Climat tendu en Bardot et Hulot

 |   |  305  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Brigitte Bardot et Nicolas Hulot se sont affrontés au téléphone et dans les médias samedi et dimanche, la première qualifiant  le ministre de la Transition écologique de "trouillard" et le deuxième traitant l'activiste de "démago".

L'ancienne actrice, devenue porte-parole de la cause animale, a envoyé le premier coup. Dans une interview accordée à Var-matin samedi, elle reproche à Nicolas Hulot sa gestion des dossiers sur la chasse, le glyphosate et le plan loup 2018, tout en le qualifiant de "trouillard de première classe" qui "ne sert à rien".

L'ancien animateur de télévision l'a appelée dimanche pour régler ses comptes, ce que Brigitte Bardot a peu apprécié.

"Dossiers bloqués par l'Elysée"

"J'ai été réveillée, aujourd'hui dimanche 12 août à 10 heures du matin par un coup de téléphone d'un Nicolas Hulot en rage me traitant de lâche, de mielleuse vis-à-vis du président, m'avouant que ses dossiers étaient bloqués par l'Elysée et qu'il ne pouvait rien faire", a-t-elle écrit sur Twitter.

Le ministre a confirmé son appel. "J'ai simplement l'habitude quand je suis contrarié par des déclarations que je trouve injustes et injurieuses d'appeler les gens en direct", a-t-il dit sur Franceinfo.

Le ministre ne mâche pas ses mots

"Mais enfin où est la lâcheté quand on injurie à distance tranquillement de sa propriété tropézienne et qu'on fait de la démagogie sur les animaux ?", a-t-il ajouté.

"Je suis convaincu que madame Bardot a fait œuvre utile dans le temps qu'elle a consacré à la protection des animaux, mais elle ne les a pas toujours servis : on ne peut pas parler de la condition animale tout en ignorant la condition humaine."

"Avec Madame Bardot, ça n'a plus aucun intérêt, tout est dans l'excès, tout est dans l'invective et l'humain n'est jamais présent. Moi, je veux arriver à ne pas confronter les uns contre les autres. Il y a beaucoup, y compris dans sa propre fondation, d'interlocuteurs qui me semblent beaucoup plus pertinents."

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :