Inégalités territoriales : les grandes métropoles creusent l'écart

Les ressorts de la croissance font défaut à beaucoup de villes moyennes et de territoires ruraux et les écarts en matière d'égalité des chances et d'accès aux services ne se résorbent plus, selon un rapport de France Stratégie.

3 mn

Les 15 aires urbaines de plus de 500.000 habitants concentrent 40% de la population, 55% de la masse salariale, plus de 50% de l'activité économique, deux tiers des étudiants.
Les 15 aires urbaines de plus de 500.000 habitants concentrent 40% de la population, 55% de la masse salariale, plus de 50% de l'activité économique, deux tiers des étudiants. (Crédits : Camille Stromboni)

Les inégalités territoriales entre une quinzaine de grandes métropoles françaises et une France périphérique et rurale à l'écart des grands courants économiques s'aggravent, selon une note de France Stratégie publiée jeudi.

Paradoxalement, cet organisme gouvernemental, placé auprès du Premier ministre, plaide cependant pour un renforcement de l'investissement public dans ces métropoles ou sur leur pourtour au nom de l'efficacité économique.

Les ressorts de la croissance font défaut à beaucoup de villes moyennes et de territoires ruraux et les écarts en matière d'égalité des chances et d'accès aux services ne se résorbent plus, écrivent les auteurs de la note.

Forte concentration des richesses

Les 15 aires urbaines de plus de 500.000 habitants concentrent 40% de la population, 55% de la masse salariale, plus de 50% de l'activité économique, deux tiers des étudiants. Le PIB par habitant y est en moyenne 50% plus élevé que dans le reste du pays. C'est aussi dans ces métropole que 75% de la croissance s'est concentrée entre 2000 et 2010, ainsi que plus de 70% des créations nettes d'emplois entre 2007 et 2014.

Mais la concentration de population dans ces grands centres a aussi un coût en termes de pollution, de sécurité, de prix, et les inégalités de revenus y sont les plus importantes.

Trois décennies de désindustrialisation

Les inégalités territoriales se sont notamment creusées à cause d'une forte désindustrialisation, à l'oeuvre depuis une trentaine d'années, en particulier dans le nord-est du pays.

"Contrairement à une idée reçue, c'est l'Île-de-France, et avant tout Paris et sa couronne, qui a vu le poids relatif de l'industrie décliner le plus fortement", constatent les auteurs.

Mais l'Île-de-France s'est massivement réorientée vers les services à haute valeur ajoutée, alors que le Nord et l'Est connaissent un déclin économique "significatif", ajoutent-ils. Le vieillissement de la population est aussi plus marqué dans ce pays périphérique. Dans la moitié des départements, le rapport entre personnes âgées et en âge de travailler devrait augmenter de plus de 25 points d'ici 2040.

Jusqu'à présent, la protection sociale et les politiques publiques en faveur des territoires défavorisés ont permis d'atténuer ces inégalités, notamment en matière de revenu.

Investir moins dans les "territoires intermédiaires"

Globalement positionnées sur des secteurs d'activité en perte de vitesse, les aires urbaines de moins de 100.000 habitants et zones rurales pourraient voir leur décrochage économique s'accélérer dans les dix années à venir, avec un accès de plus en plus difficile aux services d'intérêt général. La réorganisation liée à la réduction du nombre de régions prendra du temps, estiment encore les auteurs, qui prônent une révision de la politique d'aménagement du territoire.

La solution consisterait à concentrer l'investissement sur les métropoles, tout en soutenant les territoires les plus exposés à un décrochage définitif, mais en investissant moins dans les "territoires intermédiaires".

(avec Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 07/07/2016 à 19:20
Signaler
Il faut décentraliser le smic et rendre les petites villes et campagnes plus attirantes en baissant leur cout du travail !

le 08/07/2016 à 12:00
Signaler
Croyez vous que cela ne soit qu'un problème de cout du travail? Votre solution aurait pour principale conséquence un appauvrissement supplémentaire des petites villes et campagnes.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.