La dette publique française ne cesse de gonfler : déjà 116,4% du PIB

La dette publique a ainsi progressé de 36,1 milliards d'euros entre juillet et septembre, mais dans le détail il y a de bonnes surprises côté finances des communes, de la Sécu, de l'Acoss, des hôpitaux et de l'Unedic....

1 mn

(Crédits : Dado Ruvic)

La dette publique française a continué d'enfler au troisième trimestre pour atteindre 116,4% du produit intérieur brut (PIB), soit 2.674,3 milliards d'euros, mais à un rythme moindre que lors du trimestre précédent, a rapporté l'Insee mardi.

"La progression de la dette publique ralentit fortement après le pic enregistré au trimestre précédent", notamment du fait "d'une hausse de trésorerie de l'Etat et des administrations de sécurité sociale", souligne l'Institut national de la statistique dans un communiqué.

La dette publique a ainsi progressé de 36,1 milliards d'euros entre juillet et septembre, soit un rythme proche de celui du troisième trimestre 2019, contre près de 200 milliards d'euros lors du trimestre précédent.

Les régions s'endettent, au contraire des communes

La dette de l'État augmente, elle, de 35,7 milliards d'euros mais s'accompagne d'une augmentation de sa trésorerie grâce notamment aux "primes d'émissions (de dette) de ce trimestre résultant de conditions d'emprunt très avantageuses", explique l'Insee.

En parallèle, les dettes des administrations publiques locales augmentent à peine de 0,2 milliard d'euros, tirées par l'endettement des régions, quand la dette des communes a diminué.

Acoss, hôpitaux et Unedic ont vu leur dette baisser

Enfin, la dette des administrations de sécurité sociale est quasiment stable à +0,4 milliard d'euros, après un bond de 84,9 milliards au deuxième trimestre.

Si la CNAF (caisse nationale d'allocations familiales) et la Cades (caisse d'amortissement de la dette sociale) voient leur endettement augmenter, l'Acoss, les hôpitaux et l'Unedic ont vu leur dette baisser sur la période.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 23/12/2020 à 10:12
Signaler
trop cool pour ce gouvernement , comment faire passer ses piètres résultats avant covid sur la dette ( 100 % du PIB avant covid ) .... par une dette encore plus grosse que l'on attribuera .... au COVID

à écrit le 23/12/2020 à 1:05
Signaler
Dette, 15% du PIB jusqu'au 10 Mai 1981, la plus faible d'Europe que Mitttterrrand-Mauroi se sont empressés de quadrupler à 60% du PIB, en désinvolture assumée.

à écrit le 23/12/2020 à 0:15
Signaler
Une dette qui provient donc essentiellement de la crise financière de 2008 ou comment mettre la poussière non pas sous le tapis mais dans toutes les pièces, en suspension... Et de la crise de 2020 provoquée par la gestion moyen ageuse des capacités ...

à écrit le 22/12/2020 à 17:21
Signaler
La dette ? Ouais.. bof.. ça n'a pas l'air de les gêner beaucoup ! Les "3%" du PIB non plus. Il faut dire qu'au milieu d'un océan mondial de dettes de 280 000 milliards de dollars, "la Dette", c'est un peu de la science fiction.

le 22/12/2020 à 19:33
Signaler
" La dette ? Ouais.. bof.. ça n'a pas l'air de les gêner beaucoup !" Ah bon ? Alors dites nous pourquoi notre salaire brut est si ponctionné (CSG, CRDS entre autre) ? Pourquoi notre salaire net est si impacté par un impôt délirant? Pourquoi notre ép...

le 23/12/2020 à 4:29
Signaler
@ Valbel. La, en l'occurence vous avez tout faux. Ne dit on pas " au royaume des aveugles, les borgnes sont rois" ? Chaque mois l'etat, pour ce qu'il en reste credite de l'argent pour regler les interets de dettes. Actuellement plus de 45 millia...

à écrit le 22/12/2020 à 16:26
Signaler
Le vrai problème de la dette, ce ne sont pas les 16 ou 20 % dues au Covid mais les 100% qui étaient là avant le Covid et qui continuent de grimper tous les ans de 200 milliards d'Euros.Est-ce la faute du gouvernement ? C'est la faute à tous les gouve...

à écrit le 22/12/2020 à 14:27
Signaler
C'est marrant c'est le chiffre que l'on ne site jamais quand on parle de l'économie chinoise et de ses 300% d'endettement. Ben ouais c'est de plus en plus difficile de passer à côté de l'imposture financière.

à écrit le 22/12/2020 à 14:23
Signaler
La stratégie du "Quoi qu'il en coûte" est la bonne. Un certain nombre d'entreprises seront sauvées et en contrepartie il y aura de la dette. L'autre alternative c'est de laisser les entreprises couler. Bien entendu certains râleront, "ce n'est pas sé...

le 22/12/2020 à 18:54
Signaler
Evidemment qu'un fonctionnaire est pour qu'on sauve son emploi fictif tout en piquant les noisettes de ses voisins... parce qu'en fin de compte la dette de tous c'est aussi les profits de quelques uns.

à écrit le 22/12/2020 à 14:21
Signaler
Ceux qui empruntent ne seront plus là pour rembourser... c'est la politique de ceux qui nous gouvernent actuellement et qui pensent que d'autre ne voudront prendre le relais!

à écrit le 22/12/2020 à 14:20
Signaler
Ceux qui empruntent ne seront plus là pour rembourser... c'est la politique de ceux qui nous gouvernent actuellement et qui pensent que d'autre ne voudront prendre le relais!

à écrit le 22/12/2020 à 14:12
Signaler
A Monsieur Bruno Le Maire! L'homme aux milliards qu'ils distribue comme des pains. Jésus serait-il revenu?

à écrit le 22/12/2020 à 14:07
Signaler
he ben quand faudra rembourser tout ca, on va en entendre parler du ' quoi qu'il en coute ' de lemaire......... au passage une dette ne roule que si elle rapporte, c'est pas avec des taux 0 que les gens vont s'y interesser; limite ils acheteront des...

à écrit le 22/12/2020 à 13:39
Signaler
La dette a augmenté de EUR 500MM. Soit 3 mois du PIB. Bravo pour la gestion du pays.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.