Entreprises : quand les discriminations deviennent un manque à gagner

 |   |  849  mots
Le coût des seules inégalités d’accès à l’emploi et aux postes qualifiés s’élèverait à 150 milliards d’euros.
Le coût des seules inégalités d’accès à l’emploi et aux postes qualifiés s’élèverait à 150 milliards d’euros. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
La lutte contre les discriminations revient au centre des débats. Quelques mois après le lancement d'un plan de lutte, France Stratégie s'est intéressé aux gains économiques à attendre d'une réduction de ces inégalités sur le marché du travail.

Les discriminations à l'embauche représentent un vrai manque à gagner pour l'économie française. Dans un rapport publié ce mardi, l'équipe de France Stratégie rattachée à Matignon a mis en place une méthodologie pour prendre en compte les principaux aspects économiques des discriminations. Quatre dimensions ont été retenues :

  • L'accès à l'emploi
  • L'accès au temps plein
  • Le niveau de salaire
  • La proportion de bacheliers

 A partir de ces critères, quatre scénarios ont été travaillés pour rendre compte de l'impact des discriminations concernant les femmes et les enfants d'immigrés sur le PIB et les finances publiques de la France.

Que dit le scénario central ?

Le travail des économistes de France Stratégie sur le scénario central qui prend en compte les effets sur les salaires et le taux d'emploi aboutit à la conclusion suivante :

Au final, la réduction des écarts de taux d'emploi et d'accès aux postes élevés entre population de référence et populations discriminées (scénario 2) permettrait un gain de près de 7 % du PIB (soit environ 150 milliards d'euros sur la base du PIB français de 2015).

En termes de finances publiques, ce scénario intermédiaire présente également des recettes supplémentaires et de moindres dépenses. Les dépenses engendrées par le sous-emploi et le non-emploi pourraient diminuer alors que les recettes issues des richesses créées (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés, TVA) et des facteurs de production (cotisations de sécurité sociale) pourraient augmenter. Le scénario 2 qui conduit à augmenter le PIB de 7% pourrait entraîner une hausse des recettes publiques de 2 % et une baisse de 0,5 % des dépenses selon les estimations apportées par France Stratégie.

impact des discrimination sur les finances publiques

En termes de gains pour l'économie en général, une baisse des discriminations sur le marché du travail correspond à une augmentation de la population active par l'intégration de nouvelles personnes susceptibles de travailler. La hausse de cette offre pourrait aboutir ainsi à une réduction du coût du travail et du coût de production de biens et de services. Par ailleurs, le cercle de réflexion rappelle que "les discriminations conduisent à se priver d'individus à fort potentiel aux postes les plus valorisés socialement et économiquement. Une plus grande ouverture dans le recrutement des postes à responsabilité augmente la performance globale de l'économie."

Pour les entreprises, les gains sont plus difficilement mesurables mais le rapport souligne "que compte tenu des écarts observés entre catégories discriminées sur le marché du travail, une entreprise a intérêt à recruter des individus de catégories discriminées à des postes de responsabilité. [...] Une entreprise qui ne recruterait aujourd'hui que des hommes parmi le vivier des 10 % de salariés les mieux rémunérés aurait une productivité inférieure à 7 % par rapport à une entreprise qui embaucherait à parité femmes et hommes."

Une mesure difficile des discriminations

Le travail de France Stratégie devrait susciter des débats de méthodologie entre économistes. D'abord, parce que les discriminations demeurent complexes à mesurer comme le rappelle très bien le document du groupe de réflexion :

"D'une part, il est difficile de distinguer ce qui relève de la discrimination intentionnelle de ce qui renvoie à des comportements sur le marché du travail des personnes appartenant aux groupes potentiellement discriminés, comportements eux-mêmes qui diffèrent selon le niveau d'éducation et qui sont partiellement induits par des normes sociales.[...] D'autre part, il est toujours très délicat pour un observateur extérieur d'identifier avec certitude l'existence d'une discrimination dans le choix d'un employeur - pour une embauche ou une promotion dans l'entreprise -, dès lors que ce choix s'opère au vu d'un ensemble de caractéristiques des candidats qui ne sont pas toujours connues de cet observateur."

Privilégier la lutte contre les discriminations envers les femmes

Pour les auteurs de l'étude, la réduction des discriminations envers les femmes contribuerait le plus à la hausse du PIB. Selon la simulation du scénario 2, 97 % de l'effet sur le PIB s'explique par une hausse de l'accès aux postes qualifiés et des taux d'emploi des femmes et 3 % par celle des hommes comme l'illustre le tableau ci-dessous.

lutte contre les discriminations et effets sur le PIB

Avec des taux d'activité inférieurs de 10 points à ceux des hommes, un écart de salaire de l'ordre de 12 %, des temps partiels supérieurs de 20 points, "les femmes continuent d'être les premières victimes des inégalités sur le marché du travail".

Le second facteur de discrimination en France serait l'ascendance migratoire. Les hommes descendants d'immigrés africains auraient une probabilité d'être au chômage supérieure de 7 points aux hommes.

Une telle approche en France reste inédite comme l'a rappelé la ministre du Travail Myriam El Khomri dans un un tweet :

Mais elle pourrait permettre d'amorcer une réflexion et alimenter le débat sur cette question essentielle pour le marché du travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2016 à 11:18 :
pathetique
on explique sans vergogne que si les boites font moins de discrimination, le pays ne s'en portera que mieux!
fallait oser!
conernant les entreprises, y a pas tant de discrimination que ca, hormis cas ponctuels; les boites voient finalement assez rapidement leur interet
maintenant on va etre clair
aucun statisticien serieux ne peut pretendre faire une causalite et la chiffrer sur un tel sujet, ne serait ce que parce que discriminer, ca veut pas dire grand chose
un gars qui a les yeux bleus peut aussi s'estimer discrimine par rapport a un qui a les yeux bruns
deuxio, ca se mesure dans le temps... on prend quoi comme outil? sim's causality? granger causality? cointegration? correlations, correlations partielles?
a écrit le 21/09/2016 à 9:22 :
Il faudra m expliquer en quoi la non discrimination peut faire gagner plus 300 milliards, en créant plus d emplois ?
Dans un pays ou il y a 5 millions de chômeurs et où sur un emploi vous avez 10 postulants, le fait de faire un choix laissé tjrs 9 personnes sur le carreau, elle est là la vrai discrimination.
a écrit le 20/09/2016 à 21:59 :
Il y a 3 500 000 chômeurs en France. On continue à faire semblant de croire que le problème des chômeurs et du chômage c'est la discrimination à l'embauche, alors que le recrutement est un processus qui ne peut être par définition que discriminatoire ?
Réponse de le 21/09/2016 à 0:24 :
Arretez d'opposer les problèmes les uns aux autres : il faut tout résoudre, et le chomage doit etre résolu, de meme que les discrimlinations. Opposer les problèmes les uns aux autres ne va rien résoudre. .......... De plus, arrêtez de faire croire que la discrimination est "normale" : il ya quelques siècles, on croyait aussi que l'esclavage était normal. Et que les femmes sans droit de vote c'était normal . Arrêtez de vivre dans ce monde du passé et qui est injuste. On vise le bonheur de l'humanité, toute l'humanité. Car si vous etes injuste, alors la vie sera injuste avec vous. Si vous faites du mal, la vie vous fera du mal.
Réponse de le 21/09/2016 à 9:37 :
@Danicus: La discrimination n'est pas normale, mais comment changer la nature humaine ? Tout le monde connaît quelqu'un qui a fait carrière par népotisme/copinage, du fait de l'élancement de ses jambes ou des formes de son corps/promotion canapé, du fait d'avoir oublié des faire des cadeaux à son chef/léchage de bottes, etc. Tout cela est de la discrimination, mais quelque part, tout le monde ou Presque est d'accord parce que c'est comme ça depuis toujours :-)
Réponse de le 21/09/2016 à 11:21 :
si vous voulez le bonheur des gens, au lieu de gemir sur la tribune, creez une boite, engagez plein de gens, et payez les correctement
et venez expliquer tout ca, on regardera votre bienveillance avec... bienveillance
pour l'instant vous ne faites rien, vous critiquez les autres, et vous vous erigez en defenseur de la veuve et de l'orphelin pour vous donner bonne conscience alors que vous ne faites rien
ca, ca coute pas cher
tout le monde est pour la sante et la paix dans le monde!!!
Réponse de le 21/09/2016 à 11:46 :
Si ...
discrimination = distinguer de façon injuste ou illégitime
Mais injuste et illégitime pour celui qui n'est pas choisi et inversement juste et légitime pour celui qui choisi.

Juste pour savoir pour ceux qui parle de discrimination : comment vous avez choisi votre conjoint ?
Le choix induit forcément une décision. Qui ne plait pas évidement à ceux qui n'en font pas parti et qui voulaient en être.

C'est encore une foutaise pour justifier des actes non légitime.
Réponse de le 21/09/2016 à 22:09 :
@churchill : très peu de gens ont les moyens de créer une boite et d'employer des gens en France, et les patrons, ce sont toujours les memes , des fils à papa à 90% ! On est pas dans le pays du SELF MADE MEN, on est dans le pays des FILS A PAPA et du COPINAGE. Donc la solution, c'est de faciliter la création d'entreprises en France et de baisser les taxes et impots sur les créateurs d'entreprises . Alors vous proposez quoi comme solutions au lieu de dire "créez une entreprise" ? Créer une boite en France, si on a pas l'argent de papa maman, et si on a pas les amis, les relations, les clients, les "connaissances" , le copinage c'est impossible...Alors vous proposez quoi Churchill pour changer cela ? On vous attend, vous aussi, vous savez que critiquer et donner des leçons de morale, mais quand quelqu'un d'autre le fait, là vous etes pas d'accord, car c'est de la concurrence pour vous. Finalement, vous croyez etre le seul autorisé à donner votre avis et vos leçons de morale.
a écrit le 20/09/2016 à 21:45 :
Donc cette discrimination a l'embauche envers une population issue de l'immigration couterait 7 points de PIB.

Les DRH des entreprises choisissant des français ( qui ont choisi de l'être ) font perdre a la France 7 points de PIB...

Suffit de le dire pour être cru !!!

Il serait peut être tant que certaines personnes se posent les bonnes questions : c'est pas forcément de la fautes des autres si on est pas aimé !!!

La France a toujours été terre d'accueil depuis des millénaires et a toujours recueilli en ces terres toutes les individus qui l'ont demandés , mais si certains n'arrivent pas a s'intégrer ( je me répète ) qu'ils se demandent pourquoi ?

Issu de l'immigration , la France m'a offert une place dans ce qui est maintenant mon pays.


Réponse de le 21/09/2016 à 6:32 :
@Article a lire au plus vite ! 20/09/2016 21:45
Vous avez raison: par ce genre d'étude fumeuse, ne reposant sur aucune base scientifique, on veut nous faire faire croire (France Stratégie dépend du 1er Ministre; encore un organisme nébuleux qui coûte....) que la discrimination pourrait être une des causes du chômage de masse en France. On croit rêver et il y en qui vont le croire...
Cordialement
a écrit le 20/09/2016 à 20:54 :
Quand il y a un taux de chômage réel de l'ordre de 20%, on comprend bien que la discrimination soit plus active que si le chômage était inexistant et le travailleur rare et gourmand..

Mais les choses étant ce quelles sont, ce n'est pas la discrimination qui crée le chômage, les CDD, les temps partiels subits, les jobs sous-payés et autres humiliations quotidiennes qui s'exercent aussi sur toutes les victimes de la crise et de la cupidité sans frein.

Je crains donc qu'il y ait un vice caché dans les résultats chiffrés concernant l'impact financier de la discrimination.
a écrit le 20/09/2016 à 20:35 :
Bonjour,

malheureusement il est difficile de préter du crédit à cette étude tant elle repose sur un biais majeur:
Elle suppose qu'en cas de réduction des discriminations, les personnes discriminées trouveraient du travail et que cela générerait des emplois supplémentaires.
Hors c'est totalement faux: le niveau de l'emploi dépends aujourd'hui des carnets de commandes.
Dés lors si les populations cessaient d'être discriminée le chômage se répartirait juste autrement au sein de la population. Il n'y aurais pas de gain de PIB.
Donc oui pour combattre les discriminations, mais ce genre d'analyse STUPIDES cause plus de mal que de bien à la cause qu'ils prétendent aider.

La vérité est que si le niveau de l'emploi remontait les discriminations se réduiraient car les entreprises serait obligées de faire des efforts pour attirer la main d'oeuvre.

On pourrait faire l'étude en faisant remarquer qu'en cas de fin des discriminations, les taux de salaires diminueraient pour toute la population ce qui se traduirait par des marges supplémentaires pour les entreprises. Mais évidement les effets ne seraient pas de l'ordre de grandeur de 7 pts de PIB.
a écrit le 20/09/2016 à 18:50 :
Tout ce qu'elle dit , c'est du n'importe quoi !!!! cette femme n'a pas le potentiel de jouer dans la cour des grands !!!!!!
Alors dehors et vite !!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :