Grippe aviaire : la France prête à sortir 220 millions d'euros pour la biosécurité

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll "travaille à la mise en place d'un plan d'investissement sur cinq ans". Il a rassuré les professionnels de la filière palmipède quant à l'avenir du modèle d'élevage en plein air.
Autour de la table, certaines grosses entreprises du secteur se sont par ailleurs engagées à ne pas importer plus que d'habitude.
Autour de la table, certaines grosses entreprises du secteur se sont par ailleurs engagées à ne pas importer plus que d'habitude. (Crédits : © Bobby Yip / Reuters)

La France a un plan contre la grippe aviaire. Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a rassuré vendredi les professionnels sur la mise en place d'un plan d'investissement de 220 millions d'euros sur cinq ans pour les mesures de biosécurité décidées dans le cadre de la crise aviaire touchant 18 départements du Sud-Ouest. Depuis un mois, les éleveurs de ces départements sont obligés de confiner leurs volailles dans des bâtiments clos pour éviter la propagation du virus.

Le ministre a indiqué "travailler à la mise en place" d'un tel plan d'investissement à l'issue d'une table ronde à Mugron (Landes) avec une cinquantaine de représentants de la filière palmipède des régions Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

L'élevage en plein air pas remis en cause

Stéphane Le Foll a rappelé que les premières avances d'indemnisation pour les éleveurs, à hauteur de 50% de l'estimation des pertes, seraient distribuées en mai et juin. Le ministre envisage aussi la possibilité d'"une avance supplémentaire au mois d'octobre et un calage sur 2016-2017". Pour les accouveurs (producteurs de poussins), "on a besoin de terminer la négociation avec l'Europe sur les méthodes de calculs d'ici fin mai" et alors "nous verserons les aides", a-t-il souligné. Quant aux entreprises de la filière situées en aval des producteurs (transformateurs, etc.), il a souligné que des reports fiscaux et de cotisations sociales pouvaient être demandés "sans attendre les difficultés, en fonction des estimations de pertes".

Autour de la table, certaines grosses entreprises du secteur se sont par aillleurs engagées à ne pas importer plus que d'habitude, a assuré à l'AFP Christophe Mesplède, président du Modef (syndicat d'exploitants familiaux) des Landes. Et si ce dernier craint que les gros opérateurs demandent de plus en plus de bâtiments en claustration, selon lui, Stéphane Le Foll a "clairement répondu" que "le modèle d'élevage en plein air" qui est "un gage de bien-être animal" ne serait pas remis en cause.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 14/05/2016 à 11:13
Signaler
Non pas que la santé des Français soit moins importante qu'aller guerroyer un peu partout dans le monde, mais il le sort d'où ce fric ???

à écrit le 14/05/2016 à 9:24
Signaler
On est riche en France 😭😭

à écrit le 14/05/2016 à 8:21
Signaler
Modèle d'élevage en plein air = exposition renforcée à la grippe aviaire? C'est de cela dont il est question? Les limites du biobobo, déjà démontrées avec les 40 morts du concombre espagnol (fenugrec en fait), et bientôt avec la qualité des salades p...

à écrit le 14/05/2016 à 7:40
Signaler
Avec les socialiste c'est pratiquement tous les jours : "qui veut gagner des Millions d'Euros". On distribue à tour de bras....... Que font les agences de notations pour la France.

le 14/05/2016 à 14:40
Signaler
@on continue: je pense que la stratégie des socialistes est de laisser au prochain gouvernement une bombe à retardement tellement les dettes seront importantes. Après moi le déluge en quelque sorte :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.