Covid-19 : le virus mutant combattu au Danemark commence à affoler la planète

 |  | 1146 mots
Lecture 6 min.
Les yeux du monde sont fixés sur nous, a affirmé jeudi Mette Frederiksen, Première ministre du Danemark, qui explique avoir pris ces mesures de restrictions dans le nord du pays au vu de l'évaluation scientifique explicite et claire des risques présentée en début de semaine.
"Les yeux du monde sont fixés sur nous", a affirmé jeudi Mette Frederiksen, Première ministre du Danemark, qui explique avoir pris ces mesures de restrictions dans le nord du pays au vu de l'évaluation scientifique "explicite et claire" des risques présentée en début de semaine. (Crédits : Reuters)
Le Danemark a imposé jeudi des restrictions spéciales à 280.000 habitants du Nord-Ouest du pays, afin d'empêcher de nouveaux cas dans ce "Cluster 5". Danois et étrangers sont sommés de ne pas aller dans le secteur où les restaurants et bars seront fermés à partir de samedi. La Grande-Bretagne qui fait face à une nouvelle flambée de la pandémie impose une "quarantaine volontaire" à toute personne en provenance du Danemark. La France avait pris les devants dès cet été mettant ses élevages de visons sous surveillance après des signalements des Pays-Bas et de l'Espagne remontant à plusieurs mois. L'OMS suit la situation de près.

Après une mutation problématique du coronavirus provenant des visons qui pourrait menacer l'efficacité d'un futur vaccin humain, le Danemark a annoncé jeudi des mesures de restrictions spécifiques pour plus de 280.000 habitants du Nord-Ouest du pays, afin d'empêcher de nouveaux cas de ce "Cluster 5".

"Dès ce soir, les citoyens de sept communes du nord du Jutland sont vivement sommés de rester dans leur propre commune pour empêcher la propagation de l'infection", a dit la Première ministre Mette Frederiksen lors d'une conférence de presse.

Danois et étrangers sont sommés de ne pas aller dans le secteur où les restaurants et bars seront fermés à partir de samedi.

"Nous vous demandons dans le nord du Jutland de faire quelque chose de complètement extraordinaire", a dit la cheffe du gouvernement qui parle d'une "vraie fermeture" de cette région.

Mme Frederiksen a également affirmé :

"Les yeux du monde sont fixés sur nous."

Les communes concernées (Laesø, Frederikshavn, Hjørring, Brønderslev, Jammerbugt, Thisted et Vesthimmerland) sont toutes situées à la pointe Nord du Jutland, dans l'Ouest du Danemark. Elles regroupent 280.000 habitants.

À l'exception des transports scolaires, les transports publics seront arrêtés dans les sept communes concernées. Les élèves des classe 5 à 8 (équivalent du CM2 à la 4ème dans le système français) suivront à partir de lundi leur enseignement en ligne. Les restrictions sont prévues pour durer quatre semaines.

Inquiétude mondiale

Le Danemark, premier exportateur mondial de peaux de visons, a suscité l'inquiétude mercredi en annonçant l'abattage massif de tous les visons du royaume - soit plus de 15 millions de têtes - à la suite de la découverte de cette mutation transmissible à l'homme, qui a déjà été décelée chez douze personnes, dont onze cas dans cette région et un dans une autre.

Pour Mette Frederiksen, l'évaluation des risques présentée en début de semaine "explicite et claire" est à l'origine de cette décision.

La mutation d'un virus est banale et souvent anodine, selon les scientifiques, et déterminer les conséquences concrètes d'une mutation est complexe. Des experts ont appelé le Danemark à diffuser davantage de données scientifiques pour mieux évaluer la mutation.

La Grande-Bretagne qui est confrontée à une recrudescence de la pandémie et où le Premier ministre Boris Johnson a annoncé un nouveau confinement jeudi, a indiqué que les personnes se rendant dans le pays en provenance du Danemark étaient désormais obligées de se placer en isolement.

"Les voyageurs arrivant au Royaume-Uni depuis le Danemark à partir de vendredi 04H00 vont devoir se placer en quarantaine volontaire pour une période de 14 jours", a ordonné le secrétaire aux Transports dans un communiqué.

L'efficacité du futur vaccin menacée, l'OMS en alerte

Des mutations avaient d'ailleurs déjà été décelées chez les visons, mais celle du "Cluster 5" inquiète les autorités danoises.

Interrogée par l'AFP, l'Organisation mondiale de la Santé a dit suivre la situation de près et être en lien avec les autorités danoises.

Selon les explications des autorités danoises, le "Cluster 5", dont la souche a été identifiée en début de semaine, ne se traduit pas par des effets plus graves chez l'homme. Mais elle implique une moindre efficacité des anticorps humains, ce qui menace la mise au point d'un vaccin contre le Covid-19, objet d'une course contre la montre à travers le monde.

Recherches en cours sur la circulation effective du virus muté

Dans le Jutland du Nord, les autorités sanitaires estiment qu'environ 5% des malades pourraient être porteurs de cette souche mais aucun cas récent n'a été signalé, rendant incertaine la preuve de la circulation effective du virus muté.

Pour Viggo Andreasen, professeur d'épidémiologie à l'Université de Roskilde, cette mutation "a d'assez bonnes chances" de disparaître, à la condition d'être efficacement combattue.

"Cela pourra prendre du temps", a-t-il toutefois déclaré à l'agence danoise Ritzau, qu'il évalue à "un mois environ".

Dans le royaume nordique de 5,8 millions d'habitants, relativement épargné par le Covid-19 avec 733 décès, de nouvelles restrictions nationales ont déjà été mises en place fin octobre pour freiner la très rapide remontée de la maladie.

La France a mis ses élevages de visons sous "surveillance" dès cet été

Les élevages de visons français sont sous "surveillance" depuis l'été et la "biosécurité" a été renforcée, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de la Transition écologique, alors que le Danemark a fait état d'une mutation du virus du Covid-19 chez les visons.

La Première ministre danoise Mette Frederiksen a annoncé mercredi l'abattage de la totalité de la quinzaine de millions de visons du pays, affirmant qu'une version mutée du SARS-Cov-2 avait été transmise par ces animaux à douze personnes.

Alerte néerlandaise

En France, "nous avons mis en place une surveillance dès l'été", après une alerte des autorités néerlandaises faisant état début juin d'une contamination de visons par le Covid-19, a indiqué jeudi à l'AFP le ministère de la Transition écologique, en charge des quatre élevages français.

Une surveillance de la mortalité a été mise en place et "les mesures de biosécurité sont d'ores et déjà renforcées dans ces élevages", a-t-on ajouté de même source. "Et nous prendrons les mesures adaptées en fonction de l'évolution de la situation".

Suivant les recommandations de l'agence sanitaire Anses, des analyses PCR et sérologiques (pour détecter la présence du virus et d'anticorps respectivement) seront réalisées "sous forme d'étude scientifique" en novembre et décembre, période des abattages saisonniers des visons élevés pour leur fourrure, a précisé le ministère.

Ces quatre élevages, dénoncés par les défenseurs des animaux, doivent fermer "sous cinq ans" en France, selon les annonces faites en septembre par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.

Pays-Bas et Espagne avaient déjà signalés la contamination des visons

Les Pays-Bas et l'Espagne avaient annoncé ces derniers mois la contamination de nombreux visons dans des élevages présents sur leur sol.

| Lire aussi : Coronavirus en Espagne : près de 100.000 visons d'élevage positifs vont être abattus (20minutes.fr, juillet 2020)

Mais l'annonce faite par le Danemark parle d'une mutation du virus qui pourrait, selon Copenhague, menacer l'efficacité d'un futur vaccin pour l'Homme. Les autorités danoises ont même indiqué jeudi que 280.000 habitants du nord-ouest du pays seraient soumis à des restrictions spécifiques pour empêcher sa propagation.

Toutefois, si les mutations des virus sont normales, plusieurs scientifiques se sont montrés circonspects après les déclarations des autorités danoises, soulignant qu'ils n'avaient eu accès à aucune donnée scientifique leur permettant de confirmer ou infirmer une mutation spécifique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2020 à 8:30 :
Mais pourquoi ils ne veulent pas dire aux gens qu ils savent que la forte concentration d animaux ou d humains dans une petite surface favorise les maladies.
Surtout dans des conditions de vie insoutenables et insalubres???

Ah oui, c'est vrai...il faut contrôler les gens par la peur et que surtout qu ils restent de bonnes marionnettes ne comprenant pas les pourquoi et comment du monde....
a écrit le 08/11/2020 à 8:30 :
Mais pourquoi ils ne veulent pas dire aux gens qu ils savent que la forte concentration d animaux ou d humains dans une petite surface favorise les maladies.
Surtout dans des conditions de vie insoutenables et insalubres???

Ah oui, c'est vrai...il faut contrôler les gens par la peur et que surtout qu ils restent de bonnes marionnettes ne comprenant pas les pourquoi et comment du monde....
a écrit le 07/11/2020 à 19:12 :
Imaginons que cela touche les chiens ou les chats.... Peut-être faudrait-il envisager des mesures plus rationnelles non ?
a écrit le 07/11/2020 à 18:25 :
Vous oubliez la nouvelle grippe aviaire . Vous oubliez les diarrhées surtout en Afrique , vous oubliez encore la montée de l'alcoolisme due au confinement , vous oubliez les suicides , les crimes de sang , les cancers , les morts"RIVOTRIL" etc ...
Tout ceci beaucoup plus contagieux que la maladie des visons que l'HOMME veut éradiquer ( voir pétition )
a écrit le 07/11/2020 à 15:35 :
L homme va réussir à détruire toute la nature de la terre ..... le grand virus est l humain et pour le fric
a écrit le 07/11/2020 à 10:00 :
on fait des éloges de se pays et bien d'autre comme la Suède les pays du Nord je vomis et personne se bat pour ses animaux bravo la france ceux qui ouvrent toujours leurs Bouches comme certaines associations françaises dite il paraît que nous sommes européens pauvre Europe quand cela vous arrange vous êtres bien des pieds nickelés sauf pour certaines vérités
Je vomis
Réponse de le 07/11/2020 à 13:07 :
On a pas vraiment compris ton commentaire à part qu'il m'a fait rire, mais tu as l'air de vomir beaucoup, tu devrais aller chez le médecin non ? 😂
a écrit le 07/11/2020 à 8:26 :
Pourquoi ne pas prendre exemple sur la Chine
A Wuhan tout semble revenu normal.
Donc quand un blister se déclare obligeons les habitants en ce lieu à rester chez eux et faisons le nécessaire pour qu'ils ne manquent de rien.
Surveillance médicale nourriture etc....
Réponse de le 07/11/2020 à 10:35 :
Parce que les standards totalitaristes de la dictature chinoise ne seraient jamais acceptés par les populations de démocraties occidentales (tracking GPS obligatoire de toute la population, barbelés entre quartiers, vidéosurveillance de masse avec reconnaissance faciale pour identifier les fraudeurs, déportation si non respect des règles, interdiction de communiquer sur la réalité de terrain en dehors des organes officiels de propagande, etc...)
Et entre nous, il est heureux que nos démocraties gèrent selon des procédés plus respectueux des libertés individuelles, quand on voit à quel point certains ont déja du mal à comprendre le confinement....
a écrit le 06/11/2020 à 16:22 :
Je vous invite à lire "Au nom de la biosécurité" du monde diplomatique de novembre 2020 qui explique que la biosécurité est prétexte sanitaire pour industrialiser davantage l’élevage.
« Le secteur 1 est un élevage dense et fermé, avec une production intensive et intégrée à l’industrie. Le secteur 2, un grand élevage intensif et fermé, mais non intégré à l’industrie. Le secteur 3 est une ferme intensive moyenne non intégrée à l’industrie, et le secteur 4, un élevage extensif où les animaux, moins nombreux, vivent en extérieur avec, souvent, une mixité des espèces. » selon la FAO
Une étude publiée en 2018 (8) a cependant montré que les contacts fréquents entre les fermes d’un même compartiment impliquent de nombreuses possibilités de transmission du virus en cas d’épidémie de grippe aviaire. En outre, si la compartimentation permet d’éviter les contaminations par la faune sauvage, celles-ci peuvent passer par d’autres vecteurs d’échange avec l’extérieur : personnel, eau, air, nourriture. Bien que tous ces flux soient encadrés par des normes strictes, la pratique quotidienne révèle des écarts...
Notre vision très réductionniste de la biosécurité dont nous allons subir les conséquences
a écrit le 06/11/2020 à 15:37 :
On parle de ce problème des visons, mais derrière cette pandémie, on oublie que c'est la surpopulation mondiale qui est à l'origine cette catastrophe . La surpopulation non contrôlée nous promet de beaux jours pour nos enfants !
Réponse de le 07/11/2020 à 9:56 :
"c'est la surpopulation mondiale qui est à l'origine cette catastrophe ." c'est votre analyse, vous pouvez détailler les arguments, svp ?
La surpopulation "bouffe" tout et oblige à dévaster les forêts et en faire sortir les miasmes qui y vivaient tranquillement, loin de la "civilisation" ?
"promet de beaux jours pour nos enfants ! " ça ne participe pas [un petit peu] à la "surpopulation" d'avoir des enfants ? Je vais demander une médaille en tant que célibataire endurci (genre moine laïc). :-) Ou la surpopulation est ailleurs mais pas chez nous ? Pourquoi importe-t-on de quoi donner à manger à nos animaux (soja OGM/déforestation pour agrandir les zones d'exploitation) tellement on mange beaucoup de viande dans notre pays pas surpeuplé ?
a écrit le 06/11/2020 à 14:14 :
Ces pauvres petites bêtes enfermées à vie dans des petites cages par millions pour faire du fric avec leur fourrure, et finalement exterminées plus tôt que prévu ... Si cet épisode met un point final à l'élevage de vison ce serait une bonne chose.
Mais quelle honte pour le Danemark, qui aime bien se donner en exemple (boycott du foie gras) :
15 millions de visons encagés dans plus d’un millier de fermes (donc en moyenne 15 000 malheureuses bêtes par ferme) en plein cœur de l’Europe ! Comment les Associations de défense des animaux ont-elles pu laisser passer cela !
N'oublions pas non plus les centaines de dauphins massacrés tous les ans aux iles Féroé (qui appartiennent au Danemark) ...
Réponse de le 06/11/2020 à 17:54 :
les pourfendeurs de l'élevage au nom des pauvres bêtes oublient que sans lui de nombreuses espèces auraient disparu, a part dans des zoos. Et encore ils n'aiment pas non plus les zoos. Ni les gens. Vive le pull en plastique, a mort la fourrure naturelle. Non au cuir, vive le polyethylène. Non a la viande, mangeons du foin.
a écrit le 06/11/2020 à 13:38 :
"La France a mis ses élevages de visons sous "surveillance" dès cet été"

30 septembre 2020 :
Les fermes à fourrure spécialisées dans l'élevage de visons devront fermer d'ici cinq ans. Néanmoins, une interdiction des importations de fourrures étrangères n'est pas envisagée, explique le ministère de la Transition écologique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :