Le confinement, une bombe à retardement pour les inégalités

Perte de revenus chez les plus pauvres, chômage technique, garde d'enfants, hausse des frais de la vie quotidienne....la période de confinement a mis en exergue des inégalités criantes au sein de la population française. Dans deux enquêtes éclairantes, l'Insee rappelle qu'en mai dernier, "un quart des personnes déclarent que leur situation financière s’est dégradée, et cette proportion est d’autant plus élevée que le niveau de vie du ménage était initialement bas".
Grégoire Normand

7 mn

(Crédits : Reuters)

Les mesures drastiques de confinement décidées au printemps ont mis un coup de projecteur sur les inégalités françaises. En seulement quelques jours, des millions de familles ont dû se confiner dans des logements parfois étroits ou insalubres tout en respectant une zone délimitée de 1 kilomètre autour de leur domicile. Dans deux études éclairantes rendues publiques ce mercredi 14 octobre, les économistes de l'Insee brossent un portrait saisissant de ces disparités sociales lors de cette mise sous cloche inédite de l'économie française.

Avec la terrible récession en cours, le risque d'une montée de la pauvreté est particulièrement accru. De nombreuses associations et organisations ont récemment tiré la sonnette d'alarme et le gouvernement devrait annoncer une batterie de mesures le week-end prochain afin de limiter les répercussions néfastes de cette pandémie sur les plus vulnérables. Lors d'un point presse ce lundi 12 octobre avec le conseil d'analyse économique (CAE) rattaché à Matignon, l'économiste et professeur à la London School of economics (LSE), Camille Landais, spécialiste des inégalités, rappelait que "les revenus des ménages les plus modestes ont été les plus affectés par la crise. L'urgence est de renforcer l'arsenal à l'égard des plus modestes. La crise amplifie les inégalités."

> Lire aussi : La pauvreté, angle mort du plan de relance : France Stratégie tire la sonnette d'alarme

Les plus précaires dans le rouge

Rapidement, le gouvernement a mis en oeuvre des mesures de chômage partiel relativement généreuses pour préserver le revenu des salariés et éviter des licenciements massifs au cours du printemps. Ces dispositifs ont permis d'amortir une partie des effets la crise puisque la diminution du revenu disponible brut des ménages s'est élevée à 2,6% au deuxième trimestre alors l'économie s'est effondrée plus fortement dans le même temps.

Malgré la mise en place de ce filet de sécurité, des disparités apparaissent selon les différentes enquêtes menées par l'organisme de statistiques. Ainsi, 23% des ménages ont déclaré en mai dernier que leur situation financière s'était détériorée pendant le confinement. A l'opposé, 2% des ménages ont vu leur situation s'améliorer. Enfin deux tiers signalent une stabilité. Sans surprise, cette détérioration concerne d'abord les plus pauvres, ceux qui se situent en deça du premier décile de la population.

Un tiers de la population active a connu une baisse de leurs revenus

Le principal facteur qui explique cette chute des revenus chez les plus pauvres est tout simplement la baisse brutale de l'activité économique au printemps. Environ un tiers des actifs déclarent avoir connu une perte de revenus alors que les retraités semblent "préservés de cette situation" avec un système de versement de pension indépendant des effets de la conjoncture. Parmi les catégories socio-professionnelles, les ouvriers et de nombreux indépendants ont connu des pertes sèches au moment du confinement. En particulier, les patrons de restaurants, bars et brasseries et de nombreux commerces non-essentiels contraints de fermer en seulement quelques heures. Selon les résultats des statisticiens, plus de la moitié des indépendants ont enregistré une baisse de leurs revenus. Viennent ensuite les ouvriers (37%). Pour les autres catégories socioprofessionnelles, "ces proportions se situent entre 25 % (pour les cadres et professions intellectuelles supérieures, qui incluent les professions libérales) et 30 % (pour les agriculteurs)" expliquent les auteurs de l'enquête.

Le télétravail limite la perte de revenus

Le confinement a précipité la mise en oeuvre du télétravail pour certaines catégories de la population active. Ainsi, ceux qui ont pu recourir au télétravail ont moins souvent déclaré de pertes financières que d'autres professions. Si le télétravail pouvait concerner principalement les cadres avant le confinement, cette crise a élargi ce mode de travail à distance à d'autres catégories professionnelles. "Parmi les salariés qui ont travaillé au moins une heure la semaine précédant l'enquête en mai, 28% des professions intermédiaires et 21% des employés ont travaillé exclusivement depuis leur domicile. Au total, 28% des personnes en emploi qui ont travaillé la semaine précédant l'enquête l'ont fait exclusivement depuis leur domicile, et 16% partiellement. À l'inverse, 56% ont travaillé uniquement en dehors de leur domicile" indique l'étude. Sans surprise, une minorité d'ouvriers (6%) déclare avoir télétravaillé contre 80% des cadres. Ce qui a évidemment amplifié les risques d'exposition à cette maladie infectieuse à une période où le virus était particulièrement virulent.

Des cadres moins touchés par le chômage partiel que les ouvriers

Résultat, les ouvriers se sont plus souvent retrouvés au chômage technique que les cadres ou professions intermédiaires. Ainsi, 24% des ouvriers déclarent être passées par des périodes de chômage partiel pendant les huit semaines de confinement contre seulement 8% des cadres. Ce qui a évidemment eu des répercussions négatives sur le porte-monnaie des ouvriers. "Si la rémunération en activité partielle ne pouvait être inférieure au Smic, le minimum garanti pendant le confinement correspondait à 84 % du salaire net" rappelle l'étude.

Les familles avec enfants déclarent plus souvent des pertes

La fermeture des établissements scolaires, des crèches et centres d'accueil de la petite enfance ont obligé un grand nombre de parents à réduire leur temps de travail pour garder les enfants. Ainsi, 33% des foyers avec enfants ont déclaré une perte de revenus contre 18% chez les ménages sans enfant. "Les droits aux arrêts de travail pour garde d'enfants ont notamment été généralisés à la suite de la fermeture des établissements scolaires. Ces derniers sont rémunérés par l'assurance maladie, et à partir du 1er mai, selon les modalités de l'activité partielle, ce qui peut se traduire par une perte de revenu" ajoute l'étude. En outre, la fermeture des cantines scolaires a pu augmenter les frais pour les familles qui bénéficient des tarifs sociaux. En revanche, beaucoup de femmes ont déclaré une hausse de leur temps de travail. Cela est lié à la surreprésentation des femmes dans certaines professions très mobilisés pendant le confinement comme les soignants, les caissiers.

Les jeunes en première ligne

La mise à l'arrêt de pans entiers de l'économie française a obligé de nombreux employeurs à se séparer de leurs salariés pendant cette période troublée. Parmi les premières variables d'ajustement, figurent les jeunes qui sont plus souvent employés en contrat à durée limitée ou en saisonnier. "9 % des personnes en emploi avant le confinement âgées de 15 à 24 ans ont perdu leur emploi contre moins de 2 % des actifs de 40 ans à 65 ans. Parmi les jeunes de moins de 25 ans qui étaient en emploi avant le confinement, 37% déclarent ne pas avoir travaillé la semaine précédant l'enquête en mai". Pour les jeunes qui sont entrées sur le marché du travail à la rentrée, l'insertion professionnelle pourrait se transformer en calvaire, surtout pour les non-diplômés et les décrocheurs.

"Étant les plus à risque d'occuper des emplois temporaires, les jeunes récemment entrés sur le marché du travail ont été les premières victimes de la chute brutale de l'activité économique. En effet, face à la baisse de l'activité et à l'incertitude sur leurs débouchés, les entreprises ont pu préférer ne pas pérenniser leur main d'œuvre temporaire (CDD ou intérim) ou réduire leurs embauches" indiquent les statisticiens.

 > Lire aussi : Coronavirus : les jeunes se vivent comme la génération sacrifiée de la crise

Grégoire Normand

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 15/10/2020 à 18:03
Signaler
Tiens ,la livraison à domicile autorisée malgré le couvre-feu .Au même titre que les établissements de santé, les restaurants pratiquant la livraison à domicile pourront poursuivre leur activité malgré les restrictions en vigueur à Paris et sa petite...

à écrit le 15/10/2020 à 17:13
Signaler
Voici une erreur qui risque de coûter cher à l’Etat. Dans son intervention télévisée de ce mercredi 14 octobre, Emmanuel Macron est revenu sur le dispositif d’aide exceptionnelle de solidarité, mis en place dans le cadre de la crise sanitaire. Une pr...

à écrit le 15/10/2020 à 13:51
Signaler
Le confinement était une erreur fatale , il a ajouté à la mort de personnes âgées la condamnation de l'avenir de beaucoup de jeunes et la ruine consommée et à venir de nombreuses entreprises . On ne confine plus (l'imprimante de billets se grippe ) m...

à écrit le 15/10/2020 à 13:12
Signaler
La BCE prete de l'argent gratuit aux riches qui achètent de l'immobilier qu'ils louent aux moins riches et jusqu'aux pauvres pour rembourser à taux négatif (ils gagnent de l'argent rien qu'en empruntant en plus des loyers). Pour les actions c'est ...

à écrit le 15/10/2020 à 11:39
Signaler
Ce qui est siderant, c'est la resignation des francais. Quand vont ils se lever contre cette barbarie institutionnelle ?

à écrit le 15/10/2020 à 11:22
Signaler
Et... n'oublions pas l'explosion des richesses pour les milliardaires et des 10% des plus riches, la distribution de dividendes en france la plus élevée dans le monde, l isf supprimée, différents impôts et taxes sur les sociétés minimisés, la flat ta...

à écrit le 15/10/2020 à 10:46
Signaler
Ce couvre feu qui ne servira probablement à rien sinon , a ruiner les restaurateurs , les artistes , l’événementiel etc... Quelques milliards de dettes en plus et un chômage de masse.

à écrit le 15/10/2020 à 10:18
Signaler
tout le monde a compris qu'il faut distribuer plein d'argent a ceux qui ne travaillent pas, en plus des primes rentree, covid et consors les syndicats ont obtenu des primes covid pour les soignants absent de leur travail ' car ils n'en n'avaient pas...

le 15/10/2020 à 13:04
Signaler
Rassurez vous on distribue bien à Bernard Arnaud et Consorts.

le 15/10/2020 à 18:40
Signaler
L'arrivée du petit moustachu, ou de la grande sauterelle, est espérée et programmée, grâce notamment à la politique ultralibérale et à la financiarisation de l'économie mondialisée, avec sa déclinaison française, le Hollando-macronisme. Votre dis...

à écrit le 15/10/2020 à 10:14
Signaler
Le couvre feu total 7 jours sur 7 24h sur 24 ... il faut le réserver à toute la chaîne logistique des importations énormes massives en provenance des pays de l'esclavage humain comme l'asie, la pologne, les pays de l'est et ... la truquie

à écrit le 15/10/2020 à 10:12
Signaler
Rien de nouveau sous le soleil. De toute façon, c'est voulu, puisque la politique Macron depuis 2012 est aporophobe et apathique, à l'image de son chef suprême. Pas besoin de covid pour s'en rendre compte, d'autant que les gilets jaunes avaient com...

à écrit le 15/10/2020 à 9:47
Signaler
Attention Danger. Lorsque la grogne se transforme en colère, il sera très difficile d'apaiser. Quand les gens n'auront plus rien à perdre, c'est la porte ouverte à tous les débordements.

à écrit le 15/10/2020 à 9:45
Signaler
Logique, moins on possède et moins on possède, le cercle vicieux de la pauvreté largement répandu en néolibéralisme qui n'est jamais en manque d'ambition dans ce domaine là, espérons que cela formera une future armée pour renverser la classe dirigean...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.