Chômage : hausse en décembre mais baisse sur l'année 2016

Le chômage a progressé en décembre de 0,8%, soit 26.000 inscrits de plus en catégorie "A". Mais sur l'ensemble de l'année 2016, dans cette même catégorie, on enregistre 107.400 inscrits en moins. Une inversion de la courbe réelle mais tardive et masquée par les 550.300 inscrits supplémentaires enregistrés depuis l'arrivée de François Hollande à l'Elysée.
Jean-Christophe Chanut
En 2016, si l'on tient compte de la seule catégorie A, la courbe du chômage s'est réellement inversée avec 107.400 inscrits en moins. Mais d'autres catégories, moins visibles, sont elles en hausse. Au total, depuis l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, il y a 550.300 inscrits en plus en  catégorie A. Le taux de chômage est également orienté à la baisse.
En 2016, si l'on tient compte de la seule catégorie "A", la courbe du chômage s'est réellement inversée avec 107.400 inscrits en moins. Mais d'autres catégories, moins visibles, sont elles en hausse. Au total, depuis l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, il y a 550.300 inscrits en plus en "catégorie A". Le taux de chômage est également orienté à la baisse. (Crédits : reuters.com)

C'est raté pour la passe des quatre. En décembre, le nombre des demandeurs d'emploi en catégorie « A » a progressé de 0,8%, soit 26.100 inscrits de plus par rapport à novembre. Et ce après trois mois de baisse consécutifs. Il n'en reste pas moins que si l'on se cantonne à « la courbe officielle » du chômage, celle qui prend en compte les inscrits en catégorie « A » en France métropolitaine, l'inversion s'est réellement produite en 2016... malgré les apparences.

107.400 inscrits de moins sur un an en catégorie "A"

Alors certes, politiquement parlant, ce retournement de tendance tant attendu, semble invisible, voire illisible tant, durant les quatre premières années du quinquennat, la progression a été forte. Pourtant, les données sont là. En 2016, sur douze mois de statistiques mensuelles, on a enregistré sept baisses. En trois mois, le nombre des inscrits dans la catégorie « A » a diminué de 17.400 (- 0,5%). Cela porte à 107.400 (- 3%) la baisse globale sur l'année 2016. C'est la première fois depuis... 2007, que le nombre des inscrits à Pôle emploi dans cette fameuse catégorie « A » est inférieur en fin d'année par rapport au début de l'année.

Fin décembre, il y a très exactement 3.473.100 inscrits en catégorie « A » en France métropolitaine (3.729.300 avec les DOM), contre 3.447.000 un mois plus tôt et surtout 3.580.500 fin 2015 (3.840.600 avec les Dom).

Si, cette fois, on inclut, les catégories « B et C », c'est-a-dire les demandeurs d'emploi ayant exercé une activité plus ou moins réduite dans le mois, le nombre total des inscrits « A, B, C » est resté stable sur un mois (5.475.700 pour la France métropolitaine et 5.782.200 avec les DOM)) et quasiment au même niveau sur un an (Ils étaient 5.478.000 en décembre 2015).

Boum des chômeurs en formation

Si l'on rentre dans le détail des catégories, sur un an, quelques mouvements importants sont à signaler. La catégorie « C » - demandeurs d'emploi ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois - a ainsi fortement progressé sur un an, passant de 1.182.700 fin décembre 2015 (France métropolitaine) à 1.301.300 fin 2016, soit une hausse de 8,9%. Il s'agit là de personne exerçant un emploi mais qui sont inscrits à Pôle emploi dans l'espoir d'en trouver un autre. Quant à la catégorie « D », elle fait carrément un bond de 24,6% en un an, passant de 274.200 à 338.300. Il faut voir dans cet important mouvement l'un des effets du plan « 500.000 chômeurs » décidé par François Hollande, car la catégorie « D » accueille notamment les chômeurs en formation. Un "boum" qui va bien sûr donné lieu à de très nombreux commentaires sur les "tripatouillages".

A noter également que ce sont les jeunes de moins de 25 ans qui sont les principaux bénéficiaires de la baisse du chômage. Malgré une légère progression en décembre (+3.400, soit +0,7%), le nombre de jeunes demandeurs d'emploi sans activité diminue de 14.900 (-3,0 %) sur les trois derniers mois. Le bilan annuel est également favorable car leur nombre diminue pour la deuxième année consécutive : la baisse enregistrée en 2016 (-46.100, soit -8,8%) est même plus de deux fois supérieure à celle de l'année 2015 et permet au nombre de jeunes inscrits de retrouver son niveau de mi-2011.

Autre donnée plutôt positive, sur l'ensemble de l'année 2016, la baisse du nombre des chômeurs de longue durée (inscription depuis plus d'un an) atteint 58.300 (-2,4%).

Alors pourquoi cette baisse (tardive du chômage). Il y a bien sûr la politique des emplois aidés (sous toutes leurs formes), le plan « 500.000 chômeurs déjà évoqué » mais, indéniablement aussi, la (fragile) croissance. Selon l'Insee, près de 237.000 créations de postes ont été enregistrées dans le secteur marchand au cours des 18 derniers mois, dont 157.00 depuis le début 2016. Et selon l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), les embauches en CDI en 2016 ont augmenté de près de 9% par rapport à 2015.

Une inversion politique invisible

Que penser alors de toutes ces données. François Hollande, qui a renoncé à briguer un second mandat, ou plutôt qui en a été empêché, avait eu la très malheureuse idée d'annoncer dès septembre 2012 une prochaine « inversion de la courbe du chômage ». Le ministre du Travail de l'époque, Michel Sapin, avait multiplié les circonvolutions pour expliquer les propos présidentiels... très imprudents.

En fait donc, il aura fallu attendre l'année 2016 pour que, réellement, cette courbe du chômage s'inverse. Bien trop tard dans l'esprit du grand public. Pourquoi ? Tout simplement parce que la hausse a été beaucoup trop massive sur les quatre premières années du quinquennat. Il faut en effet avoir à l'esprit que, à ce stade, depuis l'arrivée de François Hollande à l'Elysée en mai 2012, il y a tout de même 550.300 inscrits en plus en catégorie « A » et ce malgré la baisse de 2016.

Alors certes, on peut toujours accuser Pôle emploi de « bidouiller » les statistiques, notamment en faisant passer les chômeurs d'une catégorie à une autre. Tout ceci est faux mais le scepticisme demeure malgré tout...Et iI n'y a rien à faire.... Quel que soit le gouvernement en place, il est toujours soupçonné de faire pression sur Pôle emploi pour « truquer» les données mensuelles sur les demandeurs d'emploi en jouant notamment sur les radiations.

Le taux de chômage : le vrai juge de paix

Aussi, afin d'éviter toutes les polémiques sur la façon dont Pôle emploi comptabilise le nombre des demandeurs d'emploi, le vrai juge de paix est davantage constitué par un autre indicateur : le taux de chômage, le seul d'ailleurs reconnu sur le plan international.

Calculé par l'Insee, celui-ci a le mérite de neutraliser certaines données, telle l'augmentation de la population active. Ainsi, selon les dernières prévisions de l'Insee - les données définitives ne sont pas encore connues, il faudra attendre mars- le chômage devrait avoir reculé à 9,6% en métropole (9,9% en France entière) à la fin 2016, soit une baisse de 0,4 point depuis la fin 2015 quand il atteignait 10%. Et cette décrue se poursuivrait jusqu'à la mi-2017 pour atteindre 9,5% de la population active en métropole fin juin.

Reste aussi, qu'au-delà des statistiques officielles, selon une étude de l'OFCE, au total, en intégrant le sous-emploi et le  "halo du chômage" (temps partiel subi, chômeurs découragés qui ne s'inscrivent plus, etc.), ce sont près de 6 millions de personnes qui se trouvent dans une situation fragile vis-à-vis de l'emploi, soit... 8% de plus que quatre ans auparavant, ce qui correspond à 400.000 personnes supplémentaires. Un constat dur à avaler pour une majorité « de gauche » qui avait fait de la baisse du chômage sa priorité. Difficile dans ces conditions de "vendre", politiquement parlant, les récents bons résultats... pourtant réels.

Jean-Christophe Chanut
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 25/01/2017 à 19:46
Signaler
A force de tripoter la catégorie A pour la vider dans d'autres ou dans des stages bidons, le pouvoir socialiste voulait faire croire à une embellie, mais il n'en est malheureusement rien, et tout le mode le sait bien. Marchands de plumes.

à écrit le 25/01/2017 à 18:31
Signaler
Dans nos régions de l'ouest, Bretagne, Pays de la Loire, nous restons toujours les meilleurs, et nos taux de chômage ont baissé plus que les autres. Quand aux jeunes peu diplômés on a beaucoup de place dans l'agroalimentaire, pour les très diplômés,...

à écrit le 25/01/2017 à 12:34
Signaler
"Si vous n'arrivez pas à trouver durablement un travail , c'est peut-être dû au fait que vous ne pouvez pas travailler. C'est pas d'vot' fot' de pas être très douée, vous savez. Ne le prenez pas mal. Vous devriez vous rapprocher du Centre Médico Psy...

à écrit le 25/01/2017 à 10:18
Signaler
Les emplois aidés ont contribué à relancer l'économie française. Prenons l'exemple de Ségolène, experte comptable en Charente, elle a pu reprendre une activité professionnelle à Paris rapidement. En contrat aidé comme ministre, elle participe pleinem...

le 25/01/2017 à 11:43
Signaler
Sans compter que Pénélope et Ségolène consomment,donc ce sont de nouvelles rentrées fiscales pour le gouvernement!

le 25/01/2017 à 13:13
Signaler
C'est peut être une sorte de revenu universel ( ou d'emploi garanti ) à toutes et tous) qui est testé ?

à écrit le 25/01/2017 à 8:22
Signaler
Se sont les bon chiffres, car les socialistes sont fâchés avec les mathémétiques :)

à écrit le 25/01/2017 à 7:59
Signaler
La pyramide des ages explique la baisse des arrivants sur le marché du travail, mais c'est de faible durée; cela repart à la hausse dès l'année prochaine; que le prochain Président en tienne compte, mais qui est suffisamment intelligent pour le compr...

à écrit le 25/01/2017 à 7:48
Signaler
Ce qui est artificiel ne peut être pérenne! Sauf pour la satisfaction du promoteur!

à écrit le 25/01/2017 à 7:43
Signaler
rectification le mode de calcul a changer 3fois sous l'ere hollande valls sapin si le mode de 2012 avais ete conserve ont serais a plus exp plus de 600000 chomeur en plus en moins de 5ans

à écrit le 24/01/2017 à 19:39
Signaler
m'enfin sapin on a oublié de bidouiller les chiffres pour inverser la courbe de ce mois???tout fout le camp bouboule sapin dit "le riche à l'ISF" est vraiment nul.

le 24/01/2017 à 20:08
Signaler
Je pense qu'il était en vacances. Il ne peut pas tout faire....

le 24/01/2017 à 23:04
Signaler
1°) A moins d'être nul en économie et en logique et de croire au père noël, les 200 chömeurs supplémentaires entre juin 2012 et juin 2013 ne peuvent pas être imputés à HOLLANDE, car les premières mesures n'ont pu voir le jour qu'à partir de début 201...

le 25/01/2017 à 1:13
Signaler
Ni la gauche ni la droite ne bidouillent les chiffres du chômage. C'est une insulte à notre pays que de l'écrire, mais évidemment venant de vous cela n'a que peu de portée.

le 25/01/2017 à 10:42
Signaler
N'oublions de parler également du franc succès des contrats de dégénération. J'adore quand les mairies progressistes embauchent des jeunes pour les faire marcher dehors avec de beaux kway rouge. Il faut plus d'animateur de prévention de l'insécurit...

à écrit le 24/01/2017 à 19:09
Signaler
artez en Allemagne ou en Grande Bretagne, y'a de l'embauche là-bas ! Vous n'êtes pas plus bête que les autres Faites une bonne formation en PNL pour améliorer votre savoir-être ( faire un sourire. Effet miroir: il va se synchroniser avec vous) Ca ...

à écrit le 24/01/2017 à 19:09
Signaler
quand le dernier de la classe se réjouit d'avoir gagné une place, il est intéressant de regarder plu haut comment se sont comportés les bons élèves. a. France : depuis 2012 : plus 550.000 chômeurs b. Allemagne : réduction de 455.000 chômeurs c. ...

le 25/01/2017 à 1:11
Signaler
Vous avez du volontairement oublier quelques chiffres des pays qui ont eu une dégradation pire que la France!?! Le hasard? Vous prenez des chiffres du chômage au sens du BIT pour les autres pays et les comparez à des chiffre "pôle emploi" pour la...

le 25/01/2017 à 19:02
Signaler
Appeler ces gens comme chômeurs, c'est considérer que la France à provoqué 550000 pertes de postes de travail, ce qui est faux, la moyenne depuis 2012 c'est 150000 nouveaux postes par an soit 600000 postes. Ce sont des demandeurs d'emploi et il faut...

à écrit le 24/01/2017 à 18:39
Signaler
rose = socialiste = morose Vivement le printemps !!

le 25/01/2017 à 9:37
Signaler
sinisitROSE

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.