Nomination d'Edouard Philippe à Matignon : des réactions mitigées

 |   |  1189  mots
Après la nomination d'Edouard Philippe, député-maire du Havre Les Républicains, au poste de Premier ministre, les réactions s'enchaînent dans la sphère politique.
Après la nomination d'Edouard Philippe, député-maire du Havre Les Républicains, au poste de Premier ministre, les réactions s'enchaînent dans la sphère politique. (Crédits : Reuters)
Dans une brève allocution, le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler a annoncé lundi que le député-maire du Havre (LR), Edouard Philippe héritait des clés de Matignon. Dès sa nomination, les réactions se sont multipliées.

Sur un tout nouveau compte Twitter, sur fond de photographie de l'Elysée, Edouard Philippe a communiqué sur sa nomination à Matignon:

Depuis la courte allocution du secrétaire général de l'Elysée - une quinzaine de secondes seulement - officialisant la nomination, les réactions politiques pleuvent.

A droite, de grosses ambiguïtés et un appel au ralliement

Le secrétaire général du parti Les Républicains, Bernard Accoyer, qualifie la décision d'Edouard Philippe "d'individuelle", à distinguer d'un accord d'appareils pour les élections législatives. Il n'a pas souhaité s'exprimer sur une éventuelle exclusion du parti mais n'a pas manqué d'insister sur l'ambivalence de la démarche :

"L'ambiguïté quant à la campagne elle-même (...) Ce Premier ministre soutiendra-t-il les candidats En Marche, du président de la République qui vient de le nommer, ou soutiendra-t-il les candidats LR-UDI, ceux de sa famille politique ?"

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a réagi sur Twitter, saluant l'expérience de cet "ami et homme de grand talent":

Jean-Baptiste Lemoyne, sénateur LR ayant rejoint la République en Marche s'est montré, lui, très positif:

"C'est une très bonne nouvelle parce qu'on voit bien qu'Emmanuel Macron tient sa promesse (...) non seulement de renouvellement des visages mais également d'en finir avec un certain nombre de clivages idéologiques qui en fait n'ont plus cours. Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est de l'efficacité."

Dans le même esprit, quelque 22 élus de Le Républicains, dont Christian Estrosi, Thierry Solère et Benoist Apparu, ont appelé leur parti à "répondre à la main tendue par le président de la République" afin "d'être à la hauteur de la situation de notre pays".

> Lire aussi: Edouard Philippe (LR) nommé Premier ministre

Plus dubitatif, Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, questionne sur son compte Twitter:

"Edouard Philippe 1er Ministre ? Curieux d'accepter d'être le chef des candidats qu'il n'a pas choisis et d'un projet qu'il n'a jamais défendu."

Pour Nicolas Dupont-Aignan, "les masques tombent!" Le leader de Debout la France condamne violemment la nomination d'Edouard Philippe, accusant Emmanuel Macron d'assurer la continuité du bilan socialiste:

"Le nouveau premier Ministre d'Emmanuel Macron, partage, comme la quasi-totalité des dirigeants Républicains, le projet politique du nouveau Président socialiste [...] Après avoir mené pendant 20 ans à tour de rôle la même politique de soumission à Bruxelles, les deux détaillants à bout de souffre se regroupent dans le même gouvernement."

Le MoDem salue la décision

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate (MoDem) a annoncé, simplement:

Vice-présidente du parti centriste, Marielle de Sarnez voit, elle aussi, la nomination d'Edouard Philippe comme un bon signe estimant que le rassemblement "large est en marche". Elle réitère le soutien du MoDem à Edouard Philippe, dont le président du parti avait appuyé la candidature d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle.

"Au MoDem, nous connaissons bien la sensibilité d'Edouard Philippe, nous l'apprécions. [...] Edouard Philippe a toutes les qualités pour ce poste (...) Je suis certaine qu'il aura le soutien des Français."

 A gauche, une pluie de critiques

Sans tergiverser, Jean-Christophe Cambadélis, au PS, est tranchant sur Twitter :

Le député socialiste, Razzi Hamnadi, rejoint le premier secrétaire de son parti:

"M. Philippe est un homme de droite, défendant des convictions, des votes et lors de la dernière présidentielle un projet de droite et j'ai bien peur que le camouflage du dépassement laisse place à l'affirmation d'un gouvernement de la même couleur politique."

L'ancien candidat à la présidentielle, Benoit Hamon est revenu, dans un communiqué, sur le choix du président de la République.

"Il a donné les clés du gouvernement à un homme issu de la droite, Edouard Philippe.[...] La place de la gauche n'est ni dans son gouvernement ni dans la majorité qui pourrait le soutenir (...) Qui peut croire que la gauche se reconstruira dans une coalition dirigée par un membre des Républicains ? Ce n'est ni sérieux, ni crédible."

Et d'ajouter qu'il invitait les Français à voter, le plus largement possible à gauche pour les législatives.

Les écologistes, quant à eux, "déplorent particulièrement la nomination d'un élu qui a aussi été cadre dirigeant chez Areva". Dans un communiqué, EELV s'inquiète en effet d'un possible frein sur la mise en oeuvre de mesures liée au nucléaire et à la politique énergétique et climatique, rappelant qu'Edouard Philippe s'était opposé à la Loi de transition énergétique.

Du côté de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon s'est montré formel en estimant que le nouveau président de la République avait pris le contrôle de "toute la classe politique" et annexé la droite avec cette nomination. Avant de poursuivre en appelant les Français à voter pour sa formation politique aux législatives afin d'empêcher Emmanuel Macron de "cumuler tous les pouvoirs".

Au Front national, un "bond de 30 ans en arrière"

Pour le Front national, c'est Nicolas Bay, secrétaire général qui a pris la parole :

"La nomination d'Edouard Philippe est la démonstration que le gouvernement d'Emmanuel Macron est la synthèse du pire de la droite et du pire de la gauche. (...) Des juppéistes et des rocardiens, ce qui nous ramène 30 ans en arrière."

Le refrain est le même pour Florian Philippot, vice-président du parti :

Les organisations patronales félicitent en attendant les efforts

Tandis que l'Union des entreprises (U2P), organisation patronale, salue la nomination d'Edouard Philippe, la Confédération des PME le félicite avant de lui rappeler les futurs chantiers à bâtir :

"Si les normes sociales sont impératives il n'est pas acceptable, comme c'est le cas aujourd'hui, qu'elles découragent l'initiative. Les règles doivent donc être réorientées vers ceux qui prennent le risque d'entreprendre dans l'intérêt de tous", précise le communiqué de la CPME."

L'organisation patronale insiste sur la nécessité de réadapter le code du travail à l'emploi dans les PME mais aussi de voir adopter une Loi cadre TPE/PME.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 10:02 :
Ce premier ministre ne risque t-il pas d'être éphémère si aux élections législatives En Marche obtenait une majorité absolue?
a écrit le 16/05/2017 à 11:56 :
realite le vaincoeur de ces elections ce seras ce que donneras le resultat des legistlatives ;: mathématiquement désormais melenchon peut etre celui QUI EXERSERAS LE ROLE DE CONTRE POUVOIR AUX MAUVAIS COUP CONTRE LES INTEREZ DE LA CLASSE OUVIERE QUE NOUS A ANNONCE MACRON/ CASSE DU CODE DU TRAVAIL LICENSIMENT DE FONCTIONNAIRES ELMINATIONS DES CHOMEURS EN LES RAYANS DES LISTES APRES DEUX PROPOSITIONS D EMPLOIES?/// C EST POUR CELA QUEJ APELLE TOUS LES DEMOCRATES ET LES GENS DE DES VALEURS DE LA GAUCHE HUMANISTE AVOTE POURS LES CANDIDATS DE LA FRANCE INSOUMISE///NOUS AURONS LE DESTIN QUE NOUS AURONS MERITE///ALBERT EINTEIN///
Réponse de le 16/05/2017 à 13:02 :
21 fautes d'orthographe grossières en 8 lignes! Bravo!
Réponse de le 17/05/2017 à 10:03 :
Majuscules + Fautes : Illisible.
a écrit le 16/05/2017 à 11:14 :
les 22 affichent leur préférence pour la france d en haut et de la mondialisation et carte perso !
a écrit le 16/05/2017 à 11:06 :
Édouard Philippe énarque fonctionnaire jusqu'au bout des ongles est l'homme providentiel pour les agents de la fonction publique et territoriale leurs privilèges et avantages (très injustifiés et inégalitaires avec le privé comme le dénonce l' OCDE et le FMI) qui mettent en faillite notre pays pourront continués "leur vacance à l'année tout frais payés"
Réponse de le 17/05/2017 à 6:59 :
..." fonctionnaire jusqu'au bout des ongles ..." . Ah oui ? meme chez Areva ?
a écrit le 16/05/2017 à 9:16 :
Bis repetita : Il y en a qui conteste Qui revendique et qui proteste Moi je ne fais qu'un seul geste Je retourne ma veste Je retourne ma veste Toujours du bon côté.
La chanson de Jacques Dutronc est toujours, toujours d'actualité.
Réponse de le 17/05/2017 à 12:30 :
Il n'y a pas que la veste, il faut y ajouter le pantalon, le caleçon et les petites culottes pour les dames
a écrit le 16/05/2017 à 8:31 :
j'espère que les français ne donneront pas leurs voix à ces traîtres de la droite
a écrit le 15/05/2017 à 21:52 :
Encore des énarques qui prétendent depuis 43 ans rénover la vie politique française, comme Giscard autrefois, puis Chirac, Fabius, Jospin, Hollande...
a écrit le 15/05/2017 à 21:08 :
Décidément Macron a bien été formé par Hollande s'agissant des tambouilles politicardes dans les caniveaux des politicards nauséabonds.

les LR UDI Modem et le PS restent ce qu'ils ont toujours été, pas fiables, sans conviction réelle, bref des blas blas verbiages et ... mensonges ;
a écrit le 15/05/2017 à 21:01 :
Je collabore, tu collabores, il collabore... C'est le lot de tous les "collaborateurs", comme disait le Président CHIRAC qui nommait ainsi celui qui allait pourtant lui succéder mais contre sa volonté du moment... Et pourtant, le mot "collaboration" n'est aucunement une insulte en soi : les salariés sont des "collaborateurs", les avocats recrutent des "collaborateurs", etc... Tous les chômeurs rêvent de collaborer. C'est sur que, pour le moment, ils regardent surtout passer les trains...
Réponse de le 16/05/2017 à 10:55 :
Dans le code du travail on peut constater que le terme « collaborateur » y est employé… pour désigner une personne non salariée ayant signé un contrat de collaboration et non un contrat de travail.C’est parce qu’il est subordonné qu’il a des droits. Le code du travail, c’est la contrepartie à la subordination. Supprimer la notion de subordination, ça enlève la contrepartie. Ça fait croire que dans l’entreprise, tous ont le même « challenge », le même « défi », sont dans le même bateau. Jusqu’à ce que le patron parte avec le bateau et que le salarié reste amarré sur le quai au Pôle emploi, et il s’aperçoit alors qu’il n’était pas collaborateur mais bel et bien subordonné…
a écrit le 15/05/2017 à 20:01 :
Macron est un fin politicien, lui qu'on disait sans expérience politique. En effet, en nommant un type dit de droite au poste de 1er ministre, il est gagnat-gagnant. Si Doudou réussit, ce sera grâce à Macron, si Doudou échoue ce sera la faute de la droite. Quant à Doudou (c'est comme ça parait-il qu'ils l'appellent au Havre), il poursuit ses propres intérêts avant tout. Quand on voit Solère, chef de la campagne de Fillon, trahir son camp, on voit bien la profondeur des convictions des uns et des autres :-)
Réponse de le 16/05/2017 à 8:33 :
il est le pantin des groupes financiers (voir Bilderberg) excusez j'ai peut-être fait une photo dans ce nom, mais trouverez la vérité sur ce groupe et comment il agit)
a écrit le 15/05/2017 à 19:34 :
lorsque je lis un commentaire de JC Lagarde le béni ou oui de LR je me dis que certains n'ont pas compris leur inutilité en politique. Je voudrais dire à cet OVNI qu'il ne représente pas le centre entre moins l'UDI mais un petit conglomérat de vieux apparatchiks dont les vestes tournent plus vite que leurs petits bras. Ce Monsieur et son staff qui ne représentent rien ont montré lors de l'affaire Fillon la médiocrité de cette caste que nous ne voulons plus. Le centre n'est pas représenté au sein de LR qui l'utilise comme on utilise un tire bouchon et encore moins par M. Lagarde et sa médiocre garde. Le centre doit rallier M. Macron certainement plus respectueux que M. Baroin, M. Wauquiez, M. Ciotti.....qui se moquent du centre et l'utilise que comme appoint à l'ambition de LR. M. Lagarde la honte du centre.
Réponse de le 16/05/2017 à 10:03 :
Exact, le centre est une variable d'ajustement pour la droite comme parfois pour la gauche. souhaitons à ce gouvernement de réussir la ou les vieux politicards de tous bords ont menés le pays au bord du précipice.
je n'ai pas voté Macron au premier tour, mais il est désormais notre président républicains, démocrate, brillant et pas raciste...Alors bon vent à lui.
Réponse de le 16/05/2017 à 10:55 :
Tout à fait d'accord avec toi fredos.
a écrit le 15/05/2017 à 19:30 :
Si les normes sociales.....blablabla......oui on sait où cela va mener.....on a vu en 2008 comment la sphère privée est venue réclamer aux Etats de prendre en charge ses dettes pour ensuite nous seriner avec le déficit public. Mutualisons les pertes et privatisons les profits.....bref la même histoire...
a écrit le 15/05/2017 à 19:11 :
Le président de la république a fait un bon choix en nomment M. E Philippe au poste de PM, cela determine vraiment son ambition de réconcilier les Français et les Française....
a écrit le 15/05/2017 à 18:56 :
Quand je vois les réactions des dynausaures de la politique, à droite comme à gauche, je me dis qu'ils n'ont rien compris!
On en a marre des postures! Ces gens là m'expriment du dégoût!
Ils ne comprennent pas qu'une grosse majorité de français souhaite des réformes de structure efficaces. Le pays va mal et toute proposition, qu'elle soit de droite, de gauche, du centre doit être soutenue si elle va dans le sens de l'amélioration de la compétitivité des entreprises chez nous et si elle permet de contenir notre endettement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :