Le niveau de l'inflation reste très faible en France

 |   |  386  mots
L'inflation sous-jacente (hors tarifs publics et produits à prix volatils) augmente de 0,3% sur le mois et de 0,4% sur les douze mois à fin août, après respectivement +0,2% et +0,1% en juillet.
L'inflation sous-jacente (hors tarifs publics et produits à prix volatils) augmente de 0,3% sur le mois et de 0,4% sur les douze mois à fin août, après respectivement +0,2% et +0,1% en juillet. (Crédits : reuters.com)
Selon l'Insee, la hausse de 0,4% de l'inflation d'août résulte, pour l'essentiel, des variations de prix saisonnières comme ceux des services liés aux vacances et ceux de produits manufacturés après les soldes.

L'inflation a encore été basse au mois d'août. Les prix à la consommation ont augmenté de 0,4% en France, après une baisse de 0,3% en juillet, leur progression sur un an s'inscrivant à 0,4%, soit leur plus bas niveau depuis novembre 2009, a annoncé ce jeudi l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

L'inflation sous-jacente (hors tarifs publics et produits à prix volatils) augmente de 0,3% sur le mois et de 0,4% sur les douze mois à fin août, après respectivement +0,2% et +0,1% en juillet. L'inflation hors tabac se situe elle à 0,4% en rythme annuel.

Hausse saisonnière

L'effet de cette augmentation est  plus amplifié par un facteur purement technique: "un décalage de la période de collecte des prix", laquelle "intègre en août moins de jours de soldes que l'an dernier" (2 jours en 2014 contre 7 en 2013, sur 20 jours de collecte), explique l'institut. De fait :

"L'augmentation des prix à la consommation en août 2014 résulte principalement de la hausse saisonnière des prix de certains services au cœur des vacances et de celle des produits manufacturés à la sortie des soldes en métropole."

Les prix des produits manufacturés ont ainsi augmenté de 1,9%, tout en reculant de 0,5% sur un an. Les prix des services ont augmenté de 0,3% (+1,9% sur un an).

Les prix de l'énergie ont reculé de 0,8% (-1,5% sur un an) du fait d'un nouveau repli des prix du gaz de ville (-1,2%, -3,1% sur un an) et de ceux des produits pétroliers (-1,1%, -3,3% sur un an), dont un recul de 1,3% pour les carburants (-3,3% sur un an).

Baisse des prévisions gouvernementales

La veille, le gouvernement a abaissé ses prévisions d'inflation, à 0,5% en 2014 et 0,9% en 2015. Invoquant la faible croissance et une inflation au plus bas, le ministre des Finances, Michel Sapin, a indiqué que le déficit public atteindrait 4,4% du PIB fin 2014, au lieu de 3,8% prévu auparavant, soit plus que les 4,1% de 2013.

        Analyse Finances publiques : le coup de poker de Michel Sapin

L'Allemagne a quant à elle publié ses chiffres définitifs d'août ce jeudi, avec des prix inchangés sur un mois et affichant une hausse de 0,8% sur un an. La banque centrale allemande attend pour cette année une inflation à 1,1% en Allemagne, loin du niveau jugé souhaitable par la Banque centrale européenne (BCE) d'une hausse des prix proche de 2%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2014 à 11:01 :
On est dans les clous . si on soustrait le differentiel d inflation souhaitable de l inflation réelle , au déficit , on est sous les 3 % recommandé par la commission , on est dans les clous bravo Sapin.
a écrit le 11/09/2014 à 16:05 :
J'ai parfois l'impression que vous loupez des trucs, La Tribune. Tout comme pour le Japon, là, si l'Euro reste moins fort, ou même baisse un peu (mais les US ne seront pas d'accord) ET que la BCE fait tourner la planche à billets, nous devrions importer de l'inflation comme font ces pauvres Japonais qui vont finir par faire la manche dans la rue.
a écrit le 11/09/2014 à 13:36 :
pour moi, 300 % cette année après modification arbitraire de la base de calcul foncière.
Réponse de le 11/09/2014 à 16:06 :
Votre commune a signé quelque chose avec dexia..??
a écrit le 11/09/2014 à 13:11 :
les stats de l'INSEE, bidouillées et ne prenant pas en compte de nombreuses dépenses des gens, n'ont aucune signification et ne sont pas crédibles. Chaque jour, nous voyons des hausse (énergie, fiscalité, mutuelles, ...)
Réponse de le 11/09/2014 à 16:09 :
Et l'sel..?
a écrit le 11/09/2014 à 12:46 :
J'aimerais vraiment comprendre comment on arrive à de tels chiffres faux d'inflation. Tout augmente notamment sur les budgets principaux des français : énergie, alimentaire... et on nous sort que il n'y a pas d'inflation..
Vraiment arrêter de prendre les gens pour des pigeons. C'est juste pour se gaver sur nos livrets A et espérer que les français vont consommer ou investir, rien d'autre.
a écrit le 11/09/2014 à 11:42 :
Déficit annoncé pour la France pour 2013
Dec . 2012 : 3 % : (Juré , promis !!)
Mars 2013 : 3,3 %
Juillet 2013 : 3,7 %
Septembre 2013 : 4,1 %
Résultat 2013 : 4,3 %

Déficit annoncé pour 2014
3,8 %... 4,4 %...
a écrit le 11/09/2014 à 11:40 :
Enfin, une bonne nouvelle !!! D ' aucuns se foutent du monde !!!!!
a écrit le 11/09/2014 à 11:33 :
La misère augmente mais pas les salaires ni les retraites HOLLANDE le minable le DON QUIXOTT D' OPERETTE DEHORS DEHORS M. 13%

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :