Face à la pénurie d'enseignants, Emmanuel Macron promet un salaire de départ à 2.000 euros nets par mois

Le chef de l'Etat, qui s'exprimait, ce jeudi, devant les recteurs et les rectrices réunis à la Sorbonne pour leur rentrée, a promis de poursuivre la « revalorisation générale de la rémunération » des enseignants commencées il y a deux ans « en faisant qu'aucun professeur ne débute sa carrière à moins de 2.000 euros nets ». Il a également indiqué souhaiter une « transformation profonde » des lycées professionnels en développant les stages et en les rémunérant mieux.
Le président de la République s'exprimait, ce jeudi, devant les recteurs et les rectrices réunis à la Sorbonne pour leur rentrée.
Le président de la République s'exprimait, ce jeudi, devant les recteurs et les rectrices réunis à la Sorbonne pour leur rentrée. (Crédits : JOHANNA GERON)

Infirmiers, ouvriers du bâtiment, chauffeurs de bus, serveurs et cuisiniers...les métiers en tension qui peinent à recruter sont nombreux. Un sujet d'autant plus problématique pour certains d'entre eux à la veille de la rentrée. C'est particulièrement le cas pour l'enseignement. Faute de professeurs en nombre suffisant pour remplir toutes les classes, l'Education nationale a récemment annoncé qu'elle allait faire appel à des contractuels pour combler les vides.

Emmanuel Macron a, lui, décidé de faire un geste en faveur des enseignants pour tenter de susciter des vocations. Il a ainsi annoncé, ce jeudi, que la revalorisation de leurs salaires sera « poursuivie » et qu'aucun d'entre eux ne débutera sa carrière « à moins de 2.000 euros nets » par mois.

Au Grenelle de l'éducation amorcé en 2020, « vous avez (...) commencé une revalorisation générale de la rémunération il y a 2 ans, qui sera poursuivie, en faisant qu'aucun professeur ne débute sa carrière à moins de 2.000 euros nets » par mois et qui « permettra environ 10% d'augmentation de la rémunération par rapport au statu quo », a déclaré le président de la République devant les recteurs et les rectrices réunis à la Sorbonne pour leur rentrée.

Ce n'est pas tout. En effet, à cette revalorisation générale des salaires, « étage inconditionnel », s'ajoutera un « pacte pour les enseignants » qui leur permettra, sur une base volontaire, de « s'engager (...) dans des missions supplémentaires », telles que le suivi individualisé, des tâches d'encadrement ou « des actions qui ont du sens », et qui seront « rémunérées », a précisé le chef de l'Etat.

Une « transformation profonde » des lycées professionnels

Par ailleurs, il a annoncé son souhait d'une « transformation profonde » des lycées professionnels qui passe par le développement « des temps de stage d'au moins 50% » qui seront mieux rémunérés. L'objectif sera aussi de « ré-arrimer très en profondeur et en amont le lycée professionnel avec le monde du travail », a précisé le chef de l'Etat, qui a estimé que « la réussite de nos lycées sera absolument clé pour le plein-emploi ».

C'est une « réforme à laquelle je tiens beaucoup », a souligné le président de la République, qui veut « bâtir cette transformation profonde en confiant au lycée professionnel l'autonomie, les moyens d'innover, de mieux préparer les jeunes au monde de l'entreprise ». Il veut notamment « développer les temps de stage d'au moins 50% en rémunérant de manière correcte ces stages, ce qui est un des leviers formidables de leur valorisation ». « Aujourd'hui, l'écart qu'il y a entre les stages que nous connaissons en lycée pro et ce que touche un apprenti n'est pas soutenable, on va devoir aller vers une convergence de ces dispositifs », a-t-il insisté.

Le chef de l'Etat souhaite aussi « recruter davantage de professeurs associés issus du monde professionnel qui verra sa place renforcée dans les conseils d'administration » et « préparer les jeunes à la recherche d'emploi avant la fin de leurs études ». Il a confié aux recteurs la mission de « revoir en lien avec les régions, la carte des formations, assumer ensemble de fermer celles qui n'insèrent pas et développer celles qui marchent, en créer aussi de nouvelles tournées vers les secteurs qui recrutent ».

Un budget en hausse pour l'éducation en 2023

Ces déclarations coïncident avec la volonté affichée par l'exécutif de faire de l'éducation une priorité en 2023. En témoigne la hausse « inédite de 11,4% » des crédits alloués dans le budget 2023 à l'Éducation, au Travail et aux Solidarités, soit une augmentation de 12,5 milliards d'euros, comme l'avait annoncé le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, le 7 août dernier. « Le budget de l'Emploi progressera en particulier de 6,7 milliards, afin notamment, de financer la montée en puissance de l'apprentissage, avec un objectif de 1 million d'apprentis d'ici à la fin du quinquennat », avait-il détaillé.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 26/08/2022 à 19:25
Signaler
Bonjour, personnellement je n'est rien contre une mehieur rénumération des personnel , mais encore ils faut que le travail soit bien fait ... Ensuite, s'ils faut travailler plus longtemps cela est valable pour tout le monde ( faire plus de 25 heure...

à écrit le 26/08/2022 à 10:45
Signaler
"Macron promet un salaire de départ à 2.000 euros nets par mois" Ça vient d'être repoussé à septembre 2023.

à écrit le 25/08/2022 à 20:36
Signaler
2000€ par mois, super! Je remarque juste que le salaire de départ d'un enseignant du premier cycle à Genève est de 7500€ par mois, 13x par année! Ce n'est pas au bout du monde, c'est à 10km de la frontière française!

le 25/08/2022 à 23:17
Signaler
Le salaire est toujours fonction de la richesse produite par le pays. Pour le même travail, dans les pays pauvres les salaires sont moindres que dans les pays riches. Comparons la Suisse à la France parce que c'est l'exemple que vous prenez. Le PIB (...

le 25/08/2022 à 23:50
Signaler
@Tototii. Je suis d'accord avec vous sur le fonds, toutefois: 1. Les Suisses travaillent généralement 40 heures par semaines, la moyenne étant d'un peu moins de 42 heures. 2. La loi prévoit en effet 4 semaines de vacances au minimum jusqu'à 50 ans...

le 26/08/2022 à 13:06
Signaler
comparer la suisse a la france oui il faut aussi parler du nombre de fonctionnaire du budjet de l'arme , de la couverture social exp la suisse doit avoir 15 a 20 salarie pour un fonctionnaire en france c'est avec les sans emploi 5 pour1

à écrit le 25/08/2022 à 17:42
Signaler
Quand va t'on "aller chercher" l'irresponsable de l'Elysée?

à écrit le 25/08/2022 à 17:24
Signaler
Un salaire de 2000 euros net par mois pourquoi pas mais seulement pour le travail effectif réalisé (cf. 18 heures de présence hebdo, corrections bâclées à domicile, grèves chroniques) sur 3 mois de l'année. Ceci dit cela ne permettra pas de com...

le 25/08/2022 à 21:35
Signaler
Bonsoir, Prof aujourd'hui il faut bac+5 plus le CAPES alors 2000€ pour aller se confronter à des adolescents dont les parents pour beaucoup ont démissionné,.......

à écrit le 25/08/2022 à 17:07
Signaler
Augmentation des rémunérations des enseignants du public sans contre partie comme habituellement pour les fonctionnaires alors que le classement international PISA de l'éducation française se traîne au niveau d'un pays pauvre bref au fond que les enf...

à écrit le 25/08/2022 à 16:01
Signaler
La bonne blague....et les autres ???? Certifié HC au 6e échelon, je touche avec les primes de prof principal de suivi et d'orientation, conseils de classe, réunions pédagogiques en tout genre , réunions parents professeurs chronohages de 17h à 21h...

le 25/08/2022 à 17:47
Signaler
Vu la différence de salaires entre un jeune prof. et un ancien à l'avenir; la conduite à tenir serait de freiner des quatre fers .

à écrit le 25/08/2022 à 13:19
Signaler
l idee de mieux payer les profs n est pas mauvaise mais ne produira pas d effet avant des annees (c est au moment ou un etudiant decide de sa carriere que ca se joue, pas a la sortie qund il a son diplome). il faut aussi jouer sur les autres registre...

le 25/08/2022 à 14:34
Signaler
5ans de macron et le désastres est partout médecin ,enseignant, police ,arme ,justice,pour un pays en excès de fonctionnaire en parallèle avec les autre pays europeen sans oublier 3ans chez son ami hollande ou la destruction du pays subissait d...

le 25/08/2022 à 17:17
Signaler
En parlant de prof : " l idee ,c est, l autre " Appuie sur 4 pour avoir le : ' = l’idée , c'est ,l'autre etc..

le 25/08/2022 à 23:54
Signaler
@ Ludwig : Non ce n'est pas le bilan de Macron , mais le bilan de 45 ans où toute réforme en profondeur a été refusée. Ce désastre est une accumulation de défaut d'adaptation où au mieux on a mis quelques rustines à droite et à gauche sans jamais tra...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.