Dassault Aviation supprime le versement du dividende 2019

 |   |  623  mots
Dassault Aviation avait prévu en 2020 une baisse du chiffre d'affaires avec 13 Rafale export et 40 Falcon livrés.
Dassault Aviation avait prévu en 2020 une baisse du chiffre d'affaires avec 13 Rafale export et 40 Falcon livrés. (Crédits : Denis Balibouse)
L'avionneur Dassault Aviation suspend ses objectifs 2020 et supprime le versement du dividende 2019.

Après Airbus et Safran, c'est au tour de Dassault Aviation de "supprimer la proposition de dividende 2019 et d'affecter ainsi la totalité du bénéfice net au report à nouveau", a annoncé l'avionneur dans un communiqué publié mercredi. Le dividende de 212 millions d'euros (25,4 euros par action) restera donc bien au chaud dans le compte en banque de la société. Dassault Aviation tiendra son assemblée générale le 12 mai prochain à huis-clos à Saint-Cloud. Au 31 décembre 2019, Groupe Industriel Marcel Dassault (GIMD) détenait : 62,3% de Dassault Aviation, qui lui-même détenait 0,4% de ses actions, et Airbus 9,9%. Le solde était dans le flottant (27,4%).

Le constructeur du Rafale et des avions d'affaires Falcon a en outre décidé de suspendre ses objectifs 2020 en raison de la difficulté de prévoir les impacts de cette crise ainsi que les "incertitudes quant à son ampleur, son étendue géographique, sa durée et ses conséquences économiques et sociales sur les objectifs 2020 du groupe Dassault Aviation annoncés le 27 février dernier"En 2020, le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier avait prévu une baisse du chiffre d'affaires avec 13 Rafale export et 40 Falcon livrés.

L'Etat appelle à ne pas verser de dividende

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé lundi les entreprises ayant recours à des mesures de chômage partiel face à l'épidémie de Covid-19 à ne pas verser de dividende, après avoir interdit de le faire aux groupes bénéficiant d'un report de charges. "J'invite (...) toutes les entreprises qui ont accès aujourd'hui au chômage partiel , c'est-à-dire qui ont leurs salariés payés par l'Etat, à faire preuve de la plus grande modération en matière de versement de dividendes", a-t-il souligné sur BFMTV.

"J'irai plus loin: soyez exemplaires. Si vous utilisez le chômage partiel, ne versez pas de dividendes. (...) J'invite toutes les entreprises qui bénéficient du chômage partiel soit à faire preuve de modération, soit -mieux - à donner l'exemple, à ne pas verser de dividendes". "Nous ne tolérerons pas non plus que des entreprises fassent des rachats d'actions et versent des dividendes à leurs actionnaires (...) Les rachats d'actions ne seront pas compatibles avec le bénéfice du soutien de la trésorerie de l'Etat", a également indiqué le ministre.

Bruno Le Maire avait annoncé vendredi dernier l'interdiction de verser des dividendes pour les entreprises bénéficiant d'un report de charges sociales ou fiscales, ou d'un prêt garanti par l'Etat. Dans le cas contraire, elles "se verront obligées de rembourser cette avance de trésorerie (...) avec une pénalité d'intérêts", avait averti le ministre. Mais concernant les entreprises ayant recours au chômage partiel, Bruno Le Maire avait simplement indiqué les inviter "faire preuve de la plus grande modération dans le versement des dividendes", sans les appeler à y renoncer totalement.

L'Afep avait appelé à respecter l'interdiction de l'Etat

L'Afep, organisation patronale qui rassemble les 110 plus grandes entreprises privées françaises, a demandé dimanche aux groupes ayant bénéficié d'aides de trésorerie de l'Etat de respecter l'interdiction gouvernementale de verser des dividendes en 2020, tout en invitant les entreprises ayant recours au chômage partiel à réduire les leurs de 20%. Le recours au dispositif du chômage partiel avait été demandé vendredi soir par 220.000 entreprises pour 2,2 millions de salariés au total, selon des chiffres dévoilés dimanche par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Outre, Airbus et Safran dans l'aéronautique, plusieurs grandes entreprises françaises ont déjà renoncé à verser un dividende, notamment le spécialiste des affichages publicitaires JCDecaux, le spécialiste des revêtements de sols Tarkett, la société de restauration d'autoroute Autogrill et le géant de la distribution Auchan Holdings.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2020 à 23:06 :
A noter que la "trésorerie" de l'Etat sera de la dette; question: à qui empruntera-t-on si les entreprises ne versent pas de dividendes? A la Chine?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :