Coronavirus : les variants sont-ils « une nouvelle épidémie » comme l'affirme le président du Conseil scientifique ?

 |  | 1359 mots
Lecture 7 min.
L'apparition de variants du SARS-CoV-2 soulève de nombreuses inquiétudes et  « change complètement la donne » selon le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy.
L'apparition de variants du SARS-CoV-2 soulève de nombreuses inquiétudes et « change complètement la donne » selon le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy. (Crédits : CARLO ALLEGRI)
L'apparition soudaine de variants du SARS-CoV-2 assombrit les perspectives d'une sortie de crise sanitaire, en raison d'une plus grande contagiosité... L'efficacité même des vaccins et des anticorps est remise en question. Celle du BioNTech/Pfizer semble avérée contre la mutation N501Y, mais serait moins évidente sur la mutation partagée par le sud-africain et le brésilien. Moderna certifie également l'efficacité mais constate aussi « une réduction par six » des niveaux d'anticorps contre le variant sud-africain.

> VOIR le dossier : la course aux vaccins

Partout dans le monde a débuté une nouvelle course contre la montre, cette fois pour traquer les variants. Tout juste identifiés, le variant britannique ainsi que ses cousins sud-africain et brésilien soulèvent de nombreuses inquiétudes : sont-ils plus dangereux ? Plus transmissibles ? Plus difficiles à détecter ? Plus résistants aux actuels vaccins ? Plus mortels comme l'a indiqué Boris Johnson, le Premier ministre britannique ?

Après avoir infecté les cellules humaines, les virus à ARN (comme le coronavirus) se reproduisent en se dupliquant comme des clones. Mais les nouvelles copies contiennent parfois des erreurs, appelées mutations. Dans une pure logique darwinienne, elles perdurent en cas de bonne adaptation du virus à son environnement. Plus un virus circule et plus il mute. Le variant britannique a été repéré dans 60 pays, dans 23 pour le sud-africain. D'autres ont été détectés notamment aux Etats-Unis. Ils ne représentent que la partie émergée de l'iceberg, leur multiplication étant favorisée par une circulation active du virus.

Première à avoir été repérée, la souche anglaise deviendrait majoritaire en France fin février-début mars, selon l'Inserm. Observée pour la première fois dans des échantillons prélevés mi-septembre dans le Kent, elle pourrait provenir d'un patient immunodéprimé. Infecté pendant une longue période sans parvenir à détruire le virus, ce patient aurait contaminé un nombre élevé de personnes. La capacité de transmission de ce variant apparaît en effet supérieure de 50 à 70% à celle du SARS-CoV-2 originel. Christian Rabaud, infectiologue et président de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2021 à 10:11 :
il me semble que le Pr Raoult parlait déjà de variants il y a quelques mois (septembre 2020) et il pouvait l'affirmer puisqu'il génotypait tout les découverts à l'IHU Méditerranée. Il me semble à l'époque que tous ces scientifiques de salon qui passent leurs journées à la TV et qui n'ont jamais rien découvert, l'avaient décrié et décrété que c'était faux. Et maintenant on nous parle de variants à n'en plus finir. Pour faire la part des choses il faut savoir qu'un virus comme le SARS CoV2 mute beaucoup plus que le virus de la grippe comme tous les virus à ARN. Alors arrêtez de nous gonfler avec vos variants.
Réponse de le 26/01/2021 à 16:48 :
"le Pr Raoult parlait déjà de variants il y a quelques mois (septembre 2020)"

Oui, la vidéo est d'ailleurs sur YouTube
Réponse de le 26/01/2021 à 18:05 :
Professeur Raoult qui, par ailleurs, est poursuivi par le conseil de l'ordre des médecins, sur demande gouvernementale, pour diffamation et charlatanisme, comme Peronne, Toussaint, Montagner, et tous ceux qui ne relaient pas la parole officielle du parti. Bienvenue dans la "démocratie" du nouvel ordre mondial.
a écrit le 26/01/2021 à 10:08 :
Quand va t on nous annoncer que la covid n'est qu'un variant idéologique de la grippe?
a écrit le 26/01/2021 à 9:52 :
Dans cette course aux lois liberticides toujours plus folle entre les différents gouvernements européens, l'Allemagne a visiblement décidé de franchir un nouveau palier en ce début d'année 2021. En effet, dans un reportage daté du 22 janvier, le journal allemand Bild nous rapporte que le Land de Schleswig-Holstein s'apprête à ouvrir en Février dans la ville de Moltsfelde un centre de détention pour les personnes qui, à plusieurs reprises et qu'elle qu'en soit la raison, n'auraient pas respecté leur quarantaine.Comme pour mieux appuyer ces propos, le reporter nous explique ensuite que si ce centre, habituellement occupé par des ados et des enfants, possède bien un terrain de basket et une cour dans laquelle il est possible de se promener, cette option ne sera pour autant pas disponible pour les détenus qui auront rompu leur quarantaine, puisqu'ils seront obligés de rester dans l'une des six « cellules de 12m² ».
Même si ce nombre de cellules disponibles est faible d'un point de vue dissuasif, il n'en demeure pas moins qu’un nouveau cap vient bel et bien d'être franchi outre-Rhin dans la lutte contre le coronavirus. Une innovation répressive dont le gouvernement français ne nous a pas encore vanté les mérites.

Ce reportage vidéo de Bild vise ostensiblement à inciter les gens à rester chez eux, au risque sinon d'être traités comme des criminels. Les termes « détenus » et « prison corona » y sont par exemple mentionnés. Même si Jan Peter Schröder, administrateur du district de Segeberg, reconnaît qu'il s'agit là de la dernière étape possible à mettre en place dans la lutte contre la pandémie, puisque celle-ci va directement à l'encontre « de la liberté fondamentale de circuler », Sönke E. Schulz, le directeur général du Land, se veut quant à lui moins diplomate. Il prévient : « Si tu ne te soumets pas à la quarantaine... Dernière chance, ou on a un bel établissement à Moltsfelde »..
Réponse de le 26/01/2021 à 18:36 :
En matière d'enfermement et de détention, les Allemands sont nos maîtres à tous. Chassez le naturel, il revient au galop, aucune nation n'ayant autant d'expérience 😁. Cette solution est à l'étude dans les cabinets ministériels européens, puisque ce tournant historique est programmé et piloté depuis longtemps.
A propos d'histoire, il semblerait bien que les historiens et les professeurs aient menti à des générations entières d'européens : ce sont bien les nazis qui ont gagné la 2e guerre mondiale (les chinois, eux, c'est la 3e) et le communisme n'a pas disparu en 1989, puisque les gouvernements mondiaux, et singulièrement les occidentaux, tendent à utiliser, à des degrés divers, les mêmes méthodes de travail et de gouvernement.
a écrit le 26/01/2021 à 9:39 :
Le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca a défendu lundi 25 janvier 2021 l'efficacité de son vaccin pour les personnes âgées de plus de 65 ans, démentant les affirmations de deux médias allemands selon lesquels Berlin remet en cause la performance du produit pour cette classe d'âge. "Les articles selon lesquels l'efficacité du vaccin AstraZeneca/Oxford ne serait que de 8% chez les adultes de plus de 65 ans sont complètement faux", a indiqué un porte-parole d'AstraZeneca dans une déclaration transmise à l'AFP.

Le journal Bild Zeitung et le quotidien économique Handelsblatt ont affirmé lundi soir que le gouvernement allemand doutait de l'efficacité du vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, développé avec l'université d'Oxford, sur les personnes âgées de plus de 65 ans. Selon Handelsblatt, qui se réclame de sources gouvernementales, Berlin table sur une efficacité de 8% pour cette classe d'âge. Bild Zeitung, également sous couvert de sources gouvernementales, écrit que la coalition d'Angela Merkel s'attend à ce que le vaccin AstraZeneca/Oxford, qui devrait recevoir vendredi le feu vert réglementaire de l'UE, ne soit pas homologué pour les plus de 65 ans, avec un impact important sur la stratégie vaccinale de nombreux pays.
Réponse de le 26/01/2021 à 18:18 :
Si on va au bout du raisonnement allemand, s'il n'est pas efficace pour les +65 ans, pourquoi le serait il pour les -65 ans ? Et s'il est efficace quand même, pourquoi interdit on aux citoyens de choisir leur vaccin, comme c'est le cas en France ?
Après, en matière de progrès médicaux, pour les vaccins et le reste, on peut faire confiance aux Allemands, qui ont eu de très bons médecins entre 1940 et 1945 notamment.
a écrit le 25/01/2021 à 18:56 :
Dans 10 ans on aura un bon vaccin.
Dans la logique des choses puisqu'en temps "normal", c'est le temps nécessaire à l'élaboration d'un vaccin "normalement bon".
a écrit le 25/01/2021 à 18:55 :
Dans 10 ans on aura un bon vaccin.
Dans la logique des choses puisqu'en temps "normal", c'est le temps nécessaire à l'élaboration d'un vaccin "normalement bon".
a écrit le 25/01/2021 à 18:20 :
Point: le "vaccin" à ARN n'est pas un vaccin.
a écrit le 25/01/2021 à 18:17 :
Les mutations indigènes sont inévitables car un virus migrant a besoin de s'adapter à son hôte pour survivre. Le véritable scandale c'est l'absence de confinement aux frontières des états prétendus souverains... au nom du socialisme.

Combien de vaccins faudra-t-il pour vaincre une multitude de virus mutants?

Les laboratoires sont bien incapables de lutter efficacement (cf. échec par dilution homéopathique en Israel) contre le CoViD-19 alors s'il faut lutter contre ses nombreux cousins... nous allons à la catastrophe internationale!
a écrit le 25/01/2021 à 17:20 :
C'est quand même curieux ce qui se passe : à chaque pays son variant. Apres des dizaines de milliers de mutations depuis un an, le covid est soudain plus "dangereux". Ils tombent vraiment bien ces variants ...
a écrit le 25/01/2021 à 16:53 :
.Point 10 : les vaccins à ARN messager sont efficaces contre le virus et ses variants .
Point 2 : Faites taire Delfraissy et consorts .
a écrit le 25/01/2021 à 16:32 :
Ce conseil n'est pas scientifique et se contredit volontiers . De toute façon l'action gouvernementale est sous le joug des lits d'hôpitaux . Depuis un an c'est le critère qui conduit tout droit le pays au désastre économique bien plus mortel que le virus . La bonne attitude eut été de ne jamais confiner tout en mettant en place le masque taxe d'inutile ... , des mesures d'hygiène , des exigences fortes aux frontières et protection avec assistance maximum des anciens .
Quel est le bénéfice en pourcentage du confinement sur le nombre de décès. Moins de 50% ! Ce bénéfice va fondre avec la montée de la misère qui va suivre et faucher la jeunesse . Les premiers de cordées font ils encore illusion ?
a écrit le 25/01/2021 à 15:46 :
"L'efficacité même des vaccins et des anticorps est remise en question."

Ce n'est pas de l'avis des médias de masse, avis extrêmement important visiblement puisque chaque annonce qu'ils font est suivi par le gouvernement, qui nous disent que les vaccins couvrent également les variants. C'est ce qui se dit tous les jours H24 à la télé hein. Dnnc soit vous nous faites peur soit vous nous faites acheter mais à un moment il faut choisir !

Mais bon ce soir peut-être diront ils autre chose ou plus sûrement quand tous les premiers vaccins seront vendus non ? Bref notre système est une vaste supercherie et pour connaître la vérité là dedans il faut être très fort, m'est avis que même le plus fort des plus forts a abandonné l'idée de la chercher.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :