Le confinement, une bombe à retardement pour les inégalités

 |  | 1296 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : Reuters)
Perte de revenus chez les plus pauvres, chômage technique, garde d'enfants, hausse des frais de la vie quotidienne....la période de confinement a mis en exergue des inégalités criantes au sein de la population française. Dans deux enquêtes éclairantes, l'Insee rappelle qu'en mai dernier, "un quart des personnes déclarent que leur situation financière s’est dégradée, et cette proportion est d’autant plus élevée que le niveau de vie du ménage était initialement bas".

Les mesures drastiques de confinement décidées au printemps ont mis un coup de projecteur sur les inégalités françaises. En seulement quelques jours, des millions de familles ont dû se confiner dans des logements parfois étroits ou insalubres tout en respectant une zone délimitée de 1 kilomètre autour de leur domicile. Dans deux études éclairantes rendues publiques ce mercredi 14 octobre, les économistes de l'Insee brossent un portrait saisissant de ces disparités sociales lors de cette mise sous cloche inédite de l'économie française.

Avec la terrible récession en cours, le risque d'une montée de la pauvreté est particulièrement accru. De nombreuses associations et organisations ont récemment tiré la sonnette d'alarme et le gouvernement devrait annoncer une batterie de mesures le week-end prochain afin de limiter les répercussions néfastes de cette pandémie sur les plus vulnérables. Lors d'un point presse ce lundi 12 octobre avec le conseil d'analyse économique (CAE) rattaché à Matignon, l'économiste et professeur à la London School of economics (LSE), Camille Landais, spécialiste des inégalités, rappelait que "les revenus des ménages les plus modestes ont été les plus affectés par la crise. L'urgence est de renforcer l'arsenal à l'égard des plus modestes. La crise amplifie les inégalités."

> Lire aussi : La pauvreté, angle mort du plan de relance : France Stratégie tire la sonnette d'alarme

Les plus précaires dans le rouge

Rapidement, le gouvernement a mis en oeuvre des mesures de chômage partiel...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2020 à 13:51 :
Le confinement était une erreur fatale , il a ajouté à la mort de personnes âgées la condamnation de l'avenir de beaucoup de jeunes et la ruine consommée et à venir de nombreuses entreprises . On ne confine plus (l'imprimante de billets se grippe ) mais on declanche le couvre feu , une sorte de demi confinement assez lâche pour permettre d'aller en vacance . Tout cela conduira à un désastre économique pour sauver un hôpital en déshérence comme l'éducation nationale , la justice , Barkhane et autre premier de cordée .
a écrit le 15/10/2020 à 13:12 :
La BCE prete de l'argent gratuit aux riches qui achètent de l'immobilier qu'ils louent aux moins riches et jusqu'aux pauvres pour rembourser à taux négatif (ils gagnent de l'argent rien qu'en empruntant en plus des loyers).

Pour les actions c'est le meme principe, l'argent BCE va d'abord aux oligarques qui le place en bourse. Le délai du ruissellement impose un retard dans l'investissement des moins riches, retard exploité par les ultra riches qui font ainsi payer aux étages en dessous dans la chaine alimentaire, le loyer de l'argent qu'ils ont reçu en avance de phase. Les moins riches mais beaucoup plus nombreux investissent toujours trop tard au moment ou les méga riches se mettent à vendre. Les méga riches étant moins nombreux mais possédant une part plus importante de titres il est plus facile pour eux de se coordonner (moins de personne dans la boucle) ainsi ils vendent en même temps comme dirait l'autre aux moins riches qui dans la panique leur cèdent leurs titres avec moins value. Les 1ers de dévissage (de la cordée) perdent moins mais permettent aux ultra riches de renforcer le rapport de force par accumulation de titres à vendre (anode du condensateur) et donc possibilité de faire craquer le condensateur image électronique parfaite d'un carnet d'ordre.
Tout ceci se passe à bonne distance du prix d'achat des mega riches qui ne perdent dans la descente des cours qu'une partie faible de la hausse récente. Pour les moins riches rentrés trop tard, ils prennent cher et doivent céder leurs titres à perte.

Vient un temps où le potentiel de craquage du condensateur est épuisé, nous sommes alors revenu dans l'état inital, un peu plus haut, prets à recommencer le cycle organisé de pillage des poissons rouges, poissons pilotes, qui alimentent en banc de poissons les requins de la finance...
a écrit le 15/10/2020 à 11:22 :
Et... n'oublions pas l'explosion des richesses pour les milliardaires et des 10% des plus riches, la distribution de dividendes en france la plus élevée dans le monde, l isf supprimée, différents impôts et taxes sur les sociétés minimisés, la flat taxe, le secret des entreprises, la fausse écologie au service de l'économie des plus riches, et le covid que nous, les humains, avons créé grâce à notre système de pillage de la planète.....
a écrit le 15/10/2020 à 10:18 :
tout le monde a compris qu'il faut distribuer plein d'argent a ceux qui ne travaillent pas, en plus des primes rentree, covid et consors
les syndicats ont obtenu des primes covid pour les soignants absent de leur travail ' car ils n'en n'avaient pas la chance detre la donc ils doivent toucher la prime presence'
maitenant il faut distribuer de l'argent a ceux qui restent chez eux et ne sont pas concernes!
le rouleau compresseur du miserabilisme amenera un petit moustachu, faudra pas se plaindre
Réponse de le 15/10/2020 à 18:40 :
L'arrivée du petit moustachu, ou de la grande sauterelle, est espérée et programmée, grâce notamment à la politique ultralibérale et à la financiarisation de l'économie mondialisée, avec sa déclinaison française, le Hollando-macronisme. Votre discours est peu ou prou celui des nazis, à qui nous devons tant !
a écrit le 15/10/2020 à 10:12 :
Rien de nouveau sous le soleil. De toute façon,
c'est voulu, puisque la politique Macron depuis 2012 est aporophobe et apathique, à l'image de son chef suprême. Pas besoin de covid pour s'en rendre compte, d'autant que les gilets jaunes avaient commencé à donner l'alerte, avant que Macron et ses séides ne les fassent taire avec un confinement (comme à Hong Kong).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :