La dette française toujours "autour de 117%" du PIB à horizon 2025, prévoit le gouvernement

 |  | 241 mots
Lecture 1 min.
Cette année, la dette devrait s'envoler à 117,5% du PIB, puis redescendre légèrement à 116,2%, selon les prévisions du gouvernement.
Cette année, la dette devrait s'envoler à 117,5% du PIB, puis redescendre légèrement à 116,2%, selon les prévisions du gouvernement. (Crédits : Benoit Tessier)
Cette estimation témoigne de l'impact durable de la crise sanitaire sur les comptes de l'État.

Malgré la reprise économique, la dette publique française restera encore élevée à horizon 2025, "autour de 117%" du PIB, avant un début de "décrue", prévoit le gouvernement.

Cette estimation, qui témoigne de l'impact durable de la crise sanitaire sur les comptes de l'État, figure dans les annexes du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2021, présenté mardi.

Lire aussi : Covid-19: pour la Sécu, la facture grimpera finalement à plus de 10 milliards d'euros

Cette année, la dette devrait s'envoler à 117,5% du PIB, puis redescendre légèrement à 116,2%, selon les prévisions du gouvernement.

3,5% de croissance en 2022

En matière d'activité économique, après une chute du PIB de 10% cette année, et un rebond de 8% l'an prochain, le gouvernement table sur une croissance de 3,5% en 2022.

Lire aussi : 2020, année chaotique : le PIB de la France bondira de +19% au 3e trimestre et ne reculera "que" de 9% au total, prédit l'Insee

À cet horizon, l'exécutif compte avoir retrouvé un niveau d'activité équivalent à celui d'avant la crise.

Ensuite, il prévoit une hausse du PIB de 2% en 2023, puis 1,4% en 2024.

L'inflation à 1,8% en 2024

"Pour les années 2022 à 2024, le gouvernement retient un scénario de poursuite de la reprise économique, avec une croissance soutenue et en légère décélération sur l'ensemble de la trajectoire", est-il ainsi détaillé dans le texte.

L'inflation (hors tabac) remonterait progressivement à 0,6% en 2021, puis 1% en 2022, 1,4% en 2023, et enfin 1,8% en 2024.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2020 à 15:36 :
C'est ça Bruno !!! Je vais en parler à mon cheval
a écrit le 01/10/2020 à 10:55 :
Je crois nos dirigeants incapables de définir un budget tenable pour l'an prochain. dès lors, les 117% en 2025 ne seront évidemment pas tenus. Qui le croit?
a écrit le 01/10/2020 à 8:04 :
ne mettez pas tout sur le COVID les gaspillages continuent ex les augmentations de salaire et d'effectif dans les ministeres ,le train de vie de l' Elysee on depense 900 000 euros pour une piece mais on ne peut entretenir nos nationales ,,,,,on fabrique des commissions à tour de Bras pour casser les copains ,le pire étant quand meme BAYROU avec ses 15 millions et ses 100 collaborateurs etc etc
a écrit le 30/09/2020 à 18:46 :
Bon, après tout, si c'est illimité ...
a écrit le 30/09/2020 à 17:52 :
117% = 0,25 % de la base
Il n’y a pas de dette.
Réponse de le 01/10/2020 à 12:01 :
Allez dire ça aux détenteurs (à 70% étrangers) de notre dette. Vous allez moins faire le malin si un beau jour le FMI vient à s'occuper de nos finances en échange de prêts. Et allez pas croire que c'est impossible, le RU a failli y goûter dans les années 70.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :