Commerce extérieur : le déficit se stabilise en janvier

 |   |  246  mots
(Crédits : Reuters)
Le déficit commercial de la France est resté stable en janvier à 4,9 milliards d'euros, contre 5 milliards en décembre, marqué par le recul des échanges constaté au cours des derniers mois, ont annoncé les douanes vendredi.

"Les importations sont tendanciellement à la baisse depuis le quatrième trimestre 2019", ont observé les douanes qui ne font aucune référence à l'épidémie de coronavirus qui a provoqué l'arrêt d'usines en Chine à la mi-janvier, avec des répercussions sur le commerce international.

Coup de frein des exportations

Elles ont toutefois constaté une diminution "plus récente et plus marquée" des exportations, mais elles l'ont attribuée à "de moindres livraisons de matériels de transport après un pic observé en novembre".

Le déficit des produits énergétiques est resté lui aussi "globalement stable" en janvier, avec une baisse des livraisons observée depuis août dernier qui "contrebalance" celle des approvisionnements.

En cumul sur les 12 derniers mois glissants, le déficit commercial se maintient depuis le mois de mai autour de 60 milliards d'euros, revenant ainsi "à un niveau proche de 2017, après la baisse sensible observée en 2018", ont souligné les douanes.

La balance des transactions courantes en berne

Pour sa part, le solde des transactions courantes s'est dégradé en janvier à 2,8 milliards d'euros, soit 2,5 milliards de plus qu'en décembre, a indiqué la Banque de France dans un communiqué.

Elle attribue ce recul au solde des biens hors énergie, qui passe d'un excédent de 1,3 milliard d'euros en décembre 2019 à un déficit de 2,1 milliards. Le déficit énergétique est, quant à lui, resté stable à 3,2 milliards. En revanche, l'excédent des services s'est amélioré de 800 millions pour atteindre 2,4 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2020 à 15:58 :
Premièrement nous continuons à produire globalement du moyen de gamme à salaire relativement élevé et deuxièmement, nous sommes quasi absent dans des pans entiers par exemple la tech (téléphonie, équipements télécom, ordinateurs, robots...).On a soit des produits pas très compétitifs soit pas de produits du tout. On exporte donc relativement peu en valeur et on importe énormément tout ce que nous ne fabriquons pas ou plus et une grande partie de notre énergie.Le déficit structurel de la balance commerciale est donc logique.
a écrit le 07/03/2020 à 9:55 :
Un beau sourire et des grands et longs discours ne suffisent pas pour convaincre l'étranger.
a écrit le 06/03/2020 à 19:10 :
Voila donc la pseudo "efficacité" de la team france export (bousiness France + cci) qui rassemble tous les technocrates en cravates incompétents, dont certains en poste dans des pays dont ils ne parlent pas la langue et n'ont aucune expérience antérieure dans les pays, mais prennent des gros salaires, soi disant pour aider les PME à exporter.
a écrit le 06/03/2020 à 18:10 :
Si c'est moins pire alors on est content !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :