Le confinement a accentué les fractures sociales

 |  | 1410 mots
Lecture 7 min.
Photo d'illustration. Le porte-monnaie des Français a subi de plein fouet les effets délétères de la pandémie.
Photo d'illustration. Le porte-monnaie des Français a subi de plein fouet les effets délétères de la pandémie. (Crédits : Reuters)
Surmortalité chez les plus âgés et les pauvres, pertes d'emplois chez les plus jeunes, aggravation des disparités hommes-femmes, tensions familiales, logements surpeuplés... dans leur dernier portrait social, les chercheurs de l'Insee passent au crible les effets dévastateurs du confinement et de la pandémie sur les fractures sociales.

La pandémie accélère grandement les inégalités. Depuis le printemps, la propagation du virus sur l'ensemble du territoire a jeté une lumière crue sur les populations les plus vulnérables. Dans leur dernier portrait social rendu public ce jeudi 3 décembre, les chercheurs de l'Insee dressent un panorama alarmant de la situation préoccupante traversée par des millions de familles, jeunes et travailleurs précaires. "Au cours de cette période, la crise sanitaire a mis en lumière, voire renforcé les inégalités sociales", a rappelé Sylvie Minez, directrice des études démographiques et sociales à l'institut lors d'un point presse. Alors que les annonces relatives au vaccin ont suscité des lueurs d'espoir dans les milieux économiques et financiers, beaucoup de personnes en situation de grande précarité risquent de subir pendant encore longtemps les répercussions terribles de cette récession historique.

Lire aussi : En Europe, la France moins inégalitaire que la majorité de ses voisins

Une surmortalité dans certains territoires qui frappent les plus pauvres et les plus âgés

La pandémie a particulièrement affecté certains territoires. Le surcroît de mortalité concerne par exemple l'Île-de-France, région la plus densément peuplée où le risque de contact est particulièrement accru. Les statisticiens ont ainsi enregistré une hausse de 91% des décès en mars et avril par rapport à la même période en 2019. Le département de la Seine-Saint-Denis a été particulièrement frappé par cette vague de mortalité, alors qu'il affiche l'un des taux de pauvreté les plus élevés. Il enregistre le plus fort excédent de mortalité sur la période mars-avril...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :