Carlos Ghosn se pose en victime d'un complot, orchestré par "une poignée d'individus sans scrupules"

 |   |  1131  mots
L'homme d'affaires fait l'objet de quatre inculpations au Japon.
L'homme d'affaires fait l'objet de quatre inculpations au Japon. (Crédits : Reuters)
Au cours d'une allocution très attendue, l'homme d'affaires de 65 ans a directement mis en cause Nissan, coupable, selon lui, de "collusion" avec le parquet japonais. L'industriel, qui fait l'objet de quatre inculpations, n'hésite pas à parler de "coup monté".

L'ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn a dénoncé, ce mercredi, un "coup monté" contre lui et s'est dit décidé à "laver son honneur", lors de sa première apparition publique à Beyrouth depuis sa fuite rocambolesque du Japon, où il est accusé de malversations financières.

Devant un parterre de quelque 150 journalistes méticuleusement choisis par son équipe de communication, le capitaine d'industrie déchu, théâtral et doigt accusateur, l'a proclamé: "présumé coupable" par le système judiciaire japonais, il n'avait "d'autre choix" que de fuir face à des accusations "sans fondements". "J'étais otage" au Japon, a-t-il ajouté, arguant de son "innocence". L'homme s'est dit "prêt à rester longtemps" au Liban, tout en précisant qu'il était "prêt à être jugé n'importe où à condition d'avoir un procès équitable".

M. Ghosn, 65 ans, qui fait l'objet de quatre inculpations au Japon, a dénoncé la "collusion, partout" entre Nissan et le procureur japonais, particulièrement au sujet de son arrestation, "un coup monté" selon lui, alors qu'il s'apprêtait à organiser une fusion entre Renault et Nissan. "Mon calvaire inimaginable résulte d'une poignée d'individus sans scrupules et vindicatifs", a-t-il insisté.

"J'ai été arraché à ma famille et mes proches", a dénoncé, débout et gesticulant, Carlos Ghosn.

Présent pour "laver son honneur"

Interpellé en novembre 2018 à la descente de son jet au Japon, l'homme d'affaires avait été libéré sous caution en avril 2019, au terme de 130 jours d'incarcération.

Assigné à domicile, il avait interdiction de quitter le Japon dans l'attente d'un procès dont la date n'avait pas été fixée, ainsi que de contacter son épouse Carole, visée par un mandat d'arrêt japonais pour faux témoignage.

"Je n'ai pas fui la justice, j'ai échappé à l'injustice et à la persécution", a-t-il martelé en anglais - après un préambule décliné en arabe et en français également.

Il a alors assuré se présenter devant les médias du monde entier pour "laver son honneur", tandis que des documents défilaient derrière lui pour soutenir son propos.

Selon lui, ses avocats lui ont dit qu'il risquait d'attendre cinq ans avant le verdict de son procès, une manière pour lui de justifier encore son statut de fugitif.

Quatre inculpations

S'il a prévenu qu'il n'était pas "là pour raconter comment [il] a fui le Japon", le récit de cette fuite rocambolesque a tenu en haleine les médias et a suscité l'ouverture d'enquêtes au Japon et en Turquie, où M. Ghosn - détenteur des nationalités française, libanaise et brésilienne - a fait escale.

Carlos Ghosn est soupçonné de s'être enfui en prenant un jet privé à l'aéroport international du Kansai, près d'Osaka (ouest japonais), avec deux complices présumés, de nationalité américaine, selon la télévision japonaise.

Il aurait échappé aux contrôles en se cachant dans un caisson de matériel pour des concerts, selon des médias japonais.

Lire aussi : On en sait plus sur l'évasion rocambolesque de Carlos Ghosn

"C'est moi seul qui ai organisé mon départ", avait-il martelé avant la conférence. Carole Ghosn a elle assuré qu'elle n'était "au courant de rien" concernant la fuite de son mari.

M. Ghosn fait l'objet de quatre inculpations au Japon: deux pour abus de confiance aggravé et deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (aussi poursuivi sur ce volet), notamment des montants qu'il devait toucher après sa retraite estimés par la justice à 9,23 milliards de yens (74 millions d'euros) de 2010 à 2018.

En amont de sa conférence, le magnat déchu de l'automobile avait affirmé à une chaîne de télévision américaine posséder des "preuves réelles" montrant qu'on voulait le faire tomber au Japon et qu'il allait donner des noms.

"Complot"

Le Liban, qui n'a pas d'accord d'extradition avec le Japon, a reçu une demande d'arrestation d'Interpol. M. Ghosn pourrait être entendu par le parquet général, comme l'impose la procédure, selon une source judiciaire. Beyrouth affirme qu'il est entré "légalement" au Liban muni d'un passeport français.

Les autorités japonaises ont dénoncé une évasion "injustifiable", tandis que le groupe automobile Nissan l'a qualifiée d'"extrêmement regrettable".

Depuis le début, M. Ghosn, ses proches et sa défense soutiennent qu'il a été victime d'un "complot" ourdi par Nissan, avec la complicité des autorités japonaises.

"Qui faisait partie de ce complot ?, a interrogé Carlos Ghosn, devant les journalistes réunis ce mercredi. À l'évidence [Hiroto] Saikawa [ancien DG de Nissan, poussé à la démission pour avoir touché des rémunérations indues] en faisait partie, Hari Nada [ancien bras droit de Carlos Ghosn] en faisait partie et [Toshiaki] Onuma [responsable du secrétariat chez Nissan]. Mais il y a bien d'autres personnes. [Masakazu] Toyoda, membre du conseil d'administration, faisait le lien entre le conseil de Nissan et les autorités.

L'industriel a toutefois précisé qu'il n'accusera pas de responsables japonais "pour ne pas nuire au Liban".

Des procureurs ont tenté mercredi de fouiller les bureaux d'un de ses avocats, Junichiro Hironaka, et de saisir des ordinateurs mais l'accès leur a été refusé, les avocats invoquant la "confidentialité entre un avocat et son client".

Son équipe juridique en France a fustigé les accusations de Nissan, qui affirme avoir des preuves contre M. Ghosn, quelques heures avant la conférence de presse, qualifiant l'enquête du constructeur automobile japonais de "grosse déformation de la vérité".

Cette enquête "a été lancée et entreprise dans le but spécifique et prédéterminé d'écarter Carlos Ghosn", ont ajouté ses avocats dans un communiqué.

"Il n'y a plus d'alliance"

L'ancien PDG de Renault-Nissan a par ailleurs affirmé que ces deux sociétés automobiles avaient perdu, depuis son arrestation au Japon en novembre 2018, des dizaines de millions de dollars par jour.

"La valorisation de Nissan depuis mon arrestation a baissé de plus de 10 milliards de dollars. Ils ont perdu plus de 40 millions de dollars par jour pendant cette période", a-t-il dit aux journalistes.

"C'est pas mieux pour Renault, parce que la valorisation de Renault a baissé, depuis mon arrestation, de plus de 5 milliards d'euros, ce qui signifie 20 millions d'euros par jour", a-t-il ajouté.

Au sujet de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn a affirmé qu'elle n'existait plus.

"Il n'y a plus d'alliance. L'alliance a raté l'immanquable avec Fiat Chrysler. C'est incroyable, ils se sont alliés à PSA. Comment peut-on rater une occasion énorme de devenir un acteur dominant de son secteur ?"

Lire aussi : Fiat Chrysler retire son offre de fusion avec Renault (qui plonge en Bourse)

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2020 à 15:56 :
les 50000 euros de la réception au château de Versailles (remboursés) paraissent modestes à côté des 500000 euros de costars de Jack la fête de la musique ( info vite étouffée par cette belle presse de gôche) , et les 3millions d'euros subitement évaporés du patrimoine de notre leader maximo ( dont l'ensemble de la presse a perdu la trace ) .
quant au gouvernement , garant des intérêts de l'Etat propriétaire de 25% de Renault ,titulaire de 34% des droits de vote chez Nissan ,comment peut-il accepter que cette entreprise sous contrôle Renault s'exonère unilatéralement de sa tutelle de gouvernance en faisant un véritable putsch illégal ?
en simple citoyen , je refuse cet état de fait et proteste en boycottant tout achat de véhicule Nissan et autre produit japonais .
mon commentaire peut être "modéré" , mais l'expression de la liberté de penser et de communiquer est un gage de vie de la démocratie .
a écrit le 09/01/2020 à 12:28 :
un grand capitaine de l'industrie qui a sauvé Renault au bord du gouffre et ensuite Nissan.
Et un exposé extrémement clair, précis, argumenté, avec reprise de champ, où il déjoue les accusations d'abus de bien social par des explications claires et documents à l'appuis ; un grand débat mais pas d'un énarque...

De même sur le complot de Nissan avec la complicité de la justice en contradiction avec les lois, une mise en prison sur du vent - ce que les spécialistes savaient déjà.
Le japon ne sort pas grandi de cette démonstration d'un système qui fait partie avec la Russie et la Chine, des pires de la planète.

Il va falloir avoir la vision contradictoire notamment sur les fêtes (bien qu'il ait expliqué qui a payé et dans quelles conditions, face aux ragots diffusés) mais les faits principaux sont trés clairs et extrêmement grave pour Nissan et la justice japonaise.
a écrit le 09/01/2020 à 12:27 :
un grand capitaine de l'industrie qui a sauvé Renault au bord du gouffre et ensuite Nissan.
Et un exposé extrémement clair, précis, argumenté, avec reprise de champ, où il déjoue les accusations d'abus de bien social par des explications claires et documents à l'appuis ; un grand débat mais pas d'un énarque...

De même sur le complot de Nissan avec la complicité de la justice en contradiction avec les lois, une mise en prison sur du vent - ce que les spécialistes savaient déjà.
Le japon ne sort pas grandi de cette démonstration d'un système qui fait partie avec la Russie et la Chine, des pires de la planète.

Il va falloir avoir la vision contradictoire notamment sur les fêtes (bien qu'il ait expliqué qui a payé et dans quelles conditions, face aux ragots diffusés) mais les faits principaux sont trés clairs et extrêmement grave pour Nissan et la justice japonaise.
a écrit le 09/01/2020 à 10:59 :
Pauvre James Ghosn, c'est la faute des autres, je suis plus blanc que blanc !
bandes des escrocs en col blanc.
a écrit le 09/01/2020 à 9:49 :
Un CG très solide hier. Les japonais se couvrent de ridicule dans cette affaire, qui va leur coûter cher. Il va s'en sortir par le haut, comme il l'a toujours fait. Ce petit procureur médiocre pourra ensuite se prosterner à la japonaise et se faire hara-kiri dans la forêt d'Aokigahara ! Hahaha !
a écrit le 09/01/2020 à 8:57 :
Que certains a Nissan aient voulu se debarasser de lui c est certain. Par contre c est bien lui qui c est amuse a celebrer son mariage a versailles au frais de renault, qui faisait salarier sa soeur et financer la start up du fiston pour la holding de controle ... Personne ne l a force

Quant a dire que la fusion avec Fiat etait une bonne chose pour renault ... absorber un canard boiteux est probablement pas une tres bonne idee, a part pour l ego des dirigeants (je suis le plus gros) et pour les proprios de fiat qui ont reussit a vendre un groupe en perdition au prix fort
a écrit le 09/01/2020 à 8:53 :
Notons qu'au final, selon la classe dirigeante c'était la CGT qui handicapait Renault maintenant que celle-ci a été totalement anéantie on constate en fait que ce sont les plus hauts responsables qui en sont la cause.

Merci beaucoup d'avoir éliminé ce syndicat d'imposteurs on voit bien mieux depuis !
a écrit le 09/01/2020 à 8:05 :
La "justice" en oligarchie, si tu es pauvre et innocent tu es accusé directement, si tu es riche et coupable tu pars à l'étranger pour attaquer la justice du pays qui veut te juger.

Qu’il soit coupable ou innocent, certainement un peu des deux, tout ceci laisse un sale arrière goût quand même hein...
a écrit le 08/01/2020 à 23:53 :
en parlant d individu sans scrupule, goshn en est le parfait exemple....
sur le plan de la justice Japonaise, on peut dire beaucoup il est vrai, mais goshn a dû bien exaspérer les japonais....de chez Nissan

concernant le dirigeant;.... vrai qu il y a 20 ans il a sauvé Nissan, mais d une part c 'est son mentor qui a prit la décision d acheter Nissan puis Dacia.... qui sont devenus, seulement ensuite, les vaches à lait du groupe....mais avec les failles que l on connait, de qualité puis de performance commerciale chez Nissan.... et une marque Renaul en forme très moyenne, hors captur et clio,.....

bref..... en interne, le beau Carlos était loin de faire l unanimité

quand à l electrique, elle a été initiée aux USA, par le sieur Carlos tavares à l époque....

dernier point..... Goshn nous expluqe que l alliance est finie, mais pas si certain que ça....
a écrit le 08/01/2020 à 22:40 :
Que Carlos Ghosn ait trop joué avec les lignes, porté par un égo à la mesure de ses succès, scolaires et universitaires (X Mines, lui qui venait d'un pays du tiers monde..), puis chez Michelin, et ensuite un cursus fulgurant chez Renault puis Nissan, ses 4/5 langues étrangères etc..).., nul n'en doute. Mais ce qui finalement lui est reproché par la justice japonaise, -la non déclaration de sommes "promises" mais non actées, et des carabistouilles au regard de ses émoluments (que sont 50 000 euros quand on gagne 1 million par mois?), tout cela ne justifiait en rien un tel traitement, arrêté et détenu sans être même interrogé au préalable! Quant aux peccadilles qui concernent non pas Nissan mais Renault, les frais ridicules liés au château de Versailles, évidemment choquantes pour le vulgum pecus, moi compris, on ne sait même pas s'ils feraient l'objet d'une condamnation en France dès lors qu'ils ont été "remboursés". Il reste dans cette affaire une haine féroce des japonais envers quelqu'un qui a brisé des codes (et qui n'a pas senti l'irritation qu'il provoquait), des procureurs qui rappellent les temps de l'inquisition, des atteintes à la présomption d'innocence, et un traitement de la personne inutilement délibérément vexatoire et qui s'apparente à de la torture mentale (lui interdire de parler à sa famille et à sa femme, mais quelle justification à de telles pratiques?). Alors oui, nous voulons bien comprendre les différences culturelles, mais nous ne les acceptons pas! Et très généralement, si le Japon veut participer au marché mondial, et il ne s'en prive pas, doit évoluer pour comprendre, aussi, les incompréhensions que suscitent ses usages!
a écrit le 08/01/2020 à 21:18 :
Quelle chance que Renault ai eu un patron de cette trampe ! et dire qu'il a la moitié d'un salaire de footballeur.. Qui de nous aurait résisté 130 jours aux interrogatoires de ces procureurs aux masques antipollution ridicules. On comprends comment Renault était devenu leader. L'honneur Japonais?, demander aux baleines ce quelles en pensent. Ces patrons Japonais qui se confondent en excuses pendant que fukushima fuit de toutes parts, simplement parce qu'ils n'avaient pas prévu un mur assez haut. Nissan a voulu jouer les Brutus, sauf que l'issue évolue trés différement.. (Les erreurs ne se regrettes pas, elles s'assument. Simone Veil). Le Japon supraendetté s'est ridiculisé, pauvre procureur. Chance Mr Ghosn qu'un homme comme vous ai dirigé un groupe Français. ( D'ailleurs l'initiative de voiture electrique, c'est Renault. (voir Pub Voeux Renault 2010 sur youtube..).Pour Nissan c'est retour vers 1999 ? Ce mec est de fer et se bat comme un lion.. ça rappelle des De Gaulle, Churchill...
Réponse de le 08/01/2020 à 22:12 :
ne confondez pas tout, les japonais sont ridicules en plein de choses comme vous l'avez dis, "baleines", "fukushima", "endettement", justice à 2 balle etc...
mais ne croyez pas que Ghosn soit un excellent dirigeant d'entreprise, il profite à fond des aides de l'état (toutes les diverses primes versées pour l'achat de véhicules)
en 2009 il était bien content que l'état lui offre une ligne de crédit de 3 milliards d'euros pour soit disant sauvegarder l'emploi (surtout son emploi)
les assistés ne sont pas ceux qu'on croit
a écrit le 08/01/2020 à 20:14 :
La justice Japonnaise a visiblement été trop coulante avec lui en le laissant en liberté conditionnelle.

En Europe, il jouissait d'une impunité engendrée par son statue de fortune, au japon, ce genre de comportement est inadmissible. Beaucoup on fait le Hara-kiri après avoir abusé pour moins.

Il est trainé en justice dans plusieurs pays. Vue qu'il est épris de justice, il va se rendre, par exemple aux autorité Française?

On y crois tous..
Réponse de le 09/01/2020 à 8:25 :
Demandez combien de jour d'incarcération les responsables de TEPCO qui ont fait beaucoup plus de dégât ( responsables de ce qui est arrivé à Fukushima ) ont eu?
mais ils étaient japonais et connaissaient les politiques dirigeant le pays...
On peut dire ce que l'on veut de Ghosn, mais aujourd’hui des pays comme les US ( affaire alsthom ) et le Japon instrumente leur justice à des fins économiques sans aucun respect des droits de la défense ni la recherche de la vérité. Et personne en Europe ne bouge pour défendre l'industrie européenne
a écrit le 08/01/2020 à 19:47 :
Je trouve Ghosn très bon dans la série Game of Nissan Throne
La première saison avait bien débuté avec la mise en cage du héros mais on finissait par se lasser
La saison 2 repart à fond, super et espérons que ça continue
Prochain épisode du reality show: harakiri du procureur nippon et Ghosn revient chez Nissan pour bouter les félons hors de chez Nissan?
Vivement la suite...ça nous change des tribulations de Martinez à Paris et des autres âneries habituelles.
a écrit le 08/01/2020 à 18:25 :
Je n'ai aucune idée quand à l'innocence ou culpabilité de M. Ghosn
Même si il y a des zones d'ombres (départ de Dubaï de l'avion, amende de 1 million de dollar réglée par Ghosn à la SEC), laissons faire la justice

Moi ce que je trouve rigolo,c'est que le complotisme, il y a quelques années, c'était une affaire de gueux, de derniers de cordée, qui voyaient des complots partout et il fallait les protéger des fakenews et tout leur expliquer (car ils ne comprennent rien)
Mais depuis quelles années, on retrouve plein de premiers de cordée criant au complots, qu'ils soient journalistes, capitaines d'industrie et même Président de la République (gilets jaunes pilotés par l'étranger, non mais mort de rire^^)
Réponse de le 08/01/2020 à 19:33 :
En tout internet ça aide beaucoup ; pour piloter d’un sens ou de l’autre
Mort de rire aussi,
J’adore l’🐻
Je ne rêve que de «  ça « 
a écrit le 08/01/2020 à 17:55 :
M; Ghosn a trois nationalités. Mais d'où est-il? Il a au moins compris qu'il n'était pas japonais!
"L’homme moderne troque sa terre contre le monde. Quelle brillante affaire!
Ils sont nombreux ceux qui, en troquant la « patrie » d’hier contre un cosmopolitisme de deuxième classe, lâchent la proie pour l’ombre, la terre pour la chimère. » Jean Améry
a écrit le 08/01/2020 à 17:45 :
Collusion, complot....on ne peut pas faire plus classique comme ligne de défense ! pas très innovant et pas besoin d'avoir une ribambelle d'avocats à ses cotés pour dire çà ?
Innocent ? alors pourquoi Carlos Ghosn avait accepté de payer au civil un million de dollars aux autorités américaines, dans le cadre d'un accord à l'amiable afin d'éviter d'être poursuivi aux Etats-Unis pour les mêmes faits de paiements différés dissimulés dans les rapports boursiers de Nissan ? L"argent achète tout, même l'innocence.
a écrit le 08/01/2020 à 16:37 :
Je pense qu’il dit la vérité même si il a fait des c******* comme beaucoup d’autres en France,n’est ce pas ?... entre ceux qui ont fuient en Suisse au «  chaud » et ceux qui sont «  invités «  en smoking «  avec leur dents de requins et leur sourire de crocodile « au Japon ...
Je suis sûr que c’est une histoire de fric pour faire la fusion entre fiât et le lion bref encore histoire de fric
Cet homme a mon avis on lui a menti pour « le coincer « au Japon .
L’argent ne fait le bonheur de personne surtout quand c’est des gens qui font du mal aux autres sans fondement ou que la cause est le «  fric » contre la destruction d’une vie humaine.
a écrit le 08/01/2020 à 16:13 :
Et sauf preuve du contraire, et pour l'instant il n'y en a pas, il a raison. D'autre part si cet incapable de Macron n'avait pas fusillé l'Alliance avec sa manip débile de droits de vote, cela aurait pu être différent, les trois entreprises ne seraient pas en mauvais état aujourd'hui, et l'alliance avec Fiat-Chrysler aurait pu se faire. Quel gâchis.
a écrit le 08/01/2020 à 16:08 :
Aucune facture de vente ou de prestations réelles ne peut-être égale a zéro. Cela s'appelle au minimum un acte anormal de gestion et au pire un abus de bien social. Enfin la mise à disposition de locaux pour le PDG est inscrit dans les Pv d'assemblée et constitue un avantage imposable.
Réponse de le 08/01/2020 à 20:06 :
"Enfin la mise à disposition de locaux pour le PDG est inscrit dans les Pv d'assemblée et constitue un avantage imposable."

En France certainement, mais Mr Ghosn n'est pas résident fiscal français. Les règles ne s'appliquent pas
Réponse de le 08/01/2020 à 21:58 :
Je précise à Comptable que ce fugitif en cavale est accusé par le Japon et par Nissan de malversations financières et de revenus non déclarés. Ce fugitif se prévaut d'une mise à disposition de locaux: si tel est le cas, il lui suffit de le prouver à Nissan via des actes juridiques (l'équivalent français de pv d'ag). SI rien n'est écrit, il ment. Et je crois qu'il ment.
Si la mise à disposition a été effectuée par des structures françaises., il s'agit de revenus de source françaises, qui sont toujours imposables (retenue à la source ou autre)
J'imagine aussi que ces mises à disposition sont des revenus à déclarer au Japon en tant que revenus imposables
a écrit le 08/01/2020 à 16:05 :
Pas mal d'aigreur , un ego surdimensionné pour lui qui n'est plus personne sinon carlos gone ;mais ; Ou sont les preuves ?
a écrit le 08/01/2020 à 15:57 :
La France ne dira rien, le Japon est un très gros investisseurs ici.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :