Dividendes et rémunérations dans le CAC 40 : le point, entreprise par entreprise

 |  | 880 mots
Lecture 6 min.
À contre-courant des autres entreprises, l'assemblée générale de Vivendi a approuvé le 20 avril un dividende de 0,60 euro, en hausse de 20% par rapport à l'exercice précédent.
À contre-courant des autres entreprises, l'assemblée générale de Vivendi a approuvé le 20 avril un dividende de 0,60 euro, en hausse de 20% par rapport à l'exercice précédent. (Crédits : Dado Ruvic)
Face au raz-de-marée financier engendré par l'épidémie de coronavirus, des entreprises du CAC 40 réduisent temporairement les salaires de leurs dirigeants ou le montant des dividendes à verser, voire les suppriment.
  • Accor

Le groupe hôtelier a renoncé le 2 avril à verser les 280 millions d'euros de dividendes initialement prévus. Il va allouer 25% de cette somme, soit 70 millions d'euros, à un fonds destiné à ses salariés et "préserver" les 210 millions restants.

  • Airbus

L'avionneur a annulé le 23 mars le versement de dividendes à ses actionnaires au titre de l'exercice 2019.

Lire aussi : Aéro : le "Big Four" (Airbus, Safran, Dassault, Thales) ne versera pas de dividendes en 2020

  • BNP Paribas

Le groupe bancaire suspend le versement d'un dividende à ses actionnaires pour 2019, se conformant ainsi aux recommandations des superviseurs bancaires européens.

Lire aussi : Verser ou non des dividendes ? Les banques françaises sur la réserve

  • Carrefour

Le géant de la distribution va réduire de moitié le dividende proposé au titre de l'exercice 2019 (0,23 euro contre 0,46 euro). Son PDG Alexandre Bompard renonce à un quart de sa rémunération fixe pendant deux mois et a demandé une baisse de 10% aux membres du comité exécutif.

  • Crédit Agricole

Suite aux recommandations de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2020 à 8:59 :
Merci pour cet article. Voici une liste d'entreprises fragiles (économiquement, structurellement ou politiquement), sauf une apparemment, comme on n'a pas souvent l'occasion d'en trouver dans les analyses financières. C'est fort utile pour les investisseurs de tous profils.
En ce qui concerne l'aspect démagogique de ces mesures, il suffit de penser que les actions de ces entreprises se trouvent dans les portefeuilles de la plupart des assurances vies en unités de compte. Autrement dit, les millions de français qui ont placé leurs pauvres petites économies dans des assurances vies en acceptant "logiquement" le risque qu'on leur conseillait se trouvent à la fois dépouillés sur le capital (-30% en moyenne) et sur le rendement (pas de dividendes = pas de rendement). Et en plus ils vont aplaudir pour ces mesures anti-capitalistes. C'est beau la démocratie, plus on tond les moutons plus ils en redemandent. Heureusement il y a des traitements miracles comme l'hydrochloroquine ...
Réponse de le 23/04/2020 à 10:03 :
Eh oui : la tonte et le méchoui. Qu'importe si le Pasteur est bon.
a écrit le 23/04/2020 à 0:09 :
Si une catastrophe économique est à attendre, il est vraisemblable qu'elle viendra du manque de capitaux investis. On peut s'étonner que le "patron" d'un syndicat fasse l'apologie de la taxation, alors que l'histoire nous montre que l'enrichissement des français est venu des entreprises industrielle depuis que "labourage et pâturage (ne) sont (plus) les mamelles de la France".
a écrit le 22/04/2020 à 15:21 :
Tirer à boulets rouges en permanence sur les dividendes comme le veut la vieille rengaine marxisante est dangereux...Il faudra peut être aussi expliquer à quoi sert la bourse et que les dividendes permettent aussi d’être réinvestis et de financer des projets industriels, de la R&D, etc,etc....donc des emplois....Sinon les capitaux iront ailleurs !
a écrit le 22/04/2020 à 15:15 :
je trouve très curieux pour ne pas dire indécent, que l'on parle toujours des annulations de dividendes, de réduction de salaire, etc..des entreprises privées et des employés du privé.
Vous ne trouvez pas étrange le silence le plus complet (aucune mesure décidée) au sujet des salaires et avantages des députés, des sénateurs, des hauts fonctionnaires publiques qui cumulent parfois retraites et indemnités, etc...
Pourquoi ce qui a été décidé dans les pays scandinaves, la nouvelle Zélande, etc...n'est jamais évoqué, voilà des actes qu'il faut mettre en évidence.
Ceux qui parlent de solidarité en France c'est toujours pour les autres. C'est le moment de montrer que face à cette crise, la solidarité concerne tous les Français.
Réponse de le 23/04/2020 à 5:38 :
@ Senior.
Votre raisonnement s'applique dans une democratie.
En France vous etes encore en monarchie, vous semblez l'oublier, les manants n'ont pas la parole, encore moins marge de manoeuvre.
Tout, tout est a vos frais.
Attendezs les prochaines taxes et impots, ca va pleuvoir.
a écrit le 22/04/2020 à 14:21 :
Biffer sans scrupule et sans discernement c'est très facile. Tout le monde dans le même panier; le bon père de famille qui ne spécule pas et qui tire un complément de revenu modeste et le boursicoteur effréné qui fait feu de tout bois et ne produit rien. C'est lamentable!
a écrit le 22/04/2020 à 10:30 :
Tiens ?
On ne parle pas de ma boite, Capgemini.
a écrit le 22/04/2020 à 10:24 :
suprimer les primes aux vacance et de fin d annee
a écrit le 22/04/2020 à 9:02 :
Hou là, les dragons célestes vont être en manque de fraiche, ça va faire mal, faut pas que ça dure trop longtemps la dernière fois cela a fait des dizaines de millions de morts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :