Généralisation du tiers payant : le texte adopté à l'Assemblée

 |   |  226  mots
L'examen par les députés de ce projet de loi de modernisation du système de santé devrait s'achever dans la nuit de vendredi à samedi.
L'examen par les députés de ce projet de loi de modernisation du système de santé devrait s'achever dans la nuit de vendredi à samedi. (Crédits : REUTERS)
Les députés français ont finalement approuvé, en première lecture ce jeudi, la généralisation du tiers payant, mesure phare du projet de loi présenté par la ministre de la Santé et largement contestée par les médecins.

La mesure la plus controversée du projet de loi sur la santé a été adoptée jeudi 9 avril à l'Assemblée nationale. Les députés ont en effet adopté la généralisation progressive du tiers payant, qui dispense le patient d'avancer les frais d'une consultation médicale. Ils ont voté par 23 voix contre 12 en première lecture cette mesure qui concernera tous les patients à partir du 30 novembre 2017, soit après la prochaine élection présidentielle.

Vote solennel le 14 avril

"L'extension du tiers payant n'entraînera pas de charge nouvelle pour les médecins", a assuré la ministre de la Santé Marisol Touraine, alors que ces derniers ont manifesté à plusieurs reprises contre une décision qui, selon eux, conduira à une bureaucratisation de la médecine libérale. Cette technique est déjà appliquée par de nombreux professionnels de santé, a également rappelé la ministre, soutenue par le Premier ministre, Manuel Valls, et des groupes de gauche.

L'examen par les députés du projet de loi de modernisation du système de santé devrait s'achever dans la nuit de vendredi à samedi. L'Assemblée doit se prononcer le 14 avril par un vote solennel sur l'ensemble de ce texte comportant une centaine d'articles et sur lesquels ont été déposés plus de 2.500 amendements.

    Lire aussi >> Pourquoi les médecins s'opposent au tiers payant

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2015 à 6:37 :
C A VAS DANS LE BON SENS?
a écrit le 10/04/2015 à 11:01 :
C A VAS DANS LE BON SENS? MEME LES PAUVRES POURONT ALLEZ AUX MEDECINS? MAIS ILS RESTE UN GROS PROBLEME A TRAITE C EST LE PRIX DES MUTUELLES. POUR LES ESCLUES DU MONDE DU TRAVAILS ? UN RETRAITE PAYE TROIS PLUS CHERS SA MUTUELLE CELA REPRESENTE ENTRE // 6 ET10%//LEURS REVENUES MENSUELS ET MEME PARFOIS PLUS ? ET C EST ENCORE PIRE POUR LES CHOMEURS?REDONNE DU POUVOIR D ACHAT AUX PAUVRES PASSE AUSSI PAR LA REVISSIONS DE LEURS TARIF ABUSIFS???
a écrit le 10/04/2015 à 8:51 :
encore une fois mais pourquoi on vote pour elire des deputes on fait voter une loi avec 35 deputes a l'assembles alors que je crois que nous en payons 477 ce qui prouve que nous elisons des nul et des bulleurs qui ne sont la que pour toucher leur grasse paye non ou peu imposer c'est lamentable mais a quand la revolte des citoyens devant une tel gabegi et ce n'est pas la seul
a écrit le 10/04/2015 à 5:53 :
C'est un trou, que dis je c'est un gouffre!
Allez Raymond et Gueguete (scènes de ménages) lâchez vous
Vous allez pouvoir coûter encore plus cher à la sécu :))
a écrit le 10/04/2015 à 3:01 :
Encore une idée utopique des socialos qui fera plus de mal que de bien.
La surcharge administravive aboutira à une necessité d'employer du personnel ... et DONC le cout du soin de base va augmenter.
Et le prix de la consultation finira par augmenter ...
-
Dèjà que se soigner coute cher. Inutile d'augmenter le prix par de l'administration inutile.
-
Le socialisme a cela de génial c'est qu'il veut tellement le bien des les gens et malgré eux qu'il impose tout et n'importe quoi et au final emm.. tout le monde.
a écrit le 09/04/2015 à 22:58 :
Le patient devra encore payer au médecin sa part non prise en charge par ss et mut. La tentation va être grande de multiplier les actes et d'éxonérer totalement le patient. Ce fut l'expérience canadienne du tiers payant abondonnée il y a 30 ans.
a écrit le 09/04/2015 à 12:36 :
A bien compter, il n'y avait que 35 personnes dans l'hémicycle pour le vote ! Ce sont les personnes du corps médical qui seront comptant de le savoir.
a écrit le 09/04/2015 à 12:36 :
A bien compter, il n'y avait que 35 personnes dans l'hémicycle pour le vote ! Ce sont les personnes du corps médical qui seront comptant de le savoir.
Réponse de le 09/04/2015 à 15:59 :
"Ce sont les personnes du corps médical qui seront comptant de le savoir".

Ils évoqueront le sujet avec les 31 députés dont le métier est médecin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :