DSK, nouveau conseiller de Raul Castro à Cuba ?

 |   |  494  mots
Après avoir été patron du FMI de 2007 à 2011, puis impliqué dans des scandales, DSK tente de se refaire une image d'économiste respecté.
Après avoir été patron du FMI de 2007 à 2011, puis impliqué dans des scandales, DSK tente de se refaire une image d'économiste respecté. (Crédits : Reuters)
La version européenne du site d'informations politiques "Politico" révèle que Dominique Strauss-Kahn pourrait devenir le conseiller économique du chef d'Etat cubain. L'économiste français serait en charge d'accompagner la réouverture des échanges commerciaux entre la Havane et Washington.

Fin juin, Dominique Strauss-Kahn avait annoncé son retour - virtuel - avec un message pour le moins énigmatique sur Twitter, "Jack is back" après quatre années de déboires judiciaires et médiatiques, et quelques jours à peine après avoir été acquitté dans l'affaire du Carton de Lille.

Mais pour son retour officiel, Dominique Strauss-Kahn, qui vit désormais la plupart du temps au Maroc, a choisi de s'exiler à plus de 7000 km de Paris, à Cuba.

Docteur DSK au chevet des économies en panne

Ainsi, un article publié par la version européenne du site Politico rapporte que l'ancien locataire du FMI s'apprête à devenir conseiller du président cubain Raul Castro, et frère de Fidel Castro, instigateur de la révolution cubaine. Selon plusieurs "sources officielles françaises", DSK serait en charge d'accompagner la réouverture des échanges commerciaux entre la Havane et Washington. Pour rappel, après 54 années d'interruption, Cuba et les Etats-Unis ont officiellement rétabli leurs relations diplomatiques.

Ce n'est pas la première fois que l'ancien patron du FMI vend ses services. En 2013, il endosse le costume de conseiller économique pour le gouvernement serbe. Il est alors en charge de la question de la restructuration de la dette extérieure du pays, et doit trouver des solutions pour attirer les investisseurs étrangers. En mai 2013, il participe au Forum d'Astana, un forum économique annuel, au Kazakhstan. L'année dernière, Strauss-Kahn l'économiste, s'est aussi baladé dans les couloirs d'institutions financières russes afin de proposer des réformes économiques et en particulier pour son marché extérieur.

DSK et ses remèdes pour la Grèce

Alors forcément, cette nouvelle casquette ne surprend pas vraiment l'entourage de DSK qui loue l'expertise économique de l'ancien patron du FMI, comme le souligne l'article de Politico. Julien Dray, l'ex-député PS, assure que en dépit des scandales (le Sofitel en 2011, le Carlton en 2012), DSK demeure un économiste respecté. Au détour d'une petite phrase, il assure que "on peut voir la différence entre lui et la personne qui dirige actuellement le FMI", ajoutant qu' "il semble clair qu'il aurait apporté une approche globale plus intéressante de la crise grecque. Ses compétences d'ancien dirigeant du FMI doivent être exploitées". Christine Lagarde, l'actuelle patronne appréciera.

Fin juin, l'ancien directeur du FMI avait d'ailleurs fait savoir qu'il ne validait pas le traitement du dossier grec. Dans une note de 3 pages, intitulée "apprendre de ses erreurs" et postée sur son compte Twitter, il redoute que la Grèce et ses créanciers se rejettent mutuellement la faute. Il demande à ce que tout financement nouveau à la Grèce soit suspendu, qu'on lui accorde une extension de la durée de ses prêts, et plaide pour une réduction de sa dette. Pour rappel, DSK était à la tête du FMI en 2010 lorsque la Grèce a obtenu son premier plan d'aide de 110 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2015 à 14:43 :
DSK pourrait ouvrir des bordels en Grèce avec Dédé la saumure. Lagarde ne peut pas avoir cette hauteur de vue. Elle parait un peu coincée la Mére Christine sur la question.
a écrit le 19/07/2015 à 10:24 :
Son analyse sur la situation grecque me plait !
Je n’aime pas trop la présence actuelle des financiers dans les affaires des nations. Car si on analyse la base des pratiques bancaires, on s’aperçoit que l’argent prêté par les banques est créé ex nihilo : cet argent ne correspond à rien, même pas à une épargne d’autres clients des banques. Certes cela nous arrange en un premier temps, car on possèdera des biens avant d’avoir fourni le travail équivalent à l’argent emprunté, mais cela met le banquier sur un piédestal, alors que lui n’a presque rien fourni comme travail. Le citoyen qui emprunte s’engage par contre à fournir un travail sur plusieurs années, disons en gros une quinzaine dans le cas d’un emprunt pour acheter un appartement. Le banquiers s’assure de biens en hypothéquant ceux de ses clients !
On payera cher le montant emprunté ! Surtout si la situation économique évolue en mal.
Bref les profiteurs ne méritent pas le respect quand ils spéculent sur les monnaies, les biens, les matières premières, sans avoir fourni de service aux autres citoyens ; le banquier s’engraisse beaucoup plus quand ça va mal pour ses clients ( il saisi leurs biens) !
Les vraies gens utiles resteront toujours celles qui entreprennent et qui vont créer des emplois. Il faut encourager ces gens avec des prêts à taux négatifs, des diminutions voire des exemptions de taxes, et limiter fortement légalement les spéculations faites par les purs financiers.
a écrit le 19/07/2015 à 10:17 :
Intéressante déclaration de DSK ! Ce n'est ni plus ni moins qu'une confession, autrement dit un repentir.
Pourquoi continuer à lui en vouloir ? Je pense même qu'il a été sali pour avoir oser émettre ces observations aux financiers internationaux, ce que ces derniers ne lui auraient jamais pardonné ; ils auraient déclenché la campagne médiatique internationale ( d’une rare violence ) contre lui.
a écrit le 17/07/2015 à 19:20 :
Vous avez dit Cuba, quel drôle de nom !!!!
a écrit le 17/07/2015 à 18:35 :
Bonjour,
Tout le monde sembl s'étonner de son retour aux affaires. Mais ce n'est pas parcequ'il a eu un comportement moralement répréhensible dans sa vie prsonnelle que c'est un incapable dans sa vie professionnelle. Bien au contraire DSK fait partie des 10 personalités les plus en vue concernant la politique économique internationale.
Alors certes il est devenu radioactif ces derniers temps mais du coup il joue les éminences grises pour nos gouvernements sans bien entendu que cela soit médiatisé.
De plus il donne des conférences partout dans le monde qui font salle comble.
Donc ne surtout pas juger la compétence professionnelle d'une personne au travers de sa vie personnelle car c'est un amalgame douteux et un raccourci bien souvent idiot.
Il serait irresponsable de se passer de ses compétences pour Cuba surtout s'ils ont les moyens de se payer ses conseils.
a écrit le 17/07/2015 à 13:51 :
Et CLINTON alors..on oublie un "connaisseur" ???
a écrit le 17/07/2015 à 0:15 :
Indestructible et sur de lui, il a raté sa vocation ,il aurait du créer une secte :il serait maintenant à la tête de millions de gens qui le suivraient et écouteraient ses prêches sur un monde meilleur par la foi en lui détenteur de la vérité économique.
a écrit le 16/07/2015 à 22:17 :
Sur dsk je pense qu'il pourrait aide le redressement de la france meme apres ses erreurs
a écrit le 16/07/2015 à 20:38 :
S , il est d aussi bon conseil que lorsqu il était le ministre de F Mitterand, le resultat risque de n etre pas trés fameux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :