Cinéma, musique, livres... la culture se relèvera-t-elle en 2021 ?

 |  | 842 mots
Lecture 5 min.
Photo d'illustration. Salles de concert, théâtres, maisons d'opéra et de danse, auront connu tour à tour fermetures, jauges réduites, couvre-feu puis nouvelles fermetures.
Photo d'illustration. Salles de concert, théâtres, maisons d'opéra et de danse, auront connu tour à tour fermetures, jauges réduites, couvre-feu puis nouvelles fermetures. (Crédits : Reuters)
Les rock-stars ont le blues, les salles obscures et les musées broient du noir: mis à terre par le confinement, le monde de la culture ne devrait se relever que timidement en 2021. Passage en revue des différents secteurs en cinq points.
  • L'envie de lire, et après ?

Le confinement a donné envie de lire, mais le bilan n'est pas bon pour les libraires et les éditeurs. Après le printemps, catastrophique, de nombreux Français ont tenu à prouver leur attachement à leur librairie de proximité, mais ce rattrapage a bénéficié aux auteurs les plus connus. Les livres et éditeurs à faible exposition médiatique garderont un très mauvais souvenir de 2020.

La numérisation s'est accélérée: les libraires ont dû se plier, bon gré mal gré, au "click and collect" et certains lecteurs se sont mis au livre numérique ou audio. Selon la Fédération des éditeurs européens, "la hausse des ventes en ligne ne compense pas le manque à gagner en magasin". La crise "a causé des dégâts graves pour le secteur" et fragilisé son "équilibre sain, mais délicat à tenir".

Lire aussi : Click and collect : cartes interactives et référencement, les initiatives bretonnes se multiplient

  • Les musiques actuelles ont le blues

Côté musiques actuelles, aucune perspective de rémission. Les concerts debout sont toujours interdits et les grandes jauges bannies: petites salles dédiées comme grandes enceintes type Zenith restent donc fermées.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a encore refroidi l'atmosphère, en liant la reprise des concerts debout à un vaccin "largement diffusé dans le public". Pour l'été, si des festivals de plein air comme We Love Green ou les Eurockéennes ont annoncé leurs têtes d'affiche (on retrouve Massive Attack pour ces deux rendez-vous), le Printemps de Bourges a d'ores et déjà renoncé à sa plus grande salle, le W (10.000 spectateurs), par prudence.

Lire aussi : Concerts, festivals annulés... la filière musicale française "va vers une hécatombe"

  • Les musées à l'épreuve du numérique

Musées et expositions ont évolué, avec un recours massif au numérique, pour garder le lien avec le public. TikTok vient de conclure des accords avec plusieurs musées. Mais le succès de toutes ces offres numériques s'est déjà un peu essoufflé lors du deuxième confinement, le public "virtuel" se lassant.

En 2021, un frein devrait être mis aux grandes expositions coûteuses, tandis que les collections permanentes pourraient être mieux mises en valeur.

Partout, il y a une prise de conscience de la difficulté de faire voyager les œuvres: transports bloqués, coûts additionnels, risque de circulation du virus, problèmes de conservation... Les musées veulent revenir à un rythme plus raisonnable d'expositions, lesquelles dureraient plus longtemps.

D'autant que le retour du public pourrait être très lent. Le Louvre ne prévoit pas de retour à la normale en termes d'affluence avant 2023.

Lire aussi : Après trois mois de fermeture, le musée du Louvre rouvre en mode mineur

  • Cinéma ou canapé

Des studios hollywoodiens aux salles du Quartier Latin, c'est le brouillard, et les projets des majors en font trembler plus d'un: la Warner, a annoncé aux Etats-Unis qu'elle sortirait désormais ses films, comme "Dune" ou "Matrix 4", à la fois au cinéma et sur les plateformes, une révolution.

En France, plus personne n'ose parier sur une date de réouverture. Janvier, février, voire mars ? Distributeurs et exploitants espèrent que le public, lassé de regarder des films sur son canapé, reviendra en masse.

En salle, il devrait y avoir le choix, au risque de l'embouteillage, même si certains renonceront au grand écran au profit des plateformes. Des dizaines de films ont été repoussés, et des long-métrages français porteurs, du nouvel "OSS 117" aux "Les Tuche 4" en passant par "Kaamelot" sont attendus.

Plus largement, pour un secteur sous perfusion économique, le réveil pourrait être douloureux. "La crise sanitaire a précipité tous les problèmes: le rapport avec les plateformes, le financement, la chronologie des médias...", résume Eric Marti, dirigeant de Comscore France, société spécialisée dans l'analyse du box-office.

Lire aussi : 65 millions d'entrées au cinéma en 2020, contre 213 millions en 2019

  • Le spectacle vivant dans la tempête

Ils ont fait, refait, défait leur programmation. Salles de concert, théâtres, maisons d'opéra et de danse, auront connu tour à tour fermetures, jauges réduites, couvre-feu puis nouvelles fermetures, et malgré les aides de l'Etat, la plupart tablent désormais sur des pertes à long terme.

"Il faut piloter dans la tempête, c'est un peu comme le Vendée Globe", témoigne le président de la Philharmonie de Paris, Laurent Bayle. Son établissement s'attend déjà à des recettes spectateurs divisées par deux pour les concerts, de janvier à juin 2021, et "une situation difficile à gérer jusqu'à l'été, avec des hauts et des bas".

Sa stratégie ? "Ne pas mettre les deux pieds dans le même sabot", en développant encore davantage des innovations, comme par exemple la "captation visuelle".

Lire aussi : Spectacle vivant : 200 millions d'aides pour la filière musicale, mais inquiétudes sur la reprise

Par François Becker avec le service Culture, AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2020 à 7:50 :
Conseil de lecture : ne manquez pas de lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions. Un néo-polar épicurien et érudit qui dévoile les menaces que la Chine fait peser sur le monde. Lecture édifiante et jubilatoire ! Disponible en librairie et via les principaux sites d'internet.
a écrit le 30/12/2020 à 14:10 :
Du pays j'ai connu Sarlat jeune, avant que tout y soit réglementé à outrance, j'ai vu ces spectacles de rues, improvisés sans arrêt, on ne savait pas sur quoi, sur qui on allait tomber, les cracheurs de feu et autres saltimbanques débarquaient quand ils le voulaient donnant un véritable parfum vivant du moyen age à cette ville c'était véritablement magique imprimé jusqu'à ma mort dans la tête que je le regrette !

Or cette magie actuellement a totalement disparu, comités artistiques, spectacles bien dans les clous annoncés plusieurs semaines à l'avance, on monte des scènes, on fait appel aux comédiens afin de faire visiter la ville en tenue d'époque, à pleurer franchement quand j'en vois un ou une je la plains direct, et-c... tout est calibré, paramétré, calculé, rentabilisé, terne, insensible, fade.
Réponse de le 30/12/2020 à 14:23 :
"réglementé à outrance"

Pléonasme ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :