Hollande reçoit les responsables politiques

 |   |  538  mots
(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Le chef de s'apprêterait de demander au parlement la prolongation pour trois mois de l'état d'urgence

 François Hollande a entrepris dimanche de recevoir les responsables des principaux partis politiques et les présidents des assemblées avant sa déclaration, lundi à 16h00, devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. François Hollande devrait demander au parlement la prolongation pour trois mois de l'état d'urgence, selon des responsables politiques qu'il a reçus ce dimanche.

Le chef de l'Etat dira lundi quelles suites il donnera, en matières de défense, de diplomatie et de sécurité intérieure, aux mesures décidées après les attaques de vendredi - notamment l'état d'urgence - dont le dernier bilan est de 129 morts.

Premier à être reçu par le président à l'Elysée, son prédécesseur Nicolas Sarkozy a demandé une inflexion de la politique de la France en Syrie, de la politique européenne en matière d'immigration et de la politique sécuritaire en France. Le président des Républicains, probable candidat à la primaire de son parti pour l'élection présidentielle de 2017, a annoncé qu'il ferait des propositions aux Français dans ce dernier domaine. Il sera l'invité du 20h00 de TF1 ce dimanche.

"Aujourd'hui, ils (les Français, NDLR) ne se sentent pas en sécurité", a déclaré Nicolas Sarkozy. "Le risque que de tels événements se reproduisent est réel", a-t-il ajouté. Face à "cet état de guerre", il a demandé "une inflexion de notre politique étrangère, des décisions au plan européen et des modifications drastiques de notre politique de sécurité".

Valls parle "d'union sacrée"

"Nous devons tirer les conséquences de la situation en Syrie. Nous avons besoin de tout le monde pour exterminer Daech, notamment des Russes. Il ne peut pas y avoir deux coalitions en Syrie", a déclaré l'ancien chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy a demandé une nouvelle politique européenne de l'immigration et, en France, un durcissement "sur tous ceux qui consultent des sites djihadistes, sur ceux qui font le djihad". "Le principe de précaution, ce n'est pas simplement une question de la COP21, le principe de précaution doit s'appliquer aussi pour la sécurité des Français", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a répondu peu après aux appels de la droite à durcir la politique de sécurité. "Notre réponse, notre réplique, sera à la hauteur bien sûr de l'attaque qui a été menée", a-t-il dit à des journalistes.

"Dans une guerre, ce qui est essentiel, c'est l'union sacrée. Cette union sacrée, elle repose sur l'esprit de résistance", a-t-il ajouté. "Nous sommes disposés à entendre toutes les propositions qui permettent, dans le cadre de cette union sacrée, d'être efficaces."

A trois semaines du premier tour des élections régionales, François Hollande recevra successivement à partir de 17h00 François Bayrou (MoDem), Marine Le Pen (Front national), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche).

Il aura auparavant reçu à 15h00 les présidents de l'Assemblée et du Sénat, ainsi que les présidents de plusieurs commissions des deux assemblées et des représentants des groupes politiques.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Reuters

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2015 à 17:32 :
le roi reçoit ses ministres, représentants et autres sujets... trop content de pouvoir s'accaparer le devant de la scéne et de manoeuvrer tout en jouant la peur, le drame, les beaux discours appris à l'ena...
car bien sûr aucune responsabilité des seuls totalement responsables de ce qui se passe...aucune critique, aucune remise en cause...la cour observe le spectacle et fait sa comm...en espérant faire durer le plus possible pour évacuer tous les autres sujets de fond...au moins jusqu'aux régionales..
a écrit le 16/11/2015 à 17:22 :
les politiques qui nous ont apporté cet héritage de chomage, dette, delinquance, puis maintenant attentats, sont les seuls responsables de la situation.
Donc les responsables se réunissent à versailles ..

pourquoi le sujet n'est jamais présenté de la sorte mais avec une étrange complicité d'évacuation de toute responsabilité, de dibersion ? alors que les erreurs se sont lourdement accumulées ????
a écrit le 16/11/2015 à 14:41 :
Ah oui tout de même, TOUS les représentants des partis politiques donc? Et où est l'invitation de François Asselineau? C'est passé où ? Pourtant deux fois le nombre d'adhérents d'EELV... Autant que Dupont Aignan...
A croire que le FN mérite plus respect que l'UPR.
a écrit le 16/11/2015 à 14:16 :
Le peuple désorienté a été livré par ceux qu'il a portés au pouvoir, en France, depuis au moins 1974. Cela ne semble pas étranger à la colère qui semble de plus en plus souvent envahir la "citoyenneté" européenne aux prises avec ses propres élites.
1974 : VGE/Chirac : un simple décret, le fameux 76-383, passé volontairement en catimini, sans débat à l'Assemblée Nationale, sans loi votée par nos députés, sans consultation du peuple, a suffi, avec l'aide de la Licra, du Gisti, et le soutien du patronat à installer une nouvelle génération de Français qu'ils supposaient plus malléables au bénéfice des patrons sous un discours humanitaire. On est passés _peu importent les motifs exposés à l'époque_ d'une immigration de travail à une immigration de peuplement.
Plus tard, l'arrêt Moncho, adopté en 1980 par le Conseil d'Etat, a précisé les contours de cette loi d'immigration familiale.
Nos élites et leur politique, non validée par le peuple de France, sont les premiers à mettre en cause dans la situation actuelle. Or, les principaux acteurs de cette débandade coulent des jours heureux d'anciens présidents aux frais des contribuables. J'aimerais savoir ce qu'ils pensent de ce pétrin dans lequel ils nous ont entraînés, mais je ne lis rien de leur part ressemblant a une éventuelle remise en cause... Faut il leur demander directement (je suppose qu'ils ont un secrétariat payé par nos impôts également).
a écrit le 16/11/2015 à 12:38 :
La course à la récupération bat son plein. Il n'y a que le FN qui s'en abstient, parce qu'il n'en a pas besoin : les autres partis lui envoient les électeurs en masses.
a écrit le 16/11/2015 à 12:32 :
Epatant! Depuis plus de 10 ans que nos gouvernements successifs réduisent les budgets des fonctions régaliennes sans se préoccuper de faire les économies nécessaires sur les autres postes de dépense afin d'alimenter ces besoins, cette tentative de réunir tous les responsables de ces échecs est pathétique. Si on y ajoute la suppression du service national (que l'on l'ait apprécié de son temps n'a pas d'importance car il donnait un minimum de cohésion et de "réflexes"), pas de formation du public aux premiers secours, des lois sans queue ni tête pour sanctionner pour un rien le citoyen moyen, la France n'a plus de tissu coopératif, de participation aux bénéfices/risques ni de cohésion. Il faudra des années pour remettre la situation à peu près d'équerre et certainement pas avec l'ensemble des "forces" politiques qui sont actuellement pressenties.
Réponse de le 16/11/2015 à 17:26 :
excellent analyse sur le refus des réformes et la résistance passive des administrations, politiques, élus.. à faire les économies là où il ne faut pas pour "démonter" que els économies ne sont pas possibles tout en laissant les gaspillages colossaux en place...
car on a le record de dépenses publiques d'europe, mais aussi celui des effectifs et des gaspillages, et de des résulrats les plus mauvais...

donc surtout pas la sempiternelle "manque de moyens", il suffit de se baisser pour traouver des gaspillages par milliards quand ce n'est pas par dizaines de milliards.. cf rapport de la cour des comptes..
a écrit le 16/11/2015 à 11:54 :
Nous commercons avec ceux qui finance l'EI pour une fois je suis d'accord avec M. Raffarin ?
a écrit le 16/11/2015 à 9:18 :
Le consensus national qui s'impose n'aura dureé que le temps que l'agité fasse son numéro sécuritaire pour rassurer son électorat du quatrième âge. Pitoyable et il dit qu'il a changé mais il continue à réagir plus vite qu'il ne réfléchit tous cela pour faire le buzz sans apporter quoique ce soit de constructif. Espérons que les primaires de droite sauront éliminer ce danger national synthèse de Bush et Trump!
a écrit le 16/11/2015 à 8:46 :
Pitoyables les commentaires des Ripoublicains qui ne pensent qu'à 2017.
Pitoyable Wauquiez, Sarkozy de Nagy Bocsa, et ce matin Hervé Morin, ex ministre de la Défense, qui "bavassait "sur une chaîne de télé pour ne rien dire,critiquer le Gouvernement et occuper le terrain (l'espace médiatique)...
Ils poussent les Français vers le FN, car l'attitude, la retenue de Marine Le Pen est plus responsable, même si ce n'est certainement que dans les mots.
Pour l'instant personne ne dit que l'Islam est le fond du problème et que c'est à partir de ce constat qu'il faut des mesures ad'hoc.
.
a écrit le 16/11/2015 à 1:06 :
" Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre ! " Albert Einstein
a écrit le 15/11/2015 à 23:32 :
Aujourd hui ils (les francais) ne se sentent pas en securite. Sarkozy.

Il est ou le nous la dedans? C est sur lui avec ses gardes du corps et sa residence surveille, lui se sent en securite...
a écrit le 15/11/2015 à 18:16 :
Sarkozy et Assad sur les Champs Elysées.
Des mots et des actes.
Humilité et modestie.
a écrit le 15/11/2015 à 16:38 :
Si l'on veut vraiment aider le pays c'est à dire les français , alors il faut démissionner en bloc , pas d'autre option car tout va mal , les résultats son là . A moins d'attendre le pire pour le faire .
a écrit le 15/11/2015 à 16:01 :
union nationale oblige.
Une révision du régime indemnitaire des parlementaires peut-être ?

j'attends toujours le signal concernant la grande récréation pour sortir avec mes pancartes.
à quand la marche du cheptel pour dire stop aux violences ?
a écrit le 15/11/2015 à 15:58 :
Vraiment, honnêtement...
... Plus que marre de sarkosy !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :