La baisse de la natalité s'aggrave en France

Cette érosion du nombre des naissances concerne toutes les catégories de revenus et toutes les régions selon une étude de l'Insee. A long terme, ce phénomène pourrait avoir des conséquences sur le renouvellement de la population française.
Grégoire Normand
Après avoir longtemps été le pays le plus fécond d'Europe, la France voit son taux de natalité baisser progressivement depuis 2015.
Après avoir longtemps été le pays le plus fécond d'Europe, la France voit son taux de natalité baisser progressivement depuis 2015. (Crédits : Reuters/Michaela Rehle)

L'exception française concernant le taux de fécondité du pays tend à disparaître. Selon les dernières données de l'Insee publiées ce jeudi 13 décembre, le nombre d'enfants par femme diminue régulièrement depuis 2015. Après avoir oscillé autour de deux enfants entre 2006 et 2015, il ne cesse depuis de dégringoler pour atteindre 1,88 enfant par mère d'après des chiffres encore provisoires. Cet indicateur s'éloigne progressivement du seuil de renouvellement de la population qui se situe à 2,1. Cette diminution préoccupante concerne toutes les régions et tous les niveaux de vie. Si ce phénomène était amené à se prolonger, il pourrait avoir des conséquences sur la part de la population active et l'économie compte tenu du vieillissement démographique.

Tous les niveaux de revenus concernés

Les résultats obtenus par l'institut de statistiques indiquent que les femmes ont eu moins d'enfants en 2016, "quel que soit leur niveau de vie." Il existe néanmoins quelques divergences. La diminution des naissances est apparue chez les femmes des milieux modestes avant celles affichant un niveau de vie plus élevé.

"La baisse apparaît plus précoce pour les femmes de milieux modestes et très modestes (premier et deuxième quartiles) : elles ont eu moins d'enfants en 2015 qu'en 2013, alors que les femmes plus aisées (troisième et quatrième quartiles) sont aussi fécondes ces deux années. Ce n'est qu'en 2016 que la fécondité semble diminuer pour la moitié des femmes aux niveaux de vie les plus élevé."

Par ailleurs, le repli des naissances concerne aussi bien les femmes qui ont déjà eu un enfant que les femmes ayant eu plusieurs enfants. "Pour les femmes qui avaient déjà un enfant, la probabilité d'en avoir un deuxième en 2015 ou en 2016 est plus faible qu'en 2013, à durée écoulée identique depuis la naissance précédente. Il en va de même pour la probabilité d'avoir un troisième enfant pour les femmes qui en avaient déjà deux. "

Baisse du nombre de femmes en âge de procréer

Parmi les facteurs évoqués par les experts de l'Insee, figure la baisse du nombre de femmes en âge de procréer. Elles étaient 8,4 millions en 2017 contre 8,8 millions en 2007 et 9,3 millions en 1995.

En parallèle, le nombre de décès a considérablement augmenté. En 2017, 603.000 personnes sont décédées, soit 9.000 de plus qu'en 2016. Sur la période 2010-2017, le nombre de décès a clairement grimpé passant "de 551 000 à 602 000." Résultat, le solde naturel, c'est à dire la différence entre les naissances et les décès, ne cesse de s'aggraver. Et le phénomène est loin de ralentir. L'arrivée toujours plus nombreuse des générations du "papy boom" à des âges de forte mortalité s'amplifie.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 18/12/2018 à 9:31
Signaler
"le solde naturel ne cesse de s'aggraver"... On peut avoir des chiffres ??

à écrit le 14/12/2018 à 13:22
Signaler
Les chiffres ne veulent rien dire présenté ainsi. Le plus « important «  est l’éducation de nos filles , des filles d’où qu’elles viennent , quel que soit le pays , la couleur, la culture... Le droit d’être maîtresse de «  leur corps » et de décider...

le 18/12/2018 à 9:34
Signaler
euh comment dire, quel rapport avec une analyse de la démographie ? Les filles subissent moins de grossesses non désirées donc il y moins de naissances ? Le plus important est la perpétuation de l'espèce donc assurer le renouvellement des générati...

à écrit le 14/12/2018 à 12:41
Signaler
Pourquoi à chaque fois qu'on voit de la dénatalité ont parle en termes négatifs? Alors que pour une fois c'est une bonne nouvelle ! Enfin les gens comprennent que ça ne sert à rien de faire des enfants quand on n'a aucun avenir à leur offrir et qu'au...

le 14/12/2018 à 14:24
Signaler
Je partage totalement votre réflexion Les religions sont la première cause de l explosion démographique mondiale : croissez, multipliez vous dominez la nature c à dire détruisez la nature etc..

le 18/12/2018 à 9:41
Signaler
bonjour, je ne partage pas du tout votre propos. Evoquer le désengagement des routes pour justifier votre "sentiment" me parait complètement abracadabrantesque !!! Une croissance équilibrée et décarbonée me parait une meilleure réponse aux problème...

à écrit le 14/12/2018 à 9:27
Signaler
"La baisse de la natalité s'aggrave en France" Dans la même enquête de l'Insee quand on clique sur le lien : Un taux plus élevé chez les femmes immigrées. Mais selon l'Institut national des statistiques et des études économiques (Insee), la féc...

le 26/04/2019 à 15:54
Signaler
Allah akbar

à écrit le 14/12/2018 à 9:21
Signaler
les autres pays tirent vers le bas. et le problème écologique doit faire de plus en plus peur. la France reste en tête des pays développés. devant Nouvelle Zélande (1,81), Irlande (1,8), Suède/Australie (1,78), USA/Angleterre (1,76), Danemark (1,75)...

à écrit le 14/12/2018 à 8:36
Signaler
Pour élever un enfant, il faut un foyer. Pour avoir un foyer, il faut des revenus stables et des conditions de vie favorables. Des perspectives d'avenir sont aussi des éléments positifs. La mondialisation telle qu'elle est imposée, c'est tout le cont...

à écrit le 14/12/2018 à 7:57
Signaler
La baisse s aggrave !! Comme si c’était une mauvaise nouvelle Avec une vision de comptable oui avec une vision à long terme c’est très bien

à écrit le 14/12/2018 à 6:03
Signaler
D'accord, pas forcément sur la forme, mais pour le fond Il y a malheureusement bien trop d'hommes pour la planète Le moyen le plus soft est de diminuer les naissance aussi rapidement que possible, pour la planète (qui en a vu d'autres et s'en r...

à écrit le 13/12/2018 à 22:21
Signaler
Ne pas faire d enfants relève de la sagesse.le changement climatique ,l épuisement des matières premières,toutes les pollutions dues aux industries,Monsanto,Total,etc... Lisez No Kids Pas d'enfants ,moins de chômeurs,moins de pollueurs

le 14/12/2018 à 7:41
Signaler
Dites ça à l'Afrique...Quant à l'épuisement des matières premières, on va taper dans le lithium un peu partout pour faire les batteries des très chères voiture électriques des écolos alors qu'il y a d'autres solutions.

à écrit le 13/12/2018 à 20:21
Signaler
C'EST L'Héritage Hollande !!! et que Macron approuve !!! sur ce coup là : La matraque Fiscale avec l'Attaque foudroyante de la politique Familiale, et foudroyante du Quotient Familial : le " En Meme Temps " appliqué à date précise. Attaque de...

le 14/12/2018 à 7:26
Signaler
Faire des mômes pour les allocs n'est pas rationnel non plus.

à écrit le 13/12/2018 à 20:12
Signaler
Bonne nouvelle, puisque l'un des enjeux du siècle est de diminuer la population humaine avant que des guerres, maladies et famines massives ne le fassent.

à écrit le 13/12/2018 à 19:27
Signaler
767000 étant le nombre de naissance l'écart se réduit lentement mais sûrement en effet. Une bonne nouvelle pour tout ces humains non nés qui vont éviter d'avoir à se taper un monde à l'agonie du fait de l'avidité de ses mégas riches. J'ai déj...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.