En France, l'inflation reste nulle en septembre

Le rebond (+0,3 %) du mois d'août n'aura été que de courte durée. L'indice des prix à la consommation accuse un recul de 0,4 % en septembre et reste stable sur un an, en dépit de la hausse des tarifs des produits manufacturiers et de l'alimentation.

3 mn

L'Insee note un rebond des prix alimentaires de 0,5% (après -0,1% en août) qui s'explique par la hausse des produits frais.
L'Insee note un rebond des prix alimentaires de 0,5% (après -0,1% en août) qui s'explique par la hausse des produits frais. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)

Après un rebond de 0,3 % en août en raison de la variation saisonnière, les prix à la consommation se replient de 0,4 % en septembre, selon les statistiques publiées mercredi 14 octobre par l'Insee.

En variation annuelle, l'indice des prix à la consommation reste en revanche stable en septembre, comme en août, précise l'Institut national de la statistique et des études économiques.

Fluctuations saisonnières

"Les principales contributions à la baisse de l'IPC (indice des prix à la consommation) en septembre proviennent du repli saisonnier des prix des services liés au tourisme après les vacances scolaires d'été et d'un nouveau recul des prix des produits pétroliers", détaille l'Insee.

Dans le détail, les prix des services se sont repliés de 1,6 % en septembre par rapport à août. La baisse a notamment été tirée par les services d'hébergement (-16,4 %), les résidences de vacances (-24,4 %) et les voyages tout compris (-28,8 %). Le transport aérien chute aussi de 18,8 %.

En revanche, sur les douze derniers mois, les prix des services sont en hausse de 1,3 % en septembre.

Les prix de l'énergie en fort recul

Pour le quatrième mois consécutif, les prix de l'énergie ont également reculé en septembre (-1,0 % et -5,9 % sur un an) du fait d'une nouvelle baisse des produits pétroliers (-2,2 % sur le mois et -14,3 % sur un an). Si les prix des carburants diminuent  de nouveau (-3,0 %, -13,5 % sur un an), ceux des combustibles se redressent (+1,2 % après une baisse de 7,1 % en août), même s'ils demeurent en fort recul sur un an (-20,4 %).

Hausse des produits manufacturés

L'Insee note toutefois un rebond des prix alimentaires de 0,5 % en septembre (après -0,1 % en août) qui s'explique par la hausse des produits frais (+4,4 %, dont +7,5 % pour les légumes). Mais si on exclut cette catégorie, les prix de l'alimentation se replient légèrement en septembre (-0,1 %) et sont stables sur un an.

Quant aux prix des produits manufacturés, ils se sont redressés de 1,4 % en septembre (-0,9 % sur un an). Cette hausse est plus marquée que l'année dernière (+1,2 % en septembre 2014) en raison de l'instauration d'une semaine supplémentaire de soldes fixée cette année au mois d'août, détaille l'Insee. Le redressement des prix de l'habillement-chaussures qui accompagne la mise en vente de la nouvelle collection automne-hiver en septembre est plus fort cette année (+7,7 % contre +6,1 % en 2014).

Le recul de l'inflation persiste dans l'union monétaire

Enfin, l'indice d'inflation sous-jacente a reculé de 0,2 % en septembre, mais croît de 0,6 % sur an. L'inflation sous-jacente permet de dégager une tendance de fond de l'évolution des prix car elle exclut les produits à prix volatils (produits pétroliers, produits frais, produits laitiers, viandes, fleurs et plantes,... ) et ceux soumis à l'intervention de l'Etat (gaz, électricité, tabac...).

L'indice des prix à la consommation harmonisé IPCH, qui permet des comparaisons avec les autres pays de la zone euro, a diminué lui aussi de 0,4 % en septembre. Sur un an, il affiche une hausse de 0,1 % seulement. Une situation encore bien loin de l'objectif de la BCE qui se fixe comme objectif un retour de l'inflation à son niveau "cible", c'est à dire proche des 2% par an.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 15/10/2015 à 13:18
Signaler
Qui se ressemble s'assemble ! L'inflation reste nulle...comme le gouvernement Hollande :-)

le 15/10/2015 à 13:58
Signaler
C'est celui qui l'a dit qui l'est! nananananana!

à écrit le 15/10/2015 à 11:02
Signaler
Au Japon entre 2000 et 2014, on fait -1,7 d'inflation moyenne par an et 0,78 de croissance. En quoi l'inflation est d'intérêt? En Jamaïque depuis 95 on fait 0,04 de croissance annuelle pour 11,8 d'inflation avec quelques années sans données selon la...

le 15/10/2015 à 13:56
Signaler
Ce week-end Trifouilli les oies a battu le leader du championnat de foot local à 8 contre 11 suite à des cartons rouges. En quoi le fait d'être à onze est utile pour gagner un match de foot? Prendre des cas marginaux, de pays souvent en crise p...

à écrit le 15/10/2015 à 7:06
Signaler
A quand un véritable indice correspondant à la vraie vie : comprenant la moyenne nationale de la flambée des impots locaux, et TANT de produits et services, indispensables pour tout le monde, et non pris en compte dans le calcul, et qui correspondent...

le 15/10/2015 à 14:03
Signaler
Allez-y construisez un indice plus pertinent, vous avez l'air d'avoir des idées simples à appliquer pour enfin avoir un indicateur juste! Je compte sur vous! Vous pourrez vous associer à ce "tout le monde" que vous semblez bien connaitre, et qui ...

à écrit le 15/10/2015 à 5:18
Signaler
Comme nos politiques !!

à écrit le 14/10/2015 à 19:43
Signaler
L'Europe n'est-elle pas trop inapte pour faire une croissance à l'américaine? Voyez comme les actifs financiers français sont improductifs. On est entre la poularde léporiste et la chèvre. Le monde serait trop compétitif pour la France, à quand l'iso...

le 15/10/2015 à 0:08
Signaler
"Une croissance à l'américaine" c'est nouveau, ça vient de sortir. "improductif ", mais dans quel domaine ? Je laisse passer les mots ringards , style poularde, isolationnisme, gaucho, abeilles, les jeux de mot bidons, repueblique... Ah oui pour bl...

à écrit le 14/10/2015 à 19:30
Signaler
Nous ne faisons pas d'inflation, nous faisons dans l'ANFLATION, nous enflons au lieu de croître. Les prix des transports et des logements augmentent sans que la production augmente. L'Etat crée des pénuries d'offre et notre balance est négative. N'y ...

à écrit le 14/10/2015 à 19:12
Signaler
Une baisse des prix c'est bon pour le consommateur. Le Japon est l'empire de la déflation, s'en portent-ils mal? Ils auraient même réussi à faire de l'inflation récemment. La déflation c'est bon pour le consommateur, l'inflation c'est parce que des ...

le 14/10/2015 à 19:38
Signaler
L'inflation c'est bon quand tu as du cash ou que tu es assisté social (enfin ça pendant un temps seulement...) Pour le reste, tu découvriras par toi même....

à écrit le 14/10/2015 à 19:05
Signaler
Une bonne économie capable de transformer un pays ne recherche pas l'inflation , mais la combat bec et ongle . C'est pour cette raison que nous sommes à plus de 2 mille milliards de dette en 45 ans avec la ritournelle des élus qui reviennent à chaqu...

à écrit le 14/10/2015 à 19:02
Signaler
Les boomitlers sont-ils une génération de TARES INFLATIONNISTES ? L’inflation n’est-ce pas un bon sujet ? Le mécanisme de stabilité ne serait pas appliqué. Dans les statuts de la BCE il est écrit maintenir le pouvoir d’achat de l’euro et la stabilité...

à écrit le 14/10/2015 à 18:37
Signaler
Si nous rentrons en déflation,les salaires des ponctionnaires vont ils baisser?

le 14/10/2015 à 18:58
Signaler
Viiii!! mais seulement après l'écroulement du revenu des indépendants (agriculteurs, artisans ...), seulement et seulement après... Welcome dans une époque ou le cash sera king et l’endettement mortel.

à écrit le 14/10/2015 à 18:32
Signaler
seule une hausse des tarifs des services publics et des taxes sur l'énergie permettrait d'échapper au cancer de la déflation!

le 14/10/2015 à 19:00
Signaler
I love you troll....

à écrit le 14/10/2015 à 17:58
Signaler
Et il faut voir en GB... Ils ont beau truquer leurs chiffres, là, la déflation règne et il est clair que baisser sa monnaie n'a en RIEN relancer leur "économie" (principalement financière) car la crise est bien en train de progresser. Amusant que per...

à écrit le 14/10/2015 à 15:06
Signaler
La France est gérée par des incompétents et des malhonnêtes alors nous avons une tendance déflationnistes puisque la confiance est morte. On n'investit pas et on consomme peu. L'état écrase le pays. Le déclin est patent et durable. La France est en f...

le 14/10/2015 à 17:33
Signaler
Vous êtes donc le seul qui n'a pas remarqué que la crise économique mondiale fait simplement ses effets. Je pense, Markus, pouvoir compter sur votre orgueil et ignorance sur ce coup-là.

le 14/10/2015 à 18:51
Signaler
Bon en même temps, il n'est certainement pas le seul à penser cela. D'ailleurs je le pense aussi. On peut, ne pas être d'accord mais on ne peut pas non plus ignorer les résultats de la politique actuelle. Le pire est à venir...

à écrit le 14/10/2015 à 13:44
Signaler
Je plains ceux qui ont acheté de l'immobiler... Tout le système se retourne contre eux... Emprunter à 2% (et je suis gentil) pour acheter un bien qui se dévalue de 3% par an (là aussi je suis gentil), dans un contexte sans inflation... le pire de...

le 14/10/2015 à 14:19
Signaler
Oui, mais des fois, on a juste besoin d'une maison quoi, quelque soit les courbes économiques annoncées.

le 14/10/2015 à 15:04
Signaler
l immobilier étant un investissement sur 15/20 ans il faut bien un moment se décider .quand les taux sont hauts on attend que ça baisse etc etc .

le 14/10/2015 à 17:40
Signaler
@vilou : J'ai des biens immobiliers... et je prie tous les jours pour que l'immobilier baisse! Je n'ai nullement l'envie ou le besoin de vendre donc pour moi une baisse de l'immobilier c'est un ISF qui s'éloigne et une somme collassalle (le mot est f...

le 14/10/2015 à 19:36
Signaler
@jp. Voilà le mal! On souhaite finalement s'appauvrir pour arrêter d'engraisser un état obèse et cela devient une solution non plus acceptable mais souhaitable...Ce système économique ne sera jamais viable ni pérenne mais il trace une route vers une ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.