Chômage : l'Insee table sur une stabilisation à 10% à la fin de l'année

 |   |  360  mots
L'emploi total progresserait de 116.000 postes en 2015 après seulement 24.000 en 2014, et cette hausse attendue de l'emploi serait suffisante pour compenser la hausse de la population active et donc stabiliser le taux de chômage, explique l'institut de statistiques.
"L'emploi total progresserait de 116.000 postes en 2015 après seulement 24.000 en 2014", et cette hausse attendue de l'emploi serait "suffisante pour compenser la hausse de la population active" et donc stabiliser le taux de chômage, explique l'institut de statistiques. (Crédits : reuters.com)
Ce taux, qui reste proche du pic historique de 1997, représente néanmoins une légère baisse par rapport à fin 2014. L'amélioration est due à un regain d'activité entraînant celui de l'emploi marchand.

Il ne va pas augmenter... mais il ne va pas non plus baisser. Le taux de chômage devrait se stabiliser au second semestre 2015 à 10% en métropole, en très légère baisse (0,1 point) par rapport à 2014, selon des prévisions publiées jeudi 1er octobre par l'Insee.

L'Institut de statistiques est un peu plus optimiste que dans ses dernières projections, puisqu'il tablait en juin sur 10,1% en France métropolitaine. Ce taux de 10% reste proche du pic historique de 1997 (10,4%).

L'emploi marchand croît

Le taux de chômage au sens du BIT (Bureau international du travail), qui s'était stabilisé au deuxième trimestre à 10%, devrait rester à ce niveau jusqu'à la fin de l'année (contre 10,1% au second semestre 2014). En incluant l'outre-mer, le chômage s'établirait à 10,3% fin 2015 (contre 10,5% fin 2014), précise l'Insee.

Cette stabilisation s'explique par l'amélioration des perspectives en termes d'effectifs, due au regain d'activité: les créations d'emplois marchands, qui ont rebondi au deuxième trimestre après un léger repli, continueraient ainsi de se redresser au second semestre, en augmentant de 25.000 postes. Cela représenterait une progression de 41.000 postes sur l'année 2015, après une perte de 63.000 postes en 2014.

Un premier effet des crédit d'impôts pour la compétitivité et l'emploi?

Les créations d'emploi dans le secteur marchand, cœur de l'économie, sont portées par "une activité mieux orientée et surtout par l'enrichissement de la croissance en emplois apportée par le CICE (crédit d'impôts pour la compétitivité et l'emploi) et le pacte de responsabilité", principale arme du gouvernement pour relancer l'emploi, a précisé lors d'une conférence de presse Dorian Roucher, chef de la division synthèse conjoncturelle de l'Insee.

Par ailleurs, l'emploi dans les branches non marchandes progresserait "nettement" fin 2015, comme ce fut le cas en 2014, "en grande partie du fait des contrats aidés", ajoute l'Insee: 55.000 postes supplémentaires, dont 35.000 contrats aidés.

"L'emploi total progresserait de 116.000 postes en 2015 après seulement 24.000 en 2014", et cette hausse attendue de l'emploi serait "suffisante pour compenser la hausse de la population active" et donc stabiliser le taux de chômage, a observé Dorian Roucher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2015 à 19:02 :
En Europe le chômage est élevé, plus important qu’aux USA ou au Japon où il est de 3%. Ne devrait-on réaliser une remise en cause de la société, il existerait 300 000 emplois non pourvus, ne devrait-on améliorer le fonctionnement institutionnel. Par ailleurs, les déficits feraient peu de croissance. On parle d’un chômage diplômé élevé et on serait classés 11ème pour l’innovation en Europe. Il y aurait des plans sociaux, le pouvoir d’achat serait plutôt à la baisse, ne devrait-on faire des ajustements pour une meilleure performance ? On parle d’une crise en 2009, aura-t-elle des conséquences dans les urnes alors que les Américains sont pratiquement au plein emploi comme les Allemands. On aurait des soucis de champions, tout le monde n'a pas un statut protégé
a écrit le 03/10/2015 à 21:47 :
Plutôt que de nous annoncer le nombre de chômeurs tous les mois, pourriez vous nous donner le pourcentage de travailleurs appartenant à la classe d'âge de 18 ans à 63 ans. Merci d'avance on pourra enfin se rendre compte que le problème n'est pas le financement des retraites...
a écrit le 03/10/2015 à 16:26 :
On parle de chômage, il y aurait 300 000 emplois non pourvus, n’est-ce pas un régime imbécile à corriger?
a écrit le 03/10/2015 à 15:08 :
Pour l’emploi ne sommes-nous pas dans un régime bizarre ? Aux usa les citoyens renvoient des fonctionnaires, en France des fonctionnaires en sureffectif mettent les salariés au chômage…
Pouvez-vous commenter qu’on publie dans la presse que les excès de bureaucratie détruiraient l’emploi, l’entreprise et le PIB ?
On ferait une politique de demande sans offre, on ferait des pipos-litiques ou être people-itique ?
a écrit le 03/10/2015 à 11:19 :
C'est Lulu qui va être content d'apprendre que sa situation va restée stable jusqu'à la fin de l'année !!! En plus d’apprendre cela d'un organisme qui a pesé sur son licenciement parce que son patron avait trop de charges liées aux service publics ...............
a écrit le 02/10/2015 à 13:14 :
Pour la croissance nous avons depuis 2010 USA 2,5 1,6 2,3 2,2 2,4 / Allemagne 4,1 3,6 0,4 0,1 1,6 / Japon 4,7 -0,5 1,8 1,6 - 0,1 / Suède 6 2,7 -0.3 1,3 2,3 / Angleterre 1,9 1,6 0,7 1,7 2,6 / Mexique 5,1 4 4 1,4 2,1 / Belgique 2,5 1,6 0,1 0,3 1,1 / Canada 3,4 3,0 19 2,0 2,5 / Danemark 1,6 1,2 -0,7 -0,5 1,1 / Pays-Bas 1,1 1,7 -1,6 -0,7 0,9 / Grèce -5,4 -8,9 -6,6 -3,9 0,8 / Italie 1,7 0,6 -2,8 -1,7 -0,4 / Espagne 0 -0,6 -2,1 -1,2 1,4 / France 2 2,1 0,2 0,7 0,2. La croissance en Amérique du nord est meilleure qu’en Europe, aux USA, au Canada et au Mexique. L’Espagne et l’Italie ont des croissances négatives sur la période. La croissance française a faibli en 2012. En 2014, la croissance française est faible par rapport à nos voisins. Le chômage est double en France par rapport aux usa, à l’Allemagne et au Japon, n’avons-nous pas des remises en causes économiques ou des réformes de société à réaliser pour plus de croissance et moins de chômage. Depuis la crise de 2009, que faisons-nous, la croissance française passe sous celle de l’Allemagne ce qui n’était pas le cas auparavant. On parle de décrochage. Les résultats européens s’ils peuvent être supérieurs aux usa, ne sont-ils pas mauvais après crise, n’avons-nous pas un souci d’institutions ? La croissance serait à nouveau existante, aurons-nous comme en Allemagne la résorption du déficit pour des excédents et une balance commerciale positive, comme nos voisins alors qu’on parle critères de convergence ? Le PMI d’Août serait négatif, puis positif en Septembre, l’Etat ne devrait-il faire plus d’efforts ?
a écrit le 02/10/2015 à 12:06 :
Tant de chômeurs. A un chipotage près, on est au record historique du chômage en France. Les bulles vont exploser. La bulle boursière, soutenue à coups de milliards par la bce, sera la première.
La seconde sera la bulle immobilière. Avec plus de 2,5 vendeurs par acheteur, il sera très dur d'être proprio cet hiver... Impossible de vendre, et des rentabilités moisies et des moins values énormes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :