Ecologie : le désintérêt des Français grandit

 |   |  380  mots
64% des personnes interrogées assurent trier et recycler des déchets contre 68,7% en 2010
64% des personnes interrogées assurent trier et recycler des déchets contre 68,7% en 2010 (Crédits : CC Public Domain)
Un nouvel indicateur du pessimisme des Français? A quelques mois de la COP 21, une étude montre un désengagement croissant face aux problématiques environnementales et constate des pratiques écologiques de moins en moins rigoureuses.

Les Français sont de moins en moins intéressés par la question des bonnes pratiques environnementales. C'est du moins ce qu'indique une étude menée par GreenFlex, société de services en développement durable, en partenariat avec l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), estimant que "l'environnement motive moins". Ces résultats tombent dans un contexte qui aurait pu laisser supposer un effet exactement contraire: en effet, la France va accueillir et présider la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015  (appelée COP21*)  qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre à Paris.

L'événement ne semble pas stimuler la fibre écologique des Français, ce serait même l'inverse: ainsi le nombre de ceux qui se disent "désengagés face aux problématiques écologiques" grimpe à 23,7% alors qu'ils n'étaient que 15% dans l'étude menée en 2014... Avec notamment un fort "recentrage sur soi", d'après l'étude.

Plus du défaitisme que du désintérêt ?

Ainsi, ils sont 33,8% à penser que cela ne sert à rien d'agir pour l'environnement si les autres ne le font pas, contre 29% en 2014.

En outre, ils sont 19% à penser qu'"agir pour l'environnement n'en vaut la peine que si cela leur fait gagner de l'argent". En 2014, seules 14,4% des personnes interrogées étaient de cet avis.

Quand la pratique du tri sélectif révèle un repli sur soi

En ce qui concerne la pratique des gestes écologiques, de moins en moins de personnes sont prêtes à faire des sacrifices dans leur vie quotidienne pour aider à la protection de l'environnement (41,2%, contre 44,5% et 56,9% en 2010).

Dans le détail, la baisse est marquée, notamment dans le tri sélectif: ainsi, 64% des personnes interrogées assurent trier et recycler des déchets, contre 68,7% en 2010. Pis, 53,2% assurent limiter leur usage de sacs plastiques quand ils étaient 63% en 2010.

    Lire aussi >> Pourquoi la gestion des déchets est si catastrophique en France

[L'étude a été réalisée auprès de 3.500 personnes âgées de 15 ans à 74 ans.]

(*) COP21 Paris 2015 ("COP" pour "Conference Of the Parties", c'est-à-dire, Conférence des Etats signataires; et "21" parce que c'est la 21e édition)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2015 à 21:38 :
Plus on trie et plus on paye cher... Quand on arrive pas à manger jusqu'à la fin du moi, pourquoi faire le tri et qu'on nous fassent payer encore plus cher en nous inventant de nouvelle poubelles?
a écrit le 02/06/2015 à 6:39 :
Bah ! On n'a qu'une vie...Chacun sa croix. Les générations futures, nous ne les verrons pas...Jetons nos mégots dans le caniveaux ; circulons avec nos véhicules diesel mal réglés ; jetons l'huile de consommation dans l'évier ; nos restes de peinture dans les eaux usées ; ne faisons pas le tri de nos déchets...Économisons nos efforts, car nos élus ne font pas les gestes qu'ils demandent aux autres.
Réponse de le 02/06/2015 à 21:41 :
L'écologie est un problème mondiale. Ce faire suer à tous les petites pollution dont vous parlez ne sert à rien quand en chine, inde... les entreprises polluent pour nos bien de consommations. Et eux pollue bien plus que tous nos véhicules diesel... En parlant de diesel vous savez à quoi sert les pot d’échappement qu'on nous à installé sur nos véhicules les dernières années? Faites des recherche vous arrêterez de critique le diesel !
a écrit le 02/06/2015 à 1:51 :
La Suède établi un record sans précédent dans le monde du recyclage de ses déchets avec un montant proche de zéro déchet de 99 % Les suédois ont une politique de recyclage agressif qui se fait par ordre d’importance: la prévention, la réutilisation, le recyclage, les alternatives de recyclage, et en dernier recours, la mise en décharge. En 2014, seulement 1 % de leurs déchets finissent dans une décharge. Ils ont un système très avancé du tri des déchets qui les rend facile à recycler pour presque tout ce qui est jeté. La plupart des déchets qui reste est pris en charge par l’aide « alternatives du recyclage » , comme le programme Waste-to-Energy qui transforme les déchets en énergie. Alors que cette alternative au recyclage reste controversée, elle est plus propre que l’extraction du pétrole ou du gaz naturel pour les brûler dans les centrales électriques traditionnelles. En Europe 5 pays ont d’ores et déjà franchi la barre de 50%  : l’Autriche avec 63 % du volume recyclé, suivi de l’Allemagne 62 %, de la Belgique 58 %, des Pays-Bas et de la Suisse, à égalité, 51 %. Avec seulement 37 %, la France est loin derrière, à peine dans la moyenne européenne (40 %). Une part importante du contenu de nos poubelles finit toujours dans les décharges ou brûlée dans des incinérateurs.
Réponse de le 02/06/2015 à 21:43 :
Vous oubliez de prendre en compte toute la pollution des produit fabriquez en chine et consommé par ce pays, et bien sûr la pollution du transport de ces même produits. Finalement l'exemple suède est loin d'être le bon exemple...
a écrit le 01/06/2015 à 21:14 :
Les français en ont put-être assez d'être pris pour des "Veaux" (pour être poli) !
L'écologie est un fléau pour l'homme. Une politique qui vise à répandre la pauvreté du sud, dans le monde entier. Ceci afin d'atteindre l'un de leurs buts principaux : "la Décroissance".
La Nature est plus importante que l'homme selon leur doctrine. Leur fameuse "Conférence sur le Climat" prévue en décembre, va nous coûter la bagatelle de 170 millions d'euros ! Tout cela pour satisfaire les quelques 2 à 3% d'électeurs qu'ils représentent ? De qui se moque-t-on ?
Ne se passerait-on pas bien de cette réunion de super friqués, qui viendront encore s'engraisser sur le dos des contribuables français ?
Qu'on puisse se mobiliser pour défendre des espèces en voie de disparition est parfaitement légitime. Qu'on privilégie des espèces fortement répandues et nuisibles aux humains, ne l'est en AUCUNE FAÇON !
Un gamin de 13 ans est mort à la Réunion, dans d'atroces souffrances le 12 avril dernier, déchiqueté par un requin bouledogue. Espèce qui comme le requin tigre, est bien loin d'être en voie d'extinction. Mais qui donc avait exigé que soit créée une "Réserve Naturelle" sur cette île minuscule qu'est la Réunion (Territoire français d'outremer) ? Les écologistes bien-sûr !
Cette réserve attire les requins du grand large vers les côtes, d'où ils étaient absents auparavant. C'est donc bien, entre autres, une mesure irresponsable de la part des Verts.
Depuis l'attaque précédente, et la mort d'une jeune femme de 20 ans le 14 février 2015, un Arrêté avait été mis en place. Arrêté qui prévoyait la mise en place de zones expérimentales limitées, situées à Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu (Littoral Ouest), où les jeunes surfeurs et entraîneurs du Pôle Espoir de la Ligue de Surf Réunionnaise, (auquel appartenait le jeune garçon, par ailleurs grand espoir pour le surf français), pourraient pratiquer leur sport. Le Spot des Aigrettes où s’est déroulée l’attaque qui a coûté la vie de l’enfant, dépend justement de la commune de Saint-Paul. Se seraient-ils donc crus, lui comme ses amis, doublement protégés en venant surfer à cet endroit où les panneaux « Baignade Interdite » étaient encore présents ce jour-là ? Le jeune garçon (très prudent selon ses proches), n'avait pas surfé sur l'île depuis près de 18 mois, sur l'interdiction formelle de ses parents. Il a sans doute cru en toute bonne foi (et avec l'insouciance liée à son âge), être protégé en venant pratiquer son sport favori avec ses amis, près d'une plage où des bateaux motorisés étant visibles. Les jeunes pensaient sans doute que leur présence était due à cet Arrêté de février 2015.
Les vagues étaient de taille moyenne, mais surtout l’eau était claire selon les témoins, ce que n’apprécient pas du tout les requins, (souvent décrits comme méfiants). De plus, les attaques ont plutôt lieu en fin d’après-midi ou le soir. Pas le matin comme ce fût le cas, peu avant 9H ce 12 avril. En réalité, les bateaux n’étaient présents que pour relever les balises sensées détecter la présence des squales. C’est d’ailleurs de l’une de ces embarcations, que le corps massacré du jeune surfeur a pu être repêché. Le père de l’enfant, (rentrant en urgence de métropole), a déposé plainte contre X, après avoir vu le corps déchiqueté de son fils : bras droit, jambe droite et partie importante de l’abdomen, arrachés par un requin bouledogue.
La limitation de la pêche aux requins, était due pour partie, à la volonté des écologistes qui n’hésitent pas à mettre en valeur la vie des requins par rapport à celles de leurs victimes. Ils veulent à tous prix nous faire croire que ces prédateurs sont inoffensifs pour l’homme. Que les requins sont chez eux dans l’océan, pas les humains. La multiplication de ces dangereux prédateurs que sont les « requins bouledogues et tigres », est également due à la présence d’une bactérie, qui a causée l’interdiction de la vente de viande de requins, dans les poissonneries de l’île. Du fait, une espèce réellement inoffensive a disparu du littoral, le requin des récifs. Ils régulaient auparavant la population des espèces « Tigres et bouledogues » en mettant les jeunes à leur menu.
Les requins sont-ils chez eux dans le Zambèze en Afrique ? Ce fleuve où sont dénombrées chaque année plusieurs mutilations, quand il ne s’agit pas de décès ? Les requins bouledogues sont en effet les seuls à être capables d’évoluer en eau douce, parmi les 350 espèces répertoriées.
Sont-ils aussi "chez eux" dans le Mississippi aux USA, où ils sont régulièrement observés, étant capables de remonter des fleuves jusqu’à 3.000 km de l’océan ? Si d’aventure un écologiste, tellement attaché à ces « merveilles de la Nature », venait à être mis en pièces chez nous en France, dans l’une de nos rivières… ? Les Verts oseraient-ils continuer à nous raconter leurs inepties ? L’écologie est un danger pour l’homme. La vie humaine étant considérée par ces « amoureux de la Nature », comme une Pollution par essence. Il est donc parfaitement NATUREL que les français en général, et les électeurs en particulier, se désintéressent de cette prétendue cause importante. N’en déplaisent à François Hollande et à sa coûteuse conférence, pour lesquels un nombre croissant de français, montrent leur profond désintérêt qui Lui, est parfaitement justifié.

Yorg.
Réponse de le 02/06/2015 à 0:32 :
vous mélangez tout... ne pas confondre le tri de ses déchets et le mouvement politique des verts. Perso, je trie mes déchets mais je ne vote pas pour autant écolo au élection.
a écrit le 01/06/2015 à 21:12 :
Effectivement, pourquoi faire des efforts de tri si cela n'engendre pas de coût moindre pour la Taxe d'Ordure Ménagère ? Le système de tri est pervers. Il supprime des emplois et enrichi les exploitants qui revendent le papier, le verre, l'alu des canettes, ...
Réponse de le 02/06/2015 à 0:29 :
Une bouteille plastique non triée, c’est 2 centimes gaspillés !
En triant systématiquement bouteilles, bidons et flacons en plastique, je fais un geste concret pour l'environnement car ces déchets seront recyclés (fibres polaire, rembourrage de couette, pot à semis, poubelles, nouvelles bouteilles...). Et je participe également aux efforts de maîtrise des coûts de ma collectivité.
Si je trie une bouteille d'1,5 litre, le gain pour ma collectivité est de 2 centimes.
Si je la jette avec les ordures ménagères, son coût de traitement sera plus cher et elle ne sera pas recyclée.
Réponse de le 02/06/2015 à 21:47 :
Tout dépend du point de vu; en faisant le tri on améliore pas notre pollution on retarde juste de quelques années notre pollution. Ce que la nature à besoin c'est une baisse significative du nombre d'humain habitant notre monde. Et pour y arriver, rien de mieux que de polluer. Le mal de l'"écologie" n'est pas la pollution mais nous. Si on disparaissait tous la nature reprendrait ces droit et se rééquilibrerait. Alors que là... Tic Tac et c'est tout.
a écrit le 01/06/2015 à 19:34 :
la flemme de trier alors que cela prends une minute...
décidément tout va mal dans ce pays.
Réponse de le 02/06/2015 à 21:53 :
Avant de reprocher à x ou y de ne pas mette sa bouteille de plastique dans la bonne poubelle, pourrait avoir une bouteille qui n'a pas fait plus de tour du monde que celui qui l'a bu? Bien sûr cela s'applique aussi à la viande, l’électronique, les légumes...
a écrit le 01/06/2015 à 15:37 :
Tout d’abord il faut dire que les Pieds Nickelés de l’écologie en tête la tristement célèbre pour l’absurdité des idées et des actions Mme Duflot, mais tout aussi cocasse dans la vision de l’écologie basée sur la taxe du triste M. Hulot plus sincère peut-être mais tellement dans l’impôts deux un repoussoir emblématique à l’écologie. Si nous prenons leurs discours il est plus de savoir qui va avoir la meilleure place en politique, type JV Placé, Pompili, de Rougy et autres puis l’emblématique Mme Joly qui est dans son monde pas celui de l’écologie et enfin celui qui fait tout pour que rien ne marche par ses actions le tristounet M. Baupin quant à la Présidence Mme Cosse parfaite inutile et inaudible. Ensuite et là nous sommes dans la politique des menteurs voleurs plus le citoyen gère son environnement plus les truands élus toute couleur confondue augmentent les taxes ménagères et autres taxes!!!soi disantes écologiques pour une fois et toujours dans l‘impotaxe la droite et la gauche font front commun. Pour ce qui du Président l’écologie n’est pas un vrai sujet de préoccupation de la planète mais encore un circuit 100 pour cent politique pour essayer de faire oublier sa gestion catastrophique du pays. Enfin et non des moindre la madone ministre de l’écologie est une girouette plus occupée par le vent de son égo que par les problèmes d’environnement mais peut on attendre autre chose de la part des politiques en dehors des bisbilles et des magouilles ? non. Enfin si nous regardons les énergies renouvelables voilà une affaire 100 business laissée souvent aux mains d’entreprises étrangères subventionnées par le contribuable et par le client EDF un grand vol politico financier. Oui l’écologie est un sujet important mais si nous l’associons aux politiques alors l’écologie est un sujet malsain dans lequel se mélange la magouille et le summum de la médiocrité. La conférence de Paris une grosse dépense pour l’égo du Président en mal de réussite. Cela lui permet de se promener et nous évite pendant ce temps sa litanie des discours creux sans aucune vision sur les sujets, paraient-ils traités, mais tellement décalés de la réalité de notre pays. Aller un peu d’Airbus c’est bon!!!pour la planète la sienne celle de ces errances politiques.
a écrit le 01/06/2015 à 15:24 :
A 70 ans je me fiche ROYALEMENT des Verts, Roses, Rouges et de leurs prétentions en représentant 2% du corps électoral, à vouloir faire "la révolution écologique" de la France.
a écrit le 01/06/2015 à 15:12 :
A l'époque des dinosaures, il y avait 10 fois plus de CO2 dans l'air, et la Terre ne s'en portait pas plus mal !
a écrit le 01/06/2015 à 14:49 :
Cette évolution est logique. Les écologistes ont réussit le tour de force de faire de l'écologie qui est à la base une idée sympathique et je dirai un acte de citoyenneté un repoussoir! Cela à cause: 1) des écolos intégristes qui font passer la Nature avant l'humain, 2) aux écolos politiques gangrénés par un gauchisme bobo qui fait qu'il se mobilisent plus pour la défense des roms ou des palestiniens que pour la défense des citoyens dans leur ensemble; 3) aux technos. C'est surtout ce point qui explique le déclin de l'écologie. les technocrates ont pris le pouvoir nous imposant des agendas 21 gros dossiers qui a vouloir trop embrasser en traitant de tout arrivent à faire oublier l'essentiel à savoir la limitation des déchets et le problème de l'énergie. autre point ce n'est pas en culpabilisant de citoyen (avec le geste qui sauve la planète!) qu'on le mobilise. L'écologie a aussi été dévoyée par le green business quoi de plus comique que de voir Total ou Monsento s'acheter une bonne conduite en sponsorisant une association humanitaire alors que l'on va stigmatiser le citoyen qui va laisser son téléviseur en veilleuse. Au nom de l'écologie on se lance un jour à fonds dans le diesel (pour lutter contre les rejets de Co²) pour s'apercevoir 10 ans plus tard que l'on a fait fausse route. Que dire également de toutes se pistes cyclables qui coutent des fortunes fréquentées par quelques irréductibles. Sans parler de la cyber criminalité qui s'est enrichie avec la TVA Carbone. Autre aspect l'ecologie devient un facteur de développement des inégalités sociales les classes aisées roule en voiture hybride ou électrique coutant parfois plus de 100000 e et stigmatisent les clases populaires des banlieue qui roulent dans des vieux diesel. Tout cela contribue a entrainer un rejet croisant de cette écologie de la part des chasseurs des agriculteurs etc.. Ce business enrichit également des petits malins qui bénéficient de rente de situation (parcs d'éolienne, bâtiments agricoles avec panneaux photovoltaîque etc;) Que dire également de tous ces industriels ou distributeurs qui margent au prix fort sur les produits liés aux économies d'énergies. il suffit comme par hasard que les subventions baissent pour que les prix baissent aussi. résultats le contribuables paye pour le surprofits de quelques petits malins qui se parent d'une vertu écolo. Tous ces facteurs expliquent la désaffection du grand public Et le pire est à venir. Notre grand Président pour cacher son inaction et sa duperie va essayer de présenter en grand Ecolo sauveur de la planète en poussant a des normes encore plus contraignantes. Il ferait mieux de lire les sondages plutôt que de faire la danse du ventre devant les écolos pour éviter qu'ils présentent un candidat au premier tour en 2017! Malheureusement c'est un politique et pas le Président que les français attendaient!
a écrit le 01/06/2015 à 13:43 :
D'accord avec Jakepote. Plus on trie, plus ça nous coûte cher... le recyclage est devenu un marché très lucratif ... c'est tellement visible que ça en dégoûte plus d'un (dont moi).
a écrit le 01/06/2015 à 12:04 :
Comme le dit très justement JY, même s'il y a quelques années en arrière nous étions mobilisés pour effectuer le tri sélectif, cela avait pour but de baisser les coûts... En réalité, plus nous faisions des efforts dans ce sens, plus les coûts de collectes augmentaient et augmentent régulièrement. Du coup j'ai personnellement cessé le tri sélectif, car non seulement les organismes de traitement des déchets réduisent drastiquement le nombre de techniciens... Alors oui, où va l'argent??? S'enrichir sur le dos ne notre participation? Encore un autre scandale latent !!!
a écrit le 01/06/2015 à 11:45 :
"L'écologie" devrai se faire, en principe, a la base et non pas par la création de filières artificielles dont le premier opérateur (le consommateur) n'est nullement gratifier et en plus contraint! Ce ne pousse pas les industriels, la région, l'Etats, a agir dans d'autre sens que celui du P.I.B.!
a écrit le 01/06/2015 à 11:30 :
L'écologie pour les gouvernant et les verts n'est que taxe. Plus nous trions, plus nous payons, et cela pour voir nos déchets finir en Afrique. Ou passe toutes ces taxes?
Réponse de le 02/06/2015 à 21:51 :
Dans le jet de la dernière ministre de l'écologie qui a fait cherché par son chauffeur son portable qu'elle avait oublié à Nantes... Ce doit être sa l'écologie, surtout qu'il n'y a aucun fournisseur d'accès a Paris pour remplacer le premier... Mais bon c'est sur il faut que NOUS on le soit "écolo"...
a écrit le 01/06/2015 à 11:14 :
Les Français ont bien compris l'arnaque de l'"écologie" qui consiste en réalité à leur faire les poches au nom de la lutte pour l'environnement, alors que dans le même temps toute la production de ce qu'ils consomment à été délocaliser, que le moindre produit qu'on leur vend à parcouru au mieux 10 000 km, et qu'en prime il a souvent été conçu pour ne durer que très peu de temps, afin de forcer le consommateur a racheté et reracheté sans cesse les mêmes produits.
On pourrait parler également du nucléaire, de la surutilisation des pesticides, et bientôt des OGM... Bref qu'on arrête d'emm.... les Français avec l'"écologie" pour encore le racketter un peu plus au nom de la "bonne cause".
a écrit le 01/06/2015 à 11:10 :
Faut-il s'en étonner quand les droits à polluer sont côtés en bourse ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :