"Il y a une vraie alerte" sur les dépenses publiques

Le niveau de croissance des dépenses publiques françaises a atteint un niveau d'alerte, même en tenant compte du plan de soutien adopté en réponse à la crise du coronavirus, a prévenu samedi le gouverneur de la Banque de France.

2 mn

François Villeroy de Galhau a rappelé le risque que fait peser un dérapage durable des dépenses publiques sur les taux d'emprunt, dont une hausse significative rendrait la dette française de plus en plus coûteuse à rembourser, voire dans un cas extrême l'impossibilité pour la France de continuer à emprunter sur les marchés.
François Villeroy de Galhau a rappelé le risque que fait peser un dérapage durable des dépenses publiques sur les taux d'emprunt, dont une hausse significative rendrait la dette française de plus en plus coûteuse à rembourser, voire dans un cas extrême l'impossibilité pour la France de continuer à emprunter sur les marchés. (Crédits : Axel Schmidt)

Il tire la sonnette d'alarme. Le niveau de croissance des dépenses publiques françaises a atteint un niveau d'alerte, même en tenant compte du plan de soutien adopté en réponse à la crise du coronavirus, a prévenu samedi le gouverneur de la Banque de France. "Il y a une vraie alerte. Il faut que nous retrouvions la maîtrise (des dépenses publiques)", a déclaré François Villeroy de Galhau sur France Inter.

"Nous ne pouvons pas tout nous offrir, tout le temps", a-t-il insisté, en rappelant que les dépenses publiques de la France ont augmenté "de 1% en moyenne, après inflation" au cours des dix dernières années. Aujourd'hui, "les dépenses hors Covid augmentent encore plus vite qu'avant, que le 1%", a mis en garde le gouverneur de la Banque de France en citant une étude du Haut conseil des finances publiques. La France a dévoilé un plan de soutien de 100 milliards d'euros le mois dernier, ce qui correspond à 4% du produit intérieur brut (PIB).

"Il y a une dette dangereuse"

Villeroy de Galhau a souligné que la France a un niveau de dépenses publiques "déjà plus élevé que celles de nos voisins alors que nous avons le même niveau social", ce qui traduit selon lui un problème d'efficacité. "Il y a une dette justifiée qui est la dette Covid, il y a une dette dangereuse qui est celle où nous vivrions durablement au dessus de nos moyens", a-t-il insisté.

Le gouverneur de la Banque de France a rappelé le risque que fait peser un dérapage durable des dépenses publiques sur les taux d'emprunt, dont une hausse significative rendrait la dette française de plus en plus coûteuse à rembourser, voire dans un cas extrême l'impossibilité pour la France de continuer à emprunter sur les marchés. L'agence de notation S&P a confirmé vendredi la note souveraine de la France et maintenu une perspective stable, estimant que "les récentes réformes économiques, budgétaires et structurelles gouvernementales ont amélioré la capacité de l'économie à affronter le choc temporaire actuel".

(avec Reuters)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 05/10/2020 à 11:11
Signaler
On s'endette pour d'autre car visiblement cela ne reste pas dans nos poches!

à écrit le 05/10/2020 à 9:44
Signaler
tous nos politiques largement payer pour faire que des lois et des annonces qu ils ne tiennent pas reduire tout les doublons dans nos administrations du social oui mais pas laisser a la derive alors que certains de nos vieux qui certes ont travailler...

à écrit le 05/10/2020 à 9:28
Signaler
Les maux st malheureusement connus depuis longtemps, dt le plus important : une administration pléthorique , centralisée à l'efficacité discutable et hautement perfectible, comme le montre par ex la gestion actuelle largement controversée de la pandé...

à écrit le 04/10/2020 à 22:21
Signaler
Quand nous constatons les changements renversantes de ces 5 dernières années en’Europe ; le Brexit , l’Allemagne qui prend plus de poids au niveau du pôle financier , l’immigration de France vers l’Allemagne , la même année que l ´annonce du Brexit ....

à écrit le 04/10/2020 à 18:51
Signaler
La politique du flux tendu et de la sous-traitance nous coûte finalement beaucoup plus cher qu'elle nous a rapporté, tant financièrement qu'en souveraineté. Ils serait temps de revenir à une gestion plus pragmatique fondé sur une logique comptable, e...

à écrit le 04/10/2020 à 12:41
Signaler
Et les prêteurs, ils vont prêter à qui ? D'autant que ça ne leur coûte rien aux prêteurs, puisque l'argent qu'il prêtent, ils n'en ont pas la moindre parcelle dans leurs caisses. Cet argent vient de nulle part, créé "ex nihilo", c'est à dire à partir...

à écrit le 04/10/2020 à 10:02
Signaler
Certes, mais lorsqu'on regarde du coté des fraudes... Le magistrat Charles Prats avance le chiffre de 50 milliards pour la seule fraude sociale (pour mémoire le trafic de produit est estimé à 3 milliards). Il reste les autres fraudes citées par Antic...

à écrit le 04/10/2020 à 9:50
Signaler
Cette crise aurait pu être l'occasion de relancer la valeur travail, de faire réfléchir nos concitoyens sur l'urgence de notre situation, et la nécessité de se réveiller.. mais Las moi, les gouvernants ont jugé indispensable d'ouvrir plein pot le rob...

à écrit le 04/10/2020 à 9:13
Signaler
Le problème c'est que l'on emprunte pour les autres même si cela passe par nos poches!

à écrit le 03/10/2020 à 23:09
Signaler
Ou lala la Grèce...300 milliards d'euros de dette, on ne peut rien faire....10 ans plus tard l'Europe lache 1 500 milliards pour sauver les clients de la deutch qualitat.....y'a t-il des adultes dans la salle ? On ne laisse pas les enfants jouer avec...

à écrit le 03/10/2020 à 20:10
Signaler
Notre budget est en déficit depuis 40 ans et le déficit va croissant tous les ans. Hors covid qui est un événement exceptionnel, nous avons un déficit annuel de 100 milliards par an. Malgré cela notre imagination dépensière n'a pas de limite. La dern...

à écrit le 03/10/2020 à 19:10
Signaler
Nos élites viennent nous dire que les finances de l'Etat deviennent dramatiques. Il y a deux leviers pour les équilibrer: baisser les dépenses, augmenter les recettes. Mais dés qu'on parle d'augmenter les recettes, c'est la levée de bouclier de la p...

à écrit le 03/10/2020 à 19:00
Signaler
Vraiment ? Pourtant, depuis le temps qu'on en parle ... J'ai l'impression qu'avec notre système économique actuel, on a inventé la génération perpétuelle. On ne voit toujours pas la crise, au final.

à écrit le 03/10/2020 à 18:49
Signaler
Fraude fiscale 60 milliards d’euros par an. Fraude sociale 50 milliards d’euros par an. Voici peut-être des pistes à explorer, non?

à écrit le 03/10/2020 à 18:07
Signaler
Mr galhau a toujours les yeux rivés sur le mauvais compteur. Le pays est en train de s’effondrer, nos enfants ne savent plus compter ou écrire 5 000 000 en chiffres, alors quelle importance si la dette a 3 zéros de plus ou pas. Le problème c’est que ...

le 03/10/2020 à 23:05
Signaler
Qu'est-ce que c'est bien dit....juste pour préciser un peu ou ils en sont....la manière la plus immédiate d'enrayer la baisse tendancielle du taux de profit, c'est le capitalisme d'Etat. Comme le modèle chinois n'est pas transposable en Europe et en ...

le 04/10/2020 à 13:30
Signaler
Chacun chez soi ! Notre trop loue système social au service des importés et indépendantistes domtomistes cela n'à pas d'avenir . La France utopiste est condamnée .

à écrit le 03/10/2020 à 17:46
Signaler
"déjà plus élevé que celles de nos voisins alors que nous avons le même niveau social" Ah bon ? Donc la protection sociale française n'a rien d'exceptionnel, ce sont les recettes et les échecs économiques répétés qui sont le problème (Bull, concor...

le 03/10/2020 à 18:02
Signaler
d'un autre cote, faut etre honnete, la france recolte ce qu'elle a seme! elle fait la chasse au grand capital, donc l'industrie intensive en capital part....... elle vote des lois alur, eckert et consors pour que personne ne revient ( la liste est ...

le 03/10/2020 à 20:45
Signaler
Sauf que ça n'est pas vrai ! Renault défiscalise en placant ses usines en slovénie, au maroc, ses sociétés boites aux lettres aux pays bas, beaucoup de sociétés francaises sont dans les paradis fiscaux avec la compréhension, les yeux dans les yeux, d...

le 04/10/2020 à 16:17
Signaler
@Churchill A votre avis pourquoi les entreprises font de l’optimisation fiscale (ou de la fraude pour certains) Tout simplement car l impôt, au niveau où il se trouve n est pas consenti. ( ni justifié vu l état de nos services publics) Rédui...

à écrit le 03/10/2020 à 16:47
Signaler
Pas de problème il y a 50 Milliard /an à récupérer du coté de la fraude sociale, selon la cours des comptes, encore faut il le vouloir

à écrit le 03/10/2020 à 16:40
Signaler
On répète depuis des décennies qu’il faut revoir la dépense publique mais il faut faire des réformes douloureuses pour sortir de modèle social trop généreux or au lieu de celà on invente tous les jours des nouvelles contraintes qui nourrissent notre ...

à écrit le 03/10/2020 à 15:52
Signaler
Tous les français s'en fichent de la "dette" jusqu'au moment où il faudra passer à la "caisse" mais à 75 ans et exilé fiscal au Portugal jusqu'en 2025, moi aussi je ne m'en tracasse pas. Je serai peut être rattrapé par le Covid bien avant. Alors.....

à écrit le 03/10/2020 à 15:48
Signaler
c'est pour ca que la france veut des prets gratuits de la bce, sans interet et qu'elle annulera et sans consequence ni hyperinflation, hein, la france ne veut pas etre montree du doigt s'il y a un nouveau petit hitler a cause d'elle, comme a cause d...

le 04/10/2020 à 15:08
Signaler
...en même temps on s'en fout de toutes ces technologies ! En revenant un peu dur Terre, il faut se poser la question des besoins de l'être humain. Foin des technologies inutiles, abrutissantes, abetissantes, qui ne servent que leurs promoteurs. Si ...

à écrit le 03/10/2020 à 15:43
Signaler
Bah, il y a dix ans la France était en faillite selon Fillon, là c'est seulement "une vraie alerte" la situation s'améliore donc non ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.