"Cela a été une erreur de baisser le budget de la Culture" (Valls)

 |   |  350  mots
Il ne faut jamais donner de mauvais signe quand on parle de culture, a déclaré Manuel Valls à Cannes.
"Il ne faut jamais donner de mauvais signe quand on parle de culture", a déclaré Manuel Valls à Cannes. (Crédits : Reuters)
On aurait donc oublié que ce secteur contribue 7 fois plus au PIB français que l'industrie automobile? A Cannes, le Premier ministre a estimé que la baisse du budget de la Culture au cours des deux premières années du quinquennat de François Hollande est apparue comme "un signe négatif". Il s'est engagé à conserver, voire augmenter les budgets de la création et de l'éducation artistique.

"Il ne faut jamais donner de mauvais signe quand on parle de culture."

Dimanche 17 mai, lors d'un colloque à Cannes consacré aux droits d'auteurs et au numérique, Manuel Valls a fait son mea culpa. Sur les coupes effectuées dans le budget de la Culture et de la Communication lors des deux premières années du quinquennat de François Hollande (-4% en 2013 et -2% en 2014), il a affirmé:

"Cela a été une erreur au cours des deux premières années du quinquennat de François Hollande de baisser le budget de la Culture [...]. C'est apparu comme un signe négatif.

"Les budgets de la création et de l'éducation artistique seront conservés"

"Avec la ministre de la Culture Fleur Pellerin, nous avons décidé que les budgets de la création et de l'éducation artistique seraient conservés, voire augmentés, pour les deux ans à venir", a en outre promis Manuel Valls.

Pour rappel, en 2015, le budget de la Culture et de la Communication a été légèrement augmenté (de 0,33%), après deux années de baisse. Il a également été épargné par les nouvelles coupes budgétaires annoncées pour le budget 2016 afin de garantir 14,5 milliards d'euros d'économies cette année-là.

Ainsi, le ministère de la Culture et de la Communication fait partie des ministères jugés prioritaires, avec l'Education, la Justice, l'Intérieur et la Défense, également épargnés.

Le ministère de la Culture, sous la pression financière

Pour rappel, le ministère de la Culture est particulièrement soumis à la  pression financière. Par exemple, plus d'une centaine de festivals ont été annulés à cause de suppressions de subventions publiques depuis mars 2014.

La culture est pourtant jugée particulièrement rentable dans un rapport des ministères de l'Economie et de la Culture publié début 2014. Il montre notamment que ce secteur contribue 7 fois plus au PIB français que l'industrie automobile avec 57,8 milliards d'euros de valeur ajoutée par an. Il révèle également que les seules entreprises culturelles emploient quelque 670.000 personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2015 à 1:45 :
Mouais, encore les délires de nos fausses écritures. Depuis quand le recyclage d'argent fiscalisé sous forme de rentes et autres aides directes constitue-t-il un facteur création de richesse collective? Ponctionner la collectivité pour permettre à d'autres de dépenser comme ils le veulent (tant que c'est du PC) ne relève pas de la création de richesse, mais de son détournement. Non?
a écrit le 19/05/2015 à 10:26 :
Tous les derniers films de Christian CLAVIER ont été subventionnés par de l'argent public de l'état français c'est-à-dire avec l'argent des contribuables français pourtant Monsieur Chrisitan CLAVIER préfèrent vivre en Angleterre pour éviter de payer des impôts en France. Monsieur Valls vous devriez revoir surtout comment l'argent public est utilisé dans le milieu culturel car beaucoup s'en mette plein les poches sans contre partie !!!
a écrit le 19/05/2015 à 7:41 :
Fastoche la repentance,tel un baume qui adouci un mal et permet de faire croire que l'on est là quand il le faut et faire croire que tout va s'arranger.Bref,on s'engage sans s'engager...
a écrit le 18/05/2015 à 20:11 :
La culture des socialistes étant l'achat des électeurs, Valls dit juste : pour continuer d'avoir les postes, et l'argent qui va avec, il faut continuer d'arroser le sable .
Et que fait Valls pour les 6.500.000 chercheurs d'emploi ? Rien ...,,
Réponse de le 19/05/2015 à 10:51 :
Si les chômeurs allaient massivement voter pour n'importe quel parti autre que les principaux et surtout pas le vote blanc ou l'abstention, les élections deviendraient totalement imprévisibles et là c'est certain que les politiciens s'occuperait de satisfaire les chômeurs. Ca s'applique également aux travailleurs des classes moyennes et petites. Les politiciens s'occupent surtout de ceux qui votent contre eux et aujourd'hui les citoyens ne votent plus alors qu'ils arrêtent de ce plaindre et pour 2017 qu'ils se lève juste deux dimanche pour aller massivement voter contre droite et gauche conventionnel... Comme ça en 2022 ont retrouvera un pays avec des politiciens qui travailleront pour nous...
a écrit le 18/05/2015 à 18:42 :
Moi j'ai voté socialiste, c'était aussi une erreur.
Réponse de le 18/05/2015 à 20:28 :
+10000
"erare humanum est persevare diabolicum" (quelque chose comme ca)

si tu comprends pas demande a Najat elle va t'expliquer
Réponse de le 19/05/2015 à 10:53 :
Ca dépend au premier tour OUI vous auriez dû voter pour un autre parti que les principaux. Au second NON, la suite du règne de Sarkozy aurait mis notre pays encore plus bas...
a écrit le 18/05/2015 à 17:24 :
les socialistes adorent la repentance.
Déjà on nous avait expliquer l'erreur d'avoir sous estimé la crise, ou encore l'erreur d'avoir autant augmenté les prélèvements.
En tout cas du coté des électeurs aussi ça sent la repentance pour 2017 !
Réponse de le 19/05/2015 à 10:58 :
Quel repentance? Il n'y a aucun choix politique. En 2017 l'UMP (ou son nouveau nom de parti) et en 2022 le PS... Ouah quelle repentance... On dirait 2012 !
a écrit le 18/05/2015 à 17:22 :
Je suggère à tous ceux qui trouvent que les intermittents sont des privilégiés, de tenter l'expérience une fois dans leur vie.
Être intermittent c'est dire adieu au CDI (vous savez celui qui vous rassure et auquel vous êtes accrochés comme une huitre à son rocher), être en recherche d'emploi constante, toute sa vie (vous savez ce truc qui, je ne vous le souhaite pas, pourrait vous arriver et, avec un peu de chance, pas plus de deux ou trois fois au cours de votre carrière).
Être intermittent c'est se former pendant ces périodes de chômage (vous savez, ce que vous ne faites que 2 ou 3 fois dans votre carrière et je parle de vrai formation), c'est écrire, développer des projets dont certains ne seront jamais financés (ce département s'appelle Recherche et Développement dans une entreprise, sauf que là, personne n'est payé pour le faire).
Vu ce que rapporte la culture (qui ne limite pas au cinéma et à la musique) à la France, le statut d'intermittent est véritablement rien à financer.
On peut parler des subventions d'état à l'automobile, au bâtiment, là on peut parler d'argent foutu en l'air et qui n'aide pas les français.
Réponse de le 18/05/2015 à 17:54 :
Votre commentaire est très convaincant et je le partage. Mais, il serait judicieux, de taxer les vedettes du showbizness, pour financer les intermittents. Ne sont-elles pas les premières à bénéficier du travail de fourmis que font ceux-ci?
Les propos de solidarité prononcés par la majorité de ces vedettes ne trouveraient-ils pas un véritable sens auprès des citoyens? Surtout en ce moment avec le festival de Cannes, où leurs défilés sur le tapis rouge me paraît être un affront au peuples qui souffrent?
Réponse de le 18/05/2015 à 18:24 :
Comment font les autres pays au monde ? Le statut d 'intermittent c est prétendre se faire subventionner avec les sous des assedic de l'ouvrier du coin.Ou alors on fait une caisse séparée et payée par tous les intervenants de la culture ( ou répertoriée comme telle ). Les usbventions à l automobile ? lesquelles , on appelle subvention du diesel, le fait de limiter la taxe à un montant déjà considérable.
Réponse de le 18/05/2015 à 18:42 :
C'est pour cette raison que les indemnités des intermittents ont été plafonnées (trop d'abus par les stars au salaires très élevés - à tort ou à raison, c'est un autre débat) et le CNC n'aidera plus les films où les salaires de ces stars dépasseront un certain seuil. (Une très bonne chose, que l'argent aille au film et pas à une personne !)
Pour ce qui est des taxes et impôts, elles en paient comme les autres sur leurs revenus, d'où le départ à l'étranger de certaines d'entre elles.
Concernant les Assedics, il faut en parler d'une manière réaliste : les caisses sont censées être solidaires entre elles, et certaines sont largement bénéficiaires. Pourquoi cela semble poser un problème ? Parce que les Assedics ne sont pas une assications loi 1901. Ils ont le droit de faire des bénéfices. Où vont-ils ? Est-on en droit de se poser cette question ? Quelles sont leurs frais de fonctionnement ? Peut être qu'en examinant tout ça, les cotisations pourraient baisser, mais les Assedics ne font pas faire ce travail qui nuirait à leurs finances...

Le défilé des stars sur le tapis rouge est-il un affront aux peuples qui souffrent ? C'est un grand débat, mais je crois que ce sont avant tout les politiques menées dans les pays du monde (des démocraties aux diverses dictatures) qui sont quand même plus à mettre en cause.
Réponse de le 19/05/2015 à 9:18 :
Personellement je vois pas pourquoi les intermittants au chomage devraient etre subventionnes par le plombier au chomage. Si vous voulez un regime specifique, soit. mais que ca soit avec VOS cotisations. pas celle de tout le monde.

Sinon c est sur qu avec 500 h/mois, vous avez interet a vous entrainer en dehors. Vous imaginez un plombier qui ne ferait rien 10 mois sur 12 ? c ets sur qu il risquerait vite d etre rouillé
Réponse de le 19/05/2015 à 10:46 :
Le plombier étant dans la plupart des cas un artisant/travailleur indépendant, il ne cotise pas au chômage.

Si vous avez une solution pour que les artistes et techniciens travaillent toute l'année, ils seront sans doute preneurs.
Réponse de le 19/05/2015 à 10:51 :
@pas d'accord
La plupart des autres pays du monde n'ont pas ou peu d’industrie culturelle. C'est un secteur où la France fait partie des leaders. (3e producteur mondial de films, exception culturelle permettant aux artistes français d'être diffusés en radio, par exemples) Au regard de ce qu'elle rapporte, le petit déficit des intermittents c'est rien et surtout, c'est un faux débat.
Quand notre pays a quelque chose qui marche (et qu'on nous envie) vous tirez dessus...
a écrit le 18/05/2015 à 16:08 :
Quand on voit la nullité de nombre d'actions et de spectacles divers dits culturels, on peut diviser le budget de la culture par au moins 3. Quant aux intermittents, qu'ils se mettent au travail comme les autres salariés.
a écrit le 18/05/2015 à 15:02 :
Valls prepare 2017 : calinoteraphie en direction de ce foyer d'electeurs de gauche qui vivent sous perfusion d'argent public.
a écrit le 18/05/2015 à 14:09 :
Monsieur Valls marié à une violoniste professionnelle dépendant des subventions de l'état se bat pour qu'elle ne rejoigne pas les 7 millions de chômeurs et pour une fois seront d'accord sur le sujet avec Sarkozy marié à une chanteuse... Comme quoi la République bananière à bon dos !
Réponse de le 19/05/2015 à 10:56 :
Ils n'ont pas besoins d'être mariés à des artistes vu le cinéma qu'ils nous font depuis 20 ans... Ce sont de bon artistes le problème reste juste qu'on ne voit toujours pas l générique de fin. Ben Hur était long mais avait une fin alors que là...
a écrit le 18/05/2015 à 13:01 :
Vu comment les acteurs se gavent et les intermittents coulent les ASSEDIC, on leur donne suffisamment pour réaliser des "oeuvres" ennuyeuses et prétentieuses.
Réponse de le 18/05/2015 à 19:38 :
Vous confondez art et divertissement.
a écrit le 18/05/2015 à 12:20 :
La culture vue par le toréador d'opérette elle se résume à deux choses, la première à abrutir les gens pour qu'il deviennent de bons bobo de gauche, la seconde pour faire profiter son épouse des médias.
a écrit le 18/05/2015 à 11:52 :
Qui peut raisonnablement croire que la culture genere 7 fois le PIB du secteur automobile ?
Si c est le cas alors , il n'y a aucune raison de la subventionner et renflouer le secteur avec les intermittents du spectacle , les SOFICA et autres dispositifs couteux dont un secteur aussi brillant ne doit logiquement pas avoir besoin.
a écrit le 18/05/2015 à 11:30 :
Si la culture a besoin de subventions, aprés tout...alors qu'on nous foute la paix avec des droits d'auteur quasi à perpétuité et transmissible par héritage. Les routes que nous payons avec nos impôts sont gratuites, alors pourquoi les spectacles déjà amortis avec les subventions....etc mon boulanger n'est pas subventionné et je paye ma baguette
a écrit le 18/05/2015 à 10:38 :
C est vrai quoi, il y a plein de bureau a refaire apres celui du chef de Radio France et les taxis comptent sur la directrice de l INA pour faire leur CA...
Je sais que c est jamais agreable d aller dire a des gens qu ils vont toucher moins de subventions et que ceux ci ne vont pas applaudir, mais si on est un homme d etat il faut savoir quelque fois dire la verite !
a écrit le 18/05/2015 à 10:33 :
L'erreur historique , c'est de ne pas avoir dissout le ministère de la culture ...!
Réponse de le 18/05/2015 à 11:05 :
Ca a été une autre erreur bien grave de mettre normal 1° comme président...
Réponse de le 18/05/2015 à 19:43 :
Si vous rêvez de vivre dans un pays morne et triste il y a bien quelques dictatures par ci par là qui vous accueilleront à bras ouverts.
a écrit le 18/05/2015 à 10:04 :
HUMOUR? LA CULTURE ET AUSSI INPORTANTE QUE L AGRICULTURE? L UN NOURIR LE CORP ET L AUTRE L ESPRIT? NOUS AVONS BESOIN DES DEUX/ L EMPLOIES ET TRES PRESENT DANS L ART ET LA CULTURE?
Réponse de le 18/05/2015 à 15:40 :
Certes, mais en compensation, les femmes illettrées qui découpent le poulets en Bretagne pour 1200€ par mois devraient travailler 45 par semaine pour compenser les 507 heures annuelles des intermittents du spectacle.
Réponse de le 19/05/2015 à 7:40 :
@janego : +10000
@verite : oui la culture fait du bien à l'esprit mais actuellement c'est juste un bon plan pour certains d’être mieux payés sur le dos des autres. surtout quand on voit qu'une bonne partie est financée par les impôts.... L'idée de performance n'existe pas on dirait vu le nombre de navets qu'on nous pond chaque année.
a écrit le 18/05/2015 à 9:42 :
Mr Valls prendrait-il le mauvais pli des politiciens français de gauche comme de droite depuis Chirac : l'intérêt général est la somme des intérêts corporatistes ?
a écrit le 18/05/2015 à 9:15 :
ca a été une erreur de ne pas faire des quotas avec l'Espagne on n'en serait pas là !
a écrit le 18/05/2015 à 8:49 :
Il faut diminuer ou limiter l'argent de la culture, surtout quand celle ci sert à financer des films / series plus mauvais les uns que les autres. Cet argent public sert à payer les cachets meme si le film ne rapporte rien en salle/dvd/etc. En gros on fait n'importe quoi avec des projets soit disant culturels mais on est quand même payés. Bravo bel esprit de performance.
a écrit le 18/05/2015 à 8:14 :
Vu comment l argent y est gaspillé.
Faire des coupes peu parfois être bénéfique pour tout remettre à plat.

Quand on parle d'améliorer la performance dans ce milieu, on vous rit au nez. (Vécu x100)
a écrit le 18/05/2015 à 8:02 :
Incapable....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :