Groupe Doux : Terrena ne pourra pas soutenir "éternellement" le volailler breton

 |   |  496  mots
Le volailler Doux estime qu'il lui faut 100 millions d'euros pour réorganiser son activité.
Le volailler Doux estime qu'il lui faut 100 millions d'euros pour réorganiser son activité. (Crédits : Stephane Mahe)
Terrena, deuxième groupe coopératif agricole français, a fait savoir à l'AFP lundi qu'il ne pourra pas soutenir "éternellement" le volailler Doux, qui cherche toujours 100 millions d'euros pour changer de modèle économique. Selon Le Monde, la date butoir de son engagement a été fixée au 31 mars.

Deux ans après sa reprise par le groupe coopératif Terrena, deuxième groupe coopératif agricole français, Doux affiche une situation financière très tendue. Lundi, la direction du groupe a fait savoir à l'AFP qu'elle ne pourra pas soutenir "éternellement" le volailler breton qui générerait, selon elle, des pertes de l'ordre de "35 à 36 millions d'euros par an". Selon les informations du Monde publiées le 2 mars, l'actionnaire principal de Doux a retenu la date butoir de son engagement au 31 mars. Après cette date, il ne soutiendra plus financièrement le volailler.

Si la direction a confirmé qu'il y a "toujours eu une échéance", elle précise néanmoins que "le calendrier n'est pas gravé dans le marbre, mais qu'il faut aller vite" dans le processus de cession.

De lourdes pertes au Moyen-Orient

Le "dossier Doux" était l'une des priorités de Bercy lorsque Emmanuel Macron était encore ministre de l'Économie sous la présidence de François Hollande. En janvier 2015, il s'était même rendu sur les terres bretonnes de Doux, accompagné du député du Finistère Richard Ferrand, promettant que l'État serait toujours aux côtés de l'entreprise. Mais le volailler breton, alors leader européen de la volaille et cinquième exportateur mondial, a déposé le bilan en 2012 et l'activité de volailles fraîches est liquidée dans la foulée avec ses 1.000 salariés. Le financier Didier Calmels a ensuite repris l'entreprise, avant de la céder un an plus tard à la coopérative Terrena.

Depuis, confrontée à une forte concurrence des opérateurs brésiliens, à une parité euro/dollar défavorable et à la hausse des droits de douane en Arabie Saoudite (l'un de ses principaux marchés), l'entreprise multiplie les revers.

 "Doux génère des pertes tous les jours, tous les mois sur chaque tonne de poulet vendu", précise la direction de Terrena.

Lire aussi : Volailles: la reprise de Doux validée par le gendarme de la concurrence

L'ukrainien MHP, futur repreneur ?

L'entreprise estime qu'elle a besoin aujourd'hui de 100 millions d'euros pour financer l'ensemble de son plan de transformation, dont un peu moins de la moitié serviront à des investissements industriels, en marketing, communication, et en recherche et développement. Le volailler entend notamment sous-traiter sa production d'entrée de gamme dans un pays d'Europe de l'Est à bas coût et monter en gamme sur ses produits fabriqués en France.

Le 2 mars, le quotidien Le Monde indiquait aussi que l'ukrainien MHP serait en lice pour reprendre l'entreprise. Mais Terrena n'a pas souhaité commenter ce point. La direction a simplement déclaré que "des partenariats sont en cours de discussion" et que "différentes pistes sont exploitées".

Aujourd'hui, le tribunal administratif de Rennes doit en outre se prononcer sur un éventuel remboursement d'aides européennes à l'exportation perçues par le groupe. Le contentieux porte sur plus de 80 millions d'euros, selon une source proche du dossier.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2018 à 20:04 :
100 millions d'investissement + 80 millions de dettes, je comprend qu'ils n'aient trouvé que les Ukrainiens pour le rachat. Avec eux, c'est du solide !
a écrit le 06/03/2018 à 14:29 :
C'est mathématiques, au jeu du toujours moins cher et sans protectionnisme il est évident que l'on ne pourra jamais rivaliser avec des pays qui rémunèrent leurs employés un euro par jour, c'est logique c'est une bataille qui était écrite perdante d'avance.

Nous sommes connus dans le monde pour notre cuisine et notre amour du bien manger comment et pourquoi aucune politique à long terme n'a jamais été appliquée dans ce sens ?

Les chinois achètent notre lait pour sa soit disant qualité et Lactalis qui nous pond un énième scandale...

Les outils de productions sont dans des mains imbéciles.
Réponse de le 07/03/2018 à 10:22 :
Oui vive la france le pays qui fait croire a tous le monde qu'il faille faire de la qualité dans tous nos produits agricole et qui sacrifie son agriculture .
Nos agriculteurs save faire des produits de qualité ,mais nos politiques nous sacrifies avec toutes ces importations de bas de games ou l'on ne regarde que le prix mondial qui arrange bien les grosses multinationales qui génère des bénéfices coloceaux pour retribué leurs actionnaires
Paysans français reportés vos fourches et recommencons la revolutions
Réponse de le 07/03/2018 à 10:37 :
"Paysans français reportés vos fourches et recommencons la revolutions "

JE suis bien d'accord avec vous mais hélas, mille fois hélas, le milieu agricole nous a surtout habitué à la vassalité vis à vis du lobby agro-industriel.

J'ai bien peur que depuis le temps les bonnes volontés soient totalement érodées alors que vous avez raison ça fait belle lurette que le milieu paysan, qui se fait escroquer par les politiciens et les hommes d'affaires, auarit du se révolter.

Mais bon, canalisés par la FNSEA, ils font quelques sorties ultra brutales afin de détruire un bien public, payé par le contribuable qui regarde à la télé le milieu paysan gaspiller son argent.

Alors que s'ils allaient chez les profiteurs de l'agro-industrie ceux-ci les écouteraient de suite bien plus plutôt que de les exploiter et les escroquer, avec leur consentement hélas en effet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :