"La révolution conservatrice a contribué à l'explosion des inégalités" (Daniel Cohen)

 |   |  2740  mots
Daniel Cohen est membre fondateur de l'Ecole d'économie de Paris.
Daniel Cohen est membre fondateur de l'Ecole d'économie de Paris. (Crédits : DR)
Désindustrialisation, mutations du monde du travail, financiarisation de l'économie, numérique et algorithme, intelligence artificielle sont les thèmes abordés dans le dernier ouvrage de l'économiste Daniel Cohen "Il faut dire que les temps ont changé. Chronique (fiévreuse) d'une mutation qui inquiète." Dans un entretien accordé à La Tribune, le directeur du département d'économie de l'ENS explique que "la révolution numérique a terrassé l'ancien monde" et appelle à "réinventer une nouvelle critique sociale qui ouvre une brèche dont le nouvel impératif de croissance est en train de reconfigurer nos vies."

LA TRIBUNE - Pourquoi avez-vous choisi de traiter des mutations économiques et sociales sur les 50 dernières années ?

DANIEL COHEN - Je voyais venir les 50 ans de mai 68. C'est toute ma vie qui est passée au cours de ces 50 dernières années. J'avais envie de me replonger dans toutes ces lectures qui avaient égrené ma jeunesse surtout dans les années 70. J'avais lu beaucoup de livres et je n'étais pas sûr de les avoir tous compris. Les grands auteurs de l'époque Lévi-Srauss, Lacan, Deleuze m'ont particulièrement marqué.

J'ai eu envie de comprendre comment une génération comme la mienne, qui a assisté à la  montée des protestations et du féminisme, de discours d'autonomie, d'émancipation, pouvait être le témoin de cette montée du populisme. Je voulais revenir sur les ouvrages écrits au fil de ma carrière, un ouvrage sur la société postindustrielle, un autre intitulé "Nos temps modernes".

La dernière raison est que l'on est en train de finir un cycle lié à l'émergence d'Internet et des nouvelles technologies qui ont contribué à détruire l'ancien monde industriel sans vraiment en proposer un nouveau. Avec les progrès de l'intelligence artificielle, il est possible que quelque chose de nouveau soit en train de commencer. Je voulais en saisir la portée.

Vous revenez dans votre ouvrage sur l'effondrement de la société industrielle. Quelles sont les principales conséquences que vous en tirez sur le plan économique et social ?

Nous avons vécu lors de ces 50 dernières années l'effondrement de cette société industrielle. C'est un effondrement d'ordre civilisationnel. La société industrielle plonge ses racines dans des périodes qui sont bien antérieures au monde industriel. La chaîne de commandement constituée d'ingénieurs, de contremaîtres a été critiquée par mai 68. Cette chaîne avait néanmoins une vertu. Elle donnait à chacun une place et un sentiment d'inclusion. Cette société industrielle s'est délitée sous l'effet d'une poursuite consciente des marchés financiers, et ensuite des nouvelles technologies qui ont permis d'éclater ce monde en créant une société plus compétitive et beaucoup plus concurrentielle que l'ancienne période. Il y avait une grille de salaires très rigide, c'est pour cette raison que les inégalités n'augmentent quasiment pas au cours de cette période.

Ce monde post industriel a contribué au développement du statut de free-lance. Les ouvriers travaillent chez les équipementiers qui ne sont plus intégrés aux donneurs d'ordre. Quand la productivité des ingénieurs augmente, cela ne profite plus aux en gens situés en bas de l'échelle. On a une explication des raisons pour lesquelles ces sociétés sont devenues inégalitaires et en même temps, la croissance est plus faible. Les statistiques aux Etats-Unis sont très frappantes à cet égard. Les inégalités se font peu au sein des firmes. C'est surtout entre les firmes que se creusent les inégalités. On assiste à une ségrégation de plus en plus forte. La désolation sociale que l'on connaît depuis les année 80 dépend beaucoup de cette dissociation des classes sociales entre elles.

En 50 ans le système capitaliste a beaucoup changé. Quelles sont les principales mutations que l'on peut noter ?

Les mutations sont surtout d'ordre organisationnel. L'économiste Robert Gordon avait expliqué dans son ouvrage The rise and fall of american growth  que dans la société moderne, les voitures sont plus sophistiquées, les avions font moins de bruit, les équipements sont de meilleure qualité mais ce n'est plus très différent que la société qui s'est installée au cours du XXème siècle. Il n'y a pas de changement majeur au cours des 70 dernières années contrairement à la période 1880-1950. Le capitalisme s'est surtout réinventé dans la manière d'organiser la production des biens. Il n'a pas réinventé une nouvelle société de consommation.

Gordon a raison en partie. Le système Uber repose toujours sur un chauffeur qui vous emmène d'un endroit A à un endroit B au milieu des embouteillages. Aucun des rêves annoncés dans les années 50 ne s'est véritablement réalisé. Airbnb, Booking renvoient toujours vers des hôtels ou des appartements. On est plutôt dans une philosophie de réduction des coûts. On gagne de la productivité ou du pouvoir d'achat mais ce n'est pas un système durable. Ce ne sont pas des technologies qui sont au service d'une réorganisation de la société.

La nature de la société a tout de même profondément changé ?

Il faut prendre un peu de recul. Les théories de Jean Fourastié sont éclairantes quand il rappelle que l'on est passé d'une société industrielle à une société de services. C'est la grande mutation qui en train de se faire même s'il faut encore attendre peut être 50 ans avant d'en voir tous les effets. Fourastié expliquait que les hommes ont travaillé la terre pendant des millénaires puis la matière depuis 200 ans et on va travailler l'homme lui même. La société de services est centrée sur les services à la personne (coiffeur, médecins, psychanalyste).

Pour Fourastié, le potentiel de croissance n'est pas très élevé dans ce type de société. Si la valeur du bien que je produis est le temps que je passe avec les autres, le temps n'est pas extensible. Il n'y pas de croissance possible. Depuis une dizaine d'années, avec la montée des Big data, l'enjeu est de changer la nature de l'homme pour le transformer en un système d'information. Une fois que l'homme sera numérisé, il pourra être soigné et éduqué à distance.

L'enjeu est de faire rentrer l'homme dans une matrice pour que l'on retrouve de la croissance et du rendement. On en train de numériser l'homme pour lui faire accéder à une meilleure productivité. Il y a les fantasmes de l'homme augmenté mais je n'y crois pas beaucoup. L'homme sera augmenté par le fait que les technologies permettront à d'autres de s'occuper de lui à distance. C'est une promesse du retour de la croissance car si on redevient très efficace dans tous les secteurs où on bute alors on retrouvera de la croissance mais à un prix très cher payé. On pourrait renoncer à cet idéal d'humanisation qui était promis par cette société de services où on s'occupe enfin des autres. C'est la principale menace que je vois.

La société de services a-t-elle contribué au ralentissement de la croissance ?

Les sociétés de services ont moins de croissance que l'industrie parce que tous ces services sont plus difficiles à industrialiser. Le monde dans lequel on vit, c'est industrialiser la société de services.

La financiarisation à outrance de l'économie a-t-elle contribué à la perte de repères dans nos sociétés contemporaines ?

Dès les années 80, Wall-Street, avant même que toutes les technologies apparaissent, a commandé le démantèlement de l'ancien monde industriel. Avant, il y avait des grands conglomérats dans lesquels on fabriquait des parapluies ou des maillots de bain en fonction des saisons. Mais la logique de Wall-Street n'est pas la même face aux risques. Le re-engineering qui se fait dans les années 80 vise à désocialiser et désarticuler les collectifs. La finance est également responsable de la grande crise de 2008. Elle a voulu s'appliquer à  elle même ce principe de dématérialisation totale.

La crise des subprimes s'explique en partie par le fait que les entreprises qui ont vendu des crédits ne sont pas celles qui les ont collectés. Wall-Street a créé dans les années 2000 des structures ad-hoc dans lesquelles on mettait des paquets de crédits ensemble pour diversifier les risques avec un grand problème. La qualité des crédits n'était plus vraiment surveillé. Les gens qui les commercialisaient n'étaient pas les mêmes que ceux qui les avaient accorder. Wall-Street a payé ce rêve d'une société totalement dématérialisée.

La lecture de l'ouvrage donne l'impression que nous avons assisté à une suite de déceptions depuis 50 ans. Comment expliquez-vous cela ?

La marche vers le populisme est constituée par une série d'étapes où un grand nombre d'illusions ont été piétinées. La première illusion perdue a été celle de mai 68, de la contre-culture des années 60. La crise des années 70 a anéanti tout ça. La révolution conservatrice des années Reagan a voulu réenchanter le monde avec l'idée que le travail est central. Une idée que l'on retrouve dans le slogan "Travailler plus pour gagner plus" lancé par Nicolas Sarkozy.

Cette vague conservatrice a contribué à l'explosion des inégalités. La troisième désillusion réside peut être dans la société de services qui promettait une humanisation. Aujourd'hui, on a renoncé à cet idéal. Tous ces espoirs sont tombés les uns après les autres. La question est de savoir si on se dirige vers le chaos.

Pourquoi dites-vous que la critique à l'égard de la génération de mai 68 qui aurait favorisé l'ultralibéralisme n'est pas fondée ?

Je n'y crois pas absolument pas. La révolution culturelle de mai 68 et la révolution conservatrice n'ont aucun point commun. Ce sont deux camps qui se sont toujours affrontés et chacun a pris le pouvoir à tour de rôle. La révolution conservatrice a enfanté l'ultralibéralisme en réponse à mai 68 en expliquant qu'il fallait que les gens travaillent, que l'Etat Providence soit démantelé et que les protections sociales devaient être supprimées. Je crois qu'il y a une illusion partagée en réalité.

Les deux camps ont vu que la société industrielle s'effondrait mais la génération 68 s'est opposée à la société industrielle mais ce n'est pas eux qui l'ont faite tomber. La crise pétrolière des années 70 et la fin du cycle de croissance ont contribué à faire dérailler ce modèle. C'est sur les décombres de cette société industrielle que le libéralisme propose un nouveau modèle sans les syndicats. Il y a eu un effet de générations mais je ne pense pas que mai 68 a trahi ses idéaux.  Le mouvement de mai 68 n'est pas devenu ultralibéral, il est devenu pro européen. Il est passé du gauchisme à l'écologie. Ce n'est pas le signe d'un changement radical. Beaucoup de gauchistes se sont retrouvés cadres au Parti socialiste parce que François Mitterrand les a embarqué dans l'aventure. Il prend le pouvoir en 1981 sur un programme commun de nationalisations. Il y a eu tout de même un dur rappel à la réalité par la suite.

Aux Etats-Unis des personnes comme Mark Zuckerberg se réclament de cette contre-culture des années 60 mais c'est une mythologie qu'ils se sont fabriquée eux mêmes. Ils ont inventé le nouveau monde des réseaux sociaux qui reprend un certain nombre de mythes mais ce n'est pas la même chose. L'histoire de Facebook porte autre chose de très inquiétant. C'est la promesse d'une déshumanisation. D'ailleurs Cornelius Castoriadis parle "d'une réécriture de l'histoire." En revanche, il y a un parallèle à faire entre la révolution des Lumières et la révolution industrielle. Toutes les deux naissent du constat que le monde d'hier s'effondre mais la révolution industrielle trahit les idéaux des Lumières.

Vous abordez le thème de la vie algorithmique dans un chapitre. Comment envisagez-vous la place des algorithmes et des robots dans l'économie numérique dans les prochaines années ?

Je pense qu'il y a deux voies possibles. Dans une première voie, les robots font tout. Dans cette société les concepteurs de robots s'enrichissent puisque ce sont eux qui alimentent la planète en technologies. Eux mêmes auront des coiffeurs, des médecins. Il n'y a aucune raison pour qu'ils tombent dans le piège de la numérisation. On devrait avoir un cercle de travailleurs autour de ces gens très riches. Plus on s'éloignera du centre et moins il y aura de travail ou il sera moins rémunéré et plus il y aura des algorithmes. Les producteurs d'algorithme vont s'entourer d'humains et les consommateurs d'algorithmes, eux n'auront pas d'humains autour d'eux. Ils n'auront pas les moyens de recruter les personnes qui travaillent pour eux. C'est la société inégalitaire par excellence.

Il y a une autre voie dans laquelle une classe moyenne peut surgir. Elle pourrait se saisir de ces technologies. Les gens auront envie d'être entourés d'être humains. Ce qui coûte cher, c'est la rente foncière. C'est le fait que les gens veulent vivre en centre-ville au même endroit mais peut être que l'on peut réinventer des villes plus inclusives. C'est le grand défi écologique aussi. Le poids de la rente foncière pourrait se réduire grâce aux technologies. Il y a une demande sociale. Les gens ne veulent pas rester seuls devant leurs ordinateurs.

Quel peut être le rôle de l'intelligence artificielle dans le monde du travail ?

Je pense que l'intelligence artificielle peut aider le personnel soignant par exemple en remplissant des comptes rendus d'opération mais cela ne veut pas dire que l'on doit renoncer aux humains. Ces nouvelles technologies pourraient permettre aux humains de consacrer moins de temps aux tâches qui nous empoisonnent tous pour pouvoir passer plus de temps à s'occuper des gens. Je ne crois pas que les enseignants vont être remplacés par des machines. Les machines peuvent aider à mieux enseigner.

Comment faire pour limiter les dérives de l'uberisation de l'économie ?

Les technologies liées à l'uberisation sont utiles malgré tout car elles créent un logiciel qui permet de mettre en relation l'offre et la demande. Ce sont des modèles biphase comme disent les économistes. Il y a un progrès technique mais il est de second ordre. L'essentiel est le nouveau modèle proposé. Pour en limiter les dérives, il faut d'abord que la régulation se produise. Le débat central est de déterminer si les chauffeurs d'Uber sont autoentrepreneurs ou s'ils sont salariés. Je n'ai pas l'impression qu'ils sont entrepreneurs. Leurs conditions sont déterminées par Uber qui fixe les prix et crée un système d'astreinte. Soit Uber resalarie des gens, soit il faut que les règles du jeu évoluent.

Les jeunes qui travaillent avec la franchise Uber doivent être maîtres de leurs tarifs. Il faut un autre équilibre. Deliveroo devrait donner la possibilité à Deliveroo France de créer un salariat nouveau. Le rêve des grandes entreprises de la Silicon Valley est de mettre en place des applications tueuses qui proposent des solutions abstraites sans rapport au monde réel. C'est comme cela qu'elles s'enrichissent. Ces applications, au nom d'une d'une technologie qui améliorent le matching, permettent de passer à côté de la régulation sociale que la société industrielle a mis un siècle à établir. Uber ignore le salaire minimum, les temps de pause.

Que pensez de la politique d'Emmanuel Macron en matière de numérique ?

C'est difficile de se faire une idée très claire. Je trouve qu'il serait intéressant d'avoir une réflexion sur les techniques que l'intelligence artificielle permettraient de mettre à la disposition des enseignants, des médecins dans l'exercice de leurs métiers. Il faut que certaines professions comme les juges puissent avoir recours à ces technologies non pas pour les remplacer, mais au contraire pour les aider.

Tous ces métiers en tensions méritent des investissements. La grande promesse de tout numériser doit s'accompagner d'une aide aux personnes. Il faut prévoir une grande période de transition avec beaucoup de personnes pour accompagner les personnes âgées par exemple. En plus ces technologies permettraient de libérer des ressources dans les hôpitaux, dans les universités.

(*) Daniel Cohen "Il faut dire que les temps ont changé.." Chronique (fiévreuse) d'une mutation qui inquiète aux Editions Albin Michel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2018 à 12:19 :
la société "industrielle" existe toujours ; seulement elle est partie ailleurs ...
a écrit le 27/12/2018 à 15:43 :
Ces nouvelles technologies pourraient permettre aux humains de consacrer moins de temps aux tâches qui nous empoisonnent tous pour pouvoir passer plus de temps à s'occuper des gens. Je ne crois pas que les enseignants vont être remplacés par des machines.> Il y a une part d'escroquerie intellectuelle là-dedans. Une promesse. En vérité, l'IA nous pousse à remplir davantage de formulaires. Des professions intellectuelles dans tous les domaines se retrouvent clouées à leur fauteuil aux prises avec une promesse d'IA peu aboutie et en vérité chronophage. C'est très décevant. Soit le modèle n'est pas assez abouti (mais combien de temps encore à remplir des formulaires peu générateurs de gains de temps et de performance ?) soit il nous mène droit dans le mur. L'IA c'est bien beau, mais qui fait vraiment de la prospective sur son efficience ? L'IA, c'est un train sans signal d'alarme lancé à pleine vitesse...
a écrit le 26/12/2018 à 14:05 :
Pourtant record mondial des Prélèvements Obligatoires 47% en 2018 ( 35% en 1973) 57% de Dépenses Publiques.

INEGALITES :

Pourtant Hollande a doublé l'impot sur le mort et la morte, le 1/01/2013, sans indexation sur l'inflation depuis !! 6 ANS !!!!

La Maman d'une Amie, morte d'un terrible cancer à 65 ans en 2013 AURAIT DONC DU FISCALEMENT MOURIR AU PLUS TARD LE 31/12, soignée 24H/24 par sa Fille ( Maman de deux jeunes Enfants) congé sans solde durant cette maladie incurable.

Morte : sa fille a du priver mari et enfants sur le quotidien et l'essentiel, négocier avec le Trésor Public, L' étalement de l'impot sur les Morts, sur la petite maison de la Morte.
Morte en 2012, cette petite succession aurait été exo à 100%

Mélenchon lèguera t-il SA GRANDE FORTUNE au Trésor Public ?
Que Garde t-il de son salaire de Député, le SMIC ?

Député d'une Circonscription Marseille, où il dit à l'Assemblée Nationale, à tous micros et caméras que les gens sont incompréhensibles, ne parlant pas Français : ACCENT EN CAUSE.
Pourquoi ne s'est-il pas fait élire à Paris XVIIIéme IXXéme XXème, ou 93, si ony parle Français littéraire.
a écrit le 26/12/2018 à 11:52 :
Pour un si grand expert, pourquoi fait-il un distinguo entre "numérique et algorithme, intelligence artificielle" tout cela peut se résumer en simplement "numérique" mais voilà, ce ne serait pas assez "kinos" pour les gogos à impressionner…La "mode" en communication, galope bien vite, au détriment d'une juste réalité et de la modestie qui devrait aller de pair.
a écrit le 26/12/2018 à 11:08 :
Le gars qui a accompagné la destruction du monde par ses patrons actionnaires milliardaires... -_-

Crédibilité ? Zéro.

Quand allons nous enfin avancer ?
Réponse de le 26/12/2018 à 13:30 :
QUAND ? DANS SEULEMENT 40 MOIS, A Partir du 20 Mai 2022.

-Mélenchon Président

-Martinez Premier Ministre

-Quattenens, Intérieur- Police Politique-Securitate-Stasi-Renseignement-censure

-Poutou : Economie-Finances-Egalitarisme-Nivellement-Fiscalisme-Social

-Corbières : Education-Endoctrinement-Culture du Prolétariat et Caramades
Grands Travaux : statues et monuments à la gloire du Communisme, et de son vénéré président. Anniversaires des dictatures communistes depuis 1917, y compris ex-France 2022

-Coquerel ;: Justice Révolutionnaire

-Bové : Agriculture Kolkoses à la Soviet

-Bonobo : Affaires Etrangères avec les deux pays frères, Démantèlement des Armées, communauté resserrée : ex-France-Vénézuela-République Populaire Démocratique de Corée ( tous trois multimillionnaires-milliardaires-meme idéologie-memes !!!! caractères !!!!! )
Réponse de le 26/12/2018 à 18:13 :
Hélas, les grands politiques manquent alors que la France, l’Europe aurait besoin d’un Roosevelt, d’un Churchill, d’un De Gaulle, d’unVaclav Havel, d’un Olof Palme … le pire serait-il à venir ? Nous rejouons 40 avec la faillite de nos élites. La France de Vichy – Robert O Paxton – Ed le point.
a écrit le 26/12/2018 à 10:30 :
J'ai eu envie de comprendre comment une génération comme la mienne, ...pouvait être le témoin de cette montée du populisme, écrivez-vous.
C'est bien dommage que l'ayant annoncé, vous ne traitiez pas le sujet. Cela aurait pu être révélateur des autres domaines que vous abordez avec plus ou moins de réussite. Mais en ne restant pas borné à la compréhension du spectacle, aller juste un peu plus loin en se posant les questions des, pourquoi, comment sur un mode de recherche ! avoir abandonné le peuple, et dernièrement le nier. Ce populisme, est-ce une étiquette commode faite pour démarquer, quelque chose d'autre, bref, est-il une cause ou une conséquence ?
Couper l'herbe est rassurant. Un temps, mais quand on laisse les racines...On tourne en rond.
Dans un autre livre, peut-être ? Si vous ne craigniez pas l'air du temps..
Réponse de le 26/12/2018 à 11:02 :
Mot à la mode , le "populisme " mot devenu condamnatoire à usage multiple ….! est - -il utilisé constamment pour protéger les privilèges de la démocratie instrumentalisée …par les forgeurs d'opinion..?
a écrit le 25/12/2018 à 22:50 :
Un éclairage intéressant, mais qui ne concerne qu'une partie de la société, celle des grandes villes, des gens qui ne produisent aucune richesse et gaspillent à vau-l'eau, rien qu'à regarder le déficit de la balance commerciale à + de 70% entre IDF et provence alpes cote d'Azur.
De l'autre côté, dans la campagne, les petits bourgs, toute une industrie perdure se développe et recrute, hé oui chez-nous ça taffe sans rien demander, sauf quand des (____!) viennent provoquer le petit peuple campagnard, on a besoin de rouler, pas le sentiment de polluer, de garder notre société comme elle est, nos gamins à l'école libre, puis au collège idem, avoir notre maison et nos poules, la nounou dans le village pendant que la maman va bosser au super machin du coin.
La petite province crée des richesses et des emplois, la ville invente le chômage et l'injustice entre les hommes.
Quid de l'IA , de l'informatique, c'est pas réservé à la ville bien au contraire, nos enfants ont de bons cursus dans ces métiers, et restent, ou émigrent mais très loin.
a écrit le 25/12/2018 à 17:32 :
Il dit n'importe quoi, la société industrielle n'a pas disparue elle s'est déplacée en Asie à l’abri des regards critiques de la démocratie.
Il ne vous a pas échappé que les biens industriels d'équipement existent toujours ?
C'est quand meme incroyable de lire de telles connerries assermentées.
A qui a profiter ces ventes de savoirs faire accumulés par toutes les catégories, ingé comme techniciens et ouvrier ? Au winner takes all qui possède l'entreprise et l'a vendue sous license. Pour peu qu'il investisse dans des entrepots pour faire de l'import, en plus il fait des marges mirobolantes avec la complicité de l'etat qui n'y voit rien à redire car il preleve sa taxe sur une valeur ajoutée qu'il ne connait pas ! C'est une boite noire la structure des couts en chine.
Tous ce pognon de dingue est alors accumulé dans les paradis fiscaux légaux.
Il ne sert meme pas à l'investissement dans les technologies nouvelles, c'est du pure heritage pour la progéniture qui n'a rien fait que d'hériter.
Et ce sont deja eux, les heritiers qui ont fait Macron.
Réponse de le 25/12/2018 à 18:55 :
La démocratie ..? Disparue envolée, les héritiers ? Ils s' effraient du grand bouleversement à venir, le mouvement des Gilets jaune a montré une évidence : les partis politiques et les syndicats DIVISENT la population alors que ce mouvement venu de la base, RASSEMBLE tous les Français sur ce qu'ils ont en commun et tout le monde se sent concerné.
L'UPR est le seul parti politique qui cherche, dans le même esprit que le mouvement des Gilets Jaunes, à RASSEMBLER la population sur ce que les Français ont en commun !
Longue vie à l'UPR !
a écrit le 25/12/2018 à 17:21 :
Effectivement une approche réac ne règlera aucun problème d'aujourd'hui 2019.
Les repousser ou remettre un tapis poussiéreux par-dessus ne fera en rien retomber la tension individuelle et sociale qu'ils créent.
a écrit le 25/12/2018 à 17:09 :
La " Révolution Conservatrice " est intervenue en1979 sous l'impulsion de Margareth Thatcher, puis poursuivie fidèlement par Socialiste Tony Blair,
Puis aux U.SA sous l'impulsion de Ronald Reagan 20/01/1981,
Puis en France Mai 1981, la " Révolution Socialo-Communiste ".
Puis, " Révolution Conservatrice " en " Allemagne H.Khol, accentuée par Socialiste G.Schoereder.


De Mai 1974 à ce jour toute fin 2018 ," les Prélèvements Obligatoires ont explosé de 35% à 47% du PIB/ annuel,47%, RECORD MONDIAL. Si pour L EGALITARISME COMMUNISTE FRANCAIS, ce n'est pas suffisant : Alors pour aller à 77% puis 97% de Prélèvements Obligatoires/PIB annuel, Elisez dans 40 mois Mélenchon Présid- et Martinez :1er Ministre- et Besancenot Ministre des finances/impots-Quattenens à l'intérieur/sécuritate-stasi-censure-information, Corbières : éducation-endoctrinement-et Coquerel " justice "- et Bonobo démantèlement des Armées et affaires étrangères- Communauté triangulaire entre ex-France-vénézuela-république populaire démocratique de corée ( les trois dictateurs vivent dans le luxe : TRIO DE L OPULENCE ET DU LUXE AU PAROXISME).

2022 DERNIERES ELECTIONS EN FR ( les suivantes calquées sur le cher Modèle Vénézuelien, Chavez-Maduro)
a écrit le 25/12/2018 à 16:11 :
Un des maux destructeur du tissu économique de la France
L application imposée de la théorie économique des avantages comparatifs par Bruxelles et l Omc.

Dans les années 90 la doxa des économistes qui prévalait la France ne devait se positionner que sur les services
Nous voyons le résultat avec l insurrection des gilets jaunes !
a écrit le 25/12/2018 à 15:55 :
En effet, beaucoup de mutations, tout de même prévisibles car dans la lignée de l'automatisation et des évolutions technologiques qu'ont vécues l'industrie et l'agriculture. Délocalisée ou pas, l'industrie est automatisée.
Les services peuvent aussi (en partie) être considérés comme la marchandisation de prestations effectuées auparavant quasi "gratuitement" dans un cadre public, ou dans un cadre familial ou local, donc avec peu de valeur ajoutée monétisable. Les transports étant pour beaucoup considérés comme des services, on a pu constater les effets d'un seuil acceptable de taxation sur ce service. Au passage et en poussant le raisonnement, on pourrait aussi considérer comme une contradiction le fait de freiner l’ubérisation, puisqu’elle pourrait permettre l’émergence d’un modèle de transport complémentaire moins coûteux.
L’économie financière, telle qu'elle est actuellement démultipliée, n'a t'elle pas perdu son sens, sa connexion avec le monde réel ? Les participations aux actions et profits des entreprises semblaient autrefois beaucoup plus rationnelles. Les outils spéculatifs n'ont rien apporté en termes de stabilité ou de partage de la richesse produite et les flux se sont parfois substitués à l’économie elle-même en la virtualisant à l’excès.
Le pouvoir d'achat reste la préoccupation de beaucoup, obtenu grâce au travail, mais pas que, le concept de richesse produite par le seul travail est déjà faux depuis longtemps. Travail actuel ou passé, cela reste une référence, et à présent tributaire d'un pari sur le futur, en raison de l'endettement des nouvelles générations pour l'obtention d'un diplôme, diplôme indispensable pour accompagner l’évolution technologique et le "transfert" des emplois à en croire les diverses études sur le sujet : https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---cabinet/documents/publication/wcms_618359.pdf). On ne peut que suivre ou précéder le mouvement, puisque cela constitue une nouvelle chance de réindustrialisassion, ne-serais-que partielle. Ces mutations étant encore plus rapides et concurrentielles on ne pourra probablement pas « upgrader » tout le monde. Quid des laissés pour compte ? ce qui renvoie à un meilleur partage du temps de travail, ou des gains de performance ou autres formules à rééquilibrer. Et de se méfier des fausses bonnes idées, dont celle de l’incitation aux heures supplémentaires, qui devrait mécaniquement réduire le nombre d’emplois. Ce serait basculer dans le nouveau monde, libéralisé, mondialisé, concurrentiel, multiple,…avec des solutions du passé. Le travailler plus c'est comme le produire plus, encore faut il qu'il y ait des débouchés à la clef. Cela rassure ceux qui sont déjà inclus, mais cela ne favorise pas l’adaptation des outsiders, alors que l’on pourrait utilement consacrer le temps disponible à la formation.
Les tentations d’ethnocentrisme ne vont rien solutionner non plus. Bien au contraire cela risque de restreindre nos capacités d’évolution à l’international et ce au plus mauvais moment. Certains fantasment encore sur des rapports unilatéraux, face à des grandes puissances ? Restons attachés à l'UE, ce sera déjà pas mal.
Toutes ces évolutions et circonvolutions sont à présent débordées par l’urgence environnementale, La société de consommation s’étant transformée en société de consumation de la planète. Chamboulement profond ? ou simple épisode ne représentant qu'une étape parmi d’autres, si l’on fait un tour d’horizon historique rapide (« La grande histoire du monde » de François Reynaert). Il semblerait que nous soyons arrivés à un seuil critique et probablement que l’on ne peut appliquer indéfiniment des recettes d’expansion. Peut on remettre en question le libéralisme à l’Adam Smith (ou les prédécesseurs physiocrates) et mieux guider la « main invisible » ? Sans toutefois l’empêcher de se mouvoir car cela provoquerait l’ankylose.
Ne peut-on avoir des sociétés à plusieurs vitesses ? une des métropoles et l’autre des champs, les deux se complétant mutuellement. Le grand défi actuel étant avant tout écologique, cela renvoie à une meilleure gestion de la terre et de la biodiversité. Traiter l’environnement de manière moins prédatrice, revenir à la régulation, à une forme de dualité entre progrès et nature, la gestion et l’équilibre des deux est indispensable. Cela tombe bien puisque ces services environnementaux ne réclament pas de haute technologie et des robots, mais simplement du bon sens paysan et de la main d’œuvre. Le système pourrait même être économiquement bénéficiaire, en complémentant par exemple la production agricole et la préservation de la biodiversité par celle des énergies renouvelables, on pourrait participer à une sorte d’équilibre financier et environnemental. Tout reste à réinventer, mais au premier abord il serait absurde d’espérer pouvoir transformer les villes en campagnes et les campagnes en villes.
Réponse de le 25/12/2018 à 17:49 :
Mais le fric il passe où doudou dis donc, parce que le problème est bien là, qui se goinfre quand le pauvre est délesté au seul profit du 1 % ?
Le reste tout le reste est de la littérature!
a écrit le 25/12/2018 à 15:26 :
La "révolution conservatrice " était très révolutionnaire: « La bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire. Partout où elle est parvenue à dominer, elle a détruit toutes les conditions féodales, patriarcales, idylliques. Impitoyable, elle a déchiré les liens multicolores qui attachaient l’homme à son supérieur naturel , pour ne laisser subsister d’autre lien entre l’homme et l’homme que l’intérêt, le froid »paiement comptant ».frissons sacrés et pieuses ferveurs, enthousiasme chevaleresque, mélancolie béotienne, elle a noyé tout cela dans l’eau glaciale du calcul égoïste. Elle a dissous la dignité de la personne dans la valeur d’échange, et, aux innombrables franchises garanties et bien acquises, elles a substitué une liberté unique et sans vergogne : le libre-échange." K. Marx
a écrit le 25/12/2018 à 13:36 :
Erreur de syntaxe c est libéral et non conservatrice
a écrit le 25/12/2018 à 13:02 :
Le titre de cette article est une lapallissade parfaite : les intellos parisiens ne sont bons qu'à ça de toutes façons.
Entre cette élite à la noix qui glose à l'infini pour remplir les médias de vide et la révolution en peau de lapin des gilets jaunes, il va falloir que quelque chose de sérieux arrive vraiment : les Français méritent mieux que ça.
Macron, tiens bon !
Réponse de le 25/12/2018 à 13:19 :
"Macron, tiens bon":bien sur qu'il va tenir bon.Dans six mois après les européennes il continuera sa politique de hausse des taxes et de rien du tout d'autre...Et nous aurons des blocages tous les 3 mois au lieu de 6.Et le pays continuera de plonger.Et il s'accrochera a son perchoir,et il continuera a dépenser .La nouvelle dépense a la mode ,c'est le financement de projets dans des pays étrangers,c'est tendance.Macron,un président qui va vous faire rever.
a écrit le 25/12/2018 à 11:18 :
Faux, d'abord il n'y a jamais eu de révolution conservatrice ces deux termes étant parfaitement antinomiques, ensuite la mondialisation est le fruit d'une spécialisation géographique des productions en raison des couts, surtout de main d’œuvre, ce qui était parfaitement prévisible et traitable, par le politique encore faut-il le comprendre et vouloir le faire, enfin l'explosion des dépenses publiques a fait exploser les taxes ce qui a diminué la valeur ajoutée. On ne peut reprocher aux entreprises de la chercher, là où elle est encore disponible. Par ailleurs l'intelligence artificielle forte, i.e. consciente n'existe pas encore, et n'est pas près de l'être, l'I.A. faible actuelle n'est pas une solution universelle, toutefois elle peut rendre des services d'appoint pour aider les personnels employés, mais il ne faut pas se gargariser sur des applications mirobolantes qui n'existent que dans le cerveau des pinpins hystériques de techno, sinon les drones armés US ne seraient pas toujours dirigés depuis une salle de commande sur le territoire américain.
Réponse de le 25/12/2018 à 17:23 :
Vous vous trompez, c'est la législation qui empêche pour l'instant les US de déployer des drones armés autonomes.
L'IA temps réel (contrainte supplémentaire) existe deja pour le combat aérien et l'IA est deja quasi imbattable en combat air air face aux as, alors les autres...
a écrit le 25/12/2018 à 10:52 :
Encore un néocollectiviste, rémunéré avec de l'argent public de l'ENS.
a écrit le 25/12/2018 à 10:34 :
La vision des ingénieurs de M. Cohen est tout à fait caricaturale et remonte aux mines de charbon, et encore. On peut donc légitimement douter de sa compréhension de l'entreprise....
Réponse de le 25/12/2018 à 14:53 :
M.Cohen se barde de ses diplômes pour affirmer n'importe quoi, qu'il reste calfeutré dans son bureau pour chauffer le radiateur :)
a écrit le 25/12/2018 à 10:05 :
"La révolution culturelle de mai 68 et la révolution conservatrice n'ont aucun point commun".

Faut aller dans les assemblées générales des actionnaires pour se rendre compte qu'ils sont bien présent tout les deux.Faut aussi que les salariés d'aujourd'hui nourrissent par leur travail les fonds de pension de peace and love américains extrêmement nombreux.
a écrit le 25/12/2018 à 9:23 :
ok
avant, c'etait plus egalitariste, ca permettait a la gauche de pleurer au moins autant que maintenant.......
bon, maintenant, sortez nous des chiffres qui ne sont pas des pleurnicheries ideologiques....
combien de gens sont sortis de la pauvrete mondialement depuis les annees 70?
a combien est le ' niveau de vie' mondial / annees 70? et pour la france, donnez nous le revenu reeel ( deflate des prix en 1960 et en 2019, quon voit si les gens on envie de revenir 40 ans en arriere)
au venezuela 2/3 de la population vit avec moins de 2 euros par jour! y a plus d'inegalite, vu qu'il n'y a plus que des pauvres et que le meilleur moyen d'avoir pas d'inegalites c'est d'avoir que des clochards ( ce qui en plus est conforme aux plans de Lenine qui datent de 1920)
quand on pose les bonnes questions on a les bonnes reponses!
btw, tensorflow est gratuit, chacun peut developper de l'AI avec modeles convolutifs! c'est une question de travail....he ben donnez nous le niveau en maths des petits francais en 1960 et en 2019, on verra ou se situe le probleme...
a écrit le 25/12/2018 à 9:11 :
Je suis impressionné par la faiblesse de la réflexion de Daniel Cohen ..... son propos est banal , souvent faux .... il présente les 50 dernières annees comme nous l'avons entendu ou lu des dizaines de fois .On a le droit d'exiger de lui plus d' audaces et d' originalités.... car il a matière à en avoir .....
a écrit le 25/12/2018 à 8:40 :
Comment essayer de refiler aux conservateurs les folies des libéraux. Parole de Cohen, vous pouvez être sur qu’ils n’admettrons jamais. Les libéraux sont aux manettes partout depuis 20 ans, et les problèmes seraient ceux des conservateurs. On croit rêver.
a écrit le 25/12/2018 à 3:34 :
Sur Uber... C'est une organisation nouvelle, qui crée un lien direct entre entreprise et salariat. Elle ne meconnaitra pas longtemps le smic ou tout autre revendication. La seule différence avec le monde actuel est la disparition d'un intermédiaire qui s'appelle... Etat ! Vu l'incapacité de ce dernier à résoudre les problèmes qu'on lui demande de résoudre et sa propension à en creer de nouveaux, je doute que ce soit une grande perte.
Les blocks chains sont aussi une autre manière de se débarrasser des intermédiaires inutiles...
Réponse de le 25/12/2018 à 21:39 :
Face au terrorisme islamiste vous faites appel à UBER ou à l'Etat?
a écrit le 25/12/2018 à 0:08 :
La France est selon une toute récente étude de Tous ! les pays d'Europe celui aux inégalités les plus Faibles. Si Mélenchon et sa tranche d'impot à 90%, passe dans 3 ans et demi, ou Aubry-Beubeu Hamon, je me fais rétrograder au minimum, et minimum d'heures travaillées.
a écrit le 24/12/2018 à 18:24 :
C'est bien d'attribuer systématiquement à la finance les problématiques. Il n'empeche que s'il y a dérive, il y a aussi la possibilité de le faire ce qui n'est pas logique. Aucune régulation sur les bitcoin mais l'état pense simplement à taxer les plus values. Et pareil pour l'immobilier, ça arrange les départements, régions, états, communes quand les prix montent au ciel pour taxer (droits de mutation, taxe foncière et immobilière).
Bref, oui il y a des dérives et des financiers, ou plutôt des voyous, qui méritent d'être punis mais pour cela il faut une législation en face qui interdise ses mauvaises pratiques.
Or, plutôt que d'interdire / restreindre les pyramides dangereuses, on préfère largement les taxer... jusqu'à éclatement. C'est ça qui est immoral.
a écrit le 24/12/2018 à 18:10 :
Mais qui prend la masse de fric produit ...? Toujours le même et c' est ça qu' il faut changer et qui revient à recréer une démocratie ...
a écrit le 13/11/2018 à 12:20 :
nouvelle restification la presse ce matin parle de 350mcarre de foret que consome un humain par ans???
a écrit le 12/11/2018 à 12:49 :
petite ereur c est 450m cube de foret que consome un humain par ans,???
a écrit le 12/11/2018 à 10:15 :
L'ancien monde, où l'argent et le travail s'affrontaient et pouvaient être facteurs limitants, n'est plus. Dès lors, y compris des esprits intelligents et alimentés par de l'information, mais marxistes dans l'âme, peuvent se fourvoyer. Seule l'intelligence et l'innovation, dans un contexte, bien sûr, de mondialisation, sont aujourd'hui facteurs explicatifs des inégalités, ce qui est une évidence, -il suffit de lister les grandes fortunes mondiales-. Les plus démunis de nos sociétés, qui ont eu accès à un enseignement gratuit dont ils n'ont su profiter, doivent aussi balayer leurs trottoirs, ce phénomène n'en est qu'au début; il n'y aura que peu de place pour ceux qui ne savent que vendre leurs bras, sans râler bien sûr.
a écrit le 11/11/2018 à 19:05 :
pour moi ils y a deux facteurs qui nous dévalue en France, 1: les industriels ont cherche des eldorados ou les humains sont moins chers: et le deuxieme facteur c est le pouvoir de destrutions du vouloir toujours plus,? un americain consome pour dix un europeen pour 8 ext ext : resultat un homme a évalue que chaque homme consome pour 450m cube de foret pars jour FAITE VOUS MEME LE CACUL 8 MILLIARD BIENTOT NEUF MILLIARD D INDIVIDUE ? DANS CONBIEN DE TEMPT LA MORT DES HUMAINS VAS ARRIVE ? AVEC TOUTE LES INVATIONS DE MIGRAND A NOS FRONTIERE QUI VIENDRONS CHERCHE NOS RESTE DE GROS CONSOMATEUR INGNORANT ET IDIOTS QUE NOUS SOMME TOUS? pour moi l apocalyste des humains seras du a notre surconsomations???
Réponse de le 12/11/2018 à 10:40 :
Détendez-vous.
Les associations qui calculent ces factuers ont intérêts à les grossir pour attirer les dons.
C'est comme cela qu'il faut qiuinze mille litre d'eau pour faire un kilo de viande. Si c'était vrai votre kilo de boeuf couterait aux alentour de 70€ le Kilo. Vous verrez au prochain supermarché que cen'est pas le cas. (Le truc on compte l'eau qui tombe en pluie sur les prairies.)
De même d'aprés les calculs du club de Rome (Vous savez les lanceurs d'alerte des années 70) Nous sommes tous en train de mourrir de faim, les sols sont épuisés et il n'y a plus de pétrole.
Un tour à la pompe et au supermarché vous convaincra que le modéle a négligé quelques facteurs.
Je ne dis pas que tout vas bien, mais la vrai question est d#ammenner tout le monde à un niveau de vie autour de 60K€ (Niveau de bonheur maximum) et de rendre cela pérenne.
a écrit le 11/11/2018 à 10:49 :
Quelle facilité dans le dénigrement de 68 . Et de plus de l enveloppé dans les habits du saboteur de l économie , magnifique digression qui mérite un Nobel .
Confondre l horreur et la mettre sur le dos de celui qui la dénonce est un procédé abject .
Intelligent peut etre mais .......à chacun sa morale .
a écrit le 10/11/2018 à 16:15 :
Un avis qui en vaut un mille autres.

Ça mérite pas un bouquin. Juste un picon bière au comptoir.
a écrit le 10/11/2018 à 10:04 :
Tout faux. C'est le socialisme qui est responsable de cette grande inégalité qui apparaît dès qu'une élite est rare et que le peuple est peu éduqué. En France, le socialisme a poussé depuis 1968 à l'égalité dans la médiocrité, parfois qualifié de nivellement vers le bas. Ce n'est pas un hasard que nos élites actuelles soient le produit de l’enseignement des jésuites, qui cherche à développer au maximum les talents et les potentiels de chacun. Ce n'est pas un hasard que le peuple élu pousse au socialisme du peuple d'en bas pour asseoir sa suprématie.
Réponse de le 10/11/2018 à 12:15 :
Votre théorie c’est n’importe quoi.
Réponse de le 11/11/2018 à 9:25 :
rien de neuf sous le socialisme!
Lenine ecrivait deja ca en 1920
le miserabilisme, ca fait partie de la strategie gagnante ( ganante pour qui, ca, c'est un autre pb)
c'est comme avec Hitler, si on veut avoir une idee, faut lire ce qu'ils ont ecrit......
on rigole d'avance a se demander ce que sera la france quand elle ressemblera au venezuela ( mais sans commodities); on sait deja qui va pleurnicher avec un ' ha ben on n'aurait jamais imagine ca'!!
Réponse de le 25/12/2018 à 10:38 :
"le produit de l’enseignement des jésuites, qui cherche à développer au maximum les talents et les potentiels de chacun." On ne peut que saluer votre lucidité quant à la qualité de l'enseignement Jésuite, dont je doute que vous ayez profité. Pour le reste n'oubliez pas le grand complot des Illuminatis, et des petits gris dans votre liste. Pour ce qui est du 'peuple élu' navré de vous révéler qu'il ne se bousculait pas dans les Jésuitières... Comme disait l'autre, la vérité est ailleurs....
a écrit le 09/11/2018 à 21:47 :
Personnellement je ne crois pas qu’Internet et les nouvelles technologies aient réellement détruit quoi que ce soit. Au contraire, cela à favorisé l’éclosion de nouveaux champs d’application et de nouveaux métiers et cela a permis des interconnexions en quasi temps réel, jusque là inimaginable. Dans leur usage de communication, une vulgaire extension du téléphone et du courrier et on en est à peine à la diffusion de la culture (ou de l'inculture) à la demande, au télétravail, documentation,... C’est maintenant que la valeur ajoutée s’étend à d’autres domaines, par augmentation des flux, des capacités de traitement, technologies embarquées, smartgrids, bigdata, médecine, etc…
Quand à l’industrie, elle n’est pas détruite, elle s’est automatisée, tout comme l’agriculture ou les emplois de bureaux. Surtout, elle à migré vers des pays dont les marchés sont en développement, ou à des coûts de fabrication moindres, ce qui revient au même puisque c’est une question de cycle, de volume ou de rapport qualité prix.
Sur l’aspect financiarisation, le terme parait toujours un peu péjoratif, bien que les financements aient toujours été indispensables, notamment pour alimenter la phase industrielle de nos économies.
Le problème est essentiellement dans l’aspect spéculatif, qui existait déjà depuis des siècles, mais les outils et les méthodes ont progressé, laissant place à des automatismes algorithmiques aux effets démultipliées quasiment jusqu'au virtuel, ou à l'infini propre au mathématiques, donc ultra spéculatifs. Il suffit à nouveau de réguler correctement et les outils dont il est question peuvent aussi servir à cela.

La société de services existait déjà, sauf qu’elle n’était pas aussi formalisée ou structurée. Sa progression fût peut être même artificielle, en compensation de … Elle a le mérite d’exister, d’avoir atténué le déclinisme, de créer de l’emploi et cela ne l’empêche pas d’être aussi soumise à la concurrence et à la recherche de performance. Peut être ces emplois seront-ils eux-mêmes remplacés par des robots ou appliances. Il restera à trouver des compensations d’occupation, non valorisables en termes de salaires individuels, mais culturellement, ou éthiquement, ou de simple maintien en bonne santé. Peut être que certains préféreront la réalité virtuelle, d’autres démultiplier leur savoir... Ce n’est pas un problème de productivité du travail mais de juste répartition, afin de maintenir les équilibres qui font la cohésion de la société. Ne nous y trompons pas, en dehors du contexte technico-economico-industriel, la convoitise et autres, sont toujours de mise.
En ce qui concerne 68, pour ceux qui comme moi étaient trop jeunes pour comprendre le mouvement, en dehors de l’aspect révolte et barricades qui en constitue la forme, sur le fond les années qui ont suivi ressemblaient en effet à une période plus libre et plus riche culturellement.
A noter que ce concept de créativité et de « révolution » est maintenant encensé et très recherché dans les secteurs disruptifs.
Quoi qu’il arrive, ce nouveau monde continuera à évoluer et probablement à prédominer, d’autant qu’il est pour certaines applications devenu quasi universel en tous cas accessible au plus grand nombre. Il va devoir cohabiter avec l’ancien et vice versa, car rien n’empêche non plus de préférer des espaces de vie plus simples, suivant les périodes de sa vie et les attentes. Cela tombe bien car on ne pourra pas dépasser les limites environnementales dont les bornes sont passées au rouge. La biodiversité en est la première victime, or c’est elle qui nous permet de survivre (au hasard du web : http://regardssurlaterre.com/donnes-visualisation/nous-avons-depasse-le-plafond-environnemental).

En ces temps de commémoration, il faut aussi se rappeler que nos civilisations ont connu de bien pires situations, autrement plus graves que des problèmes de progrès, de régulation et de cohabitation.
Le problème environnemental devrait malgré tout devenir une priorité, les technologies peuvent nous y aider ou empirer les choses, là aussi c’est une question de choix, de régulation et de simple bon sens.
a écrit le 09/11/2018 à 19:45 :
Plus besoin des spécialistes qui enfoncent les portes ouvertes, c'est bon on les voit merci.
a écrit le 09/11/2018 à 19:11 :
Parler d'effondrement de la société industrielle est contrefactuel.
Les machines n'ont jamais été davantage présentes dans le système productif et même dans la vie privée des hommes.

La société industrielle a simplement poursuivi sa logique (plus de machines et moins de bras - et aujourd'hui de cerveaux) et étendue son empire : après les produits manufacturés elle a conquis l'agriculture et les services.

Que l'énergie (le sang de la machine) vienne à manquer et là on pourra parler de recul voire peut-être d'effondrement. On n'y est pas encore, même si l'échéance se rapproche.
a écrit le 09/11/2018 à 17:31 :
Avec Macron, c’est le libéralisme des mœurs et de l’argent. N’est-ce pas là le fondement des inégalités? Quand les gens sont conservateurs, ils sont attachés à une terre et sont conscients de leurs devoir envers leur prochain. Ce qui est à l’oeuvre dans l’explosion des inégalités c’est une forme d’ubris et l’individualisme. Le contraire de la charité et donc du christianisme. Qu’il reconstruise ce qu’il a démoli, le monde ne s’en portera que mieux. Aucun chrétien n’a voulu ce que ces gens ont fait.
a écrit le 09/11/2018 à 17:15 :
Le populisme monte car c’est voulu c’est tout :
c’est «  une sorte de ticket protecteur pour les puissances , pouvoirs d’influence mondiale « 

Ça peut «  enrayer «  de la planète mondiale : par une «  prise de conscience de sa nature Humaine » dans sa «  globalité «  ( tous les humains sur terre)

Humain( définition)
Qui a un corps , un cerveau et un cœur humain et qui prend des décisions par rapport à sa «  nature humaine » sans être un ennemi ni pour «  lui » ni pour les «  autres humains »

C’est simple , non ?
Apparement non...
a écrit le 09/11/2018 à 15:00 :
Le progrès serait d'avoir moins de données data. Mais visiblement on préfère la gestion compliqué de chose simple que la gestion simple de chose compliquée!
a écrit le 09/11/2018 à 14:57 :
On veut nous faire croire que le passage du concret a l'abstrait, du réel au virtuel permettra plus d'égalité! Dans la pénurie... sans aucun doute, on se contentera de rien!
a écrit le 09/11/2018 à 14:55 :
s'il veut comprendre l'AI, il peut telecharger tensorflow, c'est gratuit, et tout le monde peut faire des loops sous python....
pour le reste, y bcp de technos qui eistaient deja avant; avant on faisait du datamining, apres avoir lu gourieroux et monfot pour l'econometrie, saporta pour les stats...
maintenant on n'a plus besoin de rien ou de formation, les reseaux de neurones savent tout sur tout ont tout vu et tout vecu.....
forcement ca va coincer, vu qu'avant on avait des gens competents.....
la croissance viendra des opportunites offertes par la data, tant pour aoofrir de nouveaux services ( enfin, si on sait faire, ce qui est mal barre vu ce que je lis) ou des services a plus forte valeur ajoutee....
maintenant y a un pb, tout le monde ne pourra pas le faire
c'est d'autant plus triste que les copains socialistes de cohen ont tout fait pour faire du miserabilisme a l'ecole, avec du nivellement par le bas, a commencer par l'interdiction du grec et de l'allemand, vu que c'est elitiste ( cette politique est conforme a ce que voulait lenine, alors ca va)
ce qui est clair c'est qu'un pays miserabiliste qui fait du miserabilisme, du nivellement par le bas, et decourage tout le monde, il ne va pas loin... et en general, ceux qui savent faire qqch partent, comme au venezuela
Réponse de le 25/12/2018 à 10:41 :
"s'il veut comprendre l'AI, il peut telecharger tensorflow, c'est gratuit, et tout le monde peut faire des loops sous python...." A vous lire il semble qu'il y ait quelque distance entre entre la volonté et le réalisé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :