COVID-19 en 24h : médecins libéraux, dette publique européenne, Dunkerque...

 |  | 1309 mots
Lecture 8 min.
(Crédits : POOL)
L'isolement des personnes contaminées par le Covid passera de sept à dix jours à compter de lundi, a annoncé jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran, pour faire face aux risques posés par les variants, plus contagieux. Dans le même temps, le ministère de la Culture tente de lâcher du lest pour les festivals prévus cet été. Voici le graphique et les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.

L'INFO À SUIVRE - Moins de 30.000 médecins libéraux inscrits pour vacciner la semaine prochaine

Moins de 30.000 médecins libéraux, essentiellement des généralistes, se sont portés volontaires pour vacciner dans leurs cabinets à partir du 25 février, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de la Santé, qui n'utilisera donc que la moitié des 550.000 doses livrées par AstraZeneca.

D'après la direction générale de la santé (DGS), "28.844 médecins libéraux se sont appareillés auprès d'une officine de référence pour la première livraison de doses réservées à la ville".

Officiellement prévenus vendredi, les praticiens avaient jusqu'à mercredi 23H00 pour se manifester auprès d'un pharmacien afin de recevoir la semaine prochaine un flacon de 10 doses du vaccin AstraZeneca.

L'appel a surtout été suivi par les généralistes, qui représentent près de 97% des inscrits. Leur principal syndicat voit donc le verre à moitié plein: "C'est un bon résultat compte tenu du délai très court dont nous disposions et des informations qui circulent sur l'efficacité et les effets secondaires de ce vaccin", déclare à l'AFP Jacques Battistoni, président de MG France.

Mais les pharmaciens voient au contraire le verre à moitié vide, avec plus de 250.000 doses qui n'ont pas trouvé preneur.

"C'est dommage d'avoir toutes ces doses en réserve, mais les médecins ne pouvaient pas tous dégager une demi-journée pour vacciner dix patients d'affilée", constate Philippe Besset, président du syndicat FSPF, convaincu qu'il "manque la vaccination en pharmacie, en appui des médecins".

Un point de vue...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2021 à 13:02 :
La dette publique européenne, vous en voulez encore de cette UE là qui préempte l' argent des contributeurs nets, enfle la dette et d 'abord celle des états ?

YAKAFOKON

Ainsi Les 2 députés Émilie Cariou et Aurelien Taché ex-LREM ont la solution:

1) l’UE est un échec total
2) il faut un « renouveau de son projet sur une base fédéraliste et démocratique »

En 64ans (traité de Rome), c'est la 2351e tribune franco-française qui récite
« l’UE ne marche pas, il faut plus d'UE»
Bien entendu, pas plus que leurs milliers de prédécesseurs qui ont récité le même mantra depuis 64 ans, Élilie Cariou et Aurelien Taché n'ont soumis leur projet de «renouveau» aux 26 autres peuples européens etc..

Il est plus simple de culpabiliser les seuls Français ! F Aselineau hier..
a écrit le 19/02/2021 à 9:16 :
Une image terrifiante. Et le vaccin russe quand est-ce que l'on y aura droit svp ?
a écrit le 19/02/2021 à 9:14 :
Un décret, qui concerne environ 5.000 personnes, a été rendu public jeudi par l’Etat de la Cité du Vatican. Concrètement, si un employé refuse le vaccin contre le Covid-19, il risque "des conséquences plus ou moins importantes pouvant aller jusqu’à l’interruption de la relation de travail". Les autorités considèrent que "le refus de la vaccination peut également présenter un risque pour autrui" et un refus de vaccination représenterait un "risque pour la santé publique". Le Vatican pourrait aller jusqu’au licenciement pour les employés refusant de se faire vacciner,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :