuite avec Alstom et les turbines du nucléaires français arabelle cédées aux ..américains et qui a joué ainsi l' avenir de la première marque automobile française au casino..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :