La guerre en Ukraine pourrait déjà coûter au moins 20 milliards d'euros de PIB à la France en 2022

Une semaine seulement après le début de l'invasion russe en Ukraine, certains économistes ont déjà révisé fortement à la baisse leurs prévisions de croissance du PIB tricolore entre 0,5 point et 1 point pour 2022, soit environ 20 milliards d'euros. Une intensification et un prolongement de la guerre pourraient plonger l'économie française dans de fortes difficultés.
Grégoire Normand

6 mn

L'industrie pourrait particulièrement souffrir selon Emmanuel Macron.
L'industrie pourrait particulièrement souffrir selon Emmanuel Macron. (Crédits : Reuters)

Après deux longues années de pandémie, l'intensification de la guerre en Ukraine a une nouvelle fois assombri l'horizon économique. L'escalade des batailles sur le front Est de l'Europe a provoqué un électrochoc dans de nombreux secteurs. Dans son allocution mercredi 2 mars, le chef de l'Etat Emmanuel Macron a averti les Français :

"Notre croissance, aujourd'hui au plus haut, sera immanquablement affectée par le renchérissement du prix du pétrole, du gaz, des matières premières et cela aura des conséquences sur notre pouvoir d'achat demain. Le prix du plein d'essence, le montant de la facture de chauffage, le coût de certains produits, risquent de s'alourdir encore", a-t-il avancé.

Le président a cité deux secteurs économiques qui "souffrent" et "vont souffrir" particulièrement, l'agriculture et l'industrie. "Soit parce qu'ils dépendent des importations de matières premières venues de Russie ou d'Ukraine, soit parce qu'ils exportent vers ces pays", a-t-il expliqué.

A LIRE AUSSI | La flambée du prix du gaz pousse l'Etat à prolonger le bouclier tarifaire de six mois

Certains instituts de prévision qui avaient révisé à la hausse leurs chiffres de croissance du produit intérieur brut ces derniers mois ont déjà commencé à noircir leurs projections. La flambée des prix de l'énergie, la désorganisation des chaînes logistiques et la baisse du moral des entreprises et des ménages pourraient bien plomber l'activité tricolore.

"Un tel choc peut avoir un effet négatif sur les marges des entreprises, sur leur épargne et leurs investissements. Ce qui va caractériser ce choc est sa durée" a souligné l'économiste et directeur des études à la Banque de France, Olivier Garnier, lors d'un récent point presse jeudi 3 mars.

Du côté des ménages, le prix de l'énergie devrait considérablement grimper. "Une hausse de +30% de la facture énergétique est à prévoir en 2022 en Europe", indiquent les économistes d'Euler Hermes. Ainsi, "la facture énergétique annuelle des ménages atteindra 3.400 euros en Allemagne (+500 euros par rapport aux estimations d'avant-crise), 3.000 euros au Royaume-Uni (+400 euros), 2.800 euros en France (+400 euros) et 2.000 euros en Italie (+300 euros) et en Espagne (+400 euros), ajoutent-ils. Même s'il est encore difficile à ce stade d'évaluer les dégâts de la guerre sur l'économie française, les économistes interrogés ces derniers jours par La Tribune semblent bien pessimistes.

Les économistes tablent déjà sur  une moindre croissance

Une semaine seulement après le début du conflit, l'économie française est de nouveau plongée dans un épais brouillard. Après une chute historique du PIB en 2020 à -8% et un rebond en grande partie mécanique à 7% en 2021, la croissance française s'apprête à marquer le pas. "La guerre va coûter au moins 0,5 point de croissance à la France", a annoncé l'économiste d'ING Charlotte de Montpellier dans une note dévoilée ce vendredi.

"Le choc sur les prix de l'énergie a un impact direct sur la croissance. Lorsque les entreprises et les familles dépensent plus pour l'énergie, elles dépensent moins pour le reste. C'est l'élément le plus important", ajoute la spécialiste interrogée par La Tribune.

La banque a ainsi révisé à la baisse ses prévisions de 3,7% à 3,2% pour la croissance hexagonale en 2021 et n'exclut pas d'autres révisions défavorables dans les semaines à venir "si le conflit perdure ou s'aggrave".

De son côté, l'institut de COE Rexecode a également revu défavorablement ses projections. "En prolongeant les sanctions actuelles, notre estimation préliminaire est un impact sur l'activité de 0,7 à 1 point de PIB", a déclaré l'économiste et directeur de la conjoncture Charles Henri Colombier sur Twitter. La guerre en Ukraine affectera le PIB français par 3 canaux principaux : énergie et matières premières, liens financiers et d'investissement, exportations" avance-t-il. Dans une semaine, la Banque de France qui doit mettre à jour des prévisions macroéconomiques, pourrait assombrir son scénario de croissance.

Les chaînes d'approvisionnement encore chamboulées

Parmi les autres facteurs cités figurent la désorganisation des chaînes d'approvisionnement qui "risquent de durer plus longtemps que prévu", le choc de confiance sur les entreprises et les ménages. "Cela va avoir des répercussions sur la consommation et les investissements. Ce conflit peut avoir des conséquences assez longues sur la confiance en Europe car l'Ukraine est plus proche que bien d'autres conflits comme l'Irak" souligne-t-elle.

Enfin, le canal de transmission "le plus difficile à évaluer", selon l'économiste Charlotte de Montpellier, concerne le comportement des entreprises ayant des liens plus ou moins proches avec la Russie. "Beaucoup d'entreprises françaises sont impliquées en Russie. Les sanctions font craindre un effet assez important encore difficilement quantifiable sur les projets d'investissement. Les plans d'investissement des entreprises vont être remis en question. Tout cela va dépendre des sanctions et de l'évolution des commandes", ajoute-elle. L'économiste évoque même un "risque de 'stagflation' (stagnation de la croissance et hausse de l'inflation) qui "augmente" même si ce phénomène "doit durer assez longtemps" pour être caractérisé ainsi.

"Un plan de résilience" en préparation

Face à ce nouveau choc, le gouvernement travaille déjà depuis plusieurs jours sur un "plan de résilience économique et social" à la demande du chef de l'Etat. "Le ministère de l'Economie et des finances s'est remis en mode crise pour appliquer ces sanctions et mettre en oeuvre des mesures de protection. Il suppose une mobilisation de tous les instants pour faire face aux conséquences immédiates et à long terme de cette crise", a martelé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors d'une réunion avec des journalistes jeudi 3 mars en fin de journée. Il prévoit notamment de rencontrer plusieurs économistes pour évaluer l'impact de cette guerre sur l'économie tricolore.

En début de semaine prochaine, le Premier ministre Jean Castex doit recevoir les filières économiques les plus touchées par les conséquences de l'offensive russe en Ukraine. "Le mandat que m'a confié le président de la République, c'est de protéger nos concitoyens et l'économie française", a-t-il expliqué lors d'un entretien à TF1.

A quarante jours du premier tour du scrutin présidentiel, l'intensification du conflit risque de chambouler profondément la fin de la campagne alors qu'Emmanuel Macron a officialisé sa candidature ce vendredi dans une lettre aux Français diffusée par la presse quotidienne régionale.

Grégoire Normand

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 06/03/2022 à 12:02
Signaler
Il n’est jamais évident de prévoir les conséquences à court, moyen et long terme de décisions politiques en période trouble. Dans le contexte actuel, rien ne dit que les prises de position binaires que l’on peut entendre dans les medias soient judici...

à écrit le 06/03/2022 à 8:02
Signaler
Qu'est ce qu'on est fortiches pour se vider des chargeurs dans les papattes. En plus nous on a double peine, le niveau français et le niveau européen. L'administration biden doit halluciner de notre stupidité, on va être dépendant de leur gaz cher au...

le 06/03/2022 à 8:23
Signaler
Et comme le gaz us est plus cher (livraison en méthanier) on va nous faire payer l'électricité nucléaire au prix du gaz us. Un grand merci et bravo a la cretinentsia qui nous gouverne, que ce soit a paris ou a bruxelles.

à écrit le 05/03/2022 à 18:59
Signaler
Je reste persuadé que si on avait répondu favorablement aux revendications de Poutine . Les ukrainiens ,n'auraient pas perdu leurs travail, leurs maisons ,leurs vies et cela sur au moins 2 générations et nous l'europe nous n'aurions pas glissé plus ...

à écrit le 05/03/2022 à 18:23
Signaler
breaking news!! l'etat socialiste compensera a l'euro pret toutes les hausses de tous les cotes! ca ne coutera rien a personne, ca sera finance par des prets bce sans interet et non remboursables qui ne couteront donc rien a personne comme l'a dit me...

à écrit le 05/03/2022 à 9:24
Signaler
Pendant ce temps : Afin d’attirer du personnel soignant dans des hôpitaux à bout de souffle à cause de la pandémie, l’Agence régionale de santé a annoncé début janvier que des primes très attrayantes allaient être proposées à tous les infirmiers r...

à écrit le 05/03/2022 à 4:31
Signaler
Fronçaises fronçais, adoptez les sourcils de feu fillon et manifestez en fronçant(droit devant) vos sourcils !

le 05/03/2022 à 10:53
Signaler
Ya eu une évasion d'un asile ou quoi ?

à écrit le 04/03/2022 à 23:44
Signaler
Le mythe de la dette infinie commence à s'effondrer. La France vit à crédit depuis de trop nombreuses années, l'heure de payer l'addition est arrivée

à écrit le 04/03/2022 à 20:58
Signaler
@Alex Quel rapport ? L'argent, les sous, le pognon, les talbins, la fraîche qu'il va falloir trouver, emprunter et rembourser par un dur labeur.

à écrit le 04/03/2022 à 20:03
Signaler
on a pas vraiment le choix. Mieux vaut perdre un peu de PIB que de laisser Poutine s emparer impunement de l Ukraine. Il faut a tout prix le stopper. Sachant que la Chine est en embuscade pour Taiwan.Sachant que l une ou l autre de ces petites guerr...

le 04/03/2022 à 22:25
Signaler
Nous avons le choix, et des choix à faire. Ayez le Bon Sens de ne pas vous laisser embarquer dans la propagande médiatique nauséabonde des médias français subventionnés ; ces gens-là organisent ce que vous devez penser en fonction de leurs intérêts p...

à écrit le 04/03/2022 à 19:54
Signaler
20 milliards déjà c'est de l'argent de poche donc pas très sérieux.. Le créateur de Carrefour qui était loin d'être un mauvais, avait pour habitude de dire qu'en cas de catastrophe il fallait toujours prendre le pire scénario, le multiplier par 3 et ...

à écrit le 04/03/2022 à 19:23
Signaler
Bonjour, La bonne question est de savoir combien a coûté le défaite de la France en juin 1940 , puis les 4 année d'occupation... Et pour finir la reconstruction de la France après la victoire...

le 04/03/2022 à 20:03
Signaler
Quel rapport ?

le 06/03/2022 à 9:47
Signaler
Tu as un ordi ,tu tapes : Reconstruction en France après la Seconde Guerre mondiale

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.