En 2018, le nombre de demandeurs d'emploi a reculé

 |   |  434  mots
Le taux de chômage, calculé par l'Insee selon les critères du Bureau
international du travail (BIT), pour le quatrième trimestre sera publié le 14
février. 
    Orienté à la baisse depuis le printemps 2015, il était ressorti stable à la
fin du troisième trimestre à 8,8% en métropole et 9,1% en incluant les
départements d'Outre-mer (hors Mayotte).
Le taux de chômage, calculé par l'Insee selon les critères du Bureau international du travail (BIT), pour le quatrième trimestre sera publié le 14 février. Orienté à la baisse depuis le printemps 2015, il était ressorti stable à la fin du troisième trimestre à 8,8% en métropole et 9,1% en incluant les départements d'Outre-mer (hors Mayotte). (Crédits : Reuters)
Le nombre de demandeurs d'emploi n'exerçant aucune activité a reculé en France métropolitaine au quatrième trimestre et sur l'ensemble de l'année dernière, selon les données mises en ligne vendredi par le ministère du Travail et Pôle emploi.

Ces chiffres pourraient bien arranger le gouvernement. Selon des chiffres communiqués par Pôle emploi et le ministère du Travail ce vendredi 25 janvier,  le nombre de chômeurs a sensiblement diminué au quatrième trimestre 2018 (-42.000 ou -1,1%) pour s'établir à 3,676 millions de personnes en France entière, son plus bas niveau depuis la mi-2014. En dépit du mouvement des "gilets jaunes" et d'une baisse de l'activité dans plusieurs secteurs comme le commerce ou l'industrie, le marché du travail a connu une embellie en fin d'année.

Recul du nombre de personnes sans activité

Le nombre de personnes inscrites, avec ou sans activité, a lui diminué de 0,8% (-47.000) à 5,916 millions. Depuis l'éclatement de la crise de 2008-2009, ce n'est que la deuxième fois que ce chiffre (catégories A-B-C) diminue. Si on ne prend en compte que les demandeurs d'emploi en activité réduite (catégories B et C), c'est même la première baisse depuis dix ans (-0,3%). Cette baisse du nombre de chômeurs intervient après deux trimestres de petite hausse (+0,4% au 3e, +0,2% au 2e).

Sur un an, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle  emploi en catégorie A (sans activité) est en baisse de 1,4% et le nombre de demandeurs avec ou sans activité de 0,2%. En métropole, la baisse concerne davantage les hommes que les femmes (-1,4% contre -0,8%) et bénéficie avant tout aux moins de 25 ans (-2,9% sur le trimestre). Elle est de 1,1% pour ceux âgés de 25 à 49 ans, et seulement de 0,2% pour ceux âgés de 50 ans et plus.

La galère des chômeurs de longue durée

Le chômage de longue durée reste lui en hausse: en incluant les demandeurs d'emploi ayant exercé une activité, 2,648 millions étaient inscrits depuis plus d'un an. Un chiffre en hausse de 0,4% sur le trimestre et de 5% sur un an. À l'inverse, celui des inscrits de moins d'un an diminue de 1,8% (4,6% sur un an).

En métropole, le nombre de chômeurs a diminué dans toutes les régions, sauf en Corse. La plus forte baisse est de 1,9% en Bretagne. Outremer, les chiffres varient entre -0,9% à La Réunion et -3,3% en Guyane.

Le nombre moyen d'entrées à Pôle emploi a diminué en catégories A, B, C de 2,7% tandis le nombre de sorties des mêmes listes de l'opérateur public a lui augmenté de 1,4%. Le nombre de personnes inscrites en catégorie D, qui comprend notamment celles en formation, augmente lui de 14.700.

> Lire aussiRetour à l'emploi : le calvaire des chômeurs de longue durée

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2019 à 13:14 :
Baisse de 16.200 personnes en un an sur le total des catégories ABC et ce avec la mise en place du flicage.
Je ne sais pas si les chiffres réels sont une augmentation mais en tout cas autant s'abstenir que de parler d'une baisse.
La réalité c'est encore 5.915.000 personnes pour seulement les trois catégories évoquées et de mauvaise perspectives pour 2019 !!!
a écrit le 27/01/2019 à 19:08 :
Les chiffres ne veulent rien dire.
Par exemple un cas parmi d’autres,je travaille mais je reste inscrit à pôle emploi car je suis en CDD , et je n’ai aucune garantie pour la suite donc je continue à consulter les offres.
Pôle emploi c’est juste un intermédiaire entre l’offre et la demande.

Le chômage ne peut pas baisser si il y a des suppressions de postes qui sont prévues.
a écrit le 27/01/2019 à 14:56 :
Il faut dire que les emplois crées sont des emplois à 87 % en CDD. Donc...........des emplois fictifs. Mais le gouvernement manipule les gens et se tape sur le ventre. On sait très bien que les entreprises n'embauchent pas et celles qui embauchent ne paye pas les salariés. Donc.......ne pas s'étonner s'ils ne trouvent pas du personnel. Au fait je croyais que nous étions régit par la loi de l'offre et de la demande. Donc........
a écrit le 26/01/2019 à 19:30 :
Aucun chiffre sur les radiations ,bon faut dire que si cela vient du ministère du travail et donc de Penicaud ,on comprends vite que cela arrange ce gouvernent ce sont les mêmes.
Réponse de le 27/01/2019 à 7:58 :
Je commençais à m'inquiéter, personne n'avait encore parlé des radiations, c'est chose faite grâce à vous, l'honneur des pisse-froid est sauf.
a écrit le 26/01/2019 à 11:06 :
L'appel à la grève général planifié pour dans deux semaines fait paniquer l'oligarchie qui rehausse son niveau de propagande certainement.

Ils ont peur, ils osnt terrifiés même.
a écrit le 26/01/2019 à 9:49 :
Glorifions-nous d'une situation un peu moins pire! Quelle sont les raisons du drame que nos concitoyens vivent depuis quarante ans? La perte de clients et des coûts trop élevés. Nous n'avons pas réagi en acceptant la baisse de nos revenus, nos élus et ministres les premiers; la croissance de nos charges ne s'étant pas interrompue, notre gouvernement en est à chasser l'automobiliste plutôt que les économies, mais il assume; les chefs d'entreprises, eux, sont payés aux résultats... même quand ils en sont réduits à baisser les effectifs pour les adapter à la demande.
a écrit le 26/01/2019 à 9:21 :
Et sans les casseurs infiltrés, ça aurait donné combien ?
a écrit le 26/01/2019 à 7:56 :
5 915 700 = nombre de personnes inscrites à Pôle Emploi pour France métropole et outre mer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :