Le gouvernement défend les interventions à l'université de Nanterre

 |   |  463  mots
Pour Frédéric Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, la décision de la présidence de l'université de Nanterre de faire intervenir les forces de l'ordre mérite d'être respectée, comprise et soutenue.
Pour Frédéric Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, la décision de la présidence de l'université de Nanterre de faire intervenir les forces de l'ordre "mérite d'être respectée, comprise et soutenue". (Crédits : Philippe Wojazer)
Le gouvernement a défendu, mardi 10 avril, l'intervention des forces policières à l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) et averti qu'il ne tolérerait pas que les facultés soient "confisquées" pour des raisons politiques.

À l'université de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, sept personnes ont été interpellées, faisant partie d'un groupe d'une trentaine de personnes qui s'étaient introduites par effraction dans un des bâtiments de l'université, ont indiqué la police et la direction de l'établissement.

"Le président d'université a dû prendre une décision très lourde et très difficile, faire appel aux forces de l'ordre pour libérer ce bâtiment", a déclaré la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, à l'Assemblée nationale.

Et d'ajouter :

"C'est une décision qui mérite d'être respectée, comprise et soutenue", précisant que l'intervention avait été "proportionnée à l'accomplissement de cette mission".

La veille, la police avait, en effet, procédé à une intervention musclée pour déloger les grévistes, qui a laissé des traces sur la toile - certains élèves n'ont pas pu retenir leurs larmes sur l'antenne de BFMTV. "On nous a trainé. Nous, on voulait le dialogue et on a été sorti de force", a notamment témoigné l'un d'entre eux. Ambiance.

La présidence de l'université tente de temporiser par communiqué

Comme le relève le site de Francetvinfo, Jean-François Balaudé, le président de l'université Paris-Nanterre, est revenu dans un long communiqué de trois pages sur les "événements de ces derniers jours". Et ils sont nombreux : les violences sur le site de Tolbiac de l'Université Paris 1, le saccage du local de l'Union des étudiants juifs de France, et la découverte de cocktails molotov dans l'enceinte de l'établissement. Puis, enfin, les intrusions externes à Nanterre dès lundi.

Par communiqué donc, la présidence de l'université justifie l'appel aux forces de police sur le site de Nanterre "dans l'unique but d'évacuer le bâtiment occupé" et "qu'il s'agissait d'éviter une situation comparable à celles que connaissent d'autres sites universitaires en région parisienne et ailleurs en France".

Le nombre de facs bloquées progresse

Selon le ministère de l'Enseignement supérieur, trois universités sont complètement bloquées depuis plusieurs jours, voire semaines. Il s'agit de l'université de Paul-Valéry à Montpellier, Jean-Jaurès à Toulouse et Paris 8.

En outre, onze facultés sur les 400 qui existent en France sont partiellement bloquées. Parmi ces sites, on trouve celui de Tolbiac à Paris 1 Panthéon-Sorbonne - théâtre de violences vendredi () - ou encore des sites de l'université de Limoges, Nantes, Strasbourg, Rennes 2, Paris 3, Paris 4, Rouen, Pau et Grenoble Alpes.

Au coeur de cette mobilisation patchwork, les nouvelles modalité d'accès à l'enseignement supérieur envisagées par l'exécutif via la loi d'Orientation et de réussite des étudiants (ORE), publiée au Journal officiel le 9 mars, qui prévoit, selon eux, une forme de sélection à l'université.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2018 à 16:04 :
Les ultras et autres gauchistes Chavéziens n'en ont rien à faire de l'université, c'est uniquement leur idéologie qu'ils cherchent à prôner ! Pourquoi ne vont-ils pas manifester devant le ministère de l'éducation et laissent libre les autres d'aller ou pas à l'université?
a écrit le 12/04/2018 à 8:58 :
IL n'y a pas d'alternative, les enfants dès le collège doivent savoir ce qu'ils doivent faire !

Honteux mais logique de la part des comptables des riches au pouvoir qui ne veulent pas de citoyens éclairés seulement des producteurs (exploités) et des consommateurs (de plus en plus rares).
a écrit le 11/04/2018 à 21:13 :
Oui à la possibilité des grèves, Non au blocage des Universités et des cours. Que ceux qui veulent ne pas travailler en subissent les justes conséquences..
Réponse de le 12/04/2018 à 10:09 :
"Oui à la possibilité des grèves, Non au blocage des Universités et des cours. Que ceux qui veulent ne pas travailler en subissent les justes conséquences.. "

Votre phrase, stupide, s'oppose puisque vous brandissez le droit de grève, hypocritement bien entendu hein, mais qui ne gène personne, or une grève qui ne gène personne ne sert absolument à rien.

Mais bon qu'attendre d'un prêcheur néolibéral hein... -_-
Réponse de le 12/04/2018 à 18:52 :
""Votre phrase, stupide, s'oppose" ne veut rien dire."

Ah oui parce que vous partez du principe que les éléments d'une seule et même phrase ne peuvent pas s'opposer ?

Bien entendu je vous ai signalé hein, trop gros... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :