L'image du Medef se dégrade auprès des Français

 |  | 211 mots
Lecture 1 min.
Seuls 15% des Français disent avoir une bonne opinion du président de l'organisation patronale.
Seuls 15% des Français disent avoir une "bonne opinion" du président de l'organisation patronale. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
64% des Français ont une mauvaise opinion de l'organisation patronale, qui perd 7 points par rapport à l'an dernier. Et Pierre Gattaz, son président, voit aussi son image se dégrader.

Le Medef est de moins en moins aimé. 64% des Français déclarent avoir "globalement" une "mauvaise opinion" du Medef, d'après un sondage BVA pour Orange et iTÉLÉ, publié dimanche 10 avril. C'est 7 points de plus qu'un an plus tôt.

Seuls 31% des personnes  d'un échantillon représentatif de la population française de 1.003 personnes affirment en avoir une "bonne opinion" et 5% ne se prononcent pas. Un an plus tôt, le syndicat patronal jouissait encore de 37% d'opinions favorables.

Moins de Français pour soutenir les revendications du Medef face à l'Etat

A l'instar de son organisation, l'image de Pierre Gattaz se dégrade également. Ils sont 57% à déclarer avoir une "mauvaise opinion" de lui, soit 8 points de plus qu'un an auparavant. Seuls 15% des Français disent avoir une "bonne opinion" du président de l'organisation patronale.

Par ailleurs, un tiers des Français souhaite que le gouvernement tienne davantage compte des revendications du Medef, un résultat lui aussi en baisse de 8 points sur un an.

Certaines mesures de Pierre Gattaz sont a contrario accueillies très positivement: par exemple, 60% des Français sont plutôt favorables à l'idée de préciser dès la signature d'un CDI les modalités de séparation pour éviter le conseil des prud'hommes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2016 à 11:39 :
Pour rappel, l'ancienne présidente du Medef avait dit : "qu'il fallait
se préparer à vivre dans la précarité ..." elle avait sûrement de
bonnes raisons à l'exprimer....et ces raisons, nous devrions les
connaître, à moins que personne ne veut en débattre vraiment.
a écrit le 11/04/2016 à 16:55 :
Cela est normal , il ne représente que les St internationales , celles cotées en bourses, les problèmes des entreprises de 300 , 100, 50 et moins de salariés ne se sentent pas cernées ni les artisans , en fin un Président de Père en fils est ce bien sérieux
a écrit le 11/04/2016 à 15:08 :
"60% des Français sont plutôt favorables à l'idée de préciser dès la signature d'un CDI les modalités de séparation pour éviter le conseil des prud'hommes".

Oui, j'ai vu aussi que ceux qui étaient le plus favorable dans les 60% étaient des inactifs en majorité des retraités ou pré-retraités ayant eu un CDI et le plein emploi , pas belle la vie.
a écrit le 11/04/2016 à 13:04 :
L'image du Medef se dégrade auprès des Français

Les Français constatent que le Medef CAC40 est un groupuscule de voyous qui agissent en bandes organisées.
a écrit le 11/04/2016 à 11:55 :
"un tiers des Français souhaite que le gouvernement tienne davantage compte des revendications du Medef, un résultat lui aussi en baisse de 8 points sur un an".

Ils se rendent compte enfin que cela les concernent aussi ?
a écrit le 11/04/2016 à 11:53 :
Il ne représente que 40 entreprises et n a rien à envier à Hollande et Sarkosy côté mauvaise fois
Il faut un jeune patron de PME
Réponse de le 12/04/2016 à 17:36 :
Faux: Gattaz est le patron de Radiall, qui est une entreprise moyenne, très loin de celles du CAC40. Quant au MEDEF, il représente des milliers d'entreprises et non 40.
a écrit le 11/04/2016 à 11:27 :
Dans un pays socialiste égalitariste décadent il est évident que le patron est vu comme un malfaisant et ce n'est pas nouveau. Je me demande comment ce pays va terminer. Le temps des délires est révolu. On s'adapte, on investit, ou on crève. La France crèvera probablement et elle l'aura collectivement bien mérité... Quand on vote Hollande...
a écrit le 11/04/2016 à 9:59 :
Les médias ont l'habitude de mettre en exergue les "patrons" qui gagnent beaucoup d'argent, ce qui a le don de donner une image négative du patronat aux Français, alors que les partis politiques entretiennent la lutte des classes pourtant désuète. Pourtant ces riches potentats représentent une minorité du patronat. Ce sont surtout qui les petites et moyennes entreprises qui animent l'économie et créent des emplois. Cependant, il est des chefs d'entreprises qui gagnent moins que leurs employés tout en accomplissant bien davantage que 35 h par semaine. Chacun d'eux prend des risques pour faire vivre l'entreprise au mieux. Il faut faire face aux tracasseries et à la lourdeur de l'administration. En cas d'erreur ou de malchance, les conséquences sont à long terme. Le Médef représente-t-il vraiment l'ensemble des chefs d'entreprise d'une manière équilibrée ? Est-ce qu'il ne serait pas judicieux d'enseigner aux Français le fonctionnement d'une entreprise, plutôt que de laisser croire qu'il s'agit à chaque fois d'un éden de profiteurs ?
Réponse de le 11/04/2016 à 13:37 :
"Le Médef représente-t-il vraiment l'ensemble des chefs d'entreprise d'une manière équilibrée ? "

Il existe de nombreux syndicats patronaux :


Fédération des auto-entrepreneurs (FEDAE) est une organisation professionnelle française représentant les auto-entrepreneurs.
Fédération nationale entreprises modernes et libertés (FNEML) est destinée aux PME.
Union nationale des professions libérales (UNAPL) est une confédération interprofessionnelle des professions libérales
Chambre nationale des professions libérales, confédération de professions libérales
Organisation nationale des très petites entreprises (ONTPE)
Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE)
Mouvement des entreprises de France (MEDEF) est une confédération regroupant plusieurs syndicats de branche : UIMM (mine-métallurgie), Syntec (bureaux d'études)...
Mouvement des entreprises de taille intermédiaire (METI)
Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME)
Confédération européenne des indépendants (CEDI FRANCE)
Confédération intersyndicale de défense et d'union nationale des travailleurs indépendants (CIDUNATI)
Union professionnelle artisanale (UPA)
Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA)
Réponse de le 11/04/2016 à 14:22 :
vous avez raison. L'opinion publique a trop tendance, mais c'est si facile, à faire des amalgames. Les patrons des petites et moyennes entreprises n'ont rien à voir avec ceux des multinationales. Ce sont les 1ers qui sont les plus importants pourvoyeurs d'emplois, et à ce titre ils méritent plus de considération, sachant par ailleurs qu'ils s'investissent très souvent corps et âme dans leur entreprise et que le temps qu'ils y consacrent est souvent sans commune mesure avec les patrons du CAC 40. On sait enfin pertinemment que le salaire qu'ils s'attribuent n'a rien d'indécent au regard de ce qui vient d'être dit.
a écrit le 11/04/2016 à 9:41 :
Si Gattaz est une caricature il ne faut pas oublier que c'est l'ensemble de la représentation syndicale qui a une image négative et pour cela il n'y a qu'à regarder les taux de syndicalisation .
Mais j'irai même plus loin en y associant les politiques, les présidents des chambres consulaires et tous ceux qui noyautent ces multiples organisations en se cooptant comme présidents, vice présidents ou administrateurs dans le seul but d'asseoir leurs pouvoirs et les privilèges qui vont avec !!!
Réponse de le 11/04/2016 à 13:32 :
Exact, peut-être faudrait-il comparer la cote de Gattaz a celle de Martinez...ce serait intéressant !!!!
Réponse de le 11/04/2016 à 13:49 :
" il n'y a qu'à regarder les taux de syndicalisation".

Le taux de syndicalisation est faible en France car contrairement au Danemark ,les non-syndiqués obtiendront de toute façon la meme chose , alors pourquoi se faire ch... dans l'esprit de certain à adherer, cotiser , se faire cataloguer aussitôt de "vilain gauchiste" dans la petite boite de province ou tous le monde se connait etc..pas si facile dans certaines régions de ce pays de se syndiquer sans parler des discriminations dans sa carrière etc..il faut avoir l'âme chevillé au corps aujourd'hui.Mais ,bon nombre de partis politique aimeraient avoir le nombre d'adhérent des syndicats.Le PS vient d'annoncer 90.000 , la CFDT à elle seule tourne autour des 800.000 .
Réponse de le 11/04/2016 à 16:57 :
vous avez malheureusement raison

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :