Droit du Travail : la voie des ordonnances n'est pas un "refus de la discussion" (Édouard Philippe)

Le Premier ministre Edouard Philippe a estimé lundi sur TF1 que le choix d'Emmanuel Macron de recourir aux ordonnances pour réformer le Code du travail ne signifiait pas "le refus de la discussion".
(Crédits : CHARLES PLATIAU)

"Ces ordonnances, ça n'est pas le refus de la discussion, et j'insiste sur ce point: une bonne réforme, c'est une réforme qui est pensée, annoncée, discutée et ensuite rapidement exécutée, parce que les Français attendent une transformation, ils attendent des progrès", a déclaré M. Philippe, quelques heures après sa nomination à Matignon.

"Je sais les inquiétudes que suscite (la réforme), je vais les entendre, nous allons travailler, mais la volonté du président de la République, elle est clairement affirmée et moi, mon objectif, c'est de faire en sorte que les objectifs qu'il a fixés soient atteints", a poursuivi ce proche d'Alain Juppé.

Pour le Premier ministre, "il y aura évidemment consultation et discussion" avec les partenaires sociaux, et "il y aura un moment de discussion parlementaire, car (...) les ordonnances (...) n'excluent pas la discussion parlementaire. Il y a une loi d'habilitation qui est discutée au Parlement, puis il y a une loi de ratification qui est discutée au Parlement".

"Il y a donc discussion parlementaire, mais il y a aussi rapidité d'exécution", a-t-il conclu.

(Avec l'AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 16/05/2017 à 19:36
Signaler
Un patron embaucherait plus s'il' était sûr de pouvoir facilement débaucher. Est-ce à dire qu'il veut embaucher au gré de son carnet de commandes? Il y a l'intérim pour ça.

à écrit le 16/05/2017 à 16:44
Signaler
Je suis chef d'une entreprise moyenne. Malgré, la conjuncture qui s'ameliore et mes carnets de commande qui s'etoffent, Je refuse d'embaucher. Le probleme c'est qu'il est trop couteux de debaucher quand la crise revient, donc mes employés en souffren...

le 16/05/2017 à 17:22
Signaler
@Mirandor: 1) si "tes" carnets de commandes étaient si bien remplis, soit tu embaucherais, soit tu refuserais des commandes, mais un vrai chef d'entreprise ne refuse aucune occasion. Un client de perdu, dix de retrouvés est une belle légende qui ne c...

à écrit le 16/05/2017 à 15:39
Signaler
Si ma barbe brule, les voisins viennent y allumer leur pipe! Et les chagrins ne paient pas un sou de dettes. C'est le proverbe normand!!!

à écrit le 16/05/2017 à 14:46
Signaler
"parce que les Français attendent une transformation" Fallait s'en douter ,ils utilisent le vote majoritaire anti-FN au deuxieme tour pour légitimer cette loi travail.

à écrit le 16/05/2017 à 12:30
Signaler
J'ai trop d'expérience pour être stupéfait qu'une personne quelconque adopte aujourd'hui une position totalement à l'opposé de ce qu'elle disait hier. Le problème, c'est que beaucoup de gens, notamment en raison du bac +2, merci Jospin, ne comprennen...

à écrit le 16/05/2017 à 12:08
Signaler
Même démagogie utilisée par la droite sur les réformes , on banalise un droit pour dire de toute façon il ne vous protégeait contre rien , alors pourquoi l'enlever ? On croit entendre du Raffarin force 10. Le problème c'est que l'on a vu deux syndica...

à écrit le 16/05/2017 à 12:03
Signaler
Bref, on fait comme dans toutes les boites bien gérées on consulte, on débat, on fait une "experimentation pilote" puis.... on est prié d'appliquer dans la foulée la décision prise en amont depuis longtemps par la D.G.....

à écrit le 16/05/2017 à 10:58
Signaler
MELENCHON REPREND SON BATON DE PELERIN POUR INPOSEZ CE NOUVEAU GOUVERNEMENT FAIS DE BRIC ET DE BROC UN COHABITATION/ EN METTANT UNE ASSENBLE INSOUMISE EN CONTRE POUVOIR AU IDEES DE CASSE LE CODE DUTRAVAIL DE LICENCIER DES FONCTIONNAIRES DE PUNIR ...

à écrit le 16/05/2017 à 10:34
Signaler
"Le nombre de banquiers millionnaires en nette hausse en France" Les quatre grandes banques françaises comptent 102 banquiers gagnant plus de 1 million d'euros dans l'Hexagone. Un chiffre en hausse de 24% par rapport à 2015. Et pendant ce temps...

à écrit le 16/05/2017 à 10:15
Signaler
On a eu un premier ministre qui s’appelait aussi Édouard et ça n'a pas été vraiment terrible comme gestion espérons que ce n'est pas une malédiction sur le prénom.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.